Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les petits dossiers des Copains d'abord

Les petits dossiers des Copains d'abord

Souvenirs des années 70-80's : pubs, ciné, émissions télé, séries, dessins animés, jeux, jouets, produits disparus, bonbons, petites douceurs régressives, Casimir et l'île aux enfants

Publié le par Les Copains d'abord
Publié dans : #Ciné
Film culte sorti en 1982, Blade Runner est pour moi un chef-d'oeuvre absolu de la science-fiction. Au delà du polar futuriste et "dystopique" fascinant, ce qui me plait c'est aussi sa réflexion sociologique et philosophique sur la notion d’humanité.
Visuellement, c'est une claque, tant sur le plan des décors que des lumières. J’aime particulièrement son esthétisme et ses effets spéciaux grandioses (sans numérique à l'époque !), l'ambiance anxiogène et claustrophobique, mêlée à une sorte de mélancolie que la somptueuse musique de Vangélis rend si envoûtante. 

 
En 1982, j'avais 12 ans donc je n'ai pas vu le film au cinéma. Même si je l'ai vu et revu régulièrement chez moi depuis, rien ne vaut un grand écran et un son de qualité pour apprécier cette oeuvre. J’ai enfin pu le faire avec la version définitive "Final cut" en 2007 dans un cinéma de Bordeaux qui le projetait. J'ai été encore plus subjuguée et exaltée par la beauté des images et de la musique. Une émerveillement immersif inoubliable.

Et dire que l'action se déroule en novembre 2019... ça me paraissait si loin en 1982. Et on y est arrivé !
Comme pour "New-York 1997" ou "Retour vers le futur" qui se déroulait en octobre 1985 (grand dossier à découvrir
ICI) 
je trouve toujours ça étrange quand on arrive à ces fameuses dates fatidiques dans les films de science fiction.
 


L'histoire

Los Angeles, novembre 2019.
Devenue une gigantesque cité cosmopolite, la ville est embrumée en permanence et noyée sous des pluies diluviennes. Fuyant cette mégalopole polluée et surpeuplée, des milliers d'hommes et de femmes partent à la conquête de l'espace.
 Pour accomplir les tâches ingrates, les humains ont inventé les Réplicants, des androïdes hyper sophistiqués à l’image presque parfaite de l’homme et entièrement soumis à sa volonté. A la suite d'une révolte sanglante et inexpliquée des Réplicants dans une colonie martienne, ces derniers sont alors interdits sur Terre.
Après avoir massacré un équipage et pris le contrôle d’un vaisseau, des répliquants de type Nexus 6, le modèle le plus perfectionné, sont déclarés "hors la loi". 

    
Quatre d’entre-eux, Roy Batty, Pris, Leon et Zhora font tout pour pour retrouver leur créateur à la Tyrell Corporation, la société qui les a fabriqués, et l’obliger à rectifier leur caractère génétique qui les limite à une durée de vie de 4 à 5 ans tout au plus.
La police charge alors Rick Deckard, un Blade Runner, flic spécialisé en la matière, de retrouver coûte que coûte les fuyards. Il chassera les Réplicants afin de les "retirer", mais tombera amoureux d'une d’entre eux : Rachel. Cette dernière est assistante d’Eldon Tyrrel, son créateur, et se croit humaine. Deckard sera chargé de l’éliminer, mais ne pourra s’y résoudre.

Ci-dessus à droite, l'affiche du film pour sa sortie en salle en France le 15 septembre 1982.


 

 

 
Personnages

 

Rick Deckard (Harrison Ford, voix française : Richard Darbois) est un Blade Runner, un membre spécial chargé de la traque des Réplicants indésirables pour la police de Los Angeles.
Harrison Ford a eu la grande carrière qu'on lui connait ces 3 dernières décennies et a repris du service dans la peau de Deckard en 2017 dans "Blade runner 2049".



Roy Batty (Rutger Hauer) est le chef des renégats échappés de Mars. C’est le le "fils prodigue" d'Eldon Tyrell, son créateur. C'est un combattant très intelligent qui peine à contrôler ses émotions.
L'acteur a joué notamment dans "Sin City", "Batman Begins," et en 2017 "Valérian et la Cité des Mille Planètes" de Luc Besson. Il est décédé le 19 juillet 2019 à l'âge de 75 ans.

Détail troublant, il a disparu la même année que son personnage dans "Blade runner".


 

Rachel ou Rachael (Sean Young) est une réplicante dernière génération, dotée d'une mémoire affective. Elle a reçu les souvenirs de Sarah, la nièce de Eldon Tyrell, son créateur, lui permettant de se croire humaine à part entière.

La ténébreuse Sean Young, qui a marqué tous les fans du film par sa sensualité, a eu une carrière très chaotique. L'ex top model a joué dans "Dune",  "Sens unique", "Wall Street" et "Ace ventura" mais elle est passée à côté de grands rôles qui auraient pu faire décoller sa carrière. Pour les "Aventuriers de l'arche perdue", elle avait passé des essais avec Tom Selleck qui postulait pour le rôle de Jones mais n'a pas été retenue (lui non plus !). Pour "Batman" de Tim Burton, elle s'était cassé le bras à une semaine du tournage. Elle a été remerciée après plusieurs jours de tournage sur "Dick Tracy". Le rôle de Catwoman dans "Batman le défi" lui a aussi échappé. Et elle a dû refuser le rôle de Sharon Stone dans "Casino" car elle était enceinte.
Broyée par la machine hollywoodienne et trimbalant une image d'ingérable sur les plateaux de tournage, l'actrice a eu pas mal de problèmes d’alcoolisme.



Gaff (Edward James Olmos), est un aussi Blade Runner de la police. C’est un personnage très mystérieux par son langage (le Cityspeak, un mélange de langues) et ses origamis.
On connait l'acteur dans d'autres rôles fameux, notamment le lieutenant Martin Castillo dans la série "Deux flics à Miami" et l'amiral William Adama dans "Battlestar Galactica".



Zhora (Joanna Cassidy). Cette réplicante fait vivre tout le groupe de Nexus 6 par son travail de danseuse exotique au bar de Taffey Lewis.
L'actrice a tenu des rôles dans de nombreuses séries télé. Elle a également joué dans pas mal de films au cinéma mais on se souviendra d'elle surtout pour son rôle de serveuse sexy dans
"Qui veut la peau de Roger Rabbit ?".



Pris (Daryl Hannah) est un réplicante créée pour le divertissement, un "modèle de plaisir". C’est la petite amie de Roy.
Après son rôle dans "Blade runner", elle a enchaîné avec pas mal de films dans les années 80 et 90, notamment "Splash" en 1984. Dans "Kill Bill" en 2003, elle incarnait une redoutable tueuse borgne.



J.-F. Sebastian (William Sanderson), est généticien à la Tyrell Corporation, il souffre du syndrome de Mathusalem (qui rappelle la progéria, maladie qui provoque le vieillissement accéléré). Il vit en solitaire avec des automates qu'il a lui-même créés. Il apprécie les échecs auxquels il joue avec le Dr Eldon Tyrell.
L'acteur a joué dans de nombreuses séries télé depuis 1979 et toujours dans les années 2000 ("Deadwood", "True blood"). 



Leon Kowalski (Brion James), est le bras droite de Roy Batty. Il n'est pas très intelligent.
Au cinéma l'acteur a joué notamment dans "Tango et Cash" en 1989 et dans "Le Cinquième Élément" en 1997 (L'inspecteur Munro). Il est mort d'une crise cardiaque le 7 août 1999.



Dr Eldon Tyrell (Joe Turkell), est le créateur des Réplicants. C’est le fondateur de la Tyrell Corporation.
Le comédien a joué dans 3 films de Stanley Kubrick : "L'Ultime Razzia" en 1956, "Les Sentiers de la gloire" en 1957 et "Shining" en 1980 (c'était le barman de l’hôtel face à Nicholson).


 

A l'origine, le livre

L'histoire est tirée du roman "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?"  (en v.o : "Do Androids Dream of Electric Sheep ?"), écrit par Philip K. Dick en 1966.
En plus de ce roman, il a écrit d'autres ouvrages qui ont aussi servi de base à des films, comme "Planète hurlante" sorti en 1995 (basé sur le roman "Nouveau modèle" de 1953), "Minority report" en 2002 ("Rapport minoritaire", 1956), "Total Recall" en 1990 ("Souvenirs à vendre", 1966),  et même la série animée "Cobra" (1982) tirée de la même nouvelle que "Total Recall".
 
Ci-contre à droite, la couverture de la parution de 1979.
 
Littéralement, Blade Runner siginifie  "celui qui court sur le fil du rasoir". Ce titre de film fut acheté pour une somme symbolique à William S. Burroughs qui avait écrit un roman étrangement appelé  "Blade Runner : a movie" en 1979. Celui-ci s'était inspiré d'un autre roman de science-fiction écrit en 1974 par Alain Nourse : "The Bladerunner" (en un seul mot).

Avant de prendre son nom définitif en 1980, le film a failli s'appeler "Dangerous Days", "Androids", "Mechanismo" et même… "Gotham City" !

 

 

Différences livre / film
 
Le film diffère assez largement du roman dont il s’inspire. D'ailleurs lors de la sortie du film certains ont crié au scandale. Métal Hurlant avait même titré à l'époque "C’est Dick qu’on assassine !".

Voici quelques points de divergence entre le livre et le film :


- Le mot  "Blade runner" ne figure pas dans le texte original.
- L’action du roman se déroule en 1992 à San Francisco et pas en 2019 à Los Angeles.
- Dans le livre, la ville est sous la neige et elle est saturée de poussière radioactive au niveau de l’air et du sol.
- Dans le film les rues grouillent de monde alors que dans le roman la ville est déserte car la plupart des habitants a émigré sur Mars. Il reste seulement quelques survivants qui ont reçu des radiations et les policiers qui doivent maintenir l’ordre. 
- Les personnages de Pris et Rachel sont physiquement identiques dans le livre alors que dans le film les rôles sont joués par 2 actrices différentes.
- Dans le roman, Deckard est marié. Sa femme s'appelle Iran.
- Il rêve de remplacer son mouton électrique par un véritable animal. Philippe K. Dick insiste sur l’importance des animaux véritables, leur rareté et leur prix alors que dans le film ce sujet-là n’est pas abordé. Le hibou du début du film et le serpent de Zohra sont les seuls petits rappels au livre.

Ci-contre à droite, le mouton électrique par F'murr, auteur de la série "Le Génie des alpages".

- Dans le roman, les humains disposent d’orgue d’humeur pour programmer leur état d’esprit et de boîtes à empathie qui leur permettent de communier avec une sorte de prophète religieux, Wilbur Mercer.
- Les Réplicants s’appellent les Andros.
 

 


Réalisation et casting


Venu de la publicité, le pointilleux et perfectionniste réalisateur britannique Ridley Scott avait déjà à son actif le gros succès d' "Alien" (tourné 3 ans auparavant) lorsque le projet "Blade runner" a atterri entre ses mains. Plusieurs réalisateurs avaient été auparavant intéressés pour adapter le roman de Philip K. Dick à l'écran. Martin Scorcese s'y était ainsi penché dès 1968.

Pour le rôle de Deckard, de célèbres acteurs furent pressentis : Robert Mitchum, Gregory Peck, Peter Falk, Al Pacino, Nick Nolte et Dustin Hoffman.
Le choix s'est finalement porté sur Harrison Ford qui était extrêmement populaire à l'époque auprès des jeunes grâce à "Star Wars" (l'épisode 4 était sorti en 1977 et l'épisode 5 en 1980).
 Il venait également de terminer "Les Aventuriers de l’Arche perdue". Ridley Scott était d'ailleurs allé sur le tournage pour juger de la performance de l'acteur. 

Une page du magazine "Ciné Revue" de 1982 avec une dédicace de l'acteur. 


Ridley Scott et Harrison Ford pendant le tournage.


Pour ses cascades, Harrison Ford était doublé par Vic Armstrong. Ce dernier a joué ses doublures également dans "Star wars" et les 3 "Indiana Jones".

 

Ridley Scott, Joanna Cassidy et Harrison Ford.


Rutger Hauer fut engagé par Ridley Scott alors que le réalisateur ne l'avait même pas rencontré. Il s'était juste contenté de visionner les films de Paul Verhoeven dans lequel l'acteur avait tourné (son compatriote néerlandais). Notamment "Soldier of Orange" (1977) où il incarne un résistant hollandais pendant la Seconde guerre mondiale.
C'est Rutger Hauer qui proposa la partie de cache-cache mortel avec Deckard sur le toit au lieu de se battre avec lui comme prévu dans le scénario ("je suis pas Bruce Lee !", aurait-il dit). C'est également lui qui eut l'idée de tenir une colombe dans ses bras lors de sa fameuse scène finale. Et comme il trouvait son monologue trop long et compliqué, il fit enlever des passages et il improvisa la dernière phrase la veille du tournage : "... et tous ces moments vont être perdus dans le temps, comme des larmes sous la pluie. Il est temps de... mourir."


Ridley Scott avec Rutger Hauer, Daryl Hannah et William Sanderson.


 

 

 

Effets spéciaux et maquettes


La bande-dessinée passionne Ridley Scott. Il avait précédemment travaillé à une adaptation de "The Long Tomorrow" de Jean Giraud (alias Moebius) et il a tout fait pour que son film soit tourné dans un esprit proche de la BD.
Le réalisateur s'est aussi entouré de techniciens de génie : le décorateur Lawrence G.Paull, le designer industriel Syd Mead et un des pionniers des effets spéciaux visuels, Douglas Trumbull.

 

Syd Mead avait travaillé sur "Star Trek" et "Tron". Très influencé par "Metropolis" de Fritz Lang, il a aussi réalisé le design des décors et conçu l'architecture des bâtiments. Il s’est aussi occupé de la trentaine de véhicules futuriste et de l’ensemble des objets high-tech qui parsèment le film.

Ci-dessous, Ridley Scott, Syd Mead et David Dryer, superviseur des effets spéciaux.


Ci-dessous un dessin préparatoire original de Syd Mead du Los Angeles de novembre 2019. 



Douglas Trumbull, le maître des effets spéciaux, avait déjà à son actif un sacré palmarès : "2001 : L’Odyssée de l’espace",  "Rencontres du Troisième Type" et "Star Trek" (le film).

Ci-dessous Douglas Trumbull et la maquette de la pyramide de la Tyrell Corporation.

 


Maquettes

En 1982, les premières images numériques apparaissaient dans les longs métrages et pourtant les effets de "Blade Runner" ont été réalisés traditionnellement. 

Tout un univers miniature a été construit : bâtiments, panneaux publicitaires, voitures etc...
Le tournage avec ces maquettes s’est étendu sur dix mois et a commencé à peu près en même temps que les plans "classiques" tournés par Ridley Scott.

Près de 400 personnes (menuisiers, peintres et plâtriers) ont travaillé sur les maquettes du film.


Ci-dessous la maquette de la pyramide de la Tyrell Corporation.


Pour la séquence du début du film, le survol fictif du paysage industriel et de la pyramide, les maquettes étaient filmées en perspective forcée à travers des épaisseurs de fumée afin de créer de la profondeur et de jouer sur la perspective.

 

Les effets de feu et d’explosions ont été incrustés, ces images avaient auparavant été filmées par Trumbull sur des bobines 35 mm. Ce dernier avait qualifié cette scène d'ouverture  de "paysage de Hadès" (Dieu des Enfers dans la mythologie grecque).


L'équipe a dû réaliser des milliers de miniatures en laiton gravées à l’acide dont l'échelle était progressivement réduite.  Ils ont accumulé des rangées et des rangées de ces silhouettes créées à partir de photos prises de tours, de tuyaux, de tubes et d’autres horizons industriels qu’ils ont pu prendre comme modèle autour d'eux.


Les maquettes étaient éclairées par le dessous avec des centaines de faisceaux de fibres optiques, donnant l'illusion de milliers de lumières sur les bâtiments.

 

Los Angeles 2019 en miniature.


Le bâtiment avec le sushis bar "Yellow Flame".


La maquette du bureau du Dr. Eldon Tyrell à la Tyrell Corporation.



Véhicules

Ci-dessous le dessin préparatoire de spinner par Syd Mead.


Les maquettes à diverses échelles.


Taille réelle.


D'autres véhicules du film.



Le dirigeable et ses écrans publicitaires.


 

Matte painting

La technique du matte painting a également été utilisée. Ce trucage permet de combiner en un même plan large un décor réel et son prolongement sous forme de peinture. L’illusion est presque parfaite.
 

Ci-dessous, Matthew Yuricich en plein travail sur le matte painting de l'extérieur de l'appartement de Deckard.
L'oeuvre est partiellement peinte sur une grande photo imprimée (d'action réelle) mettant en scène Harrison Ford. Cela permet à l'artiste d'assurer un mélange homogène entre la peinture et la réalité.



Ici la peinture de Matthew Yuricich qui a été utilisée pour la prise de vue sur le toit du Bradbury où Rutger Hauer et Harrison Ford se battent.

 

La pollution de l’air, qui donne cette ambiance étouffante au film, a été rendue grâce à la "smoke room", une pièce remplie de fausse fumée, recréée à base d’essence (on est bien dans l'ambiance de novembre 2019 !).
 
 
Décors et lieux de tournage
 
Dans le Los Angeles transfiguré du film, on peut reconnaître de vrais immeubles. Notamment Ennis Brown House construit par l'architecte Frank Lloyd Wright en 1924. La conception est basée sur les anciens temples Mayas. Les extérieurs de l'appartement de Deckard y ont été tournés. Et on retrouve les motifs caractéristiques des pierres sur tous les plans de l'intérieur de l'appartement qui ont été tournés en studio.
 


On peut voir également le Bradbury Building de George Wyman, construit en 1893. Lieu de tournage de l'appartement de JF Sebastian.
Pour l'anecdote, une des scènes de "The Artist" (2011) a été tourné dans cet immeuble si particulier.

 

Les scènes du commissariat ont été tournée à l'Union Station, la gare ferroviaire de Los Angeles. Pour info, une partie du décor construit dans la gare existe encore aujourd’hui.

 

Le tunnel que Deckard emprunte pour rentrer chez lui se trouve sur Hill Street à Los Angeles. 


Le reste du film fut réalisé sur 17 semaines dans les studios de Burbank, dans des décors de rues de New York construits en 1929 qui servirent aussi à de nombreux films noirs des années 1940. Justement, dans "Blade runner" il y a une influence général du film noir des années 40 et de ses codes : le héros est un flic désabusé et cynique qui évolue dans un univers sombre ou l’on retrouve la classique femme fatale, ici Rachel. Il est donc à mi-chemin entre le film d’anticipation et le polar des années 40.
 


Une vidéo très bien faite sur les lieux de tournage ICI.


 
Accueil et critiques

Lors de la projection test, les réactions du public furent négatives. Les gens s'attendaient sans doute à un autre space opera façon "Star wars" et pas un polar sombre invitant à la méditation philosophique. Beaucoup n'ont également pas compris le sens de l'histoire elle-même.
Les producteurs, craignant le flop financier, ont donc fait remonter le long métrage, sans l'accord de Ridley Scott.
Harrison Ford devenait un vrai flic humain (donc pas de doute sur son éventuelle appartenance à la race des réplicants) et la fin devenait une escapade amoureuse entre Rachel et Deckard, avec une forêt en arrière plan. 

 
Tous les longs plans de la ville, toutes les longueurs du film ont été accompagnés de commentaires avec la voix off d’Harrison Ford (contre son propre avis d'ailleurs), expliquant les scènes aux spectateurs. 
 
Pour réaliser cette fin, la production n’a pas hésité à se servir de rushs inutilisés du film "Shining" de Kubrick (avec son accord), tournés pour la séquence du début où Jack Torrance (Jack Nicholson) se rend avec sa famille à l'hôtel Overlook dans le Colorado.
 
Le film sortit finalement sur les écrans américains le 25 juin 1982 et n'eut pas eu le succès escompté. En partie car il est sorti en même temps que d'autres grands films de science-fiction, notamment "The Thing", "Star Trek II" et "E.T., l'extra-terrestre".


Reconnaissance et renaissance

Lorsqu'il fut disponible en vidéocassette, quelques années plus tard, un petit groupe d'amateurs se mirent à écrire un peu partout des articles sur le film ce qui permit de mieux le faire connaître auprès du grand public. Il a été également projeté dans de nombreux festivals, lui permettant ainsi de devenir un film culte.
Pour l'anecdote, en 1991 un employé de la Warner avait envoyé accidentellement à un festival une copie de la première version du film qui plu énormément aux spectateurs.
 
"Blade Runner" existe donc en plusieurs versions. Outre les trois plus connues : la version d'origine américaine, la version européenne et une version appelée "Blade Runner : version réalisateur", le film a aussi connu plusieurs autres versions tant au niveau du montage que de son exploitation par la Warner Bros.
 
Le "Director’s Cut" (affiche ci-dessous) est sorti en 1992 lorsque Ridley Scott essaya de rétablir son film dans sa version originale. La voix off disparaît ainsi que la fuite de Deckard et Rachel dans la nature. Le doute sur l’humanité de Deckard est également réintroduit. 
 
Le réalisateur a aussi inséré le plan d’une licorne dans la scène où Deckard joue au piano, licorne qui revient plus tard sous la forme d’un pliage en origami déposé devant la porte du héros par Gaff, le policier qui le soupçonne, introduisant ainsi un doute sur l'humanité de Deckard.
Le réalisateur, empêché jusqu’au bout de faire sa rectification par un ultimatum de la Warner, a sorti une "Final cut" (version d’auteur finale) en 2007.

 
Philip K. Dick n’a pu voir le film sortir sur les écrans, il est mort d’une crise cardiaque le 2 mars 1982, 3 mois auparavant. Mais il a tout de même pu en voir un montage de 20 mn avec les effets spéciaux et les bruitages mais sans la musique. Il fut impressionné par le travail de Ridley Scott et de son équipe. Juste après avoir visionné ces 20 mn de montage, il déclara : "...ce sont le ton et la texture des images que j'avais dans ma tête quand j'ai écrit ce livre ! L'environnement est exactement le même ! Comment avez-vous fait ça ? Comment avez-vous su ce que je pensais et ressentais ?”
 
Ci-dessous Philip K. Dick et Ridley Scott.

Le quotidien britannique The Guardian a publié en 2004 les résultats d'un sondage effectué sur soixante des plus grands scientifiques mondiaux, pour élire le plus grand film de science-fiction de l'histoire. "Blade Runner" a été classé meilleur film devançant de peu "2001 : l'odyssée de l'espace" (1968), "Star wars : La Guerre des étoiles" (1977),  "Star wars : L'Empire contre-attaque" (1980), "Alien, le huitième passager" (1979) et "Solaris" (1972).
 
Deckard réplicant ?

En fonction des différentes versions du film, les arguments penchent d'un côté ou de l'autre sur la véritable nature de Rick Deckard.
Alors... être humain ou réplicant qui s’igno­re ? Le débat fait rage parmi les fans !

En tout cas Ridley Scott a toujours été formel : "À mes yeux, il est clairement logique, surtout quand vous réalisez un film noir, […] de faire en sorte que le personnage principal soit lui-même ce qu’il poursuit". Et il a même déclaré en 2017 "­Deckard est un putain de ­réplicant !".


En 1982, le scénario conservait une part d’incertitude mais les producteurs ont préféré qu’il soit humain. Il ne fallait surtout pas assombrir l’image d’un Harrison Ford au sommet de sa carrière !

Par la suite les modifications successives de Ridley Scott ont progressivement acheminé son oeuvre vers un film plus sombre et plus pessimiste.


L'identité de Deckard transforme totalement la fin du film. Car si c'est un réplicant, lorsqu'il s'enfuit avec Rachel, il sera fatalement poursuivi par d'autres blade runner pour être éliminé. Et de toute façon, ils n'auront que quelques années à vivre, comme tous les réplicants. 
 
Mais d'un autre côté, si Deckard est réellement un réplicant, n'aurait-il pas dû disparaître depuis longtemps à cause de cette date de péremption ? Or dans "Blade runner 2049", il est toujours là ! 

Harrison Ford, quant à lui, l'a joué comme un humain, parce qu'effectivement rien n'indiquait explicitement dans le script qu'il était un réplicant et l'acteur a essayé de rendre le personnage sympathique.
Il explique en octobre 1992 : "
Blade Runner n'est pas l'un de mes films préférés. Je me suis embrouillé avec Ridley. Le plus gros problème était qu'à la fin, il voulait que le public découvre que Deckard était un réplicant. Je me suis battu parce que j’ai senti que les spectateurs avaient besoin d’un personnage à soutenir."
 
Aprés des années de désaccord entre l'acteur et le réalisateur sur ce point (même pendant le tournage de "Blade runner 2049 en 2017), Harrison Ford a fini par déclarer "Je pense qu’il vaut mieux laisser cette question irrésolue parce qu’elle renforce considérablement la portée de l’intrigue. Le plus génial, selon moi, c’est qu’autant de monde se pose encore la question."
 
 
 
Bande originale

 
La musique a été composée par Vangelis. Elle a une place capitale dans "Blade runner" (et plus encore dans la version sans la narration d’Harrison Ford). Le film ne serait pas aussi grandiose sans ces sonorités si particulières, savant mélange de musique classique et de sons futuristes au synthétiseur, qui créent une ambiance sombre et mélancolique. 


Cette même année 1982, le compositeur grec obtint l'Oscar de la meilleure musique de film pour "Les Chariots de feu". Pour "Blade runner", il a été nommé au BAFTA Awards, ainsi qu'aux Golden Globes de 1983. 

Demis Roussos a également travaillé sur la bande originale pour certains arrangements et chants (il faisait partie du groupe Aphrodite's Child avec Vangelis).

Vangelis a composé les thèmes musicaux en temps réel aux studios Nemo de Londres devant l'écran qui diffusait les rushs que lui envoyait Ridley Scott.
Il raconte : "Ce qui m'a le plus intéressé pour ce film, c'est l'atmosphère et le sentiment général plutôt que les thèmes distincts. L'atmosphère visuelle du film est unique et c'est ce que j'ai essayé d'améliorer autant que possible."


Ci-dessous Vangelis et ses synthétiseurs, notamment le Yamaha CS-80 qui a beaucoup été utilisé pour la B.O de "Blade Runner". Il a travaillé avec l'échantillonnage numérique afin de capturer des sons d'instruments acoustiques (comme des percussions ou des harpes) et de les manipuler à partir des claviers pendant l'improvisation.

 

En 1982, il y a eu seulement une version orchestrale de la musique réarrangée par The New American Orchestra. J'ai justement trouvé le 33 tours en ce mois de novembre 2019 sur un salon du disque, heureux hasards ! (visuel en haut à gauche).

Puis en 1989 est paru un disque comprenant quelques morceaux du film. Les fans  
ont dû attendre 1994 (après la réédition du director’s cut en 1992) pour écouter la B.O. officielle de douze pistes. C'était 12 ans après la sortie originale du film mais des versions illégales (bootlegs) circulaient déjà depuis longtemps.

Pour son 25ème anniversaire en 2007 (et la sortie du "Final cut"), le film a eu droit à un triple CD anniversaire (ci-contre à droite).
Sur le premier CD figurent les musiques originales. Sur le second, les musiques additionnelles qui ne figuraient pas dans le disque de 1994. Et sur le 3ème CD, ce sont de nouveaux morceaux créés par Vangélis spécialement pour marquer le 25ème anniversaire. 

Suite
 
Le livre "Blade Runner, Tome 2" de K.-W. Jeter est plus le prolongement du film que la suite du roman de Philip K.Dick. 

Deckard a quitté la police et s'est réfugié dans les forêts de l'Oregon avec Rachel. Elle repose dans un cercueil de survie afin de rallonger sa durée de vie. Un réplicant aurait apparemment échappé à la traque décrite dans le film. Sarah, la nièce de Tyrell et nouveau patron de la Tyrell Corporation, fait appel à Deckard pour l'éliminer. La jeune-femme est le modèle original de Rachel, ce qui évidemment pose quelques problèmes à Deckard.
 
En 2017 est sorti "Blade Runner 2049" réalisé par Denis Villeneuve. L'action se déroule 30 ans aprés le film original. L'agent K, un Blade Runner réplicant de la génération Nexus 8 est chargé de traquer et d'éliminer les anciens modèles encore en circulation. Lorsqu'il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c'est à son tour d'être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard.


 

Fiction vs réel ?


Plus de 30 ans après sa sortie au cinéma, est-ce que le film a rattrapé le monde réel ?
Petite sélection... 


Androïdes

Les androïdes de 2019 ne sont pas aussi avancés que dans le film. Créés à partir d’ADN humain, les Nexus 6 nous ressemblent en tout point. Ils sont intelligents et autonomes.
On est loin de bénéficier d’une technologie aussi pointue en bio-ingénierie aujourd'hui.

Ceci dit, des prototypes de poupées sexuelles robotiques comme Pris existent déjà. Ces robots du plaisir, appelés "sex-bots", deviennent de plus en plus interactifs.

 


Voight-Kampff

la machine permet aux Blade Runner de déterminer si l'interlocuteur est un Réplicant ou pas en analysant les variations dans le rythme cardiaque et la dilatation de la pupille face à des questions qui visent à provoquer volontairement des troubles émotionnels.

Ce n’est pas de la science-fiction. Plusieurs pays ont déjà recours à ces méthodes. Aux Etats-Unis notamment, de nouveaux détecteurs de mensonges utilisant l’imagerie cérébrale sont utilisés. Soit par empreinte cérébrale (électroencéphalogramme) ou imagerie médicale (IRM). Apparemment l'empreinte cérébrale obtenue par électroencéphalogramme serait acceptée dans certains états américains comme une preuve scientifique, au même titre que les empreintes digitales ou génétiques.

 

Visiophone et domotique

L’appel vidéo de Rick Deckard à  Rachael est un exemple de situation où la technologie actuelle a rattrapé celle présentée dans le film. 

Deckard est cerné par les appareils électroniques chez lui, notamment de reconnaissance vocale. Il utilise une identification d'empreinte vocale pour rentrer à son domicile. Et a recours à une carte électronique pour ouvrir sa porte d'entrée, comme dans les hôtels aujourd'hui.


On voit Eldon Tyrell utiliser également un assistant virtuel chez lui. Par contre il s'éclaire avec des bougies ! 


Photographies

Contrairement au film les photos Polaroid ne sont plus autant en vogue en 2019 qu'à l'époque. Bien que le système soit ressorti avec la mode du vintage. 
Les réplicants ont recours aux photos pour prouver à eux-mêmes autant qu’aux autres qu’ils ont existé en un temps et un lieu passés.
Rachel montre ainsi une photo d'elle et sa mère (enfin c'est ce qu'elle croit).


Tins d'ailleurs, détail troublant, dans une scène coupée du film, Deckard observe une photo de lui où il pose avec son ex-femme, devant une maison qui ressemble beaucoup à la maison d’enfance de Rachel.

 

La machine Esper que Deckard utilise dans son appartement est un scanner couplé à une imprimante et à un système d’affichage, le tout est piloté par sa voix. Elle lui permet de trouver des indices en effectuant des zooms sur les différentes parties d'une photo grâce à un quadrillage et de distinguer des éléments qui n'étaient pas visibles auparavant.

Apparemment il existe des logiciels capables de créer des vues 3D interactives à partir d'une seule image en 2D.

 

Voiture volante

Les voitures volantes de "Blade runner" sont des spinners, elles seuvent rouler comme un véhicule terrestre et décoller aussi bien verticalement qu'horizontalement.

Comme je le racontais déjà dans mon dossier sur "Retour vers le futur" qui se déroulait en 2015 (ICI), la voiture volante est un des grands fantasmes des films sur le futur :  "Le 5ème élément", "Judge Dredd", etc... Elle est pourtant encore bien loin d'envahir nos voies aériennes. 




Colonies sur Mars

Après le débarquement de l'homme sur la Lune en 1969, Mars constitue la prochaine étape de la conquête spatiale mais ce n'est pas pour tout de suite. Même si lors d'un discours prononcé à l'occasion des 50 ans d'Apollo 11 (juillet 2019), la Nasa a fixé 2033 comme objectif pour envoyer une mission vers la Planète rouge.
Ca semble quand même très optimiste ! 


Environnement et mondialisation

La situation environnementale de notre planète n’est pas aussi dramatique que celle du film, mais la pollution est tout de même massive et certaines espèces animales et végétales ont déjà disparu. 

On vit également, comme dans le film, dans le monopole des multinationales tentaculaires et la mondialisation. Et l
'aspect consumériste est bien décrit avec les très nombreuses publicités qui apparaissent sur les panneaux géants.
Aujourd'hui on est cerné par les images et la publicité, partout, tout le temps.

 

Storyboards originaux


Voici des storyboards de 1982 avec des annotations manuscrites. Ca me fascine toujours de voir ce genre de documents d'époque.

 

Clichés non officiels 


Entre deux prises du film, l’actrice Sean Young a réalisé toute une série de polaroids des coulisses du tournage. Les couleurs et les lumières spécifiques du flash de cet appareil donnent tout leur charme aux images.
Pour la petite histoire, Polaroid était aussi une des marques présentes dans le film, au même titre que Atari, Coca Cola et TDK.

Des selfies avant l'heure ! 

 

Quelques photos insolites et drôles des acteurs en pleine détente entre deux prises.

 


Ci-dessous une courte vidéo de Rudger Hauer lors de sa scène finale sous la pluie. Il a dû en baver le pauvre avec ces conditions difficiles.



Et enfin, pour clore ce très gros dossier sur une note douce et romantique, voici le splendide "Love theme" de Vangelis avec Deckard et Rachel.

Commenter cet article

Dom 18/09/2020 20:59

Bonjour ,
très bon film que j'avais vu au ciné à l'époque , marrant de voir maintenant que l'action du film se situe l'année dernière en 2019.
Pour les fans , "Antenne 2" diffuse Blade Runner 2049 ce Dimanche

Nath-Didile 22/09/2020 12:19

Bonjiur Dom. Oui ça fait toujours bizarre d'arriver aux années en question dans les films. Et de voir le décalage du coup.

renard 13/08/2020 16:41

je n ai pas lu entièrement l article car je n ai jamais vu ce film je vais le regarder il a l air super bien

Nath-Didile 13/08/2020 16:58

ah il faut aimer la science fiction et la dystopie.Si tu le vois, reviens lire mon article, tu me diras ce que tu en penses.

Buck Banzai 09/12/2018 19:04

Mon film préféré tous genres et toutes périodes confondues. C'est une adaptation très libre du roman : le film se focalise sur la quête des androïdes à la recherche de leur créateur tandis que le roman se focalise sur l'enquête de Deckard et sa quête intérieure. Le film est encore techniquement impressionnant avec un Ridley Scott au meilleur de sa forme et des effets spéciaux sublimes de Douglas Trumbull. Je n'ai vu que le montage de 1992 et je trouve la scène finale carrément géniale : Harrison Ford qui ramasse la licorne en origami, hoche de la tête puis entre dans l’ascenseur avec Sean Young (sublime), les portes se referment, fondu noir, thème electro de Vangelis, crédits... Magistral ! Ca me donne des frissons à chaque fois.

Nath-Didile 12/12/2018 12:13

Bonjour Buck Banzai. Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire le livre. Oui pareil pour la fin, j'adore celle-là ! Merci pour ton comm' ;-)

Jeff 18/09/2017 00:32

Un classique. Je l'ai relu il n'y a pas longtemps. Mais parmi les films de cette période je lui préfère "Mad Max", sauvage et déjanté.

Nath-Didile 18/09/2017 11:11

Oui plus sauvage en effet. Jamais lu "Blade runner" pour ma part, il faudra que je m'y mette.

Nath-Didile 26/06/2012 10:53

Merci pour ton comm' Bénédicte. Très intéressante cette info sur Kim Wilde, j'ai pu écouter cette chanson, elle est sympa, merci à toi !

BENEDICTE 24/06/2012 17:06

J'étais petite la première que j'ai visionné ce film et cela tout à fait par hasard. Mon frère avait acheté un lot de vidéocassette vierges et le film était offert dans le lot. On l'a donc maté
tous les deux sur le magnétoscope familial. C'était le bon temps de la VHS. En plus c'était la version avec la voix off de Harrisson Ford donc on comprenait mieux le film. Quand le film est
ressorti au cinéma au début des années 90 j'ai été déçue de ne plus entendre les commentaires de l'acteur. Heureusement pour moi que j'avais déjà vu le film sinon je n'y aurai rien compris. Kim
Wilde avait d'ailleurs écrit une chanson en s'inspirant du film. Le titre du morceau s'intitulait "bladerunner" (forcément) et il est disponible sur son quatrième album "Teases and dares".
D'ailleurs on entend quelques extraits audio du film dans l'introduction pour info.

Nath-Didile 21/10/2011 00:16


Parfait ! alors enjoy ! Et reviens me dire ce que tu en as pensé :-)


pumpum 20/10/2011 23:41


Je suis en train de le télécharger en HD ;)


Nath-Didile 20/10/2011 22:53


Merci Ben ! Tu verras, tu ne seras pas déçu je peux te l'assurer ! Je te l'amène dans une semaine si tu veux :-)


pumpum 20/10/2011 22:00


et dire que je n'ai jamais vu ce film...je ne connais que la B.O. du grand Vangelis.Merci pour cet article qui me donne envie de rattraper cette grave lacune ! ^^


Les petits dossiers des Copains d'abord

Le blog a reçu plus de
2 millions de visites
depuis sa création le 18 août 2011

194 articles sont en ligne

 

Dernière mise à jour  : 
29 septembre 2020

 

 

Compteur Global gratuit sans inscription
 

 


Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux grands enfants et j'habite dans la banlieue de Bordeaux.
Soyez les bienvenus sur mon blog, je vous invite à faire un plongeon bienfaisant au pays des souvenirs à mes côtés.
Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image :

 

Liste des articles du blog

MUSIQUE

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
-
"Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
-
"Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  "Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé

Quand Corynne Charby était mannequin

- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- La Lambada : le plagiat de l'été 1989
- Les Mini-Star de la mode
 

 

PUB

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam
L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
-
La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste
- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale
- Les disques de pub
- La pub culte Telefunken en 1982



JEUX ET JOUETS

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
-
Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran
Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Catalogue de jouets La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Catalogue de jouets La Redoute 1978-79
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1974
- Catalogue de jouets Axe 1979
- Les jeux d'eau et d'adresse
Magneto, les héros magnétiques des 70-80's
- Les super héros de l'espace 78-84
Catalogue de jouets BHV 1984
- Catalogue de jouets Galeries Lafayette 1981

Catalogue et pubs jeux Nathan et Laffont 80-84


 


CINE

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner, de 1982 à 2019
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage
- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985
- Le Splendid et les voitures de 1982
- Mes collections ciné 70-80's au salon du vintage 2019



PETITES DOUCEURS
REGRESSIVES


- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's
- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80
- Le biscuit Bamboula et son scandale
- Chocolats et friandises de Noël

- Les barquettes 3 Chatons et leurs cadeaux



TELE

Les speakerines des années 50's à 90's
- Série La Pierre blanche
- Emission Papivole
- Dessin animé Waldo Kitty
- Emission Declic (Vision on)
- Série Matt et Jenny
- Série Les années collège
- Série Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Emission 
Les Visiteurs de Noël
- Emission Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Emission Télétactica
- Série Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Série Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera
- Série Les brigades du tigre
- Série Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Série Mon ami Ben
- Série L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Emission Téléchat
- Emission Les voyageurs de l'histoire
- Série Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Livre Les Visiteurs de notre enfance
- Emission Maxi Tête
- Dessin animé Le Croque-Monstres Show

- Ulysse 31 et Tonimalt
 

SOUVENIRS ENFANT / ADO

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
- Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget
- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80
- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Vêtements : les horreurs des 70-80's
- Mickey Stars, les stars déguisées
Dis Jérôme... c'était comment les années 1970
- La folie des pin's 1987-92

- La mode du jean neige 1988
Cages à poules, tape-culs et tourniquets

Les camions des marchands ambulants

 

ECOLE

Les fournitures scolaires des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré
Les stars des fournitures scolaires
- Feutres souris et clowns, feutres du magicien

- La rentrée avec Pif et ses gadgets



L'ILE AUX ENFANTS

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants
- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May
- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants

- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- Casimir Phildar



Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

 

La bible des jouets des années 70 et 80 dans ce magnifique ouvrage de Sébastien Carletti et Vincent Dubost (Collection Albums).
J'y apparais en photo !

https://img.over-blog-kiwi.com/0/93/14/83/20171103/ob_2313bd_9782258077478.jpg

 

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).

 

 

 








A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection). Plus d'info ICI.

http://i39.servimg.com/u/f39/15/85/23/92/nos-an10.jpg


Un deuxième fabuleux ouvrage d'Osibo Productions sur les deux autres émissions cultes de Christophe Izard "Les Visiteurs du mercredi et "Les Visiteurs de Noël", un délicieux bond dans les souvenirs télévisuels de notre enfance. (Hors Collection). Plus d'info ICI.

 

https://img.over-blog-kiwi.com/0/93/14/83/20171103/ob_c3e5da_ob-c2402d-face-les-visiteurs-de-notre.jpg

 


Le très joli livre signé Francis Elzingre et Jérôme Bonaldi sur le thème des années 70 auquel j'ai apporté ma petite contribution avec des photos de mes collections. Plus d'infos ICI.

 

















"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance.
 

http://i59.servimg.com/u/f59/15/85/23/92/index10.jpg 

Hébergé par Overblog