Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:25
 
 
La fameuse série de publicités avec les martiens de Lustucru date d'il y a plus de 25 ans mais elle reste encore bien présente dans les esprits.
Retour sur cette joyeuse saga où les martiens coquins faisaient tourner la pauvre 
Germaine en bourrique !


Germaine
 
Le personnage existait avant l'arrivée des fêlés, il a été créé en 1975 par l'agence Belier-Conseil. Souvenez-vous du slogan "Il n’y a pas d’œuf fêlé chez Lustucru" qui ponctuait une série de films se déroulant à la campagne autrefois.

A cette époque les publicitaires jouaient sur les valeurs authentiques du produit.
Lustucru étant un fabricant de référence pour sa recette traditionnelle de pâtes aux œufs, la formule a très bien fonctionné jusqu'en 1983. Mais la marque avait du mal à séduire de nouveaux clients, notamment les jeunes de moins de trente ans (en particulier les mères de famille) et les enfants. De plus il fallait aussi contrer le 
concurrent Panzani, qui avait fait trés fort avec sa série de pubs avec Don Patillo.


Les Martiens débarquent

En 1984, la marque a donc l'idée de changer de concept et de style. Avec un budget de 3,6 millions de francs, elle demanda à l’agence Belier-Conseil de créer, sous la 
réalisation  d’Etienne Chatillez (qui n'était pas connu à l'époque), la saga des martiens qui a duré jusqu’en 1989.
 

Lustucru les fêlés

Avec les petits hommes verts, changement donc radical de ton. Mais  Germaine est toujours là, elle créé le lien entre l’ancienne et la nouvelle campagne. La mamie à l'éternel charlotte en dentelle est placée cette fois dans un contexte plus dynamique, plus sympathique et surtout plus drôle qui permet d'amorcer un rajeunissement de la marque.

L’idée de départ de Belier-Conseil était de montrer des gens ayant tellement envie de manger des pâtes Lustucru, qu’ils seraient prêts à tout pour y parvenir. Ils avaient donc pensé à une série d’enlèvements de Germaine, par la mafia, par des émirs arabes et par des martiens.
C’est au final cette dernière idée qui a été retenue par un panel de clients types.
A cette époque, il faut souligner qu'on était déjà dans un contexte qui faisait la part belle aux extra-terrestres avec "La soupe aux choux" sorti en 1981, "E.T" en 1982 mais aussi l’émission "Temps X"  qui a duré de 1980 à 1985 et puis surtout avec les deux comparses verts Brok et Chnok des "Visiteurs du mercredi" qui avaient déjà donné l’image d’extraterrestres sympathiques et rigolos à la fin des 70's. En fait l’agence a eu l’excellente idée de surfer sur ce courant. 

Série de 4 autocollants avec les martiens :


 
Grâce à cette campagne, Lustucru a gagné 8% de notoriété en deux ans et la brave Germaine est passée de faire-valoir de la marque (celle qui râle parce qu'on ne veut pas accepter ses oeufs fêlés) au symbole de qualité et de savoir-faire. Elle aussi a pris un sacré coup de jeune !

 

Making-of

Les dessins des martiens ont été conçus par Gilles Formosa, auteur de BD et illustrateur. Les marionnettes ont ensuite nécessité un mois de travail, de retouches et d’essais par Acmé Fllms. Elles ont été fabriquées en mousse polyuréthanne à expansion recouvertes d’une pellicule de latex vert. Elles étaient animées avec des baguettes.
  Montage-1.jpg

Une équipe de marionnettistes était chargée de leur donner vie. Il fallait jusqu'à trois techniciens pour mouvoir certains personnages comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

Montage-2.jpg


Produits dérivés

A l'époque, je me souviens qu'on trouvait les martiens un peu partout et sous toutes les formes autour de nous : des autocollants, des crayons, des gommes, des étiquettes etc....On pouvait s'en procurer en collectionnant les points sur les boites de pâte, les "points fêlés".






 
2010 : le retour des Martiens

Quelle ne fut pas ma grande surprise en faisant des courses en septembre 2010 de revoir la Les-martiens-avec-Nath.jpgbonne bouille verte de nos martiens préférés en supermarché ! D'ailleurs, j'ai été tellement surprise et heureuse que j'ai demandé à l'amie avec qui j'étais de me prendre en photo à côté de la PLV, si j'avais pu je l'aurais embarquée !
C'est souvent dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes, c'est bien connu et c'est ce qu'ont dû penser les créatifs de chez BDDP Unlimited qui, pour marquer le retour en force des martiens fin août 2010, ont créé un site internet, une application pour iPhone et une série de profils Facebook pour chacun des petits hommes verts, tout ça en plus bien entendu d'une campagne de pub en mode "24h chrono".


 
J'avoue que même si les revoir en magasin m'a fait plaisir, je préfère de loin la bonne vieille campagne de 1984-87. Pour moi la vraie Germaine, c'est celle qu'on voit dans ces spots-là. Ils ont bien essayé de mettre une autre actrice à la place par la suite mais ça n'a jamais été aussi bien malgré la charlotte, le tablier et le châle. C'est comme si on mettait un autre Don Patillo ou un autre monsieur Marie, ces icônes de pub sont irremplaçables pour moi.
 
Voici une petite compil que j'ai faite des spots de 1982 à 2010, il y en a certains que je ne connaissais pas à l'époque, notamment celui pour noël que je trouve vraiment trés drôle !
Lustucru les fêlés
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 17:42



Voici une vitrine miniature réalisée à l'occasion d'un concours de bricolage spécial noël sur un forum. J'avais choisi de réaliser ma chambre d'enfant en 1980, lorsque j'avais pile 10 ans. La vitrine fait 30 x 20 cm (sans le cadre) et 12 cm de profondeur, le boitage est en carton-plume.
Je me suis prise en photo avec elle devant ma collection pour  montrer l'échelle.


Pour la petite histoire, le papier peint de la chambre miniature est exactement le même que celui que j'avais dans ma chambre dans le HLM où j'habitais avec ma maman. D'ailleurs c'est à partir de cette photo où on me voit ci-dessous à 9-10 ans dans ma chambre que j'ai reconstitué la tapisserie miniature grâce à Photoshop, en copiant petit bout par petit bout afin d'obtenir une grande surface, puis je l'ai imprimée à la bonne échelle et collée sur le carton-plume.

Les meubles étaient exactement comme ça, c'était de l'aggloméré recouvert de plastique orange et blanc comme ça se faisait beaucoup dans les années 70, style Formica.
Sur la photo, je suis donc assise sur le lit q
u'on voit dans la vitrine.

Et dire que plus de 30 ans séparent ces 2 images... le temps file !

Tous les meubles ainsi que le plancher sont fabriqués en balsa, j'utilise un cutter de maquettiste pour tailler les petits pièces et une mini-boite à onglet avec une mini-scie pour couper les différents éléments des meubles. Je ponce avec une lime à ongle et je colle avec de la néoprène. Je peins ensuite avec de la peinture acrylique.

Les objets en plastique sont fabriqués en pâte Fimo, une pâte à modeler qui cuit au four. Ca se modèle assez bien et ça tient bien dans le temps contrairement à la pâte à sel.


Sur le lit on aperçoit un Télécran, c'est un jouet avec lequel je me suis beaucoup amusée. Je n'ai pas eu de mange-disque quand j'étais petite, j'avais un electrophone-valisette comme ça se faisait beaucoup en ce temps-là, mais j'en ai dégoté un depuis en vide-grenier, c'est vraiment marrant comme principe.

Les visuels des livres et des disques sont réduits avec Photoshop puis imprimés et collés sur une plaquette trés fine de balsa pour que ça fasse une tranche et une épaisseur.

Sur la table de nuit, on aperçoit le jeu électronique Simon que j'adorais mais que je n'ai eu qu'en version mini comme on peut le voir sur l'image ci-contre. On aperçoit aussi une tablette de chocolat Merveilles du monde et des chewing-gums Spring-gum. De délicieux souvenirs gustatifs !

Le Casimir et le Simon sont fabriqués en pâte Fimo.

Voilà un meuble typiquement 70-80's : le secrétaire, avec sa planche de bureau rabattable, on pouvait mettre tout son bazar dedans, une fois fermé la chambre paraissait rangée !



Nath-chambre-02.jpgJe l'ai gardé assez longtemps, jusqu'à mes 17 ans je crois. On me voit ici assise devant ce meuble dans ma chambre d'ado. Je n'ai pas l'air ravie, mais j'imagine que je n'avais pas trés envie que ma maman me prenne en photo ce jour-là !

J'adorais cet album Panini de l'île aux Enfants qu'on voit sur le bureau, je l'ai toujours d'ailleurs, j'y tiens beaucoup. j'ai la chance de l'avoir complet maintenant, des amis m'ayant offert les images qui me manquaient à l'époque.

On peut voir aussi un Rubik's cube, le symbole 80's par excellence et un View-Master, objet que je chéris particulièrement.

J'ai aussi placé une pochette de Treets et une de Bonitos ainsi que des décalcomanies, j'adorais ça ! J'aimais aussi beaucoup mon Spirograph, je passais des heures à faire de jolis dessins avec. J'en ai retrouvé un vitrin15en vide-grenier l'année dernière, le même que celui que j'avais à l'époque, quelle joie pour moi !

Le Goldorak a été compliqué à faire, surtout la tête, ça n'est vraiment pas facile de fabriquer un jouet solide avec une matière molle au départ (pâte Fimo).

Pour le siège, j'ai fabriqué un petit tabouret à vis en bois (balsa), ça se faisait aussi beaucoup dans les chambres d'enfant et d'ado à cette époque, et j'en avais un comme celui-là, en pin non verni.

Là on peut voir quelques-uns de mes jeux favoris, Badaboum, Canon Noir et un jeu avec des clous de couleurs qui permettaient de faire des dessins en les plantant sur un support ajouré, ça faisait une sorte de mosaïque, ça s'appelait Fantacolor.

vitrin17-copie-1.jpg

Sur le dessus du secrétaire, il y a aussi le jeu Piège que j'aimais beaucoup. Et en guise de poubelle, un baril de lessive rond, comme ça se faisait dans les années 70. On le décorait avec du papier Venilia, souvenez-vous.

J'ai eu tout ce qu'il y a dans cette pièce à part le porte-manteau en peluche (à mon grand regret d'ailleurs) et le jeu "Perds pas la boule", mais je me suis rattrapée depuis en l'achetant en vide-grenier.

J'ai mis plus d'une trentaine d'heures je pense sur cette vitrine, c'est beaucoup de boulot mais aussi un vrai plaisir à bricoler.
 

J'espère que cette petite visite dans ma chambre d'enfant vous aura plu et rappelé à vous aussi des tas de jolis souvenirs !

Nathetlavitrineminiature80s
Repost 0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 20:27
Ouverture-speakerines.jpg      
Au royaume des speakerines, comme dans l’Ile aux enfants, c’était tous les jours le printemps et la vie était belle. Ces reines de la télévision ont marqué nos mémoires avec leur sourire et leur gentillesse. Vous allez pouvoir vous rendre compte que ces visages que vous pensiez avoir oubliés vont vous évoquer des tas de souvenirs !

La fonction de speakerine ou "coordinatrice des programmes" est officiellement créée en 1949. Choisies pour leur charme et leur aisance, elles présentaient les programmes à venir aux téléspectateurs. Elles devaient aussi faire preuve d’imagination et d’esprit d’à-propos quand il leur fallait prendre l’antenne en direct et meubler les interruptions de l’image et les problèmes techniques.
Souvenez-vous de cette petite phrase écrite sur nos écrans : "Nous nous excusons de l'interruption momentanée de l'image. Dans quelques instants la suite de notre programme".
La première speakerine, Jacqueline Joubert (la maman d’Antoine de Caunes), avait ainsi dû tenir l’antenne pendant plus d’une heure !

Les premières speakerines étaient systématiquement assises sur une chaise lorsqu'elles intervenaient à la télévision, on ne voyait que leur buste. Bonjour la taille de la garde-robe, il n'y avait pas deux passages à l'antenne avec la même tenue ! La plupart du temps, les décors étaient neutres sauf pour les fêtes de noël et du nouvel an où là on avait droit à de jolis décors scintillants avec des sapins, des boules colorées etc… puis les décors de studio ont laissé la place aux logos des chaines derrière elles en incrustation avec la technique de l'écran bleu.
 
Voici donc un petit palmarés de toutes ces têtes familières, par ordre chronologique :
 
Denise Fabre (depuis 1962)

C'est LA reine des speakerines ! Elle souhaitait devenir hôtesse de l'air mais débuta à 19 ans comme speakerine à Télé Monte-Carlo puis sur la deuxième chaîne (Antenne 2) de l'ORTF pour Denise Fabrealler ensuite sur la première chaîne (TF1) pendant trente ans, jusqu'en 1992. Son naturel, sa gaieté, ses yeux en amande et ses fous rires communicatifs (notamment avec Garcimore, on s'en souvient tous)  l'ont rendue très populaire. En 1975, lors de la première émission des Sept d’or, elle reçu le prix de la meilleure speakerine. Elle a obtenu le Sept d'Or de la meilleure présentatrice de télévision en 2001 également. Elle a animé bon nombre d’émissions : « Et maintenant jouons… », »Télé-Dimanche », « Au plaisir du samedi ». Partie en 1992 de TF1, elle y revint en 1996 pour présenter Télévitrines, une émission de téléachat. En  novembre 2008 à l'âge de 66 ans, elle devient adjointe au maire de Nice Christian Estrosi, elle celèbre même des mariages !
En 1980, elle a eu des jumelles et a fait plusieurs "Une" de magazines. Thierry Le Luron qui n'était jamais en reste pour la caricaturer avait fait une photo avec une peluche E.T dans chaque bras, trés drôle !

denisefabreparThierryleluron-copie-1.jpg   

Evelyne Dhéliat (depuis 1969)

Elle a été speakerine de 1969 à 1982 sur TF1. Elle a animé plusieurs émissions : « À la bonne heure », « Grand prix de l’Eurovision », « La Maison de TF1 », « Ravis de vous voir », "C’est bon à savoir". Lui faisant obtenir le Sept d’Or de la meilleure présentatrice en 1985. Elle est ensuite devenue présentatrice de la météo. En 2000, elle est nommée directrice du service météo de TF1. Depuis le 1er mars 2009, elle est la chef du service Météo de LCI.

Evelyne-Dheliat-bande.jpg

Evelyne Leclercq (depuis 1975)

Elle a commencé sur FR3 Côté d’Azur puis est arrivé en 1975 sur TF1. Elle a eu le Sept d’or de la meilleur speakerine en 1986. Elle a co-présenté sur TF1 le jeu "Tournez manège" de 1985 à 1993, aux côtés de Simone Garnier et Fabienne Egal. Elle a quitté la télévision en 1993, lorsque l'émission s'arrêta. Par ailleurs, elle a sorti plusieurs 45 tours de 1978 à 1988. Elle joue régulièrement dans des pièces de théatre et a animé durant deux étés la tournée "Ici Paris". Elle est aussi devenue businesswoman, on peut apercevoir son portrait dans des pubs pour agences matrimoniales.
 
Evelyne Leclercq bande

Fabienne Egal (depuis 1976)

Elle fit ses débuts à la télévision à la fin des années 1970 comme speakerine, après avoir répondu à une annonce de TF1 qui recherchait deux speakerines étudiantes. Elle a aussi animé des émissions en direct comme Les pieds au mur avec Nicolas Hulot (1980), "La Une chez vous" (1985 à 1987) et surtout bien sûr "Tournez manège". Quand l'émission s'est arrêté, Fabienne quitta TF1 pour RTL9 où elle anima le jeu "Doublé-Gagnant" avec Thierry Guillaume. En 1999, elle co-présenta la dernière édition de « Jeux sans frontières ». Elle est aujourd'hui enseignante à la fac de Dauphine et dans diverses écoles, où elle donne des cours de média-training. Elle fait aussi du coaching en entreprise et anime séminaires et colloques.
 
Fabienne Ega bandel
 
Dorothée (1978)

En 1976, Henri Kubnick lui confie la présentation du jeu "Réponses à tout" dans lequel elle utilise son vrai prénom (Frédérique). L'expérience ne dura que quelques semaines, elle entame ensuite une traversée du désert qui dure 8 mois. En 1977, Antenne 2 cherche des speakerines, elle passe les tests avec succès et débute au mois de mars. Elle reste speakerine jusqu'en 1983 ,malgré ses nombreuses autres activités. Elle a été comme chacun sait animatrice de Récré A2 de 1978 à 1987 puis du Club Dorothée de 1987 à 1997.
 
Dorothee-bande.jpg

Virginia Crespeau (1980)

Se destinant à une carrière de comédienne, elle intègre le Conservatoire régional d'art dramatique de Marseille, mais échoue au concours d'entrée du Conservatoire national supérieur d'art dramatique à Paris. Elle commence sa carrière à la télévision en 1975, en animant l'émission pour enfants « Vacances animées » aux côtés de la marionnette Crocosel. Pour l'occasion, elle interprète avec ce dernier les génériques de l'émission. Elle devient ensuite speakerine à partir du 10 juin 1980 sur Antenne 2. En 1992, elle anime l'émission « Présence protestante » le dimanche matin sur France 2 et réalise des documentaires. Elle se convertit au luthéranisme en 2000, sous l'influence de la productrice de l'émission.

Virginia-Crespeau-bande.jpg

Carole Varenne (depuis 1980)

Ma préférée, je la trouvais terriblement jolie avec ses longs cheveux bruns, elle ressemblait un peu à ma maman à cette époque. Elle représentait pour moi la beauté et la douceur. Sélectionnée parmi 17 candidates, elle fut initialement engagée pour remplacer Denise Fabre alors enceinte (1980). Elle a été speakerine sur TF1 jusqu’en 1992. Elle a joué dans le feuilleton de l'été de TF1 en 1988 qui s'appelait "Le vent des moissons" ainsi que dans "Marie Pervenche". Elle a animé une émission animalière sur Radio Montmartre de 1996 à 1997. Elle est plusieurs fois grand-mère.
Carole-Varenne-bande.jpg
 
Elisabeth TordjmanÉlisabeth Tordjman (depuis 1981)

Elle débute sa carrière télévisuelle en tant que speakerine sur Antenne 2. En 1986, elle la quitte pour rejoindre La Cinq de Silvio Berlusconi pour coprésenter avec Roger Zabel, « Pentathlon » un jeu télévisé qui seulement duré quelques mois. Elle redémarre à la télévision après 8 ans d’absence dans une émission de télé-achat. Parallèlement, elle fait des piges à la radio, pour France 3 - Île de France et pour la chaîne Escales.
Carole-Serrat.jpgEn 2005, elle a ensuite animé les émissions "2ème chance" et "Dites-moi tout !" sur Direct 8.

Carole Serrat

Après une vague carrière de chanteuse au japon sous le nom de Martine Seror et quelques 45 Tours (elle aurait eu parait-il pas mal de succés au Japon au début des années 1990), elle tirera sa révérence. Elle est depuis devenue sophrologue en maternité. Elle est devenue "experte bien-être" sur Europe 1 et sophrologue à l'hôpital américain à Paris et en entreprises.
 
Patrick Simpson-Jones  (depuis 1982)

Premier « speaker » ou « speakerin » pour Antenne 2, il intègre en 1978 l'équipe de Dorothée dans Récré A2 puis le Club Dorothée jusqu'en 1996. Il s'essaya notamment dans la chanson dans le cadre des émissions pour la jeunesse qu'il anima (entre autre San Ku Kaï, Zeltron et Marotte et Charlie). Il a travaillé aussi avec William Leymergie dans l'émission Télématin qu'il présenta à de nombreuses reprises entre 1985 et 1987. Il remplaça également Patrice Laffont à la présentation "Des chiffres et des lettres". En 1991, il co-présente le jeu « La Ligne de chance » sur La Cinq. Il anime ensuite Télévitrine sur TF1. Il vit actuellement en Floride, aux États-Unis, où il est président de la société "Post A Photo Group".

Patrick-Simpson-Jones-bande.jpg
 
Gilette Aho (depuis 1982)

Originaire d'outre mer, elle officiait sur Antenne 2. Elle a obtenu le 7 d’or de la meilleure speakerine en 1987. Elle est à présent "adulte-relais" dans un lycée de l'Ile de la Réunion.

Gilette-Aho-bande.jpg
 
   
Claire AvrilClaire Avril (depuis 1983)

Speakerine sur TF1, on ne sait pas grand-chose d’elle sinon qu’elle a écrit plusieurs livres dont "Bastide blanche" (1986) et "En chute libre"(1987).
 
Valérie Maurice (depuis 1985)

 Valerie MauriceLorsqu’elle était à Rouen, elle payait ses cours de théâtre en étant speakerine pour FR3 Normandie. Arrivée à Paris, elle a continué, sur Antenne 2, avec toujours en tête le rêve de devenir comédienne. Après l’animation de « matin bonheur », elle se fixera sur le point-route (1992)
 
Brigitte SimonettaBrigitte Simonetta

Sa carrière débuta sur Antenne 2 à l'occasion d'un des premiers « télé-crochets » lors duquel elle est choisie en même temps que Dorothée pour devenir speakerine. Elle a donc été d'abord speakerine puis présentatrice de la météo sur Antenne 2 puis sur la chaîne du câble Santé Vie dans les années 2000 dans l'émission Femmes-Enfants. Elle est aujourd'hui salariée chez GDF SUEZ.
 
Marie-Ange NardiMarie-Ange Nardi (depuis 1987)

Marie-Ange fit des études de psychologie, qu'elle finança avec son job de speakerine sur FR3 Marseille. En 1985, elle passa sur Antenne 2 comme remplaçante d'une speakerine. Elle fut 7 d’or de la meilleure speakerine en 1988. Au cours de sa carrière, elle a principalement animé des jeux télévisés :  « Jeux sans frontières », « Pyramide », « Qui est qui ? » etc… Elle présenta également sur France 3 l'émission "40° à l'ombre".
    Lionel Cassan 
Lionel Cassan (depuis 1987)

Il débuta à 19 ans sa carrière sur Radio Andorre où il fut engagé pour présenter de nombreuses émissions puis sur la radio concurrente Sud Radio, où il restera près de 10 ans. En 1987, il anima à Antenne 2 l'émission quotidienne du matin : "Matin Bonheur". Après s'être fait remercier par le service public, il a travaillé à partir de 1999 pour la chaîne "Télé Achat". Il est décédé en 2002, à l'âge 46 ans.
 
Olivie rMinneOlivier Minne (depuis 1990)

A son arrivée à Paris en 88, sans le sous, Olivier Minne frappa à la porte d’Antenne 2, un peu au hasard, après avoir échoué au concours du conservatoire. Il devint aide administratif et exerça l’épanouissant travail de triage d’archives. Jacqueline Joubert, qu'il connaissait, lui fit passer des essais pour les émissions jeunesses car elle le sentait télégénique. Il accepta sans trop y croire, pour l’expérience. Finalement, il devint speakerin. Il annonça les programmes de la chaîne de 1990 à 1993. Il est animateur de Fort Boyard depuis 2003 sur France 2. Parallèlement à ça, il s'est essayé à quelques rôles au théâtre et dans des fictions télé.

Il y en a eu d'autres speakerines. Je me rappelle de Martine Chardon (décédée en 2003 à l'âge de 56 ans), Catherine Ceylac, Patricia Lesieur, Nadia Samir (décédée en 2011 à l'âge de 64 ans), Michelle Maillet et Danielle Askain (ci-dessous de gauche à droite et de haut en bas).

Bande-Chardon--Ceylac--Lesueur--Samir--Askain--Maillet2.jpg
Vers le milieu des années 80, le rôle des speakerines a été progressivement contesté, elles sont passées de mode. Les directeurs de chaines ne les ont pas reniées mais ils ont préféré les traiter comme des cousines de province, bien élevées certes et qui font partie de la famille mais qu’on ne préfère pas trop montrer dans son salon. Cependant personne n’a eu l’audace de les supprimer tout de suite.

Magazines-speakerine.jpg
Et puis elles ont décidé elle-mêmes qu’on ne devait plus les appeler speakerines mais animatrices-présentatrices, c’est ainsi qu’on a confié à certaines d’entre-elles l’animation de petites émissions ou la présentation de la météo.

L'âge d'or des speakerines s'est achevé en 1992 sur TF1 et France 2. Arrivées plus tardivement sur France 3, elles ont continué de présenter les programmes jusqu'en 1993.

 
Ci-dessous un petit sondage IPSOS qui est paru dans le Télépoche du 25 novembre 1985. Il est surprenant de voir à quel point les français étaient encore  attachés à leurs speakerines à ce moment-là.

Sondage-1985bis.jpg

Je garde un souvenir ému de toutes ces charmantes dames qui nous tenaient si joliment compagnie à la télévision quand on était enfant, c’est pour cela que je tenais à leur rendre hommage. Leurs sourires ont aujourd'hui laissé leurs places aux bandes annonces largement moins conviviales et familières et c’est bien dommage. Mais on ne les a pas oubliées et elles ont laissé des traces, à force de détermination, elles ont imposé la gente féminine à la télévision, par delà le rôle dans lequel elles avaient été cantonnées.
 
Pour finir, voici une video que j'ai concoctée où vous pourrez voir la majorité des speakerines de ce dossier :
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Télé
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 17:17

Il suffit de prononcer le nom PEZ pour qu'on ait l'eau à la bouche et un éclat pétillant dans les yeux en se souvenant des petites douceurs sucrées cachées dans le ventre des fameux  petits distributeurs colorés.
Car les PEZ, ce sont bien plus que de simples friandises, ce sont les premiers "bonbons interactifs" : à la fois bons à manger et avec lequel on peut jouer grâce aux distributeurs rigolos.
 
Cette petite sucrerie en forme de briquette d'1 cm de long ne date pourtant pas d'hier, elle a été inventée en 1927 à Vienne en Autriche par le confiseur Eduard Haas III. Pourquoi avoir donné ce si drôle de nom à son bonbon ? En fait, c'est l’abréviation de Pfefferminz (à vos souhaits !), qui en allemand signifie menthe poivrée. Si on prend la première lettre, celle du milieu et la dernière du mot PfeffErminZ, on obtient PEZ (la marque a été déposée en lettres capitales) : c’est court, efficace, international, et puis reconnaissez que c’est quand même beaucoup plus facile à prononcer !

Si le premier parfum commercialisé a été la menthe poivrée c'est qu'à l’origine la petite pastille était conçue pour rafraîchir l’haleine (une alternative aux fumeurs). Le slogan publicitaire était "PEZ la menthe des personnes distinguées".
Contrairement à ce qu’on peut penser, ce produit n’était pas du tout destiné aux enfants au départ.
 
En 1950,  Eduard Haas a une idée de génie : il imagine, avec l’aide de l’ingénieur Oscar Uxa, une petite boite rectangulaire avec un couvercle à charnière de la taille d’un briquet qui permet de distribuer automatiquement les pastilles. Le succès est immédiat.
En 1952, le petit bonbon autrichien fait son entrée sur le marché américain et une petite tête  est désormais placée sur les distributeurs pour les rendre plus attractifs pour les enfants. Là encore, le succès est à la clef et l’entreprise devient vite florissante.

C'est aussi en 1952 que sont apparus les parfums aux fruits : cerise, citron, orange et fraise, Edward Haas pensait que ces saveurs étaient les plus susceptibles de plaire aux enfants.

Le premier personnage connu représenté sur les distributeurs a été Popeye (1958).



La première usine PEZ est construite à New York, avant d’être déplacée à Orange, dans le Connecticut, en 1972.

En 1962, l'entreprise commence à racheter les licences des personnages des dessins animés à Walt Disney : Mickey, Donald, etc...
Dés les années 60, l’entreprise est présente dans plus de 80 pays.

Les contrats de licences avec les producteurs des séries télés et des dessins animés les plus célèbres se multiplient : les personnages de la MGM (Droopy, Tom & Jerry), Warner Bros (Bugs Bunny, Daffy Duck), DC ou Marvel.

Depuis cette époque, on dénombre plus de 550 distributeurs différents avec des milliers de variations, un vrai bonheur pour les collectionneurs de tout poil !

Dans les années 80, d'autres personnages trés populaires sous licence sont apparus sur les distributeurs comme Garfield, Snoopy ou les Schtroumpfs. 

Ci-dessous une publicité magazine avec les sympathiques personnages du Muppet-Show :


 

Des petits pieds ont été ajoutés en bas des distributeurs en 1987 afin qu’ils tiennent debout plus facilement, les rendant plus réaliste par la même occasion. Ce détail permet du coup de dater les distributeurs et de savoir si ce sont des récents ou des très anciens.
 

A part ces petits pieds, les distributeurs n’ont pas changé depuis toutes ces années, ils sont toujours constitués d’un boitier plastique à tiroir muni d’un ressort permettant la distribution à l’unité des bonbons, le tout est surmonté d’une tête de personnage qu’il faut basculer en arrière pour éjecter une pastille.

Les recharges n’ont pas non plus évolué, il y a toujours 12 bonbons par cartouche. Seul le visuel 
a changé au cour du temps.

Evolution packaging

Sur l’image ci-contre, on peut voir l’évolution des packagings. Quand j’étais enfant, à la fin des 70’s, les paquets étaient comme celui du haut, je m’en souviens bien. Ceux que l’on trouve aujourd’hui en magasin sont comme celui du bas.

Les bonbons sont fabriqués aux Etats-Unis et en Autriche alors que les distributeurs sont fabriqués en Chine, en Hongrie et en Slovénie.
La matière première pour les bonbons PEZ est le sucre bien sûr (1 200 tonnes traités par an), il est malaxé, parfumé puis pressé pour fabriquer 300 000 pastilles à l'heure.
Les bonbons sont d’abord conditionnés en cartouche puis mis sous blister, avec ou sans distributeur. Ils peuvent alors être expédiés dans le monde entier.
Fabrication Pez
Les distributeurs les plus vendus de tous les temps sont Mickey Mouse, le Père-Noël et Dino (le personnage des Pierrafeu)

Plus de 4 milliards (oui oui milliards !)  de bonbons PEZ sont consommés chaque année !
Et environ 90 millions de distributeurs sont vendus par an. Il y a plus d’une dizaine de parfums désormais en vente.
 

Il y a eu beaucoup de marchandising autour de la marque, surtout aux Etats-Unis, entre autre des horloges, des chapeaux, des porte-clés, des tasses, des T-shirts, des puzzles, des autocollants, des calendriers etc...
Il y a un tel engouement autour des PEZ, que plusieurs grandes réunions ("convention" en anglais) sont organisées chaque année dans le monde, les collectionneurs peuvent y acheter et échanger des pièces de collection. La plus ancienne convention est la "Pez-A-Mania", qui a lieu à Cleveland dans l'Ohio depuis 1991.

Il existe même un musée Pez ouvert en 1995, le Burlingame PEZ Memorabilia qui se situe à une trentaine de kilomètres au sud de San Francisco.



Une anecdote revient souvent sur le net à propos d’eBay : Pierre Omidyar, le français d'origine iranienne créateur du site, aurait mis en place eBay en 1995 pour permettre 
à sa femme Pamela Wesley d'échanger, puis d’acheter et de vendre les distributeurs de bonbons Pez dont elle faisait la collection. En fait, cette histoire a été inventée par un responsable en 1997 afin d’intéresser les médias et faire connaître eBay, elle a été démentie en 2002.
 
A titre personnel, je me souviens à quel point ces petits bonbons et leurs distributeurs colorés me réjouissaient quand ma maman m’en achetait. Ils étaient toujours placés, comme maintenant d’ailleurs, aux caisses des supermarchés, à hauteur des petits yeux, difficiles de les louper ! A l’époque, je m’appliquais à bien ranger toutes les petites briquettes dans le ventre des personnages pour avoir le 
plaisir ensuite de les déguster une à une, mais il 
faut avouer que c’était très dur de ne pas tout engloutir en moins de 30 secondes ! Et il fallait avoir une bonne dose de dextérité pour arriver à ouvrir le distributeur d’une 

Pifmatic Pez

main tout en soulevant la tête du personnage et placer les pastilles de l’autre, tout un art ! J’en ai eu plusieurs mais j’ai surtout été marquée par un : celui en forme de Pif que j'ai eu quand j'avais 8 ans.
Le Pifmatic (c'est son nom) a été distribué dans 2 numéros de Pif-Gadget, le n°477 (du 11 mai 1978) et le n°807 (du 11 septembre 1984). On pouvait l'avoir de 3 couleurs différentes (pied vert, bleu ou rouge et tête de Pif jaune) et fourni avec un sachet de bonbons. Je n’ai malheureusement pas gardé le mien mais je ne perds pas espoir de le retrouver un jour en vide-grenier.

Pez Pif

Voici ma petite collection avec notamment le Popeye de 1958. Le grand Mickey distribue non pas les petits bonbons mais directement les recharges de 12 bonbons ! 


Voici la pub française de 1983 qui nous tous marquée je pense :
 

 
Et pour finir une video d’un collectionneur américain, trés impressionnant ! 

 

 
Repost 0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 16:55

Dix de chute autre boiteDix de chute est un jeu de stratégie qui a été édité en 1970 par MB (Milton Bradley). Il est toujours distribué de nos jours par Hasbro qui a racheté cette compagnie en 1984.

Le jeu est constitué d'un plateau vertical qui possède de part et d'autre un système de roues munies d'encoches qui communiquent entre-elles et permettent de faire progresser des jetons du haut vers le bas. On y joue à 2, face à face (ou à 4, par équipe de 2).
Chaque joueur dispose de 2 séries de jetons de couleur qui sont numérotés de 1 à 5, le but est de faire parvenir, dans l'ordre croissant, les 10 jetons depuis l'ouverture supérieure jusqu'au réceptacle situé en bas du mécanisme.

Les joueurs actionnent lentement à tour de rôle une des 5 roues, une seule à la fois, dans n'importe quelle direction et autant de fois que voulu, même un tour complet, afin de faire progresser les pions. La roue tourne évidemment dans le sens inverse pour l'adversaire et fait donc aussi progresser ses pions, en bien ou en mal !
Une roue ne peut pas être bougée 2 fois de suite (sauf si le dernier jeton d’un joueur est dans la roue du bas, il peut tourner dans ce cas la même roue que son adversaire précédemment).
Si un joueur fait tomber un jeton sans respecter l'ordre des chiffres, il perd la partie.

Intérieur boite

Variantes : si on sait déjà bien jouer, on peut introduire les jetons dans l’ordre inverse 5, 4, 3, 2, 1 et essayer de les faire tomber dans l’ordre croissant. Ou alors, chaque joueur peut introduire sans regarder les jetons d’une même couleur dans les glissières de son adversaire, le but étant là aussi de faire tomber les jetons dans l’ordre correct.

Une partie dure environ 15-20mn.

Dix de chute est très réussi esthétiquement et il a un côté très ludique avec ses engrenages, on a un peu l'impression de jouer au cambrioleur qui tente de trouver la bonne combinaison afin d'ouvrir un coffre fort !
Ce jeu favorise la réflexion et aide au développement de la logique, on peut y jouer dès 7 ans.
Il repose sur la stratégie et l’anticipation, on doit calculer s’il est préférable de jouer les jetons un par un ou en accumuler plusieurs dès le départ pour que l'adversaire se charge à notre place de les faire tomber. Malgré tout, il y a aussi une part de hasard et c’est ce petit suspens qui le rend intéressant, on craint d'entendre, à chaque fois qu'on actionne une roue, le petit bruit caractéristique du jeton de l'adversaire dans le réceptacle !

 "Dix de Chute" a été édité dans de nombreux pays, sous différents noms : Downfall (en anglais), Cascadix (en Italie), Slotter (en Allemagne) ou Onderuit (au pays-Bas).

Montage 3 boites étrangères

Jeu dix de chuteEn 1984, ce jeu était vendu environ 85 francs.

Je ne l'ai pas eu quand j'étais petite mais je me souviens très bien des publicités de l'époque.
Je l'ai trouvé en vide-grenier il y a quelques années (photo à droite), je le cherchais activement car je n'y ai jamais joué à l'époque, même chez des copains et il me paraissait très sympa.


10 de chute miniJe n'ai pas été déçue, ce jeu est vraiment très divertissant et je me fais souvent des petites parties avec mes enfants.

J'ai trouvé également une version miniature de voyage, il faut une petit clef pour actionner les rouages. Sur la photo à gauche, j’ai placé un jeton de taille normal à côté d’un mini jeton pour qu’on se rende compte de l’échelle.

 

Voici la version récente et très design de Dix de chute qui est actuellement en vente, ça n'a plus grand chose à voir !

513dlGMNTsL.jpg

Pour finir, voici deux pubs télé de 1978 et 1986 :

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Jeux et jouets
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 11:09

1400J'ai découvert ce titre un jour par hasard et il m'a tout de suite plu, c'est un des sommets dans la chanson kitsch et l'occasion unique d'entendre dans une même chanson une bonne partie des styles musicaux des 30 dernières années, à savoir la variétoche, le disco et le rap. Fortiche non ?

Qu'est-ce qui a bien pu lui prendre à Rika de chanter ce titre ? Sans doute l'envie de rajeunir son public. C'était plutôt une bonne idée, sauf que bon... Rika Zaraï en égérie du skateboard, c'est un peu comme demander à Maïté de faire l'apologie de la méthode Dunkan, pas trés crédible !

20La pochette est quelconque, j'imagine qu'elle devait être sacrément occupée par ses activités à côté pour ne pas avoir pris le temps de poser en photo. Dommage ça aurait pourtant été bien marrant de la voir sur une planche à roulettes !

Un petit topo rapide sur Rika Zaraï. Cettte écrivain et chanteuse israélienne, née en 1938, de son vrai nom Rika Gozman, a connu une longue carrière, un peu chaotique il est vrai en partie dû à un grave accident de voiture qu'elle a eu en 1969 et qui l'a plongée dans le coma pendant 6 jours. Mais elle nous a quand même gratifié de quelques succés d'anthlogie comme "casatchok" ou "sans chemise et sans pantalon" (c'est vrai que c'est plus pratique pour les bains de siège !).
Moins drôle : le 3 juin 2008, Rika Zaraï a été hospitalisée en urgence à la suite d'un AVC (accident vasculaire cérébral), souffrant notamment d'une paralysie partielle du côté gauche du corps (hémiplégie). Peu de nouvelle depuis... 

Allez je vous invite à aller faire une petite balade en ville, prenez tous vos skateboards, vos baskets ("chouette c'est sympa tu verras !"), vos casques et vos genouillères, vous vous laisserez glisser, sur les pieds, sur les mains, à l'endroit, à l'envers, vous ferez des slaloms et des sauts et vous laisserez envahir par le "fristile" comme elle le dit dans la chanson.

Une Rika sinon rien !

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Musique
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 09:50

affiche%20film%20roger%20raabit%20annees 80Serait-il enfin devenu raisonnable depuis 1988 ? Eh bien non, toujours pas !... et heureusement, car on prend toujours autant de plaisir à revoir les facéties de ce personnage si attachant et complètement déjanté !
 
L'histoire

Hollywood, 1947. Dans le monde du cinéma, les "Toons", acteurs en dessin animé, cartonnent à l'écran, ils collaborent étroitement avec les humains et représentent une industrie juteuse. Autrefois sacré star du cinéma d'animation, le lapin Roger Rabbit est au 36ème dessous, il est en effet fortement préoccupé pendant les tournages depuis qu'il soupçonne sa femme, la sublimissime et plantureuse Jessica Rabbit, de le tromper. Son producteur, R.K. Maroon, décide alors d'embaucher un privé, Eddie Valiant, pour enquêter sur cette affaire qui s’avère être plus complexe qu’il n’y parait.

 
    roger rabbit annees 80 hoskins

Les personnages
 

Roger Rabbit est un lapin farfelu dont la seule raison de vivre est de faire rire, il est tellement amoureux de sa femme Jessica qu’il en oublie ses répliques quand il tourne ! Il est accusé du meurtre de l'amant de sa femme.

Eddy Valiant (Bob Hoskins) est un détective privé blasé et vaguement alcoolique, il refuse d'aller à Toonville et évite de côtoyer des Toons et pour cause : fait unique dans l'histoire des toons, son frère Théodore a été assassiné par l'un d'eux quelques années plus tot. Fils d'un clown, diplômé de l'école de police, il fut un brillant détective, délivrant Riri, Fifi et Loulou kidnappés ou blanchissant Dingo d'une accusation d'espionnage.

Dolorés (Joanna Cassidy, l'actrice qui joue la réplicante Zhora dans "Blade Runner") est la femme d’Eddy. Elle est tenancière de bar. 

dolores4.jpg

Jessica.jpg
Jessica Rabbit est la femme de Roger, une rousse incendiaire qui fait tourner toutes les têtes lorsqu’elle chante, autant par son physique que par sa voix. Mais comme elle le dit elle-même : "je ne suis pas une bad-girl, je suis juste dessinée comme ça… ".
Allez les garçons, avouez-le, vous fantasmiez tous sur elle à l’époque !

Voici des dessins préparatoires au film :

Recherche dessin Jessica-copie-1

Acme.jpgMarvin Acmé (Stubby Kaye) est le créateur de l'univers de Looney Tunes et le propriétaire de Toonville, la cité des Toons, il adore les farces et attrapes !

Le juge DeMort (Christopher Lloyd, le fameux Doc de "Retour vers le futur") : habillé de noir, le teint livide, il est aussi fascinant qu’antipathique. Il a inventé la "Trempette", le seul produit qui puisse tuer les toons, un mélange de térébenthine, d'acétone et de benzène (mélange habituellement utilisés pour diluer et nettoyer les tâches de peinture). 
"Noooooon, pas la trrrrempeeeeeeette !!!!!"

Juge.jpg


Les Fouines sont les cinq mercenaires du juge DeMort, elles se nomment Greasy, Psycho, Stupid, Wheezy et leur chef, Smart Guy, elles sont toujours en train de ricaner ce qui fait dire au juge : "Un de ces jours, vous allez mourir de rire".

Les fouiness

 

 

Robert Zemeckis et RogerLa création du film 

"Qui veut la peau de Roger Rabbit" (tiens d’ailleurs, petit détail amusant, le titre n’a pas de point d'interrogation, la superstition veut en effet que cela porte malheur pour un titre de film) est le 35ème long métrage de Disney. Il est adapté du roman de Gary K. Wolf, "Who Censored Roger Rabbit ?", sorti en 1981.

Au milieu des années 80, Disney, Robert Zemeckis (photo à droite) et Steven Spielberg s'associent pour en réaliser l'adaptation cinéma, Spielberg tenant le rôle de producteur et Robert Zemeckis celui de réalisateur.
Roger et les menottes
Ce dernier n’était qu'aux tout début de sa carrière cinématographique mais avait déjà à son actif la réalisation d’"À la poursuite du diamant vert" en 1984 et de "Retour vers le futur" en 1985.

Ce film a remis à la mode la technique consistant à mêler p18959146_w434_h_q80-copie-1.jpgrises de vue réelles et images d’animation.

Auparavant, chez Disney, il y avait eu, entre autre, "Les Trois Caballeros" en 1943, "Mary Poppins" en 1964 et "L’apprenti sorcière" en 1971. Ce procédé avait cependant été mis de côté en 1977 suite à l'échec du film "Peter et Elliott le Dragon".


Le tournage des scènes extérieures demarra à Los Angeles en décembre 1986. Les scènes en intérieur furent tournées plusieurs mois après en Angleterre. Quant aux séquences animées, elles furent réalisées aux Cannon Elstree film studios situés en Angleterre également.
Le défi à relever était de taille, faire un film "3 en 1" : à la fois un polar, un long métrage d'animation et un film à effets spéciaux.
Le budget était conséquent, 70 millions de dollars, dû en grande partie à l'intégration d'animations dans des scènes, procédé long et couteux à réaliser.



Making of

Le film a nécessité 1 035 effets d’optique. Plus de 300 artistes travaillèrent pendant 2 ans à temps plein sur les séquences animées. Sachant qu’il faut 1 040 dessins pour une scène de 10 secondes et que ce film compte 56mn d’animation, je vous laisse imaginer le nombre de dessins à faire !


Tout d'abord de nombreux robots ont été créés afin de remplacer chaque personnage animé faisant une action à l'écran (casser des assiettes, tenir un pistolet etc…), ces robots étaient ensuite cachés par l'animation qui les recouvrait.

 

Voiture Eddy
Les animateurs ont étroitement collaboré avec ILM (Industrial Light and Magic), la société d'effets spéciaux de Georges Lucas, qui s'est occupé de tous les effets visuels.
La nouveauté, introduite par Richard Williams responsable de l’animation, était de donner Tournage fond bleude l’ampleur aux dessins avec des jeux de lumière et de volume.
Chaque personnage projette sa propre ombre également, procédé totalement inédit pour l’époque, tout cela les rend très vivants.


Les vrais acteurs devaient donner la réplique à des personnages invisibles et composer avec un environnement souvent virtuel, une sacrée performance !
Bob Hoskins raconte que c’est en regardant sa petit fille de 3 ans jouer avec des amis imaginaires qu’il a en fait trouvé le truc et  ajoute que heureusement Charles Fleicher (qui prête sa voix à Roger en vo) venait sur le plateau, hors caméra, pour lui donner la réplique en portant des oreilles de lapin, des gants jaunes et une salopette orange comme son personnage, cela l’a énormément aidé.



Musique

La musique a été composée par Alan Silvestri, un fidèle de Robert Zemeckis, avec qui il collabora aussi sur "A la pousuite du diamant vert", la trilogie "Retour vers le futur" et sur Une Première Roger Rabbit"Forrest Gump".
Il a également composé beaucoup d’autres musiques de films : "Predator", "Stuart Little", "Abyss " et même la série télé "Chips".
Il a fait un trés bon boulot en jonglant avec les différents styles de ce film : action, polar et cartoon.

 

Succés !

Sorti le 22 juin 1988 aux Etats-Unis (le 18 octobre 1988 en France), le film fit un carton en salles. Plus de 349 Millions de dollars amassés de par le monde, avec notamment 5 878 731 spectateurs en France (soit le 3ème film le plus vu dans l'Hexagone en 1988, derrière Figurine Roger"Le Grand Bleu" de Besson et "L'Ours" d'Annaud).


L'accueil du public fut tel qu’il y eu plein de produits dérivés : une série de BD, des albums Panini, des jeux et jouets de toutes sortes, notamment des petits personnages en plastique chez McDonalds (qui deviendront légions avec les futurs productions Disney).

Le film remporta trois Oscars l'année suivante, pour les meilleurs effets spéciaux, les meilleurs effets sonores et le meilleur montage. Il fut également nominé pour le César du meilleur film étranger mais ne remporta pas le prix.

 

Une suite ?

Disney voulu évidemment surfer sur le succès du film en lançant la production d'un court-métrage avec Roger Rabbit et Baby Hermann, il fut diffusé en avant-programme de "Dick Tracy" sorti en 1990.

Une suite du nom de "Roger Rabbit II : Toon Platoon a été pendant un moment envisagée avant d'être abandonnée. D'autres suites furent proposées, tout d'abord en 1994, "Who Discovered Roger", qui se concentrait sur les origines de notre lapin préféré puis en 1999, un projet de film en 3D a été envisagé mais rien ne se concrétisa.
Aujourd'hui une suite est toujours envisagé mais personne ne sait encore si elle se fera ou pas...

 

Petits secrets de tournage et anecdotes 

 - Une des obligations du film était que les personnages de la Warner (Bip Bip Coyote, Speedy Gonzales, Sam le Pirate etc…)  devaient apparaître aussi longtemps à l'écran que leurs Duel de canard dans Roger Rabbithomologues de Disney. Ainsi Mickey Mouse et Bugs Bunny apparaissent dans une scène mémorable de chute d'un immeuble, et Donald Duck et Daffy Duck , les deux canards vedettes, se livrent à une inoubliable joute musicale au piano ! C’est Spielberg qui a dû convaincre les autres studios de "prêter" leurs vedettes. Pour un forfait de 5.000 dollars le personnage, il obtint la participation d’une douzaine de stars. A l’arrivée, deux seulement manquent à l’appel : Popeye et Fritz le chat, leurs propriétaires jugeant qu’ils valaient plus que ça…

- Le juge DeMort ne cligne pas une seule fois des yeux dans tout le film.

- Deux mois après la fin du tournage, Bob Hoskins raconte "j’avais des hallucinations, je voyais des toons partout !".

- Une scène coupée au montage montrait Jessica Rabbit remettre allègrement ses bas alors que celle-ci avait les jambes croisées. Un peu trop vamp à leur goût, Jessica fut censurée par les producteurs.

- Quand le juge hurle "je fonds", c'est un clin d'oeil à la sorcière dans "le Magicien d'Oz". 
  

Retour vers le futur vitrine- Le tunnel conduisant vers la ville des Toons est celui qui a été utilisé pour filmer la scène où Marty McFly tente de subtiliser l'almanach à Biff Tannen dans sa voiture dans "Retour vers le futur 2".

 - Toujours dans ce dernier film, on aperçoit la peluche de Roger Rabbit (Playskool), vendue avec sa boîte, sur laquelle on peut lire "I talk" ("Je parle") dans la vitrine où Marty achète son almanach. Vu qu’il vient de l'année 1985, il ne connait donc pas encore ce personnage !

 - Dans la scène finale, alors que le juge Demort vient d'être liquéfié, tous les toons du coin débarquent dans le hangar par le mur défoncé. On reconnait entre autre :
Bambi, Bébé Herman, Bip-bip, Betty Boop, Blanche-Neige, Bugs Bunny, Charlie, le grand coq, Daffy Duck, Dingo, Donald, Droopy, Dumbo, Gros Minet, le Grand Méchant Loup, l'un des pingouins de "Mary Poppins", l'un des trois caballeros, Mickey, Minnie, Pinocchio, Pluto, Sam le Pirate, Simplet, Speedy Gonzales, Titi, Woody Wood Pecker etc …

Tous les toons



Quelques répliques que j'adore

- Baby Hermann : "J'ai le vice d'un mec de 50 ans, et le zizi d'un gosse de 3 ans !"

- Jessica : "Vous ne savez pas comme c’est dur d’être une femme qui a mon physique".
   Eddy : "Vous ne savez pas comme c’est dur d’être un homme qui regarde une femme qui a votre   physique".

- Dolorés : C’est la joie d’me revoir ou tu caches un lapin dans ton pantalon ?"

- Roger : "Jessica est la crème de mon café !"
    Eddie : "Ben tu f'rais mieux de le prendre noir parce que c'est Acme qui s'tape la crème..."
 

A sa sortie en salle, je me souviens que j’avais été époustouflée par les extraordinaires prouesses techniques de ce film. Les acteurs jouent formidablement bien, Bob Hoskins et Christopher Lloyd y sont vraiment excellents. C’est un mélange savamment dosé de divertissement, de suspens, de naïveté et d’humour. Les tas de clins d’œil hommage aux anciens dessins animés sont vraiment jouissifs, tout ça donne un sacré concentré de bonne humeur ! Bref j'adore ce film et je ne me lasse pas de le revoir régulièrement, il a vraiment trés bien vieilli.
 

Dessin final


Pour finir, voici un extrait video, difficile de choisir tellement tout est génial ! Je vous ai mis la petite chanson d'Eddie que j'aime beaucoup avec ses rimes douteuses ! 

 

 

 

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Ciné
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 23:33
Coca-Cola-Art Christmas Santa12
Pour nous tous, le Père Noël est un joyeux bonhomme rondouillet et jovial à la barbe blanche, vêtu d'un costume rouge et blanc. On en connait tous la légende : son petit nid douillet secret au Pôle Nord, ses amis les lutins, son atelier de fabrique des jouets, son traineau avec les rennes, sa hotte remplie à ras bord de joujoux. Mais on ne connait pas toujours les origines de ce personnage si familier et on ne se doute pas à quel point la célèbre marque Coca Cola a façonné son image.
 

Les origines : Saint Nicolas

Le Père Noël est inspiré du fameux Saint-Nicolas que les enfants connaissent bien dans les régions du nord-est de la France et certains autres pays comme la Belgique, l'Allemagne, les Saint Nicolas 2Pays-bas et bien d'autres. En flamand, Saint-Nicolas se dit Sinter Klaas , il est célèbré le 6 décembre. Il porte une mitre d'évêque et un long manteau rouge, et il se déplace à dos d'âne. Dans certaines régions, il est accompagné par le Père Fouettard.
Le bon Saint-Nicolas passe dans la nuit du 5 au 6 décembre dans les maisons pour apporter aux enfants sages des friandises (des oranges, des gâteaux, des bonbons, des chocolats et surtout de grands pains d'épices à son effigie).

Lors de la grande vague d’émigration vers l’Amérique au XVIIème siècle, les Hollandais et les Allemands apportèrent avec eux leurs traditions. Adopté immédiatement par les enfants, Sinter Klaas devint Santa Claus. En traversant l'Atlantique, le Saint devint ainsi laïc.


L'évolution de l'image de Santa Claus

La légende qui veut que le Père Noël soit rouge en référence à la couleur de la marque Coca-Cola n'est pas du tout exacte. En fait, il est apparu en manteau rouge bien avant 1931.
Revenons un peu sur l'évolution de son image.

A-night-before--.jpgC'est sûrement à Clement Clark Moore (1779-1863) qu'on doit les fondements même du personnage. En effet, il écrivit en 1822 pour ses enfants le poème "A Visit from St. Nicholas" (communément appelé "The night before Christmas", La nuit d'avant Noël). Ce conte poétique parlait d'un joyeux petit elfe qui distribuait des cadeaux aux enfants par la cheminée et se déplaçait avec un traineau tiré par huit rennes, répondant aux noms de Blitzen, Dasher, Dancer, Comet, Cupid, Donder, Prancer et Vixen. Pour l'anecdote, un 9ème renne du nom de Ridolf fut nightbefore2-1-.jpgrajouté en 1939, il était chargé d'éclairer le chemin du père Noël grâce à son nez rouge lumineux.

La description du St Nicolas de Moore donnait l’image d’un petit personnage jouflu à la barbe blanche, habillé de fourrure avec un petit ventre rond et portant un sac rempli de jouets sur son dos.
Ce poème fut publié pour la première fois dans le journal "Sentinel" de New York, le 23 décembre 1823. Repris les années suivantes par plusieurs grands quotidiens américains, il fut ensuite traduit en plusieurs langues et diffusé dans le monde entier.
Le poème traduit en français est à lire 
ICI.

En 1862, Thomas Nast (1840-1902), illustrateur et caricaturiste (spécialisé dans la satire politique), dessina pour le magazine new-yorkais Harper’s Weekly, le Père Noël avec une barbe blanche, un costume en fourure avec un chapeau assorti et un large ceinturon de cuir.

En 1866, il dessina un Santa Claus en train de fabriquer des jouets. Et en 1885, toujours dans le "Harper’s Weekly", il établissait sur un de ses dessins la résidence officielle du père Noël. On voit sur l'illustration deux enfants regardant sur une carte du monde le tracé de son parcours depuis le pôle Nord jusqu'aux États-Unis.

Ci-dessous sur un Harper’s Weekly de janvier 1863, Santa Claus par 
Thomas Nast avec un habit décoré d'étoiles.
Et en bas à droite le personnage déjà beaucoup plus évolué en 1881.

Santa Claus Nast
Pendant près de 30 ans, Nast illustra au moyen de centaines de dessins tous les aspects de la légende de Santa Claus. Ses Pères Noël ont évolué au cours des années, d'un costume fauve des premiers temps, il est passé au costume rouge que nous connaissons tous.
Ses dessins (une centaine au total) eurent tellement de succés qu'il fit oublier l'image traditionnelle de l'ancien Saint Nicolas : grand, mince et coiffé de la mitre de l'évêque.

Voici deux dessins de Nast qui montrent l'évolution de Santa Claus. Il porte une ceinture rouge.

santa claus Nast couleurs

Norman Rockwell a lui aussi fait des illustrations avec Santa Claus, pour le journal "Saturday evening post". Il a été trés influencé par le travail de Nast.
Ci-dessous deux de ses dessins autour de 1922 :

Santa-Claus-Norman-Rockwell.jpg 

Le Père Noël par Coca Cola
 Santa 1931
A l'origine, la société Coca Cola souhaitait inciter les consommateurs à boire le fameux soda en plein hiver. Elle entama donc une campagne en 1922 dont le slogan était "Thirst Knows No Season" (La soif n’a pas de saison) avec une série de publicités associant
Santa Clausle symbole de l'hiver par excellence, à la boisson.
En 1930, l’artiste Fred Mizen peignit ainsi un Père Noël de grand magasin (un homme déguisé en Père Noël) au milieu d’une foule buvant du Coca-Cola.


En 1931, la firme confie à l'illustrateur américain d'origine suèdoise Haddon Sundblom (1899-1976) le soin de dessiner des publicités destinées à paraître dans des magazines comme "Saturday Evening Post", "Ladies Home Journal", "National Geographic" et "New Yorker".

Le Père Noël, le vrai cette fois, apparaît sous les traits d'un gros bonhomme jovial et souriant, en costume rouge et blanc. Il ne porte plus sa grande robe mais un pantalon et une veste assortie, avec des bottes et une grosse ceinture de cuir. Pour trouver son l’inspiration, Sundblom s’est tourné vers le  célèbre poème de Clement Clark Moore dont je parle plus haut. 
Pack.jpg
Jusqu'en 1964, Sundblom va réaliser chaque année de nouvelles peintures à l’huile originales mettant en scène Santa Claus dans diverses situations : jouant avec un train électrique, lisant les lettres d'enfants avec un Coca-Cola à la main, s’amusant avec les lutins dans son atelier etc...
Ces peintures furent pendant de nombreuses années adaptées pour les publicités dans les magazines, les boutiques, sur les panneaux d’affichage, les posters, les calendriers etc...  et exportées dans tous les pays du monde, notamment en Allemagne et en Suède. Toutes ces magnifiques illustrations contribuèrent fortement à créer l’image moderne du Père Noël que nous connaissons tous.

Ci-dessus, un pack de 6 bouteilles de Coca-Cola (1931) et ci-dessous les magnifiques Pères Noël toujours par Sundblom.






Haddon SundblomToutes les peintures du Père Noël de Haddon Sundblom sont également entourées de petites anecdotes. C'est un ami à lui, Lou Prentiss, qui lui servit de modèle pour jouer le premier Père Noël en 1931.
Une année, la large ceinture du Père Noël fut inversée, on dit que l'artiste s’était utilisé lui-même comme modèle en se regardant dans un miroir.
On voit ici Haddon Sundblom avec un chapeau de Père Noël se regardant dans la glace.

Les enfants qui apparaissent avec le Père Noël dans ses peintures étaient inpirés de ses petites voisines. Toutefois, pour répondre au besoin de la parité sur ses tableaux, Sundblom n’hésita pas à les changer en petit garçon ! Santa avec caniche 1964Quant au chien illustré dans une peinture de 1964, à l’origine c’était un caniche gris appartenant à son voisin fleuriste; il le peignit avec une fourrure noire, afin de le rendre plus visible (image de gauche).

Pendant longtemps, la fascination exercée par le Père Noël était telle qu’au moindre changement de détail, les fans envoyaient des lettres à Coca-Cola pour en demander la raison. Dans une publicité, le Père Noël est apparu sans alliance, ce qui a eu pour effet de provoquer une avalanche de courrier au siège de Coca-Cola, les fans se demandant ce qui était arrivé à "Madame Noël" !

Ci-dessous Haddon Sundblom, toujours un Coca à la main, et une publicité de 1956.

Montage Sundblom 1

 
Et en France ?

Tino-Rossi.jpgLes catholiques, qui depuis longtemps s'échangeaient des petits cadeaux le soir de Noël en l'honneur de la naissance du Christ, résisteront longtemps à ce Santa Claus venu des Etas-Unis. C'est après la seconde guerre mondiale qu'il commencera à être connu chez nous sous le nom de Père Noël. Il sera aussi rendu trés populaire par la chanson de Tino Rossi "Petit Papa Noël", tirée du film "Destins" de Richard Pottier en 1946, tourné pendant la guerre.

Cette fameuse chanson, oubliée par ses auteurs Raymond Vinci (texte) Henri Martinet (musique), n'était pas du tout destinée à avoir un tel succés. En 1949, grâce à elle, Tino Rossi fut le premier chanteur français à obtenir un disque d'or, pour l'anecdote il est d'ailleurs le seul à avoir reçu un disque en or massif 24 carats ! En 1983, l'année de sa mort, on annonçait le score de 30 millions d'exemplaires vendus. Score largement dépassé car depuis 1983, il se vend une moyenne de plus de 200 à 300 000 exemplaires de "Petit papa Noël" par an. Cette si belle et si douce chanson a accompagné des générations de parents et d'enfants depuis plus de 60 ans !  Je l'ai en 45 tours et en mini CD, à chaque fois que je l'écoute quand je ressors mes cartons de noël, j'ai l'impression d'avoir de nouveau 7 ans, quelle émotion !

J'ai une tendresse trés particulière pour toutes ces magnifiques peintures de Haddon Sundblom, ces Pères Noëls rondouillards aux bonnes joues rouges avec leurs larges sourires, elles représentent pour moi toute la magie de noël, on y sent la chaleur, la joie et l'émotion.

Il y a quelques années, un ami m'a offert une grand Père Noël cartonné d'époque qu'il a trouvé chez un antiquaire, il fait 80cm de haut, il lui manque un morceau du pied, le carton est abimé par endroit et jauni derrière mais je le trouve magnifique ! J'ai découvert en cherchant des informations pour cet article que c'était un des Pères Noël dessinés par Haddon Sundblom et qu’il datait de 1950, ce qui lui donne encore plus de valeur à mes yeux. Tous les ans, je la regarde avec tendresse quand  je décore ma salle à manger pour Noël, j'y tiens beaucoup.

Voici mon fameux Père Noël cartonné chez moi lors d'un Noël :

Deco-noel.jpg
J'ai retrouvé cette petite photo de moi où on me voit à 10 ans dans ma chambre d'enfant. Ma maman m'avait offert un grand poster avec ce magnifique Père Noël, il n'a pas été dessiné par Chambre-Nath.jpgHaddon Sundblom celui-là mais il y ressemble beaucoup et je me souviens que j'aimais particulièrement cette représentation du grand bonhomme rouge et blanc. Il portrait un trés gros sac de jouets sur son dos et avait un sourire radieux.

 

Si vous lisez ces lignes à la période des fêtes, je vous souhaite un merveilleux noël, que la fête soit belle et féérique pour vous rappeler vos tendres Noëls d'enfance.

N'oubliez pas que le Père Noël est fatigué et a faim quand il passe chez vous dans la nuit du 25 décembre alors laissez-lui toujours quelques gâteaux et un verre de lait près de votre sapin. N'oubliez pas les rennes non plus, déposez aussi quelques carottes !


Pour finir, je vous offre ce diaporama des plus belles peintures de Haddon Sundblom avec en fond musical "Let it snow" interprété par Bing Crosby dans les années 50, morceau qui se trouve sur un disque que j'aime beaucoup et que je ressors chaque année pour Noël.

 
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 16:57

31 août 1981, dans les rues de Paris et de 6 villes de province (de plus de 500 000 habitants), 900 grandes affiches 4 par 3 montrent une magnifique jeune-fille à la peau dorée en bikini vert sur fond de mer turquoise avec pour seule légende : "Le 2 septembre, j'enlève le haut". Aucune autre indication.

Encore plus fort : le 2 septembre en question, la belle Myriam (c'est son prénom) est effectivement de retour; cette fois elle a quitté son haut de maillot de bain et montre fièrement ses seins. La phrase n'est certes pas plus explicite que la première fois mais par contre beaucoup plus "culottée" : "Le 4 septembre, j'enlève le bas".

Les passants sont surpris, intrigués, séduits ou même choqués mais une chose est sûre : l'affiche ne laisse personne indifférent.


Les médias à leur tour relaient l'événement en masse, on en parle partout et nombreux sont ceux qui attendent fébrilement le surlendemain.


Le fameux 4 septembre aux aurores, Myriam est effectivement au rendez-vous, elle est bien nue mais la photo est prise de dos et on ne voit que son joli postérieur. Cette fois un slogan et une signature apparaissent sur l'affiche : "Avenir, l'afficheur qui tient ses promesses".



Avenir venait de frapper un gros coup : relancer le marché de l'affichage publicitaire en France en démontrant qu'il était capable de changer toutes les affiches de la capitale et de 6 grandes villes françaises en une seule nuit.

La campagne remporta le Grand Prix de l'Affichage en 1982 et est devenue culte. Tout le monde s'en souvient aujourd'hui. Lequel d'entre nous n'a pas dit un jour "demain j'enlève le haut (ou le bas)" ? L'expression est passée dans le langage courant.

 

Teasing

C'est ainsi que s'appelle cette technique consistant à attirer le spectateur (ou le téléspectateur, lecteur, auditeur) par un message publicitaire en plusieurs étapes.

Dans la première phase, un message attire l'attention et suscite la curiosité du consommateur, il n'y a aucune signature, juste une énigme, publicite-1981-10455758ucspf_1902.jpgune question, un visuel. Le message suivant complète le premier, en donne l'explication et incite à la consommation.

Teasing en anglais signifie littéralement "taquinerie" mais il est plus correct de le traduire par "aguichage". D'ailleurs le mot "aguichage" est officiel depuis 1983, validé par la commission générale de terminologie et de néologie de l'Académie Française. Moi je trouve le mot désuet et je m'en tiens toujours au bon vieux teasing !

Cette technique est assez couramment utilisée mais présente quelques inconvénients, principalement de surcoûts de production, il faut prévoir en effet 2 affiches (voire plus) ou 2 spots télé et acheter ensuite tout l’espace média nécessaire à cette diffusion (le double de pages, le double de temps d'antenne etc...). L'énorme avantage étant de pouvoir attirer la curiosité et se démarquer de ses concurrents. Et quand on connait la guerre que se livrent les publicitaires, une seconde d’attention du consommateur n’a pas de prix !

Campagne Chirac 1986

Sur le même principe, Jacques Chirac a utilisé le teasing pour sa campagne RPR en 1986. Une première affiche montrait des enfants sur fond bleu regardant vers le ciel avec juste ces mots "Vivement demain…". Dans la seconde publicité, on voyait Jacques Chirac serrant contre lui les enfants avec le slogan "Vivement la France ! ...avec le RPR !". Mais bizarrement, elle a beaucoup moins marqué les esprits, allez savoir pourquoi !

 

CLM/BBDO

C'est le nom de l'agence de pub à qui on doit ce coup de maître. Notamment Philippe Michel, le président-fondateur de l'agence, un grand nom dans le milieu (il est décédé en 1993) et le binôme Joël le Berre, directeur artistique, et Pierre Berville, rédacteur (il y a toujours 2 créatifs à l'origine d'une campagne, le directeur artistique qui s'occupe du visuel et le rédacteur qui s'occupe du texte, du slogan).

L'idée choc proposée n'a pas convaincu complètement l'annonceur au départ, celui-ci trouvait en effet particulièrement risqué et très audacieux de mettre une fille nue sur tous les murs de la capitale et avait peur des retombées négatives. 

Myriam pub 3

Mais une petite série de hasards bienheureux (des espaces libérés à la dernière minute) et le fait que le président d'Avenir parte à la retraite à peine 6 mois après (et que donc il ne se préoccupait pas vraiment des conséquences) eurent raison des dernières réticences et ont fait que le projet s'est finalement concrétisé.

 

Réactions

Le coup de pub a suscité de très vives réactions et une belle polémique à l'époque. Des associations montèrent au créneau. A Lille, l'association "Du côté des femmes" déposa plainte pour "outrage aux bonnes mœurs, atteinte à la dignité des femmes et incitation au voyeurisme". Le 5 septembre, le tribunal de Lille condamna l'afficheur à recouvrir partiellement ou totalement les affiches, à l'instigation de Pierre Mauroy, alors maire de la ville. Les passants arrachaient, parait-il, les grands carrés bleus qui avaient été collés sur les affiches par Avenir.

A Paris, l'association "Choisir la cause des femmes", dirigée par Gisèle Halimi, une avocate militante féministe, tenta de convaincre l'Assemblée Nationale de la nécessité de voter une loi antisexiste. Yvette Roudy, alors ministre socialiste des Droits de la femme, s'insurgea dans les médias contre ce qu'elle considérait être "une instrumentalisation du corps de la femme et une atteinte à sa dignité". Et Pierre Berville de réagir : "...Myriam était un pur produit de 1968, elle a une relation parfaitement saine avec son corps, la nature, un rapport totalement déculpabilisé à la nudité... Son côté sportif, mince et musclé désamorce tout le côté douteux, voire "glauque", qui pourrait être reproché à l'affiche". 
 

Myriam Szabo

Myriam portraitCette mannequin professionnelle n'était autre que la petite amie du photographe de la campagne, Jean-François Jonvelle (photographe de mode et de charme), elle avait remplacé au pied levé la mannequin initialement prévue à quelques jours du shooting aux Bahamas. Pour les petits coquins curieux (et je sais qu'il y en a plein parmi vous, ne niez pas !), voici ses mensurations : hauteur 1,73m, poitrine 88cm, taille 62cm, hanches 90cm , confection 38, chaussures 40 (comment ça vous n’en avez rien à faire de sa pointure ?!).

Myriam-2012.jpgDanseuse soliste dès son plus jeune âge, Myriam a étudié de nombreuses disciplines du corps (arts martiaux, yoga, qi gong). Depuis 1981, elle a été actrice et soliste en danse en France, en Espagne et au Portugal et a participé régulièrement à des retraites d’étude et de méditation. Elle est également productrice de festivals de danse.

A l'époque, elle a atteint une bonne côte de popularité. Elle a été interviewée dans de nombreux magazines, notamment VSD ,et a posé nue (et de face cette fois !) dans le magazine "Photo" de novembre 81. A ceux qui lui demandaient s'il elle n'avait pas honte d'avoir posé nue, elle répondait avec cette jolie phrase : "L'obscénité n'est pas dans l'image mais dans l'œil de celui qui regarde". Et toc !
Ci-dessus une photo de Myriam en 2012, elle a 50 ans et est toujours aussi belle. Ci-dessous d'autres photos un peu plus récentes.




Ce qui est marrant c'est que son prénom n'était mentionné nulle part sur la campagne et pourtant tout le monde s'en souvient !
 

Montage-VSD-Photo.jpg

 

Avenir

Si tout le monde se rappelle du prénom du mannequin, rares sont ceux qui citent spontanément le nom de l'annonceur, et c'est bien normal car ce n'était pas le grand public qui était visé lors de cette campagne mais uniquement les professionnels (les 4 500 publicitaires français et leurs annonceurs). Le quidam lui n'a retenu que
l'effeuillage de la belle brunette !

Et pourtant, la campagne a largement atteint sa cible, les résultats ont même dépassé de très loin les objectifs prévus au départ et les retombées pour Avenir furent énormes.
En septembre 1981, la campagne avait déjà rapporté 2 millions de francs de publicité rédactionnelle. Tout ça pour des affiches qui ne sont restées sur les murs que 10 jours au total, quelle performance !


Tout le battage médiatique et populaire a contribué à la rendre inoubliable.

A titre personnel, j'ai toujours aimé ces publicités qui ménagent un suspens ludique, je me souviens notamment avoir découpé et gardé des pubs magazines de ce genre-là, je les appréciais particulièrement pour leur simplicité et leur ingéniosité.
Je ne me souviens malheureusement pas d'avoir vu de mes propres yeux la campagne Avenir car les affiches ne sont pas arrivées jusqu'à Angoulême où je vivais à l'époque mais j'en ai beaucoup entendu parler quand j'ai commencé à m'intéresser à la pub et que j'ai fait des formations dans ce milieu.

Affichage-novembre-2010.jpgJ'admire vraiment l'imagination et l'audace des créatifs de CLM/BBDO, ils ont tenu un pari incroyable pour relever ce défi. Et puis des fesses qui sont devenues un événement cul-turel et cul-te, franchement je trouve ça génial !

Le hasard est parfois déconcertant : au moment où je finissais d'écrire cet article, fin octobre-début novembre 2010, je suis tombée nez à nez avec cette pub affichée au coin de ma rue, à 100 mètres à peine de chez moi. C'est une campagne pour Clear Channel, un groupe de média américain spécialisé entre autre dans le mobilier urbain. Elle fait un clin d'oeil trés malin à la bonne vieille campagne Avenir, 30 ans auparavant, en montrant une jeune et belle demoiselle en maillot de bain avec ce slogan "Plus besoin d'enlever le haut pour se faire remarquer". Je n'en suis pas revenue, j'ai vite pris mon appareil photo pour l'inclure à mon article. J'ai bien fait car elle n'est restée en place qu'une semaine.

Ils sont sacrément gonflés chez Clear Channel de reprendre le même slogan et le même genre de visuel vu que ce sont les concurrents directs de JC Decaux (donc de Avenir), ça s'appelle de la chambre où je ne m'y connais pas !

Pour finir, voici quelques images vidéo d'époque que j'ai accompagné d'une chanson qui date elle aussi de 1981 et que vous reconnaitrez sûrement :

 

 

Campagne Chirac 1986
Pour info, la société Avenir a été rachetée par le groupe JCDecaux, le n°1 mondial du mobilier urbain, en 1999.
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 13:45
Plus d'un demi-siècle ! Eh oui, cette fameuse petite sucette à la tête ronde qui nous régalait quand nous étions enfant et qui continue de réjouir les amateurs de petites douceurs de 7 à 77 ans a dépassé les 50 ans !

Son créateur, Enric Bernat Fontlladosa (décédé en 2003), était fils et petit-fils de confiseurs catalans. Son grand père avait mis au point le premier bonbon culte en Espagne, une boule de sucre caramélisé. En 1958, Enric Bernat reprend l’idée de la boule, la plante au bout d’un bâton et donne naissance à cette nouvelle gourmandise.
chupachupsLe succès est tout de suite au rendez-vous auprès des enfants comme de leurs parents : leur progéniture n’allait enfin plus se salir les mains avec des confiseries qui laissaient les petits doigts poisseux et collants !
    
Enric Bernat ne s’arrête pas là, il mise ensuite sur une stratégie marketing astucieuse, à grands renforts de campagnes publicitaires et d’idées novatrices, comme le présentoir Chupa Chups placé juste à côté des caisses enregistreuses. La sucette était également proposée au prix de 1 peseta facilitant ainsi le rendu de monnaie pour le commerçant.
Disque-Chupa-Chups.jpgSi à l'origine, ces sucettes sont baptisées Gol, en référence au ballon de football -la bouche jouant le rôle de la cage de but- elles prennent vite le nom de Chups, dérivé du verbe "chupar" qui signifie "sucer" en espagnol. Quant au nom définitif de la marque, il vient des enfants qui reprenaient le slogan publicitaire pour réclamer leurs sucettes chez les marchands : "chupa chupa chupa un chups" (en français "suce suce suce une chups"). Le nom fut choisi par le fondateur de la marque après le succès du disque imaginé par les publicitaires pour promouvoir la marque.

En 1969, Enric Bernat demande à un artiste mondialement reconnu, Salvador Dali, de créer son logo,  celui-ci ne sera presque jamais plus modifié depuis. Dali fit ce dessin sur un coin de nappe à la fin d'un repas, une simple marguerite qui entoure le nom de la marque.
Les premiers bâtonnets des sucettes étaient en bois. Dans les années 60 il sont devenus en plastique creux. Depuis 2002, ils contiennent un  mécanisme "anti-fourmis". Une variété australienne particulièrement vorace de cet insecte avait en effet pris l'habitude de grignoter le sucre en passant par ce petit canal intérieur.
La boule de sucre  fait 12 grammes, ce qui représente une durée moyenne de succion de 16 minutes, marrant que ça ait été mesuré précisément ça ! 
Voici l'évolution du logo depuis 1958 :
Logo
En France

Les sucettes Chupa Chups sont arrivées chez nous en 1964 et aux Etats-Unis en 1967. Pendant les années 80, les sucettes partent à la conquête du monde et connaissent de francs succès. En 1993, elle s’offre même le luxe d’un voyage dans l’espace et devient la première sucette à connaître l’impesanteur à bord de la station MIR.

Voici quelques pubs magazines. Celle-ci de 1979 :

 
 
1980 :

Chupa Chups 1980

 
Et une dernière de 1981 qui annonce un futur spot télé :

Chupa Chups 1981

Aux 7 parfums d’origine, 120 ont été ajoutés au fil du temps ! Parmi les plus étonnants : nougat, yaourt à l'ananas, orangina, pomme cuite, daiquiri ou pop-corn...
    
Presentoir1L’entreprise :

 
La marque, qui a gardé sa recette d’antan, est désormais un des atouts du groupe italo-néerlandais Perfetti Van Melle. Aujourd’hui, 90% des ventes se font à l'étranger. En 2007, il s'en est vendu 54 milliards dans le monde et 170 millions en France !
La compagnie possède des usines dans 5 pays, la marque est vendue dans plus de 160 pays et emploie environ 1.700 personnes.

Pour ses 50 ans, en 2008, Chupa Chups a sorti une boîte métallique bleu vif collector qui contient 150 sucettes (1,8 kg), et a ressorti ses 7 parfums originaux PrsentoirChupaChups(fraise, fraise-lait, citron, vanille, chocolat, orange et cola) emballés dans une papillote vintage dorée.

Il y a quelques années, en allant chercher mon pain à la boulangerie du coin, je suis restée baba devant un petit présentoir Chupa Chups où il ne restait qu'une sucette, j'ai fait tout un petit speech sur l'histoire de la célèbre sucette  à la boulangère  (puisque j'en connaissais un rayon avec mes recherches !) et je lui ai demandé si ça se vendait, on ne sait jamais. Elle m'a répondu que non, mais elle a ajouté "vous le voulez ?"... ben un peu que je le veux ! Je suis donc repartie avec ce couvercle en la remerciant chaudement, pour un peu je l'embrassais la dame ! J'étais vraiment heureuse, d'autant que celui-là est comme l'original, pas de fioritures modernes comme sur certains autres présentoirs au niveau du logo.

Pour terminer, voici quelques pubs télé. Tout d'abord un spot de 1973 :

J'aime beaucoup cette pub de 1981, elle permet de savoir qu'il y avait 10 parfums à cette époque :

Et une dernière de 1987 :

Pour un grand tour d'horizon des sucettes des années 70 et 80, allez lire l'article ICI.

Repost 0

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 990 000 visites depuis sa création le 17 aout 2011


163 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 25 mars 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance

 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)