Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 16:57

31 août 1981, dans les rues de Paris et de 6 villes de province (de plus de 500 000 habitants), 900 grandes affiches 4 par 3 montrent une magnifique jeune-fille à la peau dorée en bikini vert sur fond de mer turquoise avec pour seule légende : "Le 2 septembre, j'enlève le haut". Aucune autre indication.

Encore plus fort : le 2 septembre en question, la belle Myriam (c'est son prénom) est effectivement de retour; cette fois elle a quitté son haut de maillot de bain et montre fièrement ses seins. La phrase n'est certes pas plus explicite que la première fois mais par contre beaucoup plus "culottée" : "Le 4 septembre, j'enlève le bas".

Les passants sont surpris, intrigués, séduits ou même choqués mais une chose est sûre : l'affiche ne laisse personne indifférent.


Les médias à leur tour relaient l'événement en masse, on en parle partout et nombreux sont ceux qui attendent fébrilement le surlendemain.


Le fameux 4 septembre aux aurores, Myriam est effectivement au rendez-vous, elle est bien nue mais la photo est prise de dos et on ne voit que son joli postérieur. Cette fois un slogan et une signature apparaissent sur l'affiche : "Avenir, l'afficheur qui tient ses promesses".



Avenir venait de frapper un gros coup : relancer le marché de l'affichage publicitaire en France en démontrant qu'il était capable de changer toutes les affiches de la capitale et de 6 grandes villes françaises en une seule nuit.

La campagne remporta le Grand Prix de l'Affichage en 1982 et est devenue culte. Tout le monde s'en souvient aujourd'hui. Lequel d'entre nous n'a pas dit un jour "demain j'enlève le haut (ou le bas)" ? L'expression est passée dans le langage courant.

 

Teasing

C'est ainsi que s'appelle cette technique consistant à attirer le spectateur (ou le téléspectateur, lecteur, auditeur) par un message publicitaire en plusieurs étapes.

Dans la première phase, un message attire l'attention et suscite la curiosité du consommateur, il n'y a aucune signature, juste une énigme, publicite-1981-10455758ucspf_1902.jpgune question, un visuel. Le message suivant complète le premier, en donne l'explication et incite à la consommation.

Teasing en anglais signifie littéralement "taquinerie" mais il est plus correct de le traduire par "aguichage". D'ailleurs le mot "aguichage" est officiel depuis 1983, validé par la commission générale de terminologie et de néologie de l'Académie Française. Moi je trouve le mot désuet et je m'en tiens toujours au bon vieux teasing !

Cette technique est assez couramment utilisée mais présente quelques inconvénients, principalement de surcoûts de production, il faut prévoir en effet 2 affiches (voire plus) ou 2 spots télé et acheter ensuite tout l’espace média nécessaire à cette diffusion (le double de pages, le double de temps d'antenne etc...). L'énorme avantage étant de pouvoir attirer la curiosité et se démarquer de ses concurrents. Et quand on connait la guerre que se livrent les publicitaires, une seconde d’attention du consommateur n’a pas de prix !

Campagne Chirac 1986

Sur le même principe, Jacques Chirac a utilisé le teasing pour sa campagne RPR en 1986. Une première affiche montrait des enfants sur fond bleu regardant vers le ciel avec juste ces mots "Vivement demain…". Dans la seconde publicité, on voyait Jacques Chirac serrant contre lui les enfants avec le slogan "Vivement la France ! ...avec le RPR !". Mais bizarrement, elle a beaucoup moins marqué les esprits, allez savoir pourquoi !

 

CLM/BBDO

C'est le nom de l'agence de pub à qui on doit ce coup de maître. Notamment Philippe Michel, le président-fondateur de l'agence, un grand nom dans le milieu (il est décédé en 1993) et le binôme Joël le Berre, directeur artistique, et Pierre Berville, rédacteur (il y a toujours 2 créatifs à l'origine d'une campagne, le directeur artistique qui s'occupe du visuel et le rédacteur qui s'occupe du texte, du slogan).

L'idée choc proposée n'a pas convaincu complètement l'annonceur au départ, celui-ci trouvait en effet particulièrement risqué et très audacieux de mettre une fille nue sur tous les murs de la capitale et avait peur des retombées négatives. 

Myriam pub 3

Mais une petite série de hasards bienheureux (des espaces libérés à la dernière minute) et le fait que le président d'Avenir parte à la retraite à peine 6 mois après (et que donc il ne se préoccupait pas vraiment des conséquences) eurent raison des dernières réticences et ont fait que le projet s'est finalement concrétisé.

 

Réactions

Le coup de pub a suscité de très vives réactions et une belle polémique à l'époque. Des associations montèrent au créneau. A Lille, l'association "Du côté des femmes" déposa plainte pour "outrage aux bonnes mœurs, atteinte à la dignité des femmes et incitation au voyeurisme". Le 5 septembre, le tribunal de Lille condamna l'afficheur à recouvrir partiellement ou totalement les affiches, à l'instigation de Pierre Mauroy, alors maire de la ville. Les passants arrachaient, parait-il, les grands carrés bleus qui avaient été collés sur les affiches par Avenir.

A Paris, l'association "Choisir la cause des femmes", dirigée par Gisèle Halimi, une avocate militante féministe, tenta de convaincre l'Assemblée Nationale de la nécessité de voter une loi antisexiste. Yvette Roudy, alors ministre socialiste des Droits de la femme, s'insurgea dans les médias contre ce qu'elle considérait être "une instrumentalisation du corps de la femme et une atteinte à sa dignité". Et Pierre Berville de réagir : "...Myriam était un pur produit de 1968, elle a une relation parfaitement saine avec son corps, la nature, un rapport totalement déculpabilisé à la nudité... Son côté sportif, mince et musclé désamorce tout le côté douteux, voire "glauque", qui pourrait être reproché à l'affiche". 
 

Myriam Szabo

Myriam portraitCette mannequin professionnelle n'était autre que la petite amie du photographe de la campagne, Jean-François Jonvelle (photographe de mode et de charme), elle avait remplacé au pied levé la mannequin initialement prévue à quelques jours du shooting aux Bahamas. Pour les petits coquins curieux (et je sais qu'il y en a plein parmi vous, ne niez pas !), voici ses mensurations : hauteur 1,73m, poitrine 88cm, taille 62cm, hanches 90cm , confection 38, chaussures 40 (comment ça vous n’en avez rien à faire de sa pointure ?!).

Myriam-2012.jpgDanseuse soliste dès son plus jeune âge, Myriam a étudié de nombreuses disciplines du corps (arts martiaux, yoga, qi gong). Depuis 1981, elle a été actrice et soliste en danse en France, en Espagne et au Portugal et a participé régulièrement à des retraites d’étude et de méditation. Elle est également productrice de festivals de danse.

A l'époque, elle a atteint une bonne côte de popularité. Elle a été interviewée dans de nombreux magazines, notamment VSD ,et a posé nue (et de face cette fois !) dans le magazine "Photo" de novembre 81. A ceux qui lui demandaient s'il elle n'avait pas honte d'avoir posé nue, elle répondait avec cette jolie phrase : "L'obscénité n'est pas dans l'image mais dans l'œil de celui qui regarde". Et toc !
Ci-dessus une photo de Myriam en 2012, elle a 50 ans et est toujours aussi belle. Ci-dessous d'autres photos un peu plus récentes.




Ce qui est marrant c'est que son prénom n'était mentionné nulle part sur la campagne et pourtant tout le monde s'en souvient !
 

Montage-VSD-Photo.jpg

 

Avenir

Si tout le monde se rappelle du prénom du mannequin, rares sont ceux qui citent spontanément le nom de l'annonceur, et c'est bien normal car ce n'était pas le grand public qui était visé lors de cette campagne mais uniquement les professionnels (les 4 500 publicitaires français et leurs annonceurs). Le quidam lui n'a retenu que
l'effeuillage de la belle brunette !

Et pourtant, la campagne a largement atteint sa cible, les résultats ont même dépassé de très loin les objectifs prévus au départ et les retombées pour Avenir furent énormes.
En septembre 1981, la campagne avait déjà rapporté 2 millions de francs de publicité rédactionnelle. Tout ça pour des affiches qui ne sont restées sur les murs que 10 jours au total, quelle performance !


Tout le battage médiatique et populaire a contribué à la rendre inoubliable.

A titre personnel, j'ai toujours aimé ces publicités qui ménagent un suspens ludique, je me souviens notamment avoir découpé et gardé des pubs magazines de ce genre-là, je les appréciais particulièrement pour leur simplicité et leur ingéniosité.
Je ne me souviens malheureusement pas d'avoir vu de mes propres yeux la campagne Avenir car les affiches ne sont pas arrivées jusqu'à Angoulême où je vivais à l'époque mais j'en ai beaucoup entendu parler quand j'ai commencé à m'intéresser à la pub et que j'ai fait des formations dans ce milieu.

Affichage-novembre-2010.jpgJ'admire vraiment l'imagination et l'audace des créatifs de CLM/BBDO, ils ont tenu un pari incroyable pour relever ce défi. Et puis des fesses qui sont devenues un événement cul-turel et cul-te, franchement je trouve ça génial !

Le hasard est parfois déconcertant : au moment où je finissais d'écrire cet article, fin octobre-début novembre 2010, je suis tombée nez à nez avec cette pub affichée au coin de ma rue, à 100 mètres à peine de chez moi. C'est une campagne pour Clear Channel, un groupe de média américain spécialisé entre autre dans le mobilier urbain. Elle fait un clin d'oeil trés malin à la bonne vieille campagne Avenir, 30 ans auparavant, en montrant une jeune et belle demoiselle en maillot de bain avec ce slogan "Plus besoin d'enlever le haut pour se faire remarquer". Je n'en suis pas revenue, j'ai vite pris mon appareil photo pour l'inclure à mon article. J'ai bien fait car elle n'est restée en place qu'une semaine.

Ils sont sacrément gonflés chez Clear Channel de reprendre le même slogan et le même genre de visuel vu que ce sont les concurrents directs de JC Decaux (donc de Avenir), ça s'appelle de la chambre où je ne m'y connais pas !

Pour finir, voici quelques images vidéo d'époque que j'ai accompagné d'une chanson qui date elle aussi de 1981 et que vous reconnaitrez sûrement :

 

 

Campagne Chirac 1986
Pour info, la société Avenir a été rachetée par le groupe JCDecaux, le n°1 mondial du mobilier urbain, en 1999.
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 13:45
Plus d'un demi-siècle ! Eh oui, cette fameuse petite sucette à la tête ronde qui nous régalait quand nous étions enfant et qui continue de réjouir les amateurs de petites douceurs de 7 à 77 ans a dépassé les 50 ans !

Son créateur, Enric Bernat Fontlladosa (décédé en 2003), était fils et petit-fils de confiseurs catalans. Son grand père avait mis au point le premier bonbon culte en Espagne, une boule de sucre caramélisé. En 1958, Enric Bernat reprend l’idée de la boule, la plante au bout d’un bâton et donne naissance à cette nouvelle gourmandise.
chupachupsLe succès est tout de suite au rendez-vous auprès des enfants comme de leurs parents : leur progéniture n’allait enfin plus se salir les mains avec des confiseries qui laissaient les petits doigts poisseux et collants !
    
Enric Bernat ne s’arrête pas là, il mise ensuite sur une stratégie marketing astucieuse, à grands renforts de campagnes publicitaires et d’idées novatrices, comme le présentoir Chupa Chups placé juste à côté des caisses enregistreuses. La sucette était également proposée au prix de 1 peseta facilitant ainsi le rendu de monnaie pour le commerçant.
Disque-Chupa-Chups.jpgSi à l'origine, ces sucettes sont baptisées Gol, en référence au ballon de football -la bouche jouant le rôle de la cage de but- elles prennent vite le nom de Chups, dérivé du verbe "chupar" qui signifie "sucer" en espagnol. Quant au nom définitif de la marque, il vient des enfants qui reprenaient le slogan publicitaire pour réclamer leurs sucettes chez les marchands : "chupa chupa chupa un chups" (en français "suce suce suce une chups"). Le nom fut choisi par le fondateur de la marque après le succès du disque imaginé par les publicitaires pour promouvoir la marque.

En 1969, Enric Bernat demande à un artiste mondialement reconnu, Salvador Dali, de créer son logo,  celui-ci ne sera presque jamais plus modifié depuis. Dali fit ce dessin sur un coin de nappe à la fin d'un repas, une simple marguerite qui entoure le nom de la marque.
Les premiers bâtonnets des sucettes étaient en bois. Dans les années 60 il sont devenus en plastique creux. Depuis 2002, ils contiennent un  mécanisme "anti-fourmis". Une variété australienne particulièrement vorace de cet insecte avait en effet pris l'habitude de grignoter le sucre en passant par ce petit canal intérieur.
La boule de sucre  fait 12 grammes, ce qui représente une durée moyenne de succion de 16 minutes, marrant que ça ait été mesuré précisément ça ! 
Voici l'évolution du logo depuis 1958 :
Logo
En France

Les sucettes Chupa Chups sont arrivées chez nous en 1964 et aux Etats-Unis en 1967. Pendant les années 80, les sucettes partent à la conquête du monde et connaissent de francs succès. En 1993, elle s’offre même le luxe d’un voyage dans l’espace et devient la première sucette à connaître l’impesanteur à bord de la station MIR.

Voici quelques pubs magazines. Celle-ci de 1979 :

 
 
1980 :

Chupa Chups 1980

 
Et une dernière de 1981 qui annonce un futur spot télé :

Chupa Chups 1981

Aux 7 parfums d’origine, 120 ont été ajoutés au fil du temps ! Parmi les plus étonnants : nougat, yaourt à l'ananas, orangina, pomme cuite, daiquiri ou pop-corn...
    
Presentoir1L’entreprise :

 
La marque, qui a gardé sa recette d’antan, est désormais un des atouts du groupe italo-néerlandais Perfetti Van Melle. Aujourd’hui, 90% des ventes se font à l'étranger. En 2007, il s'en est vendu 54 milliards dans le monde et 170 millions en France !
La compagnie possède des usines dans 5 pays, la marque est vendue dans plus de 160 pays et emploie environ 1.700 personnes.

Pour ses 50 ans, en 2008, Chupa Chups a sorti une boîte métallique bleu vif collector qui contient 150 sucettes (1,8 kg), et a ressorti ses 7 parfums originaux PrsentoirChupaChups(fraise, fraise-lait, citron, vanille, chocolat, orange et cola) emballés dans une papillote vintage dorée.

Il y a quelques années, en allant chercher mon pain à la boulangerie du coin, je suis restée baba devant un petit présentoir Chupa Chups où il ne restait qu'une sucette, j'ai fait tout un petit speech sur l'histoire de la célèbre sucette  à la boulangère  (puisque j'en connaissais un rayon avec mes recherches !) et je lui ai demandé si ça se vendait, on ne sait jamais. Elle m'a répondu que non, mais elle a ajouté "vous le voulez ?"... ben un peu que je le veux ! Je suis donc repartie avec ce couvercle en la remerciant chaudement, pour un peu je l'embrassais la dame ! J'étais vraiment heureuse, d'autant que celui-là est comme l'original, pas de fioritures modernes comme sur certains autres présentoirs au niveau du logo.

Pour terminer, voici quelques pubs télé. Tout d'abord un spot de 1973 :

J'aime beaucoup cette pub de 1981, elle permet de savoir qu'il y avait 10 parfums à cette époque :

Et une dernière de 1987 :

Pour un grand tour d'horizon des sucettes des années 70 et 80, allez lire l'article ICI.

Repost 0
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 09:22
badaboum la boite"Badaboum !" est un jeu d'adresse et d'équilibre qui m'a beaucoup marquée quand j'étais enfant. C'est un des tous premiers de ce style a être apparu en tant que jeu de société en France, il date de 1954 d'après ce que j'ai pu trouver. Il était distribué par Capiepa, sous licence Parker.
Ce jeu n'est plus commercialisé mais avec un peu de chance, vous pouvez encore le trouver en vide-grenier pour quelques euros. Pour info, la boite était vendu 19,90F quand il est sorti à notre époque (1978), ce n'était vraiment pas cher.
 
Le but du jeu est très simple : il s'agit d'empiler des pièces en bois aux formes et couleurs variés sans faire tomber la pile qui se forme au fur et à mesure, sinon... « Badaboum ! » Faut avouer qu’ils ne se sont pas foulés pour inventer le nom mais qu’il est sacrément bien trouvé quand même !
On peut y jouer dès 4 ans (voire moins), seul ou à plusieurs et il n’y a pas de limite du nombre de joueurs. Difficile de faire plus accessible.
Il  se compose d'une planchette en bois brut où est inscrit "Badaboum !" et de vingt pièces en bois colorées.
 
Déroulement de la partie
 
badaboum composition boiteTout d'abord il faut placer la planchette "Badaboum !". Le premier joueur y pose, à l’endroit qu'il désire, une pièce de son choix. A l’aide d’un deuxième bloc, le second joueur commence à monter la pile. Le joueur suivant ajoute une troisième pièce et ainsi de suite. Si la pile s’écroule au cours des yrois premiers tours, la partie est nulle et on recommence.
Chaque bloc se place avec une seule main et il n’est pas permis de toucher aux éléments des autres joueurs.
Si on fait tomber la pile une première fois, on a un gage, une deuxième fois, on a un deuxième gage. A la troisième, on est éliminé.
 
Ce jeu est un formidable divertissement pour petits et grands, il est simple, amusant, indémodable et très pratique à emmener partout avec sa petite boite.
Il est l'ancêtre de tas de jeux de dextérité-équilibre du même genre : "Bausack", "le Sac Noir", "Villa Palleti", "Bamboléo" etc... qui sont bien sûr bien plus sophistiqués mais il est pourtant loin de paraitre ridicule à leurs côtés.
 
Pub BadaboumMalgré toutes les qualités de ce jeu, je me demande si le meilleur n'est pas l'illustration sur sa boite : elle est à elle toute seule un vrai poème ! J'ai vraiment une tendresse toute particulière pour cette photo. D'abord à cause du papa qui ressemble vraiment à Gérard Jugnot version "Les Bronzés" sauf que là il a un col roulé et pas un maillot de bain.
C'est ce qu'il y avait de bien à cette époque, on n'hésitait pas à mettre des vrais gens en photos sur les boites de jeu, des pas forcément beaux ni parfaits, ceux qu'on pouvait croiser dans la rue. Celui-là aurait parfaitement pu être notre tonton Michel. J'adore sa tête mi-concentrée mi-amusée alors qu'il essaye de poser une ultime pièce sur le sommet de la pile.
 
Quant au petit garçon, je trouvais qu'il ressemblait étrangement à mon cousin Jean-Marc quand il était petit, avec cette même bouille coquine, il n'arrêtait pas de m'asticoter quand on se voyait tous les deux. Et puis la jeune-fille, j'avais vraiment l'impression que c'était la Hugo et le jeu Badaboummême que la grande soeur dans la série télé "Papa Poule", quand on est enfant on n'est pas à une invraisemblance près et on a surtout beaucoup d'imagination !
Du coup, ces personnages me semblaient presque familiers et ça rendait ce jeu encore plus attachant à mes yeux.
 
J’y jouais très souvent, même toute seule, je ne me lassais pas d’entasser les pièces colorées que je connaissais par coeur et me régalais à chaque fois que la tour s’effondrait !
Mon fiston Hugo, que l’on voit en photo, adore ce jeu et il n’est pas rare que je le surprenne en train lui aussi de faire des constructions improbables ou de reproduire le modèle de la photo, comme ici, ou les modèles au dos de la boite.
 
Si malgré vos recherches acharnées vous n’arrivez pas à trouver un vieux "Badaboum !" en vide-grenier, je vous conseille le site de ce passionné qui propose de fabriquer son propre jeu maison, pas forcément facile mais l’idée est marrante ! C'est ici : http://ba.da.boum.free.fr/bada_construction.htm
 
Voici la pub télé qui date de 1978 :
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Jeux et jouets
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 00:08

Eh bien on peut dire que je l'ai cherchée un sacré bout de temps cette fameuse pub !

Si je vous dis que c'est une pub pour le réseau occasion Volkswagen-Audi, ça ne vous dit sans doute absolument rien et je vous comprends, c'est d'ailleurs pour cette raison que je ne l'ai pas retrouvée plus tôt, je ne savais plus pour quel concessionaire elle était.
Mais si je vous dis : "Monsieur, l'ampoule du plafonnier du véhicule d'occasion que vous m'avez vendu ne marche pas !...ne marche pas !", là je suis sûre que ça vous parle !


Ce spot de l'agence DDB Needham date de 1989 et on peut y voir l'actrice et humoriste Michèle Laroque.

J'adore cette pub avec le brave monsieur bienheureux dans son lit qui se réveille en sursaut à cause de cette fichue ampoule de plafonnier qui ne fonctionnait pas en février 67 !

J'aime particulièrement quand on voit arriver l'affreux moustachu qui tire l'oreille du pauvre concessionnaire en hurlant et quand sa femme conciliante lui dit amoureusement qu'il peut se rendormir !

Allez, je vous laisse déguster :

 
 
Repost 0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 21:46

David+Lee+Roth+2699386059 9ba29141b0Amis fans de dingoteries 80's en tout genre bonjour ! Le clip que je vous propose aujourd'hui est de David Lee Roth. Ce chanteur américain né le 10 octobre 1954 à Bloomington dans l'Indiana a révélé ses talents au monde entier à la fin des années 70 en faisant résonner sa voix au sein du célèbre groupe de hard-rock Van Halen dans lequel il jouait les véritables show-man sur scène.

En 1985, il quitte le groupe pour faire une carrière solo. Il enregistre alors le mini-album "Crazy from the heat" qui bénéficie d'un bon accueil, notamment grâce aux reprises de "California girls" des Beach Boys et cette reprise que je vous propose donc.

"Just a Gigolo" est une chanson populaire, adaptée par Irving Caesar en 1929 d'une chanson autrichienne "Schöner Gigolo" (une vision poétique de l'effondrement social vécu en Autriche après la Première guerre mondiale), elle a été écrite en 1928 par Leonello Casucci (musique) et Julius Brammer (paroles).

La version la plus connue a été chantée en 1943 par Louis Prima qui jumela ce morceau avec un autre ancien standard, "I ain't got nobody" (paroles de Roger Graham et musique de Spencer Williams, 1915). Depuis lors, ces deux chansons sont indissociables.

En France, elle a aussi été adaptée par Carlos en 1981 sous le titre "Juste un rigolo".

Cette reprise par David Lee Roth a eu un trés gros succés à l'époque puisqu'elle est arrivée 12ème au Billboard américain !

Il est sacrément charismatique le bondissant David, on a droit à un défilé de mode qui ferait palir Miss France et même un striptease final ! Bref tout ça c'est du grand délire et j'adore !

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Musique
commenter cet article
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 21:32

Alors là les amis, je ne suis pas peu fière de vous montrer cette pub que j'ai cherché trés longtemps. Le problème c'est que je ne connaissais pas le nom du produit donc c'était trés compliqué de la retrouver. C'est le hasard qui a fait que je suis tombée dessus un jour grâce à une émission radio.

C'est une publicité pour les tronçonneuses Echo, elle date de 1993. Rien d'exceptionnel me direz-vous, c'est pas trés fun en soi comme produit ! Oui mais avec la voix géniale de Valérie Lemercier, ça devient franchement drôle et carrément "no limit" !

La pub inventive ou comment passer à travers les mailles de la censure avec beaucoup de malice. Franchement chapeau les créatifs, ils ont fait fort pour faire parler de la marque !

L'année d'après, en 1994, la pub est plus soft mais le slogan est tout de même très rigolo : "Tronçonneuse Echo, ne vous faites plus scier" !

Repost 0

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 1 million de visites depuis sa création le 17 aout 2011


164 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 17 juillet 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80
- Le biscuit Bamboula et son scandale


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance
- L'émission Maxi Tête
 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)