Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 09:42
Que celui qui n'a jamais mangé dans une assiette Arcopal lève la main !
On a tous connu cette vaisselle fleurie et colorée qui envahissait les placards de nos parents et grands-parents et que l'on retrouve encore aujourd'hui dans de nombreux foyers.
Elle était à la fois jolie, pratique, résistante et peu chère, autant de raisons qui expliquent son énorme succès. Ses petites fleurettes roses ou bleues ont traversé le temps et nous replongent dans les jolis souvenirs de notre enfance.
 
Je vous propose un tour d'horizon de la vaisselle des années 70 et 80 à travers une de ces marques les plus emblématiques.
 
 
Arcopal
 
La marque française est issue de la Verrerie Cristallerie d'Arques. Créée en 1825, l'entreprise familiale est devenue Arc international en 2000.
A chaque procédé de fabrication est associée un nom : Arcopal pour le verre opale, Luminarc pour le transparent, Arcoroc pour le trempé. Ces marques font partie du même groupe.
 
Le procédé de fabrication de l’opale a été découvert en 1958 et déposé sous le nom d'Arcopal. C'est un verre blanc opaque très fin à base de minerai très résistant, chauffé à 500 °C puis refroidi brutalement. 
A l'époque c'était une vraie révolution industrielle, d'ailleurs le succès est vite devenu international. Arcopal est connu dans le monde entier.
 
La mascotte de la société est un éléphant orange du nom d'Archibald, Archi pour les intimes !
 
Les premiers décors en opaline translucide comportaient des dessins champêtres : tournesols, marguerites, coquelicots, roses. Même si elle ne date pas des années 70 ou 80, on a forcément connu cette vaisselle fleurie chez nos grands-parents. Elle s'appelait "Rose de France", "Anémone", "Avila" ou "Volubilis".
 
Les plats, cocottes et ramequins Arcopal, en verre à feu trempé, pouvaient résister à la chaleur et au choc. Comme le dit le slogan : "solides au four, jolis à table".
Collection 1961-62 :

 
Collection 1965-1966 :
 
 
 
Je me souviens particulièrement bien des assiettes avec des fruits (prunes, poires, et raisins, ce décor s'appelait "Fruits de France"), il y en avait chez mes grands-parents. Elles me paraissaient vieillottes à l'époque mais on était déjà dans les années 80.
 
 

Collection transparente "Topaze" 1967-68 :
 
 
 
Collection 1968-70 : ces modèles sont appelés "Arcopal Luxe".
 
 
 
Collections 1971-73 : "Buisson fleuri", "Bouton d'or", "Fleurettes", "Roseraie", "Old bridge" (à gauche) et "Flore", avec des marguerites et des tournesols (à droite).




1974-75 : "Soleil" (à gauche et au centre) et "Tulipe" (à droite).




1975-76 : "Aster" et "Normandie".

 

1978 : décors "Pot-au-feu" et "Ronsard".
Il y avait ce dernier chez ma maman. Il lui reste d'ailleurs encore des assiettes dans son placard.
 



On a eu aussi cette jolie vaisselle décorée de mini roses qui date de 1982.




Voici une pub télé de 1979 avec toute la gamme de l'époque :
Je ne sais pas de quand datent exactement ces motifs avec des carreaux ("Vichy" et "Square" ci-dessous à gauche et à droite) et avec des pois ("Polka", au centre) mais sans doute de la fin des années 70 ou du début des années 80.

 
En 1984, Arcopal innove en proposant "Arcoflam", des casseroles en céramique qu'on pouvait mettre directement sur les flammes. Les dessins étaient assortis à ceux des gammes de vaisselle.
Voici une pub magazine de 1984 :
 

 
 
Quelques modèles de 1984, 1986 et 1989 avec l'arrivée des assiettes octogonales, typiques de la fin des années 80 et du début des années 90.
 



Collection Veronica 

C'est une des gammes les plus connues d'Arcopal, avec ces jolies petites fleurs de myosotis bleus, elle est apparue en 1981.

Sur le site officiel de la marque, on peut lire une anecdote au sujet de sa création : Un jour dans le Nord de la France, un grand-père aimant et attentionné offrit à sa petite-fille Véronique, qu’il chérissait tant, un coffret de gouaches et de pinceaux. 
Emerveillée par ce cadeau, la petite fille se mit immédiatement à l’ouvrage, peignant son plus beau dessin pour remercier son adorable grand-père. Un peu de bleu, une touche de vert, une note d’inventivité et beaucoup d’amour… Et c’est ainsi qu’un joli bouquet de petites fleurs apparut sur la feuille blanche de Véronique. Très ému, le grand-père qui n’était autre que Jacques Durand, le créateur d’Arcopal, eut la fabuleuse idée de reprendre ce motif pour créer Veronica, qui deviendra l’une des légendaires collections de vaisselle en opale.

Cette gamme a été déclinée sur de nombreux supports de vaisselle : assiettes, saladiers, tasses, bols, coquetiers, cafetières, plats à four, casseroles mais également 
verres et carafes.





Les verres Véronica étaient de marque Arcoroc.


 
Chez mes grands-parents maternels, il y avait bien ce dessin Veronica sur les assiettes, mais elles étaient en porcelaine de Limoges. Je suppose que c'est parce qu'ils ne trouvaient pas  l'Arcopal assez chic !
 
Pub magazine de 1981 avec un joli jeu de mot !

 
Et 1984 :
 



Une pub télé de 1982 :
Collection Scania

Elle est apparue en 1976. D'inspiration Liberty, le décor est constitué de mignonnes petites fleurs roses et orangées. 



Il y a eu des assiettes Scania chez moi quand j'étais petite, elles me rappellent donc beaucoup de souvenirs. J'ai réussi à sauvegarder une assiette plate que je garde précieusement depuis. 

Comme pour Veronica, il y a eu de nombreuses pièces de vaisselle comme on peut le voir sur cette photo issue du blog "1 rue du vintage".


 
Deux pubs magazines de 1976 et 1977 :



 

Collection Lotus
 
Elle est née en 1974, en plein courant Flower Power. On retrouve ce dessin de larges fleurs, symbole hippie et pacifique, sur les assiettes, bols, tasses, plats, cafetières etc... 
Cette vaisselle colorée et pleine de peps apportait beaucoup de gaieté à la table. 





Il y a eu 4 déclinaisons de couleurs différentes :  jaune-kaki, rouge-orangée, bleu-vert et orange-marron.






Déclinaison en mini fleurs du motif Lotus rouge-orangée. 


 
 
Une pub magazine de 1974 :

 

Les cadeaux des stations essences

Dans les années 70, les stations service avaient pris l'habitude d'offrir de la vaisselle en Arcopal à ses clients grâce à des points de fidélité obtenus en faisant le plein.

Chez Esso, il y a eu des tasses (
aujourd'hui on dirait mugs) avec le tigre, emblème de la marque.




Chez Shell, on trouvait de la vaisselle aux décors fleuris, très proches du décor Scania.




Chez Fina, c'étaient les personnages du dessin animé "Oum le dauphin" qui ornaient les tasses.



Quant à la marque Mobil, elle proposait des tasses avec des décors floraux géométriques qui sont devenues cultes.
Le dessin, créé par Jean-Charles Meunier en 1972, est vraiment typique des années 70. Il a pourtant été conçu à la "va-vite". Son créateur explique en effet qu'il avait purement et simplement "baclé" le travail, il a même été très surpris qu'il soit validé par Esso. C'est assez drôle de se dire que ce design culte est parti d'un gros manque d'inspiration !

Il y avait des grandes tasses (mugs) et des petites tasses en 10 coloris différents (d'aprés mes recherches) et un service à condiments (huile, vinaigre, moutarde, sel et poivre).
 
 
 
Pour les petits aussi

Arcopal n'a pas oublié les enfants puisque des bols et tasses ont été fabriqués en opale spécialement pour eux avec leurs personnages favoris issus de la bande dessinée, des films Disney et d'autres dessins animés.





 
 
Publicitaires
 
Arcopal a aussi servi de support à de nombreuses marques, alimentaires notamment : Haribo, Smarties, Choky, Van Houten, Ricoré, Cacolac, Royco, etc... Principalement des mugs et des bols.





 
 
Chute et renouveau
 
A la fin des années 90, les assiettes à motifs floraux d'Arcopal passèrent de mode et furent reléguées aux brocantes et vide-greniers. La production cessa en 2000.

Surfant sur l'effet revival, la marque est de retour et ressort cette année ses mythiques collections "Veronica" et "Lotus" en édition limitée (avec des assiettes plates, creuses et à dessert), à côté de 6 autres nouveaux décors.
 
Déjà relancée en Russie, en Pologne et au Moyen-Orient, Arcopal réapparaît maintenant en Espagne et en France (juin 2016).




"Veronica" et "Lotus" à côté de "Célestine", nouvelle collection très inspirée des années 70 également.



 
Site officiel Arcopal : http://www.arcopal.fr/
Repost 0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 15:37
Pendant des années j'ai cherché le nom de ce jouet qui me fascinait quand j'étais enfant et que je n'ai pas eu à l'époque. Impossible de retrouver le nom en rentrant des mots clefs dans le moteur de recherche, que ce soit en français ou en anglais.
Et puis il y a quelques jours, en feuilletant un vieux magazine Télé Junior de 1981, je suis tombée nez à nez avec une pub où on voit ce fameux jouet : Super Wand. J'ai bondi de mon siège tellement j'étais contente de le revoir et de trouver enfin son nom !
 
Quand j'étais petite j'adorais les majorettes. J'étais en admiration lorsqu'elles déambulaient lors de la fête foraine dans le village de mes grands-parents. Je rêvais 

d'avoir un de leurs bâtons pour le faire virevolter autour de moi avec une jolie tenue rouge et blanche et des grandes bottes blanches à pompons ! Je me souviens avoir eu une poupée majorette et même avoir demandé un bâton de majorette en cadeau à mes grands-parents qui n'en ont jamais trouvé. Les pauvres , ils ont fait de nombreux magasins en vain !
Pour me consoler, je m'en étais fabriqué un avec un pied de tabouret en métal qui comportait des embouts en plastique blanc. 
Je m'étais entraînée à le faire tourner dans mes mains, je me débrouillais plutôt bien. 
 
Cette Super Wand m'a forcément tout de suite plu lorsque je l'ai vue dans une publicité, j'avais 11 ans à l'époque.
 
Il s'agissait d'un bâton en plastique blanc creux comportant une boule métallisée à chaque bout, une rose et une verte (on aurait dit des boules de noël !).
Au centre du bâton était accroché un fil de nylon. Grâce à ce fil  transparent qu'on tenait du bout des doigts, on pouvait faire danser la Super Wand autour de soi. Vu de l'extérieur, elle paraissait danser seule dans les airs... magique !

Je ne sais pas pourquoi je n'en ai pas eue à l'époque. En plus elle n'était pas vendue très chère : 25 francs.

J'aimerais bien en trouver une aujourd'hui, juste pour avoir le plaisir de m'amuser enfin avec, comme Dorothée dans la fameuse pub de Téléjunior dont je parlais plus haut :



Il y a eu un 45 tours avec la chanson "The super Wand dance". Je me souviens d'un clip avec Gilles Arthur, le magicien, qui dansait sur la musique en se servant de la baguette. Impossible de retrouver cette vidéo malheureusement.
 


Voici la pub télé de 1981. Les enfants jouent avec des baguettes jaune et rouge, j'imagine que c'était le modèle américain :

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Jeux et jouets
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 19:03



Voilà une pépite comme je les adore, une pub institutionnelle pour la société générale en 1972 sous forme de comédie musicale de 2mn20. On en a pour son argent avec ce long format, c'est le cas de le dire pour une banque.

Les protagonistes sont présentés au début du spot et apparaissent en dansant et chantant : le directeur, le conseiller, le caissier, les secrétaires et les gardiens qui enchaînent de magnifiques chorégraphies dans un décor typiquement années 70 orangé-marron.

Les mini-jupes et les moustaches sont de sorties !

J'aime particulièrement les paroles de la chanson, notamment lorsque les 3 secrétaires s'exclament :
"Nous sommes les ballerines des machines, les amazones du téléphone".
Ou que les 3 gardiens annoncent fièrement :
"Discrétion, protection, attention, nous sommes les gardiens, nous veillons sur vos biens, soirs et matins".
 
Bref je suis fan de cette vidéo !
 
Cette fantaisie et cette bonne humeur ambiante des pubs de l'époque manquent cruellement aujourd'hui je trouve. 

La musique a été composée par François de Roubaix (auteur des musiques de Chapi Chapo, des films "Le vieux fusil", "La scoumoune" etc...).
Le morceau s'appelle "Ma banque par choeurs". 

La mini comédie musicale réalisée par
André Szöts était produite par Claude de La Vasselais et les films Jean Mineur.
Le
 disque hors commerce était apparemment offert gracieusement par la banque.

On peut apprendre au verso du disque que parmi les acteurs, il y avait notamment
 Agathe Natanson qui jouait la fille de De Funès dans le film "Oscar", c'est la cliente qui rentre dans la banque au tout début.



Je vous laisse déguster cette petite merveille :
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 20:40


Tout le monde connait le fameux Gloubi Boulga, le dessert préféré de Casimir. On peut le voir en déguster régulièrement dans l'île aux enfants.
 
Pour la recette, Casimir est très exigeant sur les ingrédients. Il faut mélanger de la confiture de fraise, du chocolat râpé (ou en poudre), de la banane écrasée, de la moutarde très forte et une saucisse de Toulouse, crue mais tiède. 
Parfois il rajoute d'autres ingrédients comme des anchois ou de la crème chantilly.
Pas très appétissant pour nous il faut bien le dire, mais c'est un met délectable pour les Casimirus !
 
Dans l’épisode de l’Île aux enfants du 30 septembre 1974 (15 jours après la diffusion du premier épisode sur la troisième chaîne de l'ORTF), Casimir prépare du gloubi boulga en expliquant sa composition à François puis aux enfants qui sont dégoûtés. On le voit ensuite rêver que tous les habitants de l'île mangent son gloubi-boulga et lorsqu’il se réveille, il se dit qu’il est heureux de vivre dans un monde où il est le seul à apprécier ce plat !
Le fameux dessert a été imaginé par Christophe Izard, la créateur de l'île aux enfants quand il a donné vie au personnage de Casimir.
Ci-dessous Casimir et Christophe Izard en pleine dégustation en 1993.
 
Son nom vient d'une anecdote de son enfance. Durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il est enfant, Christophe Izard est hébergé par une vieille dame russe. Afin de l’occuper, elle lui fait mélanger longuement du sucre et des jaunes d'œuf dans un saladier jusqu'à ce qu'ils deviennent mousseux, formant ce qu'on appelle en cuisine un sabayon. Elle avait nommé ce dessert le Kogel mogel (la crème porte aussi le nom de gogli ou gogli-mogli).
À la Libération, Christophe Izard s'invente un dessert gourmand et très nourrissant, composé de chocolat râpé, de bananes écrasées et de confiture de fraises, ingrédients dont il avait été privé pendant la guerre.
Lorsqu'il a donné naissance à Casimir, 30 ans aprés, c'est tout naturellement qu'il a fait appel à ses souvenirs pour créer le dessert préféré du  monstre gentil, le Gloubi Boulga.
 
Tout ça, c'est très bien mais ce n'est qu'une légende. Moi je connais la vraie histoire du Gloubi Boulga car je l'ai découverte dans un livre et je la partage avec vous aujourd'hui, bande de petits chanceux !

Elle trouve ses origines à Casimirville, la capitale de l'île des Casimirus, très loin au milieu des mers. Comme beaucoup de recettes, son invention est le fruit d'un hasard au départ malchanceux, à l'image de la tarte Tatin ou des bêtises de Cambrai.
 
La voici ...

 

 
 
 
Repost 0
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 16:31

Bonbons, friandises et confiseries, voilà des mots qui mettent tout le monde d'accord dès qu'on les prononce. Les yeux pétillent, les papilles frétillent et de bons vieux souvenirs sucrés resurgissent au galop !

Avec 5 francs en poche, les mômes que nous étions pouvaient faire une razzia chez le boulanger du quartier en sortant de l'école. On choisissait nos bonbecs méthodiquement un par un en se hissant sur la pointe des pieds pour pouvoir apercevoir comme il faut tous les petites compartiments où ils étaient rangés.
On les achetait à la pièce, entre 5 centimes pour les plus petits et 1 franc pour les plus chers.
Je me revois encore sortant de chez le boulanger avec mon petit sachet en papier blanc rempli de merveilles sucrées, toutes plus appétissantes les unes que les autres.


Certains de ces bonbons ont beau avoir disparus aujourd'hui, leur souvenir est encore bien ancré dans ma mémoire de gourmande.

Voici donc un grand voyage aux pays des bonbons et des douceurs régressives de l'enfance.
 
On commence par les gélifiés : bouteilles de coca, Schtroumpfs, tétines, crocos, Ours d'or, oeufs au plat et cerises.
Difficile de dater leur arrivée en France. Je sais seulement que les crocos Hari sont apparus en 1984.
 

Vous saviez qu'il avait existé un bonbon gélifié Goldorak ? Un petit chanceux possède une boîte intacte :
 
 
Les gélifiés recouverts de sucre : frites, fraises, bananes, bouteilles de coca, langues acides et fils acides.

 
 
On passe aux bonbons fruités : framboises, quartiers d'oranges-citrons et mûres-framboises tendres.
 


Les bonbons dragéïfiés : Dragibus, Floppy, petits-pois/lardons et fraisettes, à la liqueur de fraise.
 
 

Les boules meringues coco, grosses fraises et meringues, dentiers.
 
 
 
Collier et bonbons poudres "Lollie" (dits rafraichissants) et petit Jésus en meringue.

 
 
Grande guimauve torsadée et Chamallow. Ces derniers étaient au départ de marque Zan, rachetée ensuite par Haribo.
Je n'aimais pas du tout ceux en sachet orange et vert et j'ignorais qu'il avait existé des Chamallow au chocolat !



 
 
Les bonbons avec de la poudre acidulée : soucoupes en ostie, cornets et bouteilles-fruits.
 
 
 
Les pailles de poudre acide.
Je me souviens qu'on avait toujours du mal à les terminer car la salive faisait agglomérer la poudre. 
 
 
 
La poudre acide en petites bouteilles ou petites boites transparentes. Le couvercle servait de pied quand on le clipsait dessous. Image issue du livre "Les bonbecs".

 
Les sachets Fresquito de chez Fiesta, "Le doigt qui pétille", une sucette à la fraise en forme de pouce qu'il fallait tremper dans une poudre acidulée (apparues en 1984).
 


 
Les petits sachets Pop Rock, des granulés qui une fois dans la bouche crépitaient et chatouillaient la langue avec des petits bruits rigolos. Sur le même principe que les Frizzy Pazzy dont j'ai parlés dans l'article sur les chewing-gums ICI.



Il y avait aussi Peta Zetas sur le même principe.




Les bonbons de fête foraine : petits biberons et jouets avec mini bonbons (qui n'étaient pas bons du tout !) et berlingots.




Il y avait aussi les Pipas, des graines de tournesol salées.




Voici la grande famille des réglisses : les "têtes de nègres" et les autres visages caricaturaux ainsi que les souris.




Les Rotella et rouleaux avec un bonbon au centre.




Les cocobats, réglisses fourrés et les Haribats.




Les plaques de lanières de réglisse (ça n'existe plus malheureusement, je l'ai recréée avec Photoshop), les Bonner Gold et les vrais bâtons de réglisse.




Les Car-en-Sac.
Quand j'étais petite, les mini-sachets se vendaient en chapelets, comme les Dragibus. Ces chapelets n'existent plus (j'en ai recréé un avec Photoshop).





Les réglisses anglais, je ne les aimais pas du tout, à part ces sortes de gros Car-en-sac à droite.



Les Stoptou et les bâteaux Calabrais, j'en ai énormément mangé !

 
Et enfin les Cachous Lajaunie ("Han ! Han !"), Les Zanoïds et les plaques de Zan.



Les bonbons PEZ avec leurs distributeurs rigolos.
Pour ceux qui veulent en connaitre l'histoire, je leur ai consacré un article entier 
ICI.




Les Tic Tac.
J'aimais bien la petite boîte double citron/orange. Et j'avais oublié le parfum anis que j'aimais beaucoup.




Les cigarettes au chocolat et en chewing-gum.
 



Les Fruitella, des gros bonbons tendres.




Les Mentos et les Morositas (quel drôle de nom !).




Les Polos, les Kiss Cool, les Fresh, les Kayak, les Safari.




Les Double-Agents et les Zigobar, de la pâte à mâcher qui ressemble au Maoam.




Les gros sachets de bonbons (chez moi on dit "poches de bonbons" !).
Il y avait deux marques pricipalement : La Pie qui chante et Krema.

Les Galejades, les Yogola, les Petits Pimousses, les Croq'Andises, les Régal'ad, les Batna.





 
 
Des pubs pour les bonbons Leo et Krema avec des cadeaux à gagner.




Chez Krema, ils vendaient même des sachets surprises avec des bonbons et des petits jouets. Je n'en ai jamais eus mais je me souviens bien des pubs dans Pif ou Mickey.




Chez la marque Jell'o, il y avait des bonbons gélifiés Bisounours, Mowgli, Disney Babies, Choconours, Omer et Garfield.



Les Chnapis, d'autres bons gélifiés. Aucun souvenir de ces bonbons.
Voici une pub de 1985 :





Les bonbons à sucer : tétines, coquillages et Push Pops.



Rouges à lèvres et cerises.

Pour découvrir un article complet sur les sucettes des années 70-80, cliquez sur l'image ci-dessous :

 

J'ai aussi écrit un article sur les chewings-gums de notre enfance, vous pouvez le consulter en cliquant sur l'image :

Repost 0
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 19:34
Parmi les nombreux produits dérivés sur l'émission "L'île aux enfants", il y a eu de jolis posters sur le thème des jeux olympiques offerts en cadeau par Fanta en 1979 et 1980.

La marque était un des fournisseurs officiels des Jeux Olympiques de 1980 : les jeux d'hiver se sont déroulés en février à Lake Placid aux États-Unis et ceux d'été en juillet-août à Moscou (en URSS à l'époque)
 
Sous les bouchons des bouteilles de soda, on trouvait des petites capsules rondes en plastique représentant divers personnages de l'île aux enfants en médaillons qu'il fallait coller sur les posters aux emplacements vides. 
 
Pour obtenir ces posters, il fallait écrire à Fanta en joignant deux timbres à 1,30F pour les frais d'envoi. 
 
 
 
Voici les produits annonçant l'opération avec les médaillons sous les bouchons : bouteilles de 1 litre de Fanta orange ou citron et packs de petites bouteilles, par 6 ou 8.
Sur les étiquettes et packagings, on voit Casimir et Hippolyte arborant des dossards blancs estampillés Fanta.



Il y avait 20 personnages différents à collectionner pour le poster des jeux olympiques d'hiver et 26 pour les jeux d'été.
Ci-dessous des capsules avec quelques personnages emblématiques de l'île aux enfants : Léonard, Hippolyte, Gribouille, Toba, Antivol etc...

 
Entre le 1er décembre 1979 et le 31 mars 1980, on pouvait donc obtenir le poster des jeux olympiques d'hiver. 

En voici la couverture.
 
 
Le poster une fois déplié de 40 x 60 cm environ.
 
 
Ici la liste des 20 personnages à trouver en médaillons sous les bouchons.


 
Entre le 1er avril et le 31 juillet 1980, on pouvait obtenir le poster de l'île aux enfants aux sports d'été.

Voici une publicité magazine annonçant l'opération avec les 26 personnages à collecter.




Ici la couverture du poster.
 


Et une fois ouvert, de la même taille que le précédent, 40 x 60 com.
 


J'ai la grande chance que mon ami Christophe m'ait offert une bouteille Fanta avec Casimir. Elle est très rare, surtout dans cet état.
Merci encore à lui pour ce merveilleux cadeau !



 

Un peu sur le même principe, Fanta avait offert des capsules Schtroumpfs en 1979, également sur le thème des jeux olympiques. 30 différents à collectionner.
Une opération jumelée avec les marques Coca-Cola et Sprite.




Et en 1987, Fanta offrait des mini diapositives Walt Disney, dissimulées sous les bouchons de ses bouteilles. Il y avait 40 images différentes. On pouvait ensuite les regarder avec une petite visionneuse en carton à monter, offerte par le journal de Mickey (n° 1771) ou qu'on pouvait obtenir contre 3 timbres à 2,20F.
 
 
Photos des diapos et de la visionneuse issues du forum "Collect'all" (lmdlu).
Repost 0
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 19:31

Je vous parle d'un temps que les moins de 30 ans (ou en tout cas nés après 1985) ne peuvent pas connaitre, celui où les films Disney ne passaient qu'au cinéma. Pas de diffusion télé, très peu de VHS (et surtout à des prix exorbitants) et encore moins de DVD ! Bien loin d'en faire un inconvénient, cette exclusivité cinématographique leur donnait un côté rare et magique qu'ils ont un peu perdu avec les multi-diffusions ensuite.

Quand j'étais enfant, j'avais la chance que ma maman m'emmène voir pratiquement tous les nouveaux Disney dès leur sortie au cinéma. En dehors de ça, les seuls images ou sons Disney venaient de mes livres, disques et cassettes audio, donc pouvoir regarder des extraits des grands films à la télé était vraiment fabuleux.
Je me souviens que j'attendais ces programmes avec beaucoup de fébrilité et d'excitation et que j'avais des étoiles plein les yeux devant mon petit écran pendant toute la durée des émissions, je n'en perdais pas une miette !



L’Ami Public Numéro 1

Le 5 novembre 1961, Pierre Tchernia faisait entrer les petits téléspectateurs dans le monde merveilleux de Walt Disney. L'animateur (né la même année que Mickey en 1928, il était prédestiné !), présenta "L’Ami Public Numéro 1" les dimanches après-midi sur la 1ère chaîne de l'ORTF puis sur TF1 de 1961 à 1978.

Des extraits de films produits par les Studios Disney étaient diffusés entre des dessins animés parfois inédits en France, sans oublier les grands classiques (comme on les appelle aujourd'hui) sortis sur les écrans jusque-là : de "Blanche-Neige" au "Livre de la jungle" en passant par "Pinocchio", "Bambi", "Cendrillon", "Alice au pays des merveilles", "Peter Pan" etc...


Il y avait 4 émissions dans l'année, un thème était proposé à chaque fois : musique ou animaux par exemple.




Programme télé du 2 décmebre 1973 :



Le générique était la chanson des souris dans Cendrillon lors de la confection de la robe de bal : "Les rêves qui sommeillent dans nos cœurs". A écouter ICI.

Pierre Tchernia a rencontré Walt Disney en 1961. 
En cliquant sur l'image à droite, vous verrez un extrait de l'émission "Cinq Colonnes à la Une" où il interview Disney et présente pour la première fois la séquence inachevée de la soupe dans "Blanche-Neige à l'occasion de la ressortie du film en France en 1962.

 



SVP Disney

L'émission a été diffusée de 1964 à 1986 sur la deuxième chaîne de l'ORTF, puis sur Antenne 2. Une seule par an, le jour de Noël.

Elle a été présentée par Pierre Tchernia de 1964 à 1978, puis par Dorothée (à l'époque ambassadrice de Disney en France) en duo avec William Leymergie de 1979 à 1985.

 


"SVP Disney", Noël 1979 et 1980 :


 

"SVP Disney", Noël 1981 et 1982 :



En décembre 1986, c'est Carlos qui animait l'émission aux côtés de Dorothée.
Pour le dernier numéro de "SVP Disney", le 25 décembre 1987, c'est Marie Dauphin qui était à la présentation avec Alain Chauffourd.




Carlos en pleine grimace et Dorothée déguisée en Carlos !



L'émission proposait aux jeunes téléspectateurs de téléphoner au standard téléphonique, le fameux "SVP", pour choisir le film dont ils souhaitaient voir un extrait parmi une liste d'une vingtaine de classiques Disney proposée au début du programme.



Pour limiter le nombre d'appels et pour éviter que le standard de SVP n'explose, des chiffres de 0 à 9 étaient tirés au sort plusieurs fois pendant l'émission. Seuls les enfants dont les numéros de téléphone se terminaient par ces chiffres avaient la possibilité d'appeler.


Les extraits ayant recueillis le plus de voix étaient diffusés tout au long de l'émission parmi d'autres extraits, notamment des nouveaux films des studios Disney sortis au cinéma.

Pour les présenter, Dorothée et Marie Dauphin se déguisaient et faisaient des petits sketchs en incrustation d'image devant les décors des différents films.




Programmes Téléstar de Noël 1983 et Télé 7 jours de Noël 1986 :



La musique du générique est celle qu'on retrouvera ensuite pour "Disney Dimanche" mais sans les paroles.



 

 

Disney Dimanche

L'émission créée par William Leymergie était diffusée sur Antenne 2 de 1979 à 1987. 
Contrairement à SVP Disney, elle était programmée plusieurs fois dans l'année (3 en général).

Elle était présentée par William Leymergie et Dorothée entre mai 1979 et mai 1981 puis en solo par Dorothée entre octobre 1981 et mars 1987.
Après son départ  d'Antenne 2 pour TF1 en juin 1987, Marie Dauphin se chargea de la présentation pour les numéros de juin et novembre 1987.




Tout comme dans "SVP Disney", Dorothée se déguisait dans le thème des extraits présentés. Je vous laisse deviner de quels films il s'agit !







Et tout comme dans les précédentes émissions Disney, des extraits de films et dessins animés des Studios Disney étaient diffusés.

Le premier générique fut interprété par Dorothée et William Leymergie, le second par Dorothée seule. La chanson figure en Face B de son 45 tours "Rox et Rouky" paru en 1981.

Les paroles sont inoubliables, ce générique me procure toujours beaucoup d'émotions quand je l'entends !

"Disney, Disney, Disney Dimanche
Avec Disney, Disney, 
C'est toujours dimanche
Vive le ciné, les dessins animés
Pour tous les petits 
Et pour tous les grands aussi"

Parution sur les programmes Télé. A droite dans un Télé 7 jours de 1986 :


 

Télé Poche décembre 1984 :

 

 

Salut les Mickey 

L'adaptation française du "Mickey Mouse Club", émission de la chaîne américaine Disney Channel, était produite par Christophe Izard (lien article). Elle est apparue les vendredis soirs sur TF1 pendant deux années, entre octobre 1983 et décembre 1984 avec 6 à 7 émissions par an

L'émission était présentée par une troupe de comédiens, danseurs et chanteurs baptisée "Les Mickey" qui évoluait dans un décor américain style années soixante. Entre deux sketchs et chansons avec les invités du jour (Richard Gotainer, Diane Tell, Jane Birkin...), des dessins animés étaient diffusés.
Parmi les acteurs de la troupe, il y avait Thierry Redler et Patricia Elig qui ont joué ensuite dans "Les filles d'à coté", une sitcom AB sur TF1.




Le générique était interprété par l'orchestre de Robert Quibel (que l'on retrouvait dans "l'École des fans" et "Thé dansant") :

 

 

Le Disney Channel

Diffusée de 1985 à 1988 sur FR3, l'émission reprenait certains programmes de la chaîne américaine Disney Channel, créée deux ans plus tôt et qui n'est arrivée en France qu'en février 1997.

Elle était présentée par Donald Duck (avec la voix de Guy Montagné) et diffusée les samedis soirs à 20h05.


En première partie pour les plus jeunes téléspectateurs, il y avait "Les Aventures de Winnie l'ourson" présentées par Jean Rochefort et en seconde partie pour les plus grands, des feuilletons (Zorro, Davy Crockett... ), des dessins animés (Les Gummies, Les Wuzzles,La Bande à Picsou...) et des reportages.
A partir de 1986, l'émission apparaît également certains après-midis en semaine : "Les Après-midi du Disney Channel". Elle a été renommé ensuite "Mickey, Donald et Compagnie".

En 1988, l'émission fut rallongée et coupée en deux parties. Première partie de 17h à
19h avant le journal télévisé et l'émission "La Classe" et deuxième partie de 20h30 à 22h.
C'est Vincent Perrot qui présentait le programme et était également le narrateur des aventures de Winnie.

Le générique était une version musicale de la chanson de  l'oncle Rémus dans le film "Mélodie du sud" : "Zip-a-Dee-Doo-Dah" :

Une page du journal de Mickey pour annoncer la première émission le samedi 26 janvier 1985 et une page d'un Télé Poche de février 1986 :




Le "Disney Channel" du 19 avril 1986 :


Le 23 mai 1987, pour la 100ème émission, Douchka était à la présentation. Elle a été ambassadrice de Disney en France de 1984 à 1989.

 

Il y a eu de nombreux disques, 45 tours, livres-disques et 33 tours issus de l'émission. En voici une petite sélection :



 

Disney Parade

En 1989, Disney abandonna FR3 pour TF1, avec un "Spécial Disney" au sein du "Club Dorothée" le samedi matin. 

Il y a eu ensuite "Disney Parade" présenté par Jean-Pierre Foucault du 19 février 1989 au 27 décembre 1998 tous les dimanches aprés-midi de 16h40 à 17h50.
Il fut accompagné tout d'abord par Julia et Pilou puis au cours des années suivantes par 3 jeunes animatrices : Anne, Séverine Clair et Mélanie. C'est surtout Anne Meson qui a marqué les esprits, elle est restée 4 ans à l'antenne aux côté de Jean-Pierre Foucault.
Il y avait régulièrement un enfant invité (tiré au sort) qui participait au programme.

L'émission était composée d'un téléfilm ou d'une série, d'un court-métrage animé avec Mickey et sa bande ainsi qu'un courrier des lecteurs lu par les animatrices. Il y avait également une 
rubrique scientifique animée par le savant Gaspard (interprété par Xavier Nicolas).




C'était une belle vitrine pour le Parc Disney (à l'époque il s'appelait Eurodisney) qui avait ouvert ses portes en 1992 et dont l'émission se devait de faire la présentation et la promotion.
Les tournages ont même été réalisés directement dans le parc.



 

Voici le générique :

Une page du journal de Mickey pour annoncer la première émission le samedi 26 janvier 1985 et une page d'un Télé Poche de février 1986 :



19 avril 1986 :

Suite au succès de "Disney Parade", TF1 lança une seconde émission à partir de 1990 : le Disney Club.

Merci pour les infos et images au Grenier de la télé, à Planète Jeunesse, à Mange-disque et au film perdu.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Télé
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 13:59

Les enfants ont toujours adoré se déguiser pour Mardi Gras. Quand j'étais petite, j'attendais toujours cette fête avec impatience, d'abord parce qu'on dégustait de succulentes merveilles ce jour-là (sortes de beignets dans la région sud ouest) et ensuite parce que j'ai toujours aimé me déguiser.

L'avantage avec un masque, c'est que c'est facile à trouver et que ça ne coûte pas très cher. Pour quelques francs, on pouvait se transformer en un clin d'oeil en l'un de nos héros favoris, d'Albator à Candy en passant par Asterix, Zorro ou Robocop !

Il y a eu de très nombreuses licences dans les années 70 et 80 : dessins animés, séries télé, cinéma ou bande-dessinées.

Ces masques étaient produits par deux fabricants principalement : Festa et César. Ce dernier étant le plus ancien créateur de masques français (société créée en 1842 à Saumur dans le Maine et Loire).




Ils ne sont pas faciles à trouver aujourd'hui car le plastique est fragile et a tendance à se fendre facilement.

Moi je n'ai pas eu de masque sous licence quand j'étais enfant mais je me souviens d'un joli masque de loup qui m'avait servi pour un petit atelier théâtre à l'école. On me voit ici avec ma grand-mère maternelle que j'avais affublée de mon masque. Elle était toujours de très bonne composition ma gentille mamie !
En voyant la photo je me souviens de l'odeur de plastique caractéristique de ces masques.

Voici donc une ribambelle de masques de carnaval. Peut-être retrouverez-vous celui que vous aviez quand vous étiez enfants et vous rappellerez-vous des carnavals auxquels vous avez participé avec vos déguisements.
Et comme le chantait la Compagnie Créole dans son "Bal masqué" : "Aujourd'hui, Je fais ce qui me plaît, me plaît. Devinez, devinez, devinez qui je suis. Derrière mon loup, Je fais ce qui me plaît, me plaît. Aujourd'hui, tout est permis..." !

Les séries animées de l'ORTF

"Saturnin", "Colargol", "Pépin la Bulle".

 


"Le manège enchanté" : Margotte, Pollux, Zébulon.


"Aglaë et Sidonie" avec le sournois Croquetout.

 


"La Maison de Toutou" : Zouzou, Toutou et Kiki.
 

 


"Bonne nuit les petits" : Pimprenelle, Nicolas, Nounours et le marchand de sable.



Les héros de TF1

"L'île aux enfants" : Casimir, Léonard et Tobas. Le Casimir de droite date de 1993.


Grouchi,  Monsieur Martin, Antoine le jardinier et la Noireaude.


On reste dans l'univers de Christophe Izard avec Sibor, Bora, Brok et Chnok ainsi que les Poï-Poï, les marionnettes animatrices des  "Visiteurs du mercredi" et "Visiteurs de Noël".


"Le village dans les nuages" et "Chapi Chapo".


Les "Barbapapa", Barbamama et Barbouille, et "1 rue Sésame" avec Mordicus et Trépido.




On reste sur TF1 avec "Maya l'abeille" : Maya, Willy, la gouvernante et Flip.




"Capitaine Flam" avec Flam, Johann et Crag.




"La bataille des planètes" : Marc, Princesse, Alumette.



"Nils Holgerson" avec Martin le Jarre et "Vic le vicking".




Toujours sur TF1 : "Les Snorky" et "Plume d'élan".




"Dr Snuggles", "Mme Pepperpote" et "Les Minipouss", Lucie et Tom.




"Bomber X", "Gigi" et "MASK".



Les Tifins, Loeki et un fêlé de Lustucru.



 

 

 

Du côté de "Récré A2"

"Goldorak" 
avec Actarus et Alcor.

 

"Albator" avec Nausica et Ramis.

 

Candy et Lola de "Téléchat"

 

"Heidi" avec Peter et "Watoo Watoo" avec un Zwa.
 

 

"Les Quat'z'amis" avec Pousse-Moussu et Toucancan et "Tom Sawyer" avec Huckleberry Finn.
 

 

"Télétactica" avec Tactimor, Téline et un Vert.

 

San Ku Kaï avec le duo Ayato-Ryu et  X-Or.


"Les Mystérieuses Cités d'or" avec Esteban et Zia. 
Rebecca et Bic (ou Bac) des "Mondes engloutis".

 




"Les Maîtres de l'Univers" avec Musclor et Kriger. "Cosmacats" avec Star-Lion et Snarf.

 

"Clémentine" avec Hélice et "Cobra".

 

Sur Antenne 2, il y avait aussi le "Muppet Show", avec Kermitt, Piggy, Fozzie et un des papys du balcon.

 

 

FR3 jeunesse

"Fraggle Rock" avec Béa, Boubeur et Oncle Mat.

 

 

"Ulysse 31" avec Télémaque, Thémis et Nono.
 


Ceux-là sont moins réussis.



"Il était une fois l'espace" avec Pierrot, Métro et Mercedés.

 

"Inspecteur Gadget" avec Finot.

 

Hanna Barbera

"Yogi l'ours", "Les Pierrafeu" et "Satanas et Diabolo"




"Mightor" avec Pondo et Petit Rok.




"Momo et Ursul", "Mantalo" et "Sans secret".

 

Séries télé

"Zorro" avec le Sergent Garcia et "Davy Crockett".

 

"Agence tout risque" avec Barracuda et Alf.

 

 

Cinéma

"E.T, l'extra-terrestre" et "Les Gremlins"



"Robocop", "Superman", "Roger Rabbit".



Et bien sûr "Stars Wars" !


 

 

Bande-dessinée

Asterix, Obelix, Lucky-Luke et un Dalton.




Tintin, Milou, Tournesol, Haddock et un Dupondt.




Pif, Hercule et Rahan.




Les Schtroumpfs.




Et les autres...  

 

Snoopy, Caliméro, Nestor.

 

Kiki, Mario et Popples.

 

Merci à La Malle de Casimir, FlashBack, Lulu Berlu, TV DA et Collect-all pour les visuels.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Jeux et jouets
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 15:58


Qu'est-ce que je les aimais ces gros cubes souples qui permettaient de faire de grosses bulles ! 

Les "Chewing-gums qui schwing" ont été produits par Hollywood Chewing-gum à partir de 1979 et jusqu'en 1990. Ils étaient très tendres à mâcher et existaient en parfum fraise, tutti-frutti, chlorophylle et menthol. Ils étaient emballés individuellement et il y en avait 5 dans un paquet.
 
Ci-contre à droite, une planche d'autocollant que je possède.
 
Spring-Gum a bénéficié d’un budget communication très important sur la durée, il y a eu notamment beaucoup d’encarts dans la presse enfantine de l'époque et de nombreuses  pubs télé. Tout ça ayant pour but de concurrencer le sacro-saint Malabar qui était le maître sur le marché des faiseurs de grosses bulles !

Voici une pub magazine de 1979 :



La pub télé :
 
1982

Une pub magazine avec un jeu concours et des voyages à gagner :

Spring gum 1982
 
Il y a eu des collections de BD à gagner également :



Un album promotionnel avec Gaston Lagaffe : "Pour tout savoir sur Spring Gum" (à la place du titre original "La saga des gaffes") :

 


 
1984

 
3 personnages rigolos ont été conçus par le  maquilleur d'effets spéciaux Benoît Lestang pour des pubs télé d'après un design de Gotlib : un robot, un mort-vivant et un monstre glouton. On les voit exploser à la fin des spots après avoir tâté du chewing gum.



Voici une valisette en métal que j'ai achetée sur un vide-grenier il y a 5-6 ans :



La pub télé avec le zombie :
 
1986-87

Nouveau look pour le packaging et nouvelle campagne de pub déjantée.



Pub magazine de 1987 : 



La pub télé de 1987 : "Spring-Gum, j'arrête quand je veux !"
Une pub magazine avec un flipper à gagner :

 
 
1989

Un nouveau packaging apparait ainsi que deux nouveaux parfums pour rajeunir la marque : citron-menthe et fraise-menthe.



La campagne de pub magazine :




Les pubs télé avec un jeune habillé typiquement en mode New-Beat avec des smileys : "ça picote, ça picote" ! 

Pour retrouver également les Malabar, Tubblegum, Bazooka, Frizzy Pazzy, Veinards et tous les autres chewng-gums des années 70-80, allez découvrir mon article ICI.

 

Repost 1
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 16:44



Top 50 est le magazine que j'ai lu le plus quand j'étais ado. Ma maman me le prenait toutes les semaines (il coûtait 5 francs) et je le dévorais de A à Z !
J'ai longtemps gardé ma collection de magazines 
mais comme ça prenait de la place, ils ont fini à la poubelle à la fin des années 90. Comme je le regrette aujourd'hui !
J'ai récupèré ceux qu'on voit sur la photo ci-dessus au hasard des vide-greniers.

La création du magazine date du 11 mars 1986.
Sur le tout premier figurait Jean-Luc Lahaye (ci-contre à droite). Je me souviens avoir acheté ce premier numéro car je suivais déjà l'émission télé en clair sur Canal plus que Marc Toesca présentait depuis deux ans.
Tout le monde se souvient bien sûr qu'il commençait toutes ses émissions avec son fameux "Salut les petits clous !".

Ci-dessous à droite, Marc Toesca tient à la main un magazine "Top 50" avec le classement de la semaine. Au dessous, le présentateur reçoit le groupe Les Porte-Mentaux, en toute décontraction !




J'avais hâte d'avoir en main mon magazine préféré le lundi soir. Il regorgeait d'infos sur nos chanteurs préférés, leur actu, les interviews, les petits potins, les classements, les paroles des chansons etc... Et surtout il y avait deux posters !

Voici une petite sélection parmi les 215  numéros parus jusqu'en 1991, date à laquelle le magazine a disparu.



Quand j'étais ado, j'avais la chance que ma maman me permette d'accrocher plein de posters aux murs de ma chambre.
Ci-contre à droite une photo de ma chambre, autour de 1987-88.

Et quand j'allais en vacances chez mes grands-parents à la campagne, ils me laissaient m'installer avec ma meilleure amie dans une petite maison en face de chez eux qui leur appartenait et qu'ils ne louaient plus depuis plusieurs années. Elle ne servait qu'à nos jeux, regarder la télé et écouter de la musique : le paradis !
Comme le papier peint de la salle à manger était vraiment laid, avec des grosses fleurs, nous nous étions régalées à le recouvrir d'une multitude de posters pris en très grande partie dans "Top 50".

Tout le dilemne était de choisir quel côté du poster on allait exposer. Parfois c'était difficile de choisir, les photos des deux faces étaient géniales.
Il suffisait ensuite de les disposer le plus harmonieusement possible en alternant les images largeurs et hauteurs, les garçons et les filles, les groupes et les artistes seuls.

Voici des photos faites en 1989 dans la salle à manger de notre Q.G. Les 4 murs y étaient passés, et même la porte. On aperçoit la tapisserie à fleurs (bien moche !) derrière les posters.




Le canapé était assorti au papier peint !


A gauche mon amie d'enfance, à droite un copain de passage. 



On s'était fait un pan de mur entier sur le groupe Bros avec les deux jumeaux beaux gosses ! Sur la photo je tiens une cassette audio, à cette époque, je me faisais des compils de tubes enregistrés à la radio.



Lorsque je suis partie étudier à la Fac à Bordeaux, en 1989-91, j'avais un petit studio que je me suis fait un plaisir de personnaliser avec des posters et des images découpées dans Top 50.
L'appart était très coloré : jaune, orange, vert pomme, c'était (un peu trop) flashy !



Ci-dessous deux murs du studio recouverts de posters. On aperçoit mon petit-frère Alexandre, 4 ans.



Sur une des grandes portes de placard, je m'étais fait un pêle-mêle Depeche Mode, mon groupe préféré.
Ci-dessous deux pages consacrées à Depeche Mode dans "Top 50" et à droite les images qu'on voit dans le magazine découpées et collées sur ma porte de placard.




En parlant de Top 50, il y a également eu des hors-séries qui s'appelaient "Top d'or".
A ma connaissance il y a eu celui de 1986, 1988, 1989 (avec en cadeau le disque 45 tours offert de Florent Pagny et Glenn Medeiros) et 1990. Je n'en connais pas d'autres.

A gauche, ceux de 88 et 89 que j'ai encore avec le 45 tours. A droite ceux de 86 et 90 :


Repost 0

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 1 million de visites depuis sa création le 17 aout 2011


164 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 13 juin 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80
- Le biscuit Bamboula et son scandale


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance
- L'émission Maxi Tête
 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)