Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 14:57
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile

Pour ces fêtes de fin d'année, vous êtes vraiment gâtés : aprés les 52 pages de jouets du catalogue de la Redoute 1979-80 la semaine dernière, je vous offre aujourd'hui les scans des 93 pages du mini catalogue des Nouvelles Galeries de 1982.

Comme je l'avais évoqué déjà dans l'article sur le catalogue de 1975, j'attendais toujours avec beaucoup d'impatience de recevoir dans ma boîte aux lettres ces petits livrets car ils étaient facilement transportables avec leur taille réduite.
On pouvait les emporter à l'école pour les feuilleter avec les copains de classe et choisir ce qu'on avait envie de commander. Il n'y avait plus qu'à découper et coller sur la lettre au Père-Noël.

J'espère que ces nombreuses pages de jouets vous rappelleront à vous aussi de très beaux souvenirs.

Vous pouvez lancer un diaporama si vous le souhaitez en cliquant sur les photos et en vous déplaçant ensuite d'image en image avec les flèches (cliquez sur Echap pour en sortir).

Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Le catalogue de jouets des Nouvelles Galeries de 1982 par Nath-Didile
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Jeux et jouets
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 00:01

Ma maman recevait plein de catalogues de vente par correspondance quand j'étais petite : La Redoute, 3 Suisses, Quelle et Blanche Porte.
​Dès qu'on recevait les catalogues Automne-Hiver des 3 Suisses ou de la Redoute, les deux plus gros, je me jetais sur les pages jouets pour voir les nouveautés et choisir ce que je voulais commander pour Noël.

Lors de ce Noël 1979, je me souviens d'avoir été particulièrement gâtée. J'avais 9 ans, je ne croyais plus au Père-Noël mais la fête était pour moi merveilleuse.

J'avais donc très envie de retrouver les catalogues 3 Suisses ou la Redoute de cette année-là, mais ce n'est pas si facile à dégoter. J'ai trouvé celui-ci lors d'une balade dans un petit village de l'Aude qui s'appelle Montolieu. Cette jolie petite commune, perchée au dessus de 
Carcassonne, s'est transformée en "Village du livre", les ruelles sont truffées de bouquinistes en tout genre.
Et chez un de ces bouquinistes, j'ai donc pu acheter ce catalogue automne-hiver 1979-80 de la Redoute dont les pages jouets sont vraiment magnifiques et me rappellent de très nombreux jeux et jouets que j'ai eus.

Pour ces fêtes de fin d'année, je vous offre les scans des 52 pages de jouets de ce catalogue. Je suis sûre qu'ils vous rappelleront de beaux souvenirs de cadeaux reçus à Noël à vous aussi !


Vous pouvez lancer un diaporama si vous le souhaitez en cliquant sur les photos et en vous déplaçant ensuite d'image en image avec les flèches (cliquez sur Echap pour en sortir).

 
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80 par Nath-Didile
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Jeux et jouets
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 17:38



Vous l'avez compris si vous êtes déjà passés sur mon blog, je suis une incorrigible gourmande. Il suffit de regarder la rubrique "Petites douceurs régressives" pour constater que les articles y sont très nombreux !

J'avais déjà parlé des barres aux chocolat il y a quelques mois, je parle aujourd'hui de tous les biscuits et les petits gâteaux qui ont disparu des rayonnages ou dont les packagings ont beaucoup changé au cours des années.
 
Allez c'est parti pour un petit tour d'horizon gourmand ...attention, vos papilles vont en frémir de plaisir nostalgique !

N.B : on peut voir les pubs télé correspondantes en cliquant sur la plupart des images.
 
 
 
L'ALSACIENNE 
 
La marque l'Alsacienne a été créée en 1904. Rachetée par BSN en 1987, elle a fusionné avec Belin puis LU. Elle disparaît totalement en 1994, remplacée sur les packagings par la marque LU.
 
Sur le logo apparaissait une jeune-fille qui portait une coiffe traditionnelle alsacienne : la petite Sophie.

Vous vous souvenez du fameux slogan "Si l’Alsacienne a de grandes oreilles, c’est pour mieux écouter les gourmands" ?
 
On doit à la marque les Chamonix à l'orange (créés dans l'entre-deux-guerres), les Langues de chat, les Palmito, les Petit-Exquis (les concurrents des Petit-beurre LU).


 
Les Granola sont apparus en 1972, version chocolat noir et chocolat au lait.

 
Les Schoks ont débarqué en 1974. Ils existaient en version chocolat, vanille et plus insolite, chocolat-menthe !
 
 
Ci-dessous une jolie pub magazine de 1984 où apparaissent aussi les biscuits Papou, j'en parle plus loin pour la marque Brun qui fabriquait également ces biscuits au chocolat.
 
 
Les gaufrettes s'appelaient Résille d'or, il y avait plusieurs parfums : chocolat, vanille, noisette, chocolat-café et aussi... Cola, quelle drôle d'idée ! Je n'en ai aucun souvenir et je n'aurais pas aimé goûter.

 
Il y avait aussi les Choco prince que l'on voit ci-dessous dans une pub de 1985 
(j'ai parlé des barres Western et Euréka dans l'article consacré aux barres chocolatées ICI).
 

 
Je pense qu'on est nombreux à se souvenir des Crok’images, de jolis biscuits décorés de dessins au caramel, ils sont apparus en 1982. On pouvait découper des petits personnages imprimés sur la boite en carton.



Sur la pub à droite on peut reconnaitre Rachid Ferrache, le petit garçon qui a joué aux côté de Jean-Paul Belmondo dans "L'as des as". Il a également chanté "Le p'tit Beur" en 1987 à l'âge de 15 ans.


 
En 1985 sont apparus les Crok'images fourrés au chocolat.
Il y a même eu une version Mario début 90's !


 
En 1985 sont également apparus les cookies Boogy. Ci-dessous les deux packagings différents :

 
En 1986, il y a eu les Kango, des biscuits fourrés au chocolat, à la fraise, à l’abricot. 
Vous vous souvenez que dans la pub, les Kango nous "abricotisaient" et nous "fraisifiaient" ? 

 

Toujours en 1986, on pouvait acheter des Kaïla, un remake de la barre Euréka (voir plus haut sur la pub de 1985).

 
En 1978, l'Alsacienne offrait des autocollants Goldorak (20 différents) dans les paquets de langues de chat et Petits-Exquis.
 

 
 
VANDAMME
 
Les produits de la marque, créée en 1929, ont été intégrés à la gamme LU en 1997.
Aujourd'hui, le nom Vandamme n'a pas totalement disparu, il apparaît toujours pour certains cakes avec un "m" en moins (Vandame), mais il n'est plus que le nom d'une gamme de produits LU.
 
Le Napolitain (ci-contre à droite) que nous connaissons aujourd'hui chez Lu était au départ un gâteau Vandamme.

On se souvient tous des pains d'épice Prosper, de son ours attachant, le roi du pain d'épice, et de ses petites oursonnes qui vocalisent dans les pubs du début des années 80. Prosper était doublé par Henry Djanik qui prêtait aussi sa voix grave à Mister T, Kojak ou Barnabé ("Albert et Barnabé" dans l'île aux enfants) entre autre.

"Prosper youplaboum c'est le roi du pain d'épice".



 
Le personnage a beaucoup évolué au cours des années... et pas en mieux !

 
Comme toutes les  stars, Prosper a eu ses produits dérivés : sac, trousse, classeur, cahiers etc...



Chez Vandamme, il y a eu également Captain choc et son délicieux gâteau aux pépites de chocolat (à partir de 1982). Il existait en version familiale ou individuelle. Qu'est-ce que j'en ai mangé, j'adorais ça !
La pub était géniale et je suis certaine que vous l'avez tous en mémoire  : le pirate chantant sur un air de Carmen avec le perroquet qui crie "Aux pépiiiites de chocolat" ! (cliquez sur l'image pour la voir).
 


Une version à la pulpe de fraise et d'abricot est apparue en 1986 : Captain Fruy.
La pub était magnifique et exotique. Inoubliable elle aussi :

 

 
 
BRUN
 
En 1885, Pierre-Jean-Félix Brun, négociant en grain, créé la biscuiterie Brun à Grenoble. En 1968, elle fusionne avec cinq autres sociétés pour donner naissance au groupe "LU, Brun et associés". 
Le 31 décembre 1989, l'entreprise grenobloise ferme définitivement ses portes. Il reste malgré tout le biscuit "Petit Brun Extra", dernier vestige de la marque encore commercialisé sous ce nom.
 
Le biscuit "Thé Brun" à la saveur légèrement vanillée était un produit emblématique de la marque. Il était utilisé dans la recette du "gâteau de Famille", un classique de la pâtisserie familiale.
Il existe toujours sous le nom "Thé" de la marque LU.
 


 

Chez Brun il y a eu également Papou, un biscuit au chocolat, à la noix de coco et aux noisettes, avec un personnage caricatural dans la même veine que le Bamboula de St Michel (voir plus loin).
 
 

En 1983 on pouvait trouver des autocollants Sport Billy dans les paquets de Petit Brun Extra :


 

DE BEUKELAER
 
La marque est créée en 1870 à Anvers par le belge Edward De Beukelaer. Il développa le fameux biscuit Prince Fourré en l'honneur du futur roi Léopold II qui, avant d’être roi de Belgique, fut Prince pendant 30 ans. 
 
Les biscuits Prince ont été commercialisés en France à partir de 1948. Cette année-là est apparu le personnage sur les célèbres emballages en rouleau.
En 1980, De Beukelaer passe sous la marque LU.

Ci-dessous, dans les pubs magazines, le Prince version année 70 à gauche et année 80 à droite.



 
En 1979, on pouvait obtenir de jolis double-puzzles avec les Prince chocolat et vanille.
 

 
BN
 
La marque, née à Nantes en 1897, est totalement indissociable du choco BN, le goûter des enfants depuis 60 ans ! Je ne vais pas m'étaler sur le sujet car j'ai écrit un article complet sur les choco BN ICI.
La marque a été englobée par le groupe anglais United Biscuits en 1998.


 
Chez BN, il y a eu également les tartelettes Diego, lancées sur le marché en 1975.
Qu'est ce que je les aimais ces mini tartelettes fondantes !
Je me souviens que je mangeais d'abord tout le tour avant de déguster la partie confiture !


J'ai été particulièrement marquée par la jolie pub avec une petite-fille qui joue à la dinette avec ses jouets (cliquez sur l'image). 

 
 
 
DELACRE 
 
C'est en 1870 que Charles Delacre, un pharmacien bruxellois, décida de vendre du chocolat. A cette époque, le chocolat était surtout prescrit comme fortifiant ou médicament. Il ouvrit une boutique à côté de sa pharmacie puis déposa la marque Delacre en 1873. Il se lança ensuite dans la fabrication de biscuits afin de diversifier ses activités. Le premier biscuit Delacre fut commercialisé en 1891.
La marque est passée sous le contrôle de Campbell Soup Company puis United Biscuits en 1998.
 
Le biscuit Delichoc a été créé en 1957. Au départ il s'appelait Delice Choc, il est devenu Delichoc en 1989.

 
 
A part ce biscuit au chocolat ciblé pour les enfants, les produits Delacre visent plutôt les adultes avec notamment des boîtes d'assortiments de biscuits pâtissiers recouverts de chocolat belge.
On a tous connus ces boites chez nos grands-parents. Il n'y avait que ceux au chocolat qui m’intéressaient !
 
Chez Delacre, il y a également les Cigarettes Russes et les Sprits.
Quand je pense aux cigarettes russes, j'ai tout de suite en tête la pub avec son slogan au piano : "les petites fêtes de tous les jours". 


 
 
VERKADE
 
La marque a été fondée en 1886 à Zaandam aux Pays-Bas. Comme BN et Delacre, elle a été rachetée par le groupe anglais United Biscuits.
 
Chez Verkade, on connait surtout les gaufrettes fourrées (chocolat, vanille, café, noisettes) et son inoubliable  pub de 1982  : "Ca croustille sous la dent et dans la bouche c'est fondant ... ah les gaufrettes Verkade, c'est croustifondant"
 

 
Chez Verkade, il y a également eu les biscuits au chocolat Pingouin, apparus en 1980.



Et les Chocotoons (1991) avec Asterix et les Looney Toons.

 
 
CADBURY
 
En 1824, John Cadbury commença à vendre du thé, du café et, plus tard, du chocolat à Birmingham (Angleterre).
L'entreprise a été renommée Cadbury-Schweppes en 1969, à la suite de sa fusion avec la marque de soda. Elle a retrouvé le nom de Cadbury en 2008, après s'être séparée de toutes ses activités de boissons.
La marque appartient désormais à Mondelēz International (anciennement Kraft Foods).
 
On connait surtout les Fingers de Cadbury, tellement bons qu'ils sont trop courts ! "Ils sont bons tes Fingers monsieur Cadbury, vous pouvez pas les faire un p'tit peu plus long ?".
 
 
Il y a eu aussi les Z'animo et les Z'additions. Je n'ai trouvé aucun visuel pour les Z'aditions, je possède juste le pin's ci-dessous.
 
 
Cadbury offrait des jolies petites figurines en forme d'animaux dans ses paquets de biscuits Z'animo.
 

 
 
BELIN
 
En 1902, Gustave Belin alors âgé de 25 ans, lance la "Manufacture des biscuits Belin" à Bagnolet.
En 1997, tous les biscuits Belin passent sous la marque LU. La société Belin n'existe plus en tant que telle, Belin devient une gamme de biscuits salés de la société LU.

Le biscuit Edition spéciale date de 1978.



 
Lancé en 1961, le petit gâteau rond Pépito connaît un succès fulgurant dès son apparition.
Pour le rendre encore plus attractif, Belin décide en 1963 d'en créer une mascotte, un petit garçon mexicain.
Il fait ses débuts à la télévision en 1973 dans d'amusants spots publicitaires, sous forme de marionnettes et de dessins animés.
"Aye Pepito !"



Ci-dessous on peut apercevoir le gâteau Mi-Temps également, sorte de BN de chez Belin :



En 1986, un joli jeu de société "Pépitorama" était à gagner sur concours :


 

Chez Belin il y avait aussi les Petits Coeurs, apparus en 1980 : des petits biscuits feuilletés.

Il y a eu toute une série de pub avec des acteurs célèbres (cliquez sur les liens pour voir les pubs) : Aldo Maccione (1982), Jacques 
Villeret (1984), Richard Anconina (1990) et Michel Boujenah (1991)
 
Vous vous souvenez de Guêt-apens ? C'était un biscuit rond fourré au chocolat. Je me souviens surtout de la pub avec une jeune-femme qui tombait justement dans un guêt-apens en atterissant sur des coussins en forme de biscuits !

 
Pour les enfants il y a eu les biscuits Ribambelle sur le modèle des Z'animo mais sans chocolat.


 
Et des petits biscuits Chapi Chapo en 1976. La marque offrait un joli autocollant dans les boites.
 

 
 
3 CHATONS 
 
C'est à Charleville-Mézières que sont nés les barquettes 3 chatons en 1963.
 
Dans les années 80, les biscuits existaient en 4 parfums : fraise, framboise, abricot et orange.
En 1982 la marque est remplacée par LU.
 
En 2005, toujours fabriquée à Charleville-Mézières, le biscuit redevient La Barquette 3 chatons (mais toujours sous la marque LU).
En 2013, elle change encore de nom pour devenir La Barquette de Lulu (voir plus bas quand je parle de la marque LU).


 
De nombreux jeux étaient organisés par 3 Châtons, ils permettaient de gagner des jouets et tout un tas d'autres lots.






Chez 3 Châtons, il y avait également les coquelines. A gauche la version 3 Châtons, à droite la version LU.

 
3 Châtons offrait des autocollants Tom & Jerry dans ses paquets de barquettes :
 

 
LU
 
Tout commence avec la pâtisserie familiale créée par Jean-Romain Lefèvre et son épouse Isabelle Utile, en 1846 à Nantes.
Le fameux Petit-Beurre, avec ses 4 oreilles et ses 52 dents, a été inventé en 1886 par leur fils, Louis Lefèvre-Utile, qui fonde la société LU l'année d'aprés, en 1887 donc.
Le logo aux deux lettres blanches sur fond rouge est créée en 1956.

Les biscuits Paille d'or date de 1905. Louis Lefèvre-Utile s'était inspiré d'une botte de paille.
 

Les Figolu datent de 1961. Ils étaient vendus en chapelet quand j'étais petite.



 
C’est en 1982 que Mikado est lancé. Glico a cédé les droits à LU pour pouvoir fabriquer et distribuer ce biscuit en France.

 
 
Les Pim's (inventés en 1927 en Angleterre) sont apparus également en 1982 chez LU.
Ma pub préférée est celle de 1990 avec un anglais qui explique qu'en retournant le paquet on peut lire "swid".
 
 
Les cookies "Hello !" datent de 1986. Tout le monde se souvient de la pub avec la jolie américaine qui prononce mal : "Hello de Lou".
A noter que Hello a été commercialisé également sous forme de biscuit fourré avec le nom Kango sur son emballage.
 

 
Les Petit écolier est apparu en 1985. Le célèbre dessin du petit écolier a été créé par Firmin Bouisset, illustrateur et affichiste, en 1897 pour une affiche sur le Véritable Petit Beurre.
J'aimais bien la pub où un monsieur très bien volait le paquet de biscuits à des ados dans le métro. "C'est pour qui cette délicieuse tablette de chocolat sur ce croustillant petit-beurre ?... c'est pour moi !".
 

 
A partir des années 60, Lu fusionne avec de nombreuses entreprises. En 1969 avec Brun, Trois Chatons, Rem et Saint-Sauveur.
En 1975, Lu absorbe L'Alsacienne, De Beukelear et Parein.
En 1987. BSN (Danone) acquiert la marque LU.
En 1997. LU endosse les produits de la gamme Vandamme et Belin (à l'exception de Crackers).
Aprés avoir été revendu à Kraft Foods, la marque LU est devenu la propriété de la multinationale américaine Mondelēz International en 2012.
 
La recette du biscuit REM, originaire de Reims, a été rachetée par la société LU.
On dirait qu’ils n’ont pas changé depuis 30 ans !
 
Voici les biscuits passés sous le coupe de LU :
 

 
 
ST MICHEL
 
C'est le pâtissier Joseph Grellier qui créa les galettes St Michel à Saint-Michel-Chef-Chef (je n'ai pas fait d'erreur de frappe !) en Loire-Atlantique. Elles furent produites industriellement à partir de 1919.
Une poule, symbole de la France rurale et des bons produits, symbolise la marque. 
 
Le sablé de Retz est apparu en 1920 et les Roudor en 1979.
Il y a eu également les Rondor (voir ci-dessous).
En 1994, l'entreprise est acquise par le groupe allemand Bahlsen qui la revend à la Biscuiterie de la Baie du Mont Saint-Michel en 2006.


 
En 1987, Saint Michel commercialise les biscuits au chocolat "Bamboula" à grands renforts de pubs et en diffusant de nombreux produits dérivés : figurines, petits livres, pin's...  
J'ai consacré un article complet sur ce fameux biscuit, ses produits dérivés et le scandale qui a suivi, pour aller le découvrir cliquez ICI :
 

 

 
BAHLSEN
 
La marque a été créée en 1889 par Hermann Bahlsen à Hanovre, en Allemagne.
Chez Bahlsen, on trouvait des Kipferl, des Cortez, des Chokini.

En 1978 apparait Monsieur Plus, le personnage emblématique de la marque. Je lui ai consacré un article entier ICI.

 
En 1985 sont produits les grafitti, des biscuits miniatures au chocolat : "Un amour de bébé biscuit" comme on l'entend dans la pub !

 
GRINGOIRE
 
La légende dit qu'en 992 Saint Grégoire est arrivé d'Arménie avec la recette d'un gâteau à base de miel et d'épices. De cette légende sont nés en 1817 des produits commercialisés sous les marques Gringoire et Grégoire. Par la suite, il n'est resté que Gringoire.
 
En 1962 Gringoire est cédé à la Pillsbury Company, une entreprise agroalimentaire américaine. En 1976, Gringoire fusionne avec Brossard. La marque disparait en 1994.
 
Vous vous souvenez du célèbre lapin soufflant dans sa trompette ?
Les gaufrettes s'appelaient Grindoline.



 
J'aimais beaucoup les galettes Gringoire qui étaient vendues en chapelets à l'époque, voici un packaging plus récent de ces fameuses petites galettes :

 
Je me souviens avoir eu cette jolie petite valisette en carton autour de 1985-86.



 
 
BROSSARD
 
Georges Brossard fonda la société Brossard en 1931 à Saint-Jean-d'Angély (Charente-Martime).
 
En 1968, le groupe américain Pillsbury, qui possédait déjà Gringoire, prend le contrôle de Brossard. Comme je l'ai dit plus haut les deux entreprises fusionnent en 1976 pour former le groupe Gringoire-Brossard puis Brossard tout court en 1994.
En 2001, Saveurs de France achète Brossard qui redevient française. En 2011, reprise de Brossard par le groupe Limagrain et naissance de Jacquet Brossard.

Chez mes grands-parents, on achetait souvent des boudoirs de Brossard. On avait d'ailleurs
 une tradition familiale pour les fêtes : on faisait sauter nos biscuits dans nos verres (de champagne pour les grands) en leur faisant faire un petit saut périlleux ! 

 
Brossard a lancé Savane en 1962. Georges Brossard, était un passionné d’Afrique, d’où les couleurs du marbré et la double vague qui rappelle les rayures du zèbre.
Savane est le premier gâteau longue conservation, une révolution pour l’époque.
La première pub télé date de 1966.

Papy Brossard, le personnage à l'image du fondateur Georges Brossard, a été créé en 1980 et a disparu en 1993.
 
 
 
INCLASSABLES
 
Patapon (autour de 1985), je n'en ai aucun souvenir. Et vous ?

 
Quadro, les gaufrettes au praliné et aux éclats de noisettes de l'entreprise Cémoi (à qui l'on doit les célèbres Nounours en guimauve et chocolat), sont apparues en 1986.

 
Je me souviens des délcieux menelik, des gaufrettes en forme de triangle, fourrées au chocolat blanc, aux éclats de nougat et enrobées de chocolat noir.
On en distribuait au collège pour le goûter des demi-pensionnaires. Moi j'étais externe mais je m'arrangeais toujours pour en récupèrer un !
 

 
Ma grand-mère prenait souvent des biscuits du Moulin Blanc, ils étaient très bons (en bas à gauche). Par contre aucun souvenir de ces gateaux Kic-Nic et Kat'Coeur.
 



Sur le modèle des biscuits Pingouin, il y a eu des biscuits Mickey, je me souviens des pubs dans le journal de Mickey à l'époque.
 



Et je terminerai avec les biscuits à messages qu'on a, je pense, tous connus dans notre enfance.
 
Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 16:15

 

"La montagne est tellement jolie quand on grandit auprès d'elle, Heidi en a fait son amie, mais loin d'elle, elle s'ennuie... ", la jolie chanson du générique était à l'image de la série que j'aimais tant : bucolique, émouvante et pleine de fraîcheur.
 
Bien sûr j'aimais beaucoup l'adorable dessin animé "Heidi" réalisé en 1974 par Isao Takahata (aidé de Hayao Miyazaki) qui était diffusé à la même période, mais j'avais une tendresse particulière pour le feuilleton, la petite actrice était particulièrement attachante et les paysages grandioses à regarder.

Moi qui étais une petite citadine, je prenais plaisir à admirer la nature quand j'allais en vacances à la campagne chez mes grands-parents, ça me permettait de saisir le contraste entre vie à la ville et vie à la campagne comme il est montré dans la série et de comprendre Heidi qui aimait vivre simplement au grand air.
Je me sentais également très proche de son caractère, car comme elle j'étais très vive, volubile et empathique.
 
 
L'histoire
 
Heidi est une petite orpheline, elle est recueillie à l'âge de un an par la sœur de sa mère, Dete. Celle-ci, ayant trouvé un travail à Francfort et après s'en être occupée durant 4 ans, la confie à son grand-père paternel qui vit reclus dans un chalet isolé dans la haute montagne suisse.
Malgré sa mauvaise réputation d'homme sévère et farouche et malgré les mises en garde des villageois de la vallée, Dete lui confie la fillette.
Heidi se retrouve donc seule face à ce grand-père qu'elle n'a jamais connu et qui n'est pas très content d'être mis devant le fait accompli. Mais grâce à sa gaieté et son enthousiasme, la petite-fille réussit à se faire aimer de lui ainsi que de Peter, le jeune gardien de chèvres. Elle découvre les joies de la vie au grand air dans les alpages.
Au bout de 3 ans, Dete revient pour emmener Heidi à Francfort où elle doit compléter son éducation et devenir la compagne de jeux de Clara, une fillette handicapée en fauteuil roulant.
Heidi n'est pas heureuse dans la grande ville et dans cette riche maison, elle s'ennuie de ses chères montagnes et de son grand-père et tombe malade. Au bout de quelques mois et grâce au médecin de la famille, elle peut retourner chez son grand-père où elle guérit très vite.
Quelques mois plus tard elle reçoit Clara qui vient passer un mois de vacances avec elle dans les alpages. Grâce au bon air et aux soins prodigués par Heidi et son grand-père, Clara finit par se tenir debout et marcher.


 
 
Les romans
 
c'est Johanna Spyri, auteur suisse allemande, qui a écrit les aventures de Heidi en deux tomes. Ils ont été publiés en 1880 et 1881.
Petite anecdote : le prénom Heidi n'existait pas avant que les livres ne paraissent. Il s'agit d'une invention de l'auteur qui explique son étymologie par la contraction du prénom de la maman de Heidi, Adelheid.
Ci-contre à droite Johanna Spyri et ci-dessous l'édition originale de Heidi en 1881.

Les romans ont été traduits dans le monde entier en plus de 50 langues avec presque 50 millions d'exemplaires vendus. En français les deux tomes "Heidi" et "Heidi grandit" sont sortis en 1882. 
La série télé a été créée d’après le tome 1 et la première partie du tome 2.
 
Charles Tritten, qui fut l'un des traducteurs français, a écrit 2 suites à l'histoire : "Heidi jeune fille" (1936), "Heidi et ses enfants" (1939). Il y a eu également un "Heidi grand'mère" (1946)

Cette saga a traversé les époques et a connu de nombreuses adaptations en livres ainsi que pour le théâtre, la télévision et le cinéma avec notamment une mignonne Shirley Temple dans le rôle d'Heidi en 1937.
 
 

La série
 
La série télé germano-suisse (en langue allemande) a été réalisée par Tony Flaadt en 1977. Elle a été diffusée en France en décembre 1978 les dimanches à 14h30 sur Antenne 2 sous forme de 13 épisodes de 52 mn. Elle a ensuite été rediffusée dans "Récré A2" à partir de 1982 sous forme de 26 épisodes de 26 mn.
 
 
 
Les personnages
 
Heidi : Katia Polletin
 
Heidi est née à Dörfli, le village en bas de l'alpage d'où est également originaire Dete, sa tante maternelle. Celle-ci récupère l'enfant à l'âge de un an, à la mort de ses parents. Son père Tobias, un charpentier, meurt écrasé par une poutre et sa mère Adelheid meurt de chagrin quelques mois plus tard. 
Durant 4 ans, elles vivent toutes les deux à Bad Ragaz, une petite ville thermale des Grisons, un canton suisse. Quant Dete trouve un travail en Allemagne, elle confie Heidi à son seul parent encore en vie, le grand-père des montagnes.
Elle a 5 ans au début de l'histoire et 9 ans à la fin du 2ème roman.
 
Katia Polletin est autrichienne, elle est née en 1967 à Beyrouth, au Liban. Son père y travaillait pour l'ONU. En 1975,  à cause de la guerre civile, la famille revient vivre à Vienne, son pays d'origine. La grand-tante de Katia répond à une petite annonce de casting pour le rôle d'Heidi dans un magazine de télévision en envoyant une photo d'elle. Katia est choisie parmi près de 650 fillettes. Ce rôle fut sa seule apparition sur le petit écran.
Elle a étudié l'architecture et épousé son mari Gerold Schneider qui partage sa passion pour l'architecture (en bas à gauche). Aujourd'hui, ils vivent avec leurs deux enfants (nés en 2001 et 2004) dans une station de ski des alpes autrichiennes où ils ont un hôtel et un centre culturel.

 
Le grand-père : René Deltgen
 
Le grand-père d'Heidi s'appelle Tobias, c'est le père de son père. Aprés un passé tumultueux, il vit reclus dans son chalet au dessus de Dörfli. Les habitants du village l'appellent "l'oncle de l'Alpe". C'est grâce à Heidi qu'il sort de sa retraite et finit par se rapprocher à nouveau des hommes dont il s'était écarté depuis de longues années.
 
René Deltgen est un acteur luxembourgeois, il est né en 1909 et est décédé en 1979, l'année qui a suivi la diffusion de la série à la télévision.
Il a commencé sa carrière d'acteur en 1935 en Allemagne. Il a travaillé pour le cinéma, le théâtre, la radio. Il a été marié deux fois et a eu 4 enfants.
Son rôle de grand-père dans Heidi a été son dernier tournage, il avait 69 ans et se battait déjà contre un cancer.
 
 
 
Peter : Stefan Arpagaus
 
Peter est le petit chevrier, ami d'Heidi, il a 10 ans. Il n'aime pas l'école et vit avec sa mère et sa grand-mère dans une maison située entre Dörfli et le chalet du grand-père de Heidi. Il part tous les matins aux pâturages emmener les chèvres des habitants du village. Le grand-père le surnomme "le général des chèvres".
 

Stefan Arpagaus est suisse et il est né en 1967, comme Katia. Et comme elle il a eu le rôle en répondant à une annonce parue dans un journal. Il a été choisi parmi 160 garçons pour incarner Peter, qui fut sa seule expérience cinématographique.
 
Il travaille aujourd'hui pour la marque Salomon qui vend des articles de sport, il habite la Suisse allemande et a deux enfants (nés en 2007 et 2009).
 


 
Clara Sesemann : Katharina Böhm
 
Clara a 12 ans quand Heidi vient habiter chez elle, elle est paralysée en fauteuil roulant depuis sa naissance et habite Francfort. Sa mère est décédée et son père souvent absent.


 
Katharina Böhm est autrichienne et est née en 1964. Ses deux parents étaient acteurs. Elle est la petite-fille de Karl Böhm, célèbre chef d'orchestre.
Elle mène une belle carrière en Allemagne et en Autriche où elle travaille régulièrement pour le cinéma et la télévision.
Elle vit près de Munich et a un fils né en 1998.


 
Monsieur Sesemann : Joachim Hansen
 
Le père de Clara est un riche homme d'affaires, il est souvent en voyage et a peu de temps à consacrer à sa fille. Il laisse la gouvernante Melle Rottenmeier tout gérer dans la maison.
 
L'acteur allemand est né en 1930 et est décédé en 2007. On l'a vu dans la série "Les Faucheurs de marguerites" en 1974 et en officier nazi dans "Le vieux fusil" en 1975 (ci-dessous à droite).
 
 
 
La grand-mère de Clara : Brigitte Horney
 
Elle vient de temps en temps à Francfort voir sa petite-fille mais ne peut y rester à cause de sa santé. Elle est très protectrice avec Heidi et lui apprend à lire.
 
Actrice allemande née en 1911, Brigitte Horney a pris la nationalité américaine en 1953. Elle est décédée en 1988.
 
 
La grand-mère de Peter : Lisa Helwig
 
L’aïeule est aveugle et ne sort presque jamais de sa maison, elle occupe son temps à filer la laine. Elle se prend d'affection pour Heidi qui passe la voir très souvent pour la divertir en lui racontant ses journées sur les alpages et en lui lisant des cantiques.
 
Lisa Helwig est une actrice allemande à la longue carrière née en 1898 et décédée en 1992.
 
 
 
Sonja Sutter : Mademoiselle Rottenmeier
 
La gouvernante de la maison Seseman est très stricte et austère. Elle est très sévère avec Heidi qu'elle considère comme une sauvageonne sans éducation. Elle a une grande phobie des chats.
 
Sonja Sutter est une comédienne très renommée outre-Rhin, elle est née en 1931. Elle a participé au tournage de nombreuses séries. Elle vit à Vienne aujourd'hui.

 

Le Docteur Classen : Herbert Tiede
 
C'est le médécin de la famille Seseman et un ami du père de Clara. Il découvre le mal du pays de Heidi et c'est grâce à lui qu'elle pourra retourner chez son grand-père.
 
Herbert Tiede est un acteur allemand né en 1915 et décédé en 1987.
 
 
Henry van Lyck : Le majordome des Sesemann
 
Sébastien, le majordome, est très gentil avec Heidi et fait tout ce qu'il peut pour que la petite-fille se sente bien dans la maison des Sesemann. Il sera même son complice pour cacher des choses à Mademoiselle Rottenmeier.
 
Le comédien allemand a participé à de nombreuses autres séries télé, il est né en 1941.
 
 
 
Lieux de tournage
 
Le tournage a duré 4 mois, durant l'été 1977 et 1 mois en hiver, à Franckfort et en Engadine, une région des Alpes suisses située dans le canton des Grisons, au sud-est du pays.

 
Les prises de vue en montagne ont été réalisées principalement à St-Moritz
Le tournage a ensuite pris place dans le joli petit village de Grevasalvas, toujours dans le canton des Grisons :



Le chalet du grand-père quant à lui a été construit en 1792 à Val Bregaglia. Il  a été démonté puis reconstruit en 1977 au dessus de Champfer pour le tournage puis de nouveau transféré en 1979 au-dessus de St-Moritz. Il se trouve depuis Octobre 2003 à Salastrains où il a été transformé en attraction touristique.

Ci-dessous le chalet dans la série :


 
Et ici le chalet qui a été reconstruit à Salastrains et qui a été nommé "Heidi Hütte".

 


Si le tournage a eu lieu du côté de St-Moritz, l'histoire en elle-même se situe autour de la ville de Maienfeld (environ 100 kms au nord, voir carte plus haut).
L'auteur Johanna Spyri y allait en vacances et aimait se promener sur ses sentiers. Elle s'est sans aucun doute inspirée d'une ou plusieurs enfants de Maienfeld lors de ses séjours dans cette région des Grisons.
 
En 1998, la petite ville a elle aussi décidé d'exploiter son image pour développer le tourisme autour de Heidi. L'Office du tourisme a transformé un groupe de maisons sur les hauteurs de Maienfeld près du village de Röfels en "petit Dorfli" (le village imaginé par Johanna Spyri, "Dorfli" signifiant "petit village" en allemand).
 
Le coin est appelé "Heididorf", il est composé de plusieurs maisons, d'un musée et d'une boutique de souvenirs. Le chalet du grand-père est situé à 1100m d'altitude et il faut emprunter un long sentier durant une heure et demi pour l'atteindre.







 

Le site est très visité, 60 à 80 000 touristes s'y rendent chaque année.


 
Plus de la moitié sont des japonais, ils vouent un véritable culte à Heidi grâce au dessiné animé d'Isao Takahata qui a lui-même visité Maienfeld en 1973 lors d’un repérage.
D'ailleurs le chalet du grand-père est une réplique fidèle de celui du dessin animé comme on peut le voir ci-dessous :

 
Visite en vidéo du village d’Heidi à Maienfeld ICI.
 
Ci-dessous un plan dessiné par Hayao Miyazaki, à l’époque de la production de Heidi, afin que les principaux intervenants sur la série aient une idée bien précise de la géographie des lieux. Ce dessin a été mis en couleurs en 2005 pour l’exposition Heidi dans le Musée Ghibli.
 

 
Ci-dessous des images tirées de l'art-book de Heidi (merci à Luc pour les scans) où on voit Hayao Miyazaki (avec ses lunettes), Yoichi Kotabe et Isao Takahata lors des répèrages autour du chalet en 1973 à Maienfeld.


 
 
 
Photos de tournage
 
Voici quelques jolies images de making-of, notamment les séances de maquillage de Katharina et Katia.
 



Prise de vue à Grevasalvas :
 
 


Générique
 
La bande originale du feuilleton est signée Siegfried Franz. Les paroles de la chanson du générique en français ont été écrites par Jean-Luc Morel.
 
En 1978, la première version est interprétée par Marie France, chanteuse du collectif Les Petits Chanteurs d'Ursy.
Lors de la 2ème diffusion dans "Récré A2" en 1982, la chanson est interprétée par Alexandra, c'est celui dont je me souviens. A écouter dans le générique ci-dessous :
Produits dérivés
 
Voici le puzzle, les livres et les disques que je possède avec les génériques dont je viens de parler. Au centre celui de 1982 chanté par Alexandra dont on se souvient tous. A droite et à gauche le générique original en allemand et en français.

 
Les livres étaient édités par Téléguide.
 
 
Il y a eu également un album Panini de 240 images en 1979 :
 
 


Un jeu des 7 familles allemands :


 
 
Mon passage préféré dans la série, c'était quand Heidi trouve des châtons dans le clocher de l'église et qu'elle les ramène chez les Sesemann alors que Melle Rottenmeier les déteste. Sébastien le majordome leur trouve une place dans un endroit caché de la maison pour qu'elle ne tombe pas dessus et que les petites puissent jouer avec en son absence.
J'ai toujours eu des chats donc cette scène me réjouissait particulièrement !

 
 
Pour terminer, voici un reportage de la télévision suisse sur Heidi et Katia Polletin en janvier 2016 à l'occasion de la sortie du nouveau "Heidi" sur grand écran :
 
Merci beaucoup au très joli site http://www.heidisland.com/ pour toutes les infos.
 
Merci également au site http://www.heidimythe.com/tourisme.htm
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Télé
commenter cet article
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 14:09

C'est en 1970 qu'est né (comme moi !) le fameux slogan emblématique de la marque dont tout le monde se souvient encore aujourd'hui.

La marque, elle, a été créée en 1963 par Evian. Elle proposait un produit innovant pour l'époque, une boisson légèrement pétillante aux fruits, à la frontière du soda et du jus de fruit (12% de fruits dans la composition de la boisson).

Fruité est préparée à base d’eau minérale de Saint-Galmier, la source Badoit. La marque s'était en effet associé avec Évian en 1960.
Le nom Evian figure sur l'étiquette (ci-contre à droite) mais disparait à partir de 1965, on peut juste y lire en plus petit "SA des eaux minérales d’Evian".
Les 3 premiers parfums sont orange, framboise et le fameux pomme-cassis qui a marqué beaucoup d'enfants comme moi j'en suis sûre, quel régal !


En 1966 Fruité se lance dans la pub avec un slogan un peu passe-partout et pas très rock'n roll : "quand on fait le marché, on achète du Fruité". On peut voir sur les visuels des enfants, des ménagères et leurs maris avec des bouteilles de Fruité dans les bras.



De nouveaux parfums sont créés : pamplemousse et framboise-raisin.
La boisson est désormais vendue en pack de 6 petites bouteilles et le nom "Evian" n’apparaît plus sur les packagings.




Ici deux pubs de 1967.
Détail insolite sur celle de gauche, on peut lire dans le texte "un moment de fraîcheur qu'on partage entre amis, nature ou avec deux doigts de gin sur des glaçons". Étonnant de parler d'alcool pour une boisson familiale !

 


2 jolies pubs de 1969 et 1971 



A partir de 1970, la marque communique sur l’énergie et la performance avec des pubs mettant en scène des enfants qui n'ont pas "des têtes à boire du raplapla" ! 
C'est à ce moment aussi qu’apparaît le fameux "Fruité c'est plus musclé !".



En 1977 est lancée une opération spéciale autour de la coupe du Monde de football en Argentine (1978). Contre quelques points on pouvait obtenir un fanion à accrocher sur lequel on pouvait coller des écussons autocollants représentant les pays participants. Des voyages en Argentine étaient également à gagner.



 



Platini et Hinault


De 1978 à 1980, Fruité veut se positionner encore plus fortement dans l’univers du sport et s’associe à deux grands noms, le footballeur Michel Platini et le cycliste Bernard Hinault, par l'intermédiaire de l'agence de pub Havas. Les deux athlètes prêtent leur image lors de la campagne télé.

Dans ce spot de 1980, 6 épreuves sportives sont disputées par les deux sportifs pour un jeu concours.

Le directeur délégué de l'agence de pub Havas, Alain de Pouzilhac, était fan de sport et de football en particulier. C'est lui qui a convaincu Michel Platini de participer au projet. Le joueur était alors à l'AS Nancy Lorraine.
D'ailleurs Fruité devient le sponsor-maillot du club lorrain.




Le spot ci-dessous, où on voit Platini à l'entrainement, a été tourné par Jacques Monnet (réalisateur de "Clara et les chics types" entre autres).
Le tournage a nécessité plusieurs prises, non pas que Platini ratait ses coup-francs, mais l’ambiance était à la rigolade sur le terrain. Alain de Pouzilhac estime que c’est ce coté spontané qui a fait la réussite de la pub.



C'est l'auteur-compositeur-interprète Adriano Cenlentano qui a écrit la musique originale autour du slogan culte "Fruité c'est plus musclé". Le titre s'appelle "Prisencólinensináinciúsol", il ne veut rien dire et le reste des paroles de la chanson non plus, comme l'explique l'auteur.

Platini et Hinault prêtent également leur image pour l’illustration d’un album collector avec des images autocollantes à décoller sur les étiquettes et packagings. Ce petit album a été distribué à 40 000 exemplaires.



Les traits dessinés de Hinault et Platini apparaissent sur les 16 images autocollantes.



L'étiquette de la bouteille d'un litre avec un des points à collectionner.


 

Des pubs magazines de 1980 avec les deux champions :

 

1983, la boisson est vendue en bouteille plastique et boite cartonnée. Un version sans bulle est créée ainsi qu'un nouveau parfum : orange-fruit de la passion.

1987, c'est le retour de "on n'a pas le tempérament à boire du raplapla" et de "Fruité c'est plus musclé" en version rock et rajeunie.

En 1992, la marque, qui avait été rachetée par groupe BSN (futur Danone), s’éteint.
Elle est acquise en 1994 par Philippe Meunier, le président des Vergers de Savoie, qui relance Fruité en 1995 avec des jus de fruits aux conditionnements originaux :
gourdes et briquettes avec des pailles intégrées.

C'est bête mais je pensais que le Fruité que j'avais connu n'existait plus, je n'avais même pas fait attention que cette marque qu'on voit en magasin était la même que celle que j'ai connue !

En 2000, la société Les vergers de Savoie devient Fruité.
En 2001, Fruité était le premier fabricant de jus de fruits français indépendant avant d'être racheté, ainsi que la marque Teisseire, par le groupe Britannique Britvic en 2010.

Dès ses débuts, Fruité a marqué les esprits avec des objets promotionnels : porte-clés, verres etc...
A gauche un verre Fruité que j'ai acheté lors de mes balades en vide-grenier il y a quelques années.


Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:40


J'ai un ami qui aime autant que moi les "kitschouilleries" musicales. C'est lui qui avait déjà dégoté "I wanna love you tender" (1977), le clip le plus kitsch que j'avais vu jusqu'à présent !

En voici un nouveau qui vaut son pesant de Picorettes !

Il date de 1987 et le chanteur s'appelle Pierre Nadeau. Ce franco-américain avait débuté sa carrière musicale en 1965. C'est son seul titre connu, il n'a plus jamais rechanté par la suite.

La chanson s'appelle "Girls Boys", elle est issue de son premier album solo intitulé "Good Things" (come to those who wait). 

Comme le dit mon ami dénicheur de perle rare "c'est colossal et indescriptible, chaque plan est plus kitsch, tocard et guignolesque que le précédent, faut pas en rater un !".

Je vous laisse déguster ce grand moment de kitsch 80's !

 

Bizarrement en 1987 l'album n'a pas été distribué et la vidéo n'a jamais été diffusée.

15 ans plus tard, en 2002, le clip "Girls Boys" est diffusé à l'échelle nationale au Canada sur Musique Plus (chaîne de télévision musicale québécoise) dans le cadre d'une émission intitulée "Dollaraclip".
Il est rapidement devenu très populaire, un des préférés des téléspectateurs québecois. A tel point qu'il
 a engendré l'année suivante une vidéo parodique appelée "Dans Les Speedo De Pierre Nadeau" crée par Louis-José Houde, un humoriste très connu au canada, animateur de l'émission "Dollaraclip".

Un casting avait été organisé pour trouver les 13 figurants de la parodie, une centaine de personnes s'étaient inscrites ! C'est un certain Christian Laroche qui a remporté le rôle du chanteur dans le clip.
Ils ont tourné à Old Orchard Beach, une plage du Maine, là où avait été tourné le clip original. Une attention particulière a été donnée aux détails, notamment aux vêtements, pour qu'ils collent au clip de 1987.


Pierre Nadeau n'était absolument pas au courant à l'époque que son clip et sa parodie étaient aussi populaires à la télé canadienne. D'ailleurs c'était un parfait inconnu et l’équipe de Dollaraclip, malgré des mois et des mois de recherche, n'a jamais réussi à le retrouver. Finalement en 2004 un producteur télé a réussi à mettre la main sur l'ancien chanteur aux Etats-Unis, il
 travaillait dans l'immobilier dans l'état du Maine.  Et ainsi Louis-José Houde  a pu enfin  rencontrer Pierre Nadeau !

Celui-ci lui a dédicacé un grand cadre avec une photo de lui à l'époque.




Voici donc le clip parodique :

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Musique
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 23:39
Les fournitures scolaires des années 70-80 par Nath-Didile

Tous les ans avant la rentrée des classes c'était le même rituel quand j'étais petite : ma maman m'achetait mon sac d'école et pas mal de fournitures pour l'année à venir dans le magasin Leclerc de Royan, ville en bord d'océan (Charente maritime) où nous étions en vacances tous les étés. Et on prenait ensuite le reste dans le magasin Nouvelles Galeries d'Angoulême où nous habitions. 


Cela sentait certes la fin des grandes vacances mais j'adorais aller acheter mes fournitures et je garde encore en mémoire les bonnes odeurs de bois, de papier et de plastique mélangées qui donnaient envie de retourner à l'école au plus vite afin d'étrenner ces tout nouveaux "outils".

Je me revois encore en train d'ouvrir mes boites de crayons de couleurs en métal, les en sortir tous pour les essayer et les ranger de nouveau avec le dégradé de couleurs le plus harmonieux !

Ci-contre une photo de moi en classe de CM2, j'ai dix ans (1980).
Ci-dessous une photo d'archive du journal Le Progrés de la rentrée 1981.






CARTABLES ET SACS

Au milieu des années 70, lorsque j'étais en primaire, on avait tous des cartables en cuir (ou en simili) de différentes couleurs, ils avaient des double-fermoirs en métal (qu'est-ce que j'ai pu me coincer les doigts dans ces fichus fermoirs !).
Il n'y avait pas de sac en toile ou de sac à dos à l'époque.

Ci-dessous, de magnifiques photos d'archives de la rentrée 1980-81 (journal Le Progrès toujours).



Le détail génial : la main de Pif sur le cartable de la petite-fille !


Certains avaient des personnages télé ou BD sur leur cartable. Moi j'ai eu la chance d'avoir un cartable Goldorak rouge, je l'adorais ! Malheureusement je n'ai aucune photo de moi avec ce merveilleux sac et je ne l'ai pas gardé.



De nombreux autres personnages ont eu droit à un cartable à leur effigie, de Rémi à Capitaine Flam en passant par Heidi et Casimir.






Il y avait aussi bien sûr les fameux cartables Tann's et leur slogan inoubliable "T'as ton tann's" dans la pub culte de 1980 qui est restée 5 ans sur nos écrans. A voir ICI.
Ils étaient chers et je trouvais que ça faisait un peu trop "bonne famille", je n'ai jamais eu envie d'en avoir un.




La petite soeur de Pénélope dans "La Boum" porte un Tann's sur le dos dans le film.



Quand j'étais au collège, la mode pour les filles étaient d'avoir des sacs en toile à grandes bandoulières siglés aux noms de marques de vêtements pour les jeunes : Pantashop ou C17 par exemple.


Ci-contre on ne le voit pas très bien mais je porte un sac mauve "Pantashop", c'était pour mon entrée en 4ème, en 1983, j'avais 12 ans.
 

 

 

Il y a eu aussi la mode des sacs-cabas en paille à grandes bandoulières. Je ne sais pas si ces modes étaient valables partout en France ou juste à Angoulême, j'attends des témoignages !
 

Et évidemment il y a eu ensuite le raz-de-marée des sacs U.S en toile, kakis, beiges ou noirs, qu'on pouvait personnaliser avec des badges et des inscriptions au marqueur. Moi j'en avais un noir.



Ci-dessous deux photos issues de "La Boum" et la photo du sac U.S que j'ai acheté en vide-grenier il y a quelques années. Il y avait un bracelet brésilien dessus, j'y ai ajouté deux badges Depeche Mode, groupe que j'ai toujours adoré.



Je pense qu'on a été nombreux aussi à trimballer au collège des valisettes, en métal ou en plastique, qu'on portait par la poignet ou avec une bandoulière à mousquetons. J'en avais une jolie mauve à fleur, je ne l'ai pas utilisé longtemps, pas très pratique ni logeable.
J'ai eu une période valisette en osier pour l'école aussi, peut-être que certaines filles ont connu comme moi.




Ci-dessous deux valisettes que j'ai dans ma collection : Kodak et Spring Gum.




TROUSSES

Je me souviens qu'à l'école primaire j'étais fascinée par les trousses qui s'ouvraient en 2 ou 3 parties où tous les crayons et accessoires avaient leurs places bien distinctes (j'étais déjà très ordonnée !). J'en ai eu plusieurs de ce type-là.





Comme pour les sacs, il y a eu toute une série de trousses avec des personnages bien aimés des enfants et des adolescents.
Je me souviens d'avoir eu une jolie trousse en tissu matelassé Sarah Kay.







Dans le style rigide et peu pratique, il y a eu la mode des plumiers en bois d'autrefois. On n'y logeait rien ou presque et ça prenait beaucoup de place dans le sac. Je me souviens que j'avais une trousse secondaire pour y loger tout ce qui ne rentrait pas dans mon plumier. Le comble !

Vous vous souvenez de ces trousses en forme de gros crayons ? Je n'en ai jamais eues mais je trouvais ça rigolo !
C'étaient souvent des objets touristiques comme ci-dessous pour l'Alsace :

 



Au milieu des années 80, j'ai eu toute une série de boites en métal à charnières refermables, pas très logeables contrairement aux trousses en tissus mais jolies et très mode. Il y avait notamment les produits de marque japonaise Citation et Ligne Coeur, caractéristiques de cette époque : couleurs pastelles, coeurs etc... la boite Windsurf ci-dessous est de marque Citation (j'y reviens à la fin de l'article).
Je me souviens encore du bruit métallique quand on ouvrait ces boites sur nos bureaux en bois, pas très discret ! 




Il y avait également des boites plastique multicases avec gadgets incorporés.




REGLES ET COMPAS

A propos du bruit, il y avait les règles en métal à section carrée, en version 20 ou 30 cm, on en a tous eues aussi à l'époque. Quand elles tombaient par terre, ça faisait un boucan pas possible ! Il y en avait de plusieurs couleurs : argent, bleu, rose, verte.
Elles existaient en plastique aussi.

Quand j'y repense, ces règles n'étaient absolument pas pratiques, elle étaient très fines donc on avait du mal à placer ses doigts dessus pour la tenir en place et on se retrouvait bien souvent avec des lignes sur lesquelles on retrouvait le contours d'un ou plusieurs doigts !




Sinon il y avait les double-décimètres en bois ou en plastique avec un bitonio en métal vissé au centre afin de les tenir. Je passais mon temps, comme les copains, à le dévisser et le revisser ce qui fait qu'on finissait tous avec des règles sans bitonio !
 



Les règles en plastique transparentes faisaient fureur au collège, toujours avec des coeurs et des couleurs pastelles pour les filles.
 



Nos compas n'étaient pas aussi simples que ceux d'aujourd'hui où il suffit de fixer n'importe quel crayon à papier ou stylo avec une petite vis. A l'époque ça ne fonctionnait qu'avec des mines qui étaient pénibles à mettre en place. On se retrouvait aussi avec des  boites de compas pleine de machins et de bidules dont on ignorait complètement l'utilité et dont on ne se servait jamais d'ailleurs ! Ces boites existent toujours, ce sont les compas dits techniques.




STYLOS

Certains existent encore comme les éternels Ball Pentel verts, ils n'ont pas changé. Le feutre à bille a été créé en 1970.

 



En voilà d'autres qui n'ont jamais changé depuis leur création en 1950, les stylos Bic. Leur nom vient de leur enventeur, le Baron Marcel Bich. Les fameux Bic sont rentrés dans le club très fermé des marques devenues des noms communs.
Le Bic Cristal a été vendu à plus de 100 milliards d'exemplaires à travers le monde ! 
Il y a aussi le Bic orange (créé en 1961) et évidemment le 4 couleurs (1970).

 



Les stylos 4 couleurs plus anciens étaient en métal, je me souviens que je prenais régulièrement celui de ma maman qui était comme celui qu'on voit en bas sur cette image :
 

Je me souviens aussi des feutres à bille Stypen avec leur look tigré. Il y avait également les stylos-plumes dans cette gamme.
 



L'arrivée du stylo Replay de Paper Mate a été une petite révolution à l'époque, c'était autour de 78-79 je crois. C'était la première fois qu'on pouvait effacer du stylo à bille sans ruiner complètement la feuille avec une gomme bleue rugueuse !


Dans nos trousses, on avait parfois des stylos originaux et insolites : stylos multi-couleurs, stylos pendentifs, stylos-bracelets, stylos-montres etc... 

1978, le Stylo bille Pen One en version mode prêt à porter.

J'ai trouvé ces deux stylos sur un vide-grenier le même jour : un stylo-montre et un stylo spécial pour les multiplications. Il suffit de tourner le corps du crayon pour voir toutes les tables de 1 à 12. J'en ai eu un comme ça quand j'étais petite.
 


Le stylo plume c'était au collège.
Certains qui étaient tout en plastique et de qualité très basique accrochaient la feuille et émettaient un petit "scratch" qui n'augurait rien de bon !

Ci-dessous à gauche les Reynolds et à droite les Stypen.




Ceux de qualité supérieure étaient beaucoup plus chers, entre autres les Waterman ou Parker. Il avaient un décor style acier mat, chromé, cannelé ou torsadé et glissaient sur le papier.
J'en ai deux très beaux mais on me les a volés en classe malheureusement. Par la suite je me suis contentée de stylos-plumes plus ordinaires.

 


Ci-dessous les modèles "Jif" et "Jiffie" de Waterman que j'ai eus.
Je me souviens avoir eu le même modèle Jif en 3 couleurs différentes au même temps dans ma trousse, utilisant des cartouches bleue, rose ou verte, assorties aux capuchons.



 

Au collège j'ai eu un adorable mini stylo-plume rose avec des smileys. Les cartouches (roses évidemment aussi !) étaient extra fines et ne se trouvaient pas partout.
Le voici ci-dessous parmi des stylos-plumes Panthère Rose et Stroumpf.
Merci à 
Miss Eyota pour les photos, je n'avais pas revu ce stylo depuis 30 ans ! 

 



Je n'en ai pas eus mais je me souviens bien de ces Stypen à l'effigie des stars du foot à l'occasion du Mundial 1982. De nombreux copains en avaient :
 



Voici deux publicités de 1984 pour les Stypen avec leur attache particulière de capuchon :


Les cartouches, courtes ou longues, étaient de marques Waterman, Stypen ou Pelikan.
J'ai à peu près essayé toutes les couleurs quand j'étais ado, ma prédilection allant au mauve et au bleu turquoise.
Seul inconvénient : ces jolies couleurs n'étaient pas effaçables.

Ci-dessous la gamme des couleurs Waterman et Pelikan.


Comme moi je pense que vous avez tous gardé vos cartouches vides pour les ouvrir et en retirer la mini-bille. On en faisait la collection et on était fier de montrer sa récolte ! Moi je les conservais dans un joli petit tube en verre dans ma trousse.
 



Dans les effaceurs il y avait également des petites billes transparentes, elles étaient plus grosses que celles des cartouches.

Ci-dessous le Magic-Pen de Reynolds :



Et ici, le Sidéral de Mallat et le Super Pirate :

 



Ci-dessous un stylo-plume et un lot d'effaceurs Reynolds encore sous blister trouvés au hasard d'un vide-grenier. Ils doivent dater de la fin des années 80 ou du début des années 90.


Petite parenthèse d'ailleurs à propos d'effaceur, il y avait aussi les "blanco", notamment de marque Tippex ou Pentex.

 




En ce qui concerne les crayons à papier, rien de très original, on nous réclamait toujours des HB, 2B ou 2H, sans qu'on comprenne d'ailleurs très bien pourquoi il fallait des plus gras ou plus secs ! 

Au début des années 80, les criterium à mines fines étaient plus rares qu'aujourd'hui, on avait plutôt ceux à mines épaisses. Il fallait les tailler aves le taille-mine au bout du crayon et on finissait toujours avec le bout des doigts tout noirs ! 
J'ai trouvé l'étui à mines ci-dessous il y a quelques mois sur un vide-grenier, j'avais complètement oublié que nous utilisions ça à l'époque. 


 



 

Est-ce que vous vous souvenez de ces crayons à papiers géants ? Certains avaient une mini-pochette de crayons (ou un mini bloc) attachés en haut avec un grelot.

Il y a eu aussi la mode des crayons à mines interchangeables, c'était ludique et pratique. Ca existait également pour les crayons de couleurs.

 

 

CRAYONS DE COULEURS


Je me souviens particulièrement des belles boites de crayons de couleurs en métal Caran d'Ache. Je trouvais le nom très joli et original.
 



J'ai eu une de ces jolies boites bleues autour de 1979.
 


J'ai également eu une série de crayons de couleurs Sarah-Kay que j'aimais beaucoup, un peu dans le style de ceux en bas à gauche ci-dessous.
Vous vous souvenez des mini pochettes de crayons de couleurs qui étaient parfois fournies avec les albums de coloriages ?
 





FEUTRES

 

Je me souviens de ces feutres Bic et Reynolds à la fin des années 70.



Et des Baignol et Farjon aussi. 



J'ai longtemps gardé les gros feutres qu'on voit ci-dessous en photo dans ma chambre avec mon petit frère. Il adorait venir gribouiller avec moi.
On aperçoit au passage ma montre géante murale (offerte par la marque Renault), très à la mode dans les années 80.

 



Deux pochettes de feutres Reynolds que j'ai eues quand j'étais à l'école et que j'ai pu retrouver sur des vide-greniers il y a quelques semaines.
Celles de gauche date de la fin des années 70, celle de droite du milieu des années 80, je me souviens qu'on était émerveillé par le feutre jaune fluo !

 




Une belle boite de 50 feutres Stabilo :


La gamme des feutres Reynolds en 1984 :



J'adorais mes feutres-pinceaux, les Mallaquarelle, ils me donnaient plein d'idées créatives. C'était innovant comme procédé pour l'époque.


Il y avait aussi "Le Magicien" de Reynolds. Le feutre magique modifiait les couleurs quand on le passait dessus.



Sur le même principe, il y avait aussi les feutres souris de Pelikan.
Je n'ai eu qu'une souris verte à l'époque, j'ignorais qu'il existait un chat qui permettait d'en modifier la couleur.
Une pub télé de 1982 pour les feutres souris à voir ICI.



 

 

Il y avait aussi les fautres clowns. Le clown magique transformait les couleurs.
Une pub télé
de 1986 ICI.





 

Pour clore le sujet sur les crayons, voici une série d'autocollants Reynolds avec la panthère rose. On y voit les effaceurs et les feutres magiques.
 



 

GOMMES
 

Jusqu'aux années 70, les gommes étaient classiques, rien d'original, elles étaient la plupart du temps roses, bleues ou blanches.

Dans les années 80 ça a été l'explosion des formes et des couleurs.
Ca a a démarré fin 70"s avec l'arrivée des premières gommes en plastique. J'en avais eu un lot de 3 translucides dont je me souviens très bien en CM2, une rouge, une jaune et une verte. Qu'est-ce que ça gommait mal ces gommes en plastique ! Mais c'était joli et fun.

Par la suite on a pu trouver des gommes de toutes les tailles et de toutes les formes, originales ou insolites et même en version parfumée, ça faisait un tabac parmi les élèves : étoile, coeur, arc-en-ciel, animaux, voitures, fruits, glaces, ampoules, patins à roulettes et tout un tas d'autres objets du quotidien. Et bien sûr les gommes avec des licences ou liées à la pub (j'y reviens à la fin de l'article).
Beaucoup d'ados ont fait la collection de ces gommes originales.






Certaines gommes étaient dans des petites boites en plastique.
Je me souviens de la gomme ci-dessous qui se rangeait dans une mini-boite plastique en forme de livre avec un panda et qui sentait très bon ! J'ai eu aussi cette gomme de marque Citation "Windsurf" en forme de rouge à lèvre. Je m'amusais à couper des "tranches" de gomme pour obtenir le même motif de planche à voile.

 





TAILLE-CRAYONS

Même principe pour les taille-crayons. Quand j'étais petite, il n'y avait que les bêtes taille-crayons en métal ou en plastique.

Et dans les années 80, il y a eu l'arrivée de nombreuses formes différentes, notamment ces fameux petits globes terrestres qui s'ouvraient en deux.

 



Il y a eu toute une série de taille-crayons en métal représentant de vieux objets en miniature : téléphone, caisse enregistreuse etc...
 



Coup de coeur spécial pour ces taille-crayons en métal Goldorak et Albator que je n'ai peu eus à l'époque mais que j'ai achetés depuis.
 

 


COLLES

Evidemment la première qui vient à l'esprit est la colle parfumée à l'amande, fabriquée à partir d'amidon de pomme de terre. Cette senteur si particulière est le symbole olfactif de nombreuses générations d’écoliers.

La plus connue était la colle Cléopâtre. Nombreux sont les enfants qui ont utilisé cette fameuse colle à l'époque.
Pour info, dans les années 80 le couvercle orange du petit pot de colle blanche est devenu bleu.

Moi je n'ai pas connu la colle Cléopâtre mais j'ai eu l'équivalent avec des petits pots transparents de marque Adhésine (voir photo ci-dessous à droite). Ils comportaient une réserve centrale permettant de ranger la petite spatule.

Ces colles en pot sentaient divinement bon mais faisaient des gros paquets sur la feuille !

Chez Adhésine (et d'autres marques d'ailleurs), il y avait aussi les colles avec tampon applicateur en mousse.

 

Voici plusieurs autres types et marques de colle : Uhu, Scotch, Rubafix.


 

La colle Uhu rose est apparue en 1988. La marque Scotch a ensuite suivi le mouvement en créant une colle bleue.


En 1988, sur les bâtons de colle Scotch, on pouvait trouver Pif en tenue sportive :
 


 
 


CAHIERS


Quand j'étais à l'école primaire, il y avait des tables de multiplication au verso des cahiers fournis par l'établissement. Ca existait déjà depuis longtemps. Je pense que ça a disparu aujourd'hui.


Voilà un petit florilège de cahiers des années 70 et 80 avec les marques Clairefontaine, Oxford, Saint Louis, Force 8, Super Conquérant etc...

 



Des cahiers Saint-Louis et Héraklés de mon enfance retrouvés chez mes parents :
 



Une publicité magazine pour les cahiers Clairefontaine :
 



Celle-ci annonce une campagne de spots télé :
 


Dans le film "P.R.O.F.S" de 1985, on peut voir les jeunes acteurs avec des cahiers Clairefontaine.



Cahiers de travaux pratiques, de marque Clairefontaine et Super Conquérant, avec une page quadrillée et une page blanche en face pour faire des croquis en sciences physiques ou sciences naturelles :
 


J'ai eu pas mal de cahiers avec de jolies images en couverture, je me souviens notamment en 6ème de cahiers avec des photos de danseuses, dans le style David Hamilton.
Il y avait des cahiers Snoopy, Panthère rose, Sarah Kay, avec des Pierrots etc... (voir à la fin de l'article).
Il y a même eu une gamme de fournitures scolaires Chantal Goya !

 

 

Sur ces deux-là, on voit l'esthétique typique de la deuxième moitié des années 80.
 



Les cahiers de texte n'ont guère évolué depuis l'époque.
Je ne me souviens plus vraiment des différents agendas que j'ai eus au collège et au lycée à part celui-ci "2 temps" en 79-80.




Cahier de texte Snoopy :



Cahier de texte et agenda 1987-88 de chez Clairefontaine.



Avec Clairefontaine, on pouvait obtenir une casquette radio FM par tirage au sort.



Ou des montres type Swatch.



 

CLASSEURS ET COPIES

Voici quelques grands classeurs : fleuris années 70, avec des motifs géométriques, des noms de marques connues, des photos de stars comme Madonna ou des images de dessins animés comme "La Bataille des planètes".



Ci-dessous, deux petits classeurs que j'ai retrouvés chez mes parents.

Il y avait aussi les classeurs souples, toujours de marque Clairefontaine.


Les copies simples et doubles n'ont pas évolué depuis 30 ans.
J'ai trouvé celles-ci encore sous emballages il y a quelques temps sur un vide-grenier, elles sont de marque Euromarché, supermarché qui n'existe plus depuis 1991.


Copies de marque Clairefontaine et Super Conquérant.



ARDOISE
 

Quand j''étais à l'école primaire, pas d'ardoise blanche avec effaçage à sec, ça n'existait pas. Nous n'avions que des ardoises avec des craies et bien sûr la petite éponge dans sa boite plastique. J'ai été très étonnée de voir en faisant mes courses il y a quelques jours que ardoise et éponge se vendent toujours.
 

Dictionnaires et fascicules scolaires


On a été quelques-uns je pense à avoir eu ce joli dictionnaire illustré : le Larousse du débutant.
 

Il date de 1977.

Je passais beaucoup de temps à regarder ses jolis dessins à l'intérieur.

Aujourd'hui j'ai toujours mon dictionnaire. Il a même encore une tâche de pâte à modeler Play-Doh sur une de ces pages !

Ci-contre une photo d'époque avec les dictionnaires en classe (avec une belle trousse Hollywood derrière, au passage).





1982, la panoplie de dictionnaires qu'on pouvait acheter dans les magasins Euromarché :


Les livrets de documentation scolaire des Edition Arnaud et Volumétrix étaient des petits fascicules d'une vingtaine de pages avec des photos et des dessins qui nous permettaient d'illustrer nos leçons à l'école primaire en les découpant et collant sur nos cahiers.
J'ai eu les deux à l'époque mais ma préférence allait aux petits livrets Volumetrix.

 



Panini, la célèbre marque d'albums et d'images de collection, proposait aussi des fascicules scolaires avec des images pour illustrer les cahiers. Elles étaient autocollantes, contrairement aux autres.


 

Les vedettes des fournitures scolaires


Pour terminer, voici un petit tour d'horizon de nos personnages préférés qu'on pouvait retrouver sur nos cahiers, crayons, sacs etc...

Il y avait entre autres Pierrot Love, Sarah Kay, Snoopy, la Panthère rose, Miss Petticoat,
Little Twin Stars ou Hello Kitty (eh oui déjà ! la licence date de 1976).






Double page trouvée dans un magzine Mickey de 1985 sur la rentrée scolaire où on voit des personnages style Sarah Kay, Pierrots ou des footballeurs :



 

Ci-dessous les objets des marques Côté Coeur et Citation (Windsurf) dont je parlais plus haut, très en vogue au milieu des années 80 pour les filles.

Moi je me fournissais dans le magasin "La Carterie" à Angoulême. Je me souviens encore de mon regard émerveillé devant tous ces objets mignons, colorés et qui sentaient bon en plus parfois !

 


La marque Michel Oks proposait toute une gamme d'objets déclinés sous diverses formes pour les plus petits et pour les ados : Mickey, Snoopy, les smileys et Hollywood Chewing-gum.
 

 


 



Les marques de produits alimentaires comme Coca Cola, Panzani, Lustucru, Tubble Gum ou Prosper offraient de temps en temps des fournitures pour l'école grâce à des points à collecter sur les emballages : sacs, cahiers, classeurs, trousses, gommes, étiquettes etc...

 

 

 


En 1988, on pouvait s'équiper en fournitures siglées Coca Cola :


Enfin pour le sport, certains avaient des sacs matelassés aux couleurs de personnages de dessins animés : la panthère rose, Snoopy, Mickey, les Schtroumpfs etc...
 

 
 
La pub télé pour les objets Michel Oks de 1986 :

Pour clore ce dossier, voici en photo une partie de ma collection d'anciennes fournitures scolaires des années 70-80's (comme la photo d'ouverture de ce dossier).
 

Repost 0
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 16:42
 
Nom de Zeus, on arrive bientôt à la date fatidique du 21 octobre 2015, le jour où Marty et Doc ont atterri avec leur De Lorean en provenance de l'année 1985 !
 
Dans le second volet de la trilogie de Robert Zemeckis, sorti en 1989, les scénaristes ont imaginé certains progrès technologiques qui existent réellement aujourd'hui. Mais la question peut se poser : est-ce que c'est la science qui a influencé les auteurs ou bien est-ce le contraire ? Car il faut tout de même préciser que certaines marques ont fait en sorte de sortir des objets à l'approche du 30ème anniversaire du premier épisode, c'est donc la réalité qui rattrape la fiction et non l'inverse.
 
Petit récapitulatif des inventions visionnaires du film qui sont parfois assez improbables. Certaines nous ont fait rêver et on aurait adoré qu'elles existent vraiment mais il faudra encore attendre quelques dizaines d'années ! 
 
 
Ce qui existe réellement en 2015
 
- Maison connectée et contrôle vocal
 
Dans la maison de Marty en 2015, la domotique équipe toutes les pièces. Il y a notamment un ordinateur pour cuisiner, le Master-Cook. Tout se commande à la voix, pour la télévision on peut zapper en prononçant simplement le nom de la chaîne. Même chose dans la cuisine avec le four ou pour faire descendre la corbeille de fruits suspendue au-dessus de la table.
 
De plus en plus de foyers sont équipés de nos jours : détecteurs de mouvements, alarmes, chauffage, frigo etc... Bon évidemment contrairement au film tout est miniaturisé mais l'esprit est là.
La Xbox One et son capteur Kinect, ou les smartphones et iPhone fonctionnent aujourd'hui avec des détecteurs de commandes vocales.

Le Master-Cook, l'ordinateur de cuisine des Mc Fly :


 
 
- Identification biométrique
 
Dans le film, il suffit d'un doigt pour ouvrir la porte de la maison ou régler des achats.
Les deux agents qui trouvent Jennifer dans un état comateux dans la rue, obtiennent de nombreux renseignements grâce à l'empreinte de son pouce : son nom, son âge, son adresse, son casier judiciaire. Et ils peuvent la faire pénètrer chez elle en aposant son doigt sur le lecteur à l'entrée de la maison.
La technologie liée au scanner d'empreinte existe aujourd'hui sur smartphone et iphone.

Le vieux Biff Tannen règle sa note de taxi avec son empreinte de doigt :


 
 
- Robotique et automatisation
 
Dans la station essence, c'est un robot pompiste qui sert le carburant.
Aujourd'hui il n'y a plus de pompiste, et peut-être bien qu'il n'y aura même plus de station essence, les voitures électriques sont de plus en plus courantes.
Beaucoup de choses sont automatisées et les robots de toutes sortes nous entourent aujourd'hui.



 
Au Café 80, le service est automatisé, on passe sa commande face à un écran.
On peut aujourd'hui commander et payer via un écran également dans les fast-foods, mais on est servi au guichet ensuite par des humains.



 

Le chien est promené en laisse par un drône-robot.

Ca a déjà été fait en vrai, c'est à voir en vidéo ICI.
 

 

- Drône-journaliste
 
On voit un drone du quotidien USA Today quand Griff Tannen se fait appréhender par la police. L'appareil prend des photos pour le journal du lendemain.
Les journaux n'utilisent pas de drône de nos jours pour faire des photos ou des vidéos mais c'est une technologie courante.

- Publicité vidéo sur écran géant
 
On en voit régulièrement dans les grandes villes ou dans leur périphérie aujourd'hui.

 
 
- Ecran plat et multichaîne télé
 
Le grand écran du salon des Mc Fly peut afficher jusqu'à 6 chaînes de télévision en même temps et il y a au moins 247 chaînes (247 correspond à la chaîne météo que Marty junior demande).
Rares sont les personnes qui n'ont pas d'écrans plats chez eux de nos jours, tout le monde a le satellite avec de très nombreuses chaînes à disposition.

 
 
- Vidéo conférence
 
Dès 1989, les auteurs prédisaient qu'en 2015 la plupart des conversations auraient lieu par appel vidéo. Dans le film, Marty se fait licencier par vidéo-conférence sur son écran de télévision.
Aujourd'hui tout le monde utilise Skype ou un autre logiciel de tchat vidéo sur son ordinateur ou smartphone.

 
 
- Cinéma 3D/Holomax
 
Même si les hologrammes n'existent pas encore comme le requin géant qui semble engloutir Marty, la 3D est partout de nos jours, au cinéma ou dans les salons.

 
 
- tablette tactile
 
Dans le film, un homme tente de faire signer à Marty une pétition pour sauver l'horloge sur une sorte de tablette tactile qu'il lui tend.
En 1989, l'appareil portable le plus avancé technologiquement parlant était la Game Boy, les scénaristes étaient vraiment visionnaires sur ce coup-là ! 

 
 
- Disques laser au rebut 
 
On aperçoit des disques laser dans les poubelles quand Doc, Marty et Jennifer attérissent dans la rue.
En 1989, à l'ère de la cassette VHS et audio, on était en plein dans l'explosion du laserdisc et du CD. Les laserdiscs, ces grands vidéo-disques, ont disparu en 1998, détrôné par le DVD lancé en 1995.
C'était donc très bien vu de la part des auteurs ces nouvelles technologies déjà démodées.

 
 
- collecteur de déchets à fusion
 
La machine à fusion fabriquée par Mr Fusion qu'utilise Doc pour sa De Lorean est capable de transformer nos déchets en énergie par fusion nucléaire. 
De toutes les inventions du film, celle-ci semble être la plus utile.


 
Il existe bien une machine qui fabrique de l’éthanol pour alimenter les véhicules et permet de recycler les déchets, elle s'appelle MicroFueler. 
​Elle a été inventée par Thomas Quinn en 2008, l'homme à qui l'on doit la technologie derrière la Wiimote de Nintendo et qui a créé la société E-Fuel (Silicon Valley).
La station de production d'éthanol 100 se nourrit de toutes substances riches en sucres et en composés fermentables, voire même d'alcool ou d'algues. Les déchets de papier et de bois peuvent ainsi être transformés en eau sucrée dont le MicroFueler a besoin pour produire de l'éthanol. Le processus de distillation ne rejette que de l'eau distillée.
La machine, 
vendue dans les 10 000 dollars, est capable de fournir plus de 150 litres de carburant par jour à chaque foyer.
De quoi briser le monopole des géants pétroliers ! Seul inconvénient, il faut 6 kilos de sucre pour fabriquer un gallon d’éthanol (1,8 litre) ce à quoi il faut ajouter 45 kilos de déchets organiques !

Le collecteur de Doc n'existe donc pas réellement car il utilise la fusion nucléaire mais ce MicroFueler s'en approche beaucoup en recyclant les déchets pour fabriquer du carburant. 
 
 
- Café 80's
 
Les scénaristes avaient visé juste au sujet de l'engouement pour le vintage en 2015, les sites, blogs et pages facebook sur les années 80 pullulent sur le net et je suis bien placée pour le savoir !




 
Il existe bien un Café 80. Des fans anglais de la trilogie ont en effet ouvert un bar restaurant inspiré de celui du film le 25 avril 2015 à Stoke-on-Trent, une petite ville située à 70 km au sud de Manchester en Angleterre. Deux photos ci-dessous :
 
 
 
- Les stars virtuelles
 
Au Café 80, les serveurs sont des clones sur écran, Michael Jackson ou Ronald Reagan.

Dans la pub cette technique est employée de nos jours pour donner vie à des légendes. Exemple en 2011 avec le spot Dior où Charlize Theron croisait Marilyn Monroe, Marlene Dietrich et Grace Kelly.
Cette technique de doublure numérique est aussi utilisée pour remplacer un acteur décédé pendant un tournage de film, comme par exemple Brandon Lee dans "The Crow", Oliver Reed dans "Gladiator" ou plus récemment Paul Walker dans "Fast and Furious 7". Il suffit de greffer numériquement le visage de l'acteur sur le corps d’une doublure.

Petite anecdote marrante au sujet de Ronald Reagan : en 1986 il avait ponctué un de ses discours à la nation 
par : "là où l’on va, on n’a pas besoin de routes."

 
- Pepsi Perfect
 
Jusqu'à présent, on n'avait pas entendu parler de ce Pepsi nouvelle génération mais la marque doit commercialiser la bouteille en version limitée à 6.500 exemplaires le 21 octobre 2015, uniquement en ligne.
Chaque bouteille sera vendue 20,15 dollars (environ 18€).
1500 Pepsi Perfect sont également offertes au Comic Con de New York (8-11 octobre 2015) aux visiteurs avec les meilleurs déguisements de Marty McFly.
Un bon retour de pub pour le géant américain qui avait bénéficié d'un placement produit dans le film.
 
 
Ici un magnifique spot de 30 secondes pour remettre le Pepsi Perfect dans son contexte : "The future is now".
 
 
Ce qui ne s'est pas réalisé en 2015
 
On n'a pas eu droit à la double cravate, à la casquette irrisée, aux pantalons portés à l'envers, mais ça on pouvait s'en passer ! 

 
 
- Baskets à lacets automatiques
 
Nike avait commercialisé en 2011 les "Nike Air Mag", des baskets ressemblant à celles de Marty, mais déception pour les fans qui avaient pu mettre la main sur une des 1500 paires, ces baskets n'étaient pas équipées de lacets automatiques.

   




Je pensais que Nike les sortirait pour le 21 octobre 2015 mais la marque a seulement confirmé que les chaussures seraient disponibles à travers une vente aux enchères au printemps 2016.
 
Voici un teaser de 2011 annonçant la sortie des  Air Mag" avec Doc :
 
- Blouson parlant à changement de taille et séchage automatiques
 
Bien pratique quand on se prend une bonne averse et pour éviter d'avoir un bon rhume. Pour les fabricants c'est un bon plan, pas besoin de produire les vêtements en plusieurs tailles.
Même s'il existe des reproductions dudit blouson, il n'a pas les options révolutionnaires ! 

 
 
 
- Hoverboard
 
La planche qui se déplace en suspension dans l'air fonctionne sur un système de lévitation.


 
Le fabricant de jouet Mattel a commercialisé en 2012 une réplique de l'hoverboard vendue 120 dollars. Malheureusement celle-ci ne flottait pas dans les airs si bien que Gizmodo l'a baptisée "pire jouet de 2012".


 
En 2015, le constructeur automobile Lexus a conçu un skate-parc près de Barcelone dans lequel des rails de métal ont été incorporés permettant à l'engin de voler au dessus du sol. L'appareil crée en effet un champ magnétique qui lui permet de léviter grâce à des supraconducteurs refroidis à l'azote liquide (produisant un petit nuage de fumée blanc autour de l'appareil).
Sur cette vidéo, on peut voir le skateur professionnel Ross McGouran utiliser un de ces fameux "hoverboard".
Limite du système : il ne peut pas voler en dehors de ce skate-parc bien spécifique. Ce n'est donc pas conforme à ce qui est montré dans le film, c'est pour cette raison que je l'ai placé dans les choses qui ne se sont pas réalisées.
- Stratosphérique et panneaux flottants
 
Pratique le périphérique aérien !
La voiture volante est un des grands fantasmes des films sur le futur : "Blade runner", "Le 5ème élément", "Judge Dredd", etc...
Vue l'avancée technologique dans le monde automobile, je crois que c'est foutu pour avoir des voitures volantes en 2015 ! Dommage, ça serait formidable pour désengorger le trafic.


 
 
- Poubelle automatique
 
Lorsque Doc veut se débarrasser du fameux Almanach des sports, il le jette dans une poubelle mobile qui vient vers lui automatiquement.
Je ne pense pas que ça soit une technologie fondamentalement utile !
 
 
- Disparition des avocats

Simplification et rapidité des procès !
Les avocats ont encore de belles années devant eux avant que leur profession ne disparaisse.

 
 
- Papier auto-dépoussiérant
 
Qu'est ce que j'aimerais que ça existe, ça m'éviterait d'avoir à recouvrir près d'une 
vingtaine de livres scolaires tous les ans pour mes fils ! 

 
- U.S. Mail Fax Service
 
Les scénaristes de "Retour vers le futur 2" n'avaient pas anticipé l'arrivée d'internet et croyaient dur comme fer que les fax seraient encore une technologie de pointe en 2015. Ils ont été visionnaires sur de très nombreux points, mais sur ce coup-là, ils se sont bien plantés !

On peut voir sur une image que les boîtes aux lettres publiques contiennent un fax. C'est d'ailleurs par fax que Marty se fait virer de son travail. Plusieurs fax se trouvent partout dans la maison pour prévenir d'une information importante.

 
- Plaques minéralogiques à code barres
 
Je ne vois pas trop l'intérêt.


 
- somno-réacteur par induction d'ondes alpha
 
C'est ce que Doc utilise pour "endormir" Jennifer qui pose trop de questions.
Le somno-inducteur envoie les ondes alpha (que le cerveau produit naturellement lorsqu'on est au repos ou endormi) pour tranquilliser ou endormir voire pour "shooter". Heureusement que ça n'existe pas !

 
 
- Service Météo express 
 
Doc arrive à savoir quel temps il fera à la seconde près. 
Même si nos prévisions météo se sont affinées ces dernières années, on n'en est pas encore là ! 

 
- centre de rajeunissement
 
Mieux que le botox ou tout autre produit rajeunissant, dans le 2015 de Zemeckis, il existe des centres de rajeunissement capables de vous faire perdre 30 ou 40 ans d'un coup ! 
Avec ses nouveaux intestins, rate, sang et son implantation des cheveux, Doc parait aussi jeune qu'en 1985 (bien pratique pour le tournage !). Il a l'air tellement jeune qu'il doit d'ailleurs porter une prothèse pour ne pas effrayer le Marty du passé !

Les stars qui s'adonnent au rajeunissement, on connait, mais elles ressemblent plus à des aliens qu'à une version jeune d'elles-mêmes, le rendu n'est pas aussi naturel que le nouveau visage de Doc. Et de toute façon les liftings ne concernent que l'aspect extérieur de nos jours.


 
- Hydrateur
 
Le four Hydrator de Black & Decker qu'on aperçoit dans la cuisine des Mc Fly restitue l'eau contenue dans les aliments déshydratés.
 
Même si on connait la nourriture déshydatée depuis belle lurette, il n'y a pas encore d'appareil susceptible de transformer une pizza de 5 cm de diamètre en grande pizza pour 6 personnes, dommage ! 

 
Pour fêter les trente ans de la saga, Pizza Hut va commercialiser la recette de pizza que la famille McFly déguste (Chorizo et poivrons), mais elle ne sera disponible que le 21 octobre 2015 et bien sûr pas réhydratée dans un Hydrator de Black et Decker !
 
 
 
- Fenêtres panoramiques / Storécran
 
L'écran sur le store de la fenêtre affiche des paysages avec une jolie musique 24h/24. Belle invention qu'on retrouve dans "Total recall" en 1990. Dans le futur décrit dans le film, il y a également  des écrans panomariques sur le mur des habitations qui affichent des paysages apaisants.


 

- Taxi DS
 
Peu de chance de trouver des Citroën DS qui font taxi en 2015 !

 
 
- Les dents de la mer 19 

La série des "Dents de la Mer" s'est en réalité arrêtée au 4ème (1975, 1978, 1983 et 1987).
Marrant, on peut lire sur l'affiche qu'il a été réalisé par Max Spielberg qui est le fils de Steven, né en 1985 (Steven Spielberg est le producteur de la trilogie "Retour vers le futur").

 
Universal a profité de la date anniversaire de la saga pour proposer un trailer où l’on voit défiler ce à quoi auraient pu ressembler les logos des différents films-suites. Elles commencent au numéro 5 et montrent qu'on a échappé à des requins hackers, robots, chasseurs, une famille entière de prédateurs et à un "Cinquante Nuances de Grey" version requins. Quant aux Dents de la mer 19, les attaques de requins deviennent apparemment "très très personnelles".
- collecteur de déchets à fusion
La machine à fusion fabriqué par Mr Fusion qu'utilise Doc pour sa De Lorean, capable de transformer nos déchets en énergie par fusion nucléaire n'est pas prête à voir le jour ! Et pourtant de toutes les inventions du film, celle-ci aurait été la plus utile.
 
 
- Poubelle automatique
Lorsque Doc veut se débarrasser du fameux Almanach des sports, il le jette dans une poubelle mobile qui vient vers lui automatiquement.
 
 
 
- Papier auto-dépoussiérant
Qu'est ce que j'aimerais que ça existe, ça m'éviterait d'avoir à recouvrir près d'une vingtaine de livres scolaires tous les ans pour mes fils ! 
- Pas de téléphones mobiles ?
 
Marty junior va téléphoner dans une cabine en 2015. Visiblement les scénaristes n'avaient pas prévu la téléphonie mobile, ce qui semble assez étonnant.
 
Ceci dit, on peut voir Marty Junior et sa soeur qui portent des lunettes avec micros et oreillettes incorporés leur permettant de visonner des images et de communiquer avec l'extérieur.
 
Les lunettes connectées existent bel et bien, on a vu ça avec les Google Glass, mais il faut de toute façon un smartphone pour les fonctions téléphoniques.
 
On peut noter aussi dans le film que les policières qui retrouvent Jennifer portent des montres au poignet pour communiquer, ça rappelle les Apple Watch actuelles.

 
 
 
- Mini-jardin d'intérieur rétractable
 
Ca me plairait beaucoup comme système, moi qui vis en appartement sans balcon ! 

 
 
BONUS
 
Pour terminer et en cadeau-bonus, voici un petit récapitulatif des voyages connus et identifiés de la De Lorean (quel que soit le conducteur) dans les 3 épisodes de la saga.
 
1/ Einstein va 1 mn dans le futur.
2/ Marty va en 1955.
3/ Marty revient en 1985.
4/ Doc part en 2015. 
5/ Doc explore l'avenir aprés 2015.
6/ Doc revient chercher Marty et Jennifer en 1985. 
7/ Ils partent tous les 3 en 2015. 
8/ Le vieux Biff part en 1955 se donner l'Almanach. 
9/ Il revient en 2015. 
10/ Doc et Marty reviennent mais dans le 1985 alternatif. 
11/ Ils repartent en 1955 récupèrer l'Almanach. 
12/ La foudre envoie Doc en 1885. 
13/ Marty le rejoint. 
14/ Marty revient seul de 1885 à 1985.


Qu'est-ce que j'aimerais avoir cette belle panoplie dans mes collections ! 


Et enfin pour terminer un petit message plein de sagesse de Doc adressé aux nombreux fans de la saga en ce jour anniversaire :

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Ciné
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 11:21


Je n'ai jamais goûté au fromage "Six de Savoie", on n'en achetait pas chez moi quand j'étais petite, mais je me souviens très bien des jolis puzzles offerts dans ces boîtes 

hexagonales si particulières et surtout des pubs dans les magazines de l'époque qui me donnaient envie d'en avoir.
 
En faisant quelques recherches, je me suis rendue compte qu'il y avait beaucoup plus de thèmes que je ne croyais. Et je me suis rendue compte que ces petits puzzles une fois assemblés entre eux en constituaient parfois un plus grand. Ingénieux comme principe et motivant pour acheter plein d'autres boîtes de fromage !
 
Six de Savoie, une marque du groupe BEL, existe toujours même si ses packagings ont bien évolué. Les petits fromages emballés individuellement dans un papier métallisé ne sont plus triangulaires mais carrés dorénavant.
 
On trouvait un puzzle en carton (ou deux demi-puzzles) de 12 cm de hauteur dans chaque boite de Six de Savoie à la crème fraîche, au jambon fumé ou aux noix. Les puzzles étaient fabriqués par les marque MB et Tyrode.
 
 
ASTERIX 
 
En 1976, on trouvait une série de 12 puzzles numérotés de 8 pièces chacun sur le thème d'Astérix.



Une fois assemblés les uns aux autres, on obtenait un grand puzzle de 96 pièces représentant "Les 12 travaux d'Astérix" d'aprés le film d'animation sorti cette même année (1976) au cinéma.


 
PIF

En 1977, il y a eu 9 puzzles (6 entiers et 6 demis) sur Pif et ses amis aux sports d'hiver. On y retrouvait Hercule, Pifou, Brutus, Léo, son gardien, Placid et Muzo.




 
Une fois assemblés les uns aux autres, on obtenait un panorama de 72 pièces.


 
Dans le Pif Gadget 413 de janvier 1977 était offert un cadre de présentation en plastique noir à monter (un puzzle était aussi offert).
On trouvait ensuite les autres pièces dans les boîtes de fromage. Il fallait réunir les 9 mini-puzzles durant les trois mois de l'opération, de février à avril 1977, le délai était court !
 
 
Le cadre en morceau sous blister et la notice de montage :

 
Pour info, il y a eu également des mini-livrets Ludo offert par Six de Savoie. On trouvait les enquêtes du détective dans Pif Gadget à la même époque.
32 énigmes en tout (2 par boîte).


 
Lucky Luke
 
En 1978 c'est au tour de Lucky Luke d'apparaitre sur les puzzles de la marque. Le dessin entier était constitué de 12 puzzles (6 entiers et 6 demis) : 64 pièces en tout.





 
Une pub télé de 1978 à voir ICI.

 
Disney et Warner 
 
Il y a également eu une série de 8 puzzles Disney (Mickey, Donald, 3 petits cochons etc...) et une série Warner (Bug Bunny, Daffy Duck, Bip bip coyotte etc...) en 1976.
 
Les puzzles réunis formaient des panoramas de 64 pièces à chaque fois.



 

Les farceurs

Par la suite, Six de Savoie a offert des "puzzles farceurs" représentant des personnages rigolos dont les 8 morceaux étaient interchangeables : chaque pièce du puzzle pouvant être remplacée par la pièce correspondante de n'importe quel autre puzzle, permettant de créer ainsi des tas de personnages loufoques.

Il y avait le cowboy, 
le clown, le roi-nègre (ça parait terriblement choquant aujourd'hui), l'Hercule, le pirate, la minette, le soldat et la majorette.


 
Sur la pub magazine ci-dessous on voit un personnage composé des pièces de différents puzzles.


 
Les petits gourmands

Dans les années 80, il y a eu "Les petits gourmands à travers les âges" sur le même principe, 8 puzzles aux pièces interchangeables : le gaulois, le Gargantua, le mignon, le romain, le teen-ager, le mousquetaire, le sans-culotte et le Gavroche.
 

 
Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 23:15


Je me souviens encore comme si c'était hier du moment où j'ai choisi les cassettes audio que je voulais recevoir du club Dial : j'étais installée devant mon tourne-disque, j'avais posé le disque souple reçu par la Poste sur la platine et j'écoutais attentivement les voix qui vantaient les nombreux avantages du club en diffusant des extraits de chansons.

 
J'avais en main la planche de vignettes avec des photos miniatures des albums, prête à les découper et les coller sur la carte-réponse.
Pour 69 francs, on pouvait recevoir 5 disques 33 tours ou 5 cassettes audio, c'était 

vraiment attractif !
 
C'était en 1983, j'avais 13 ans et j'avais la chance d'avoir le fameux walkman Sony que ma maman m'avait offert à l'occasion d'un voyage scolaire en bus (je ne sais plus trop pour quelle balade). Cette offre tombait donc très bien pour obtenir des cassettes audio à écouter avec mon walkman.

Ci-contre une planche de vignettes de 1983.
 
En écoutant les extraits sur le disque promotionnel, j'avais flashé sur "I was made for you" des Kiss (album "Dynasty"), sur "Love Blonde" de Kim Wilde (album "Catch as catch can"), sur "Let's dance" de David Bowie (album "Let's dance"), sur "Call me" de Blondie (c'était sur l'album de la bande-originale du film "American gigolo"). J'avais aussi choisi l'album "12 gold Bars" de Status Quo, je ne sais plus trop pour quelle chanson en particulier.
 
J'avoue que je ne connaissais que très peu ces artistes à l'époque car j'étais un peu jeune mais avec le recul je ne regrette pas ces choix, je trouve qu'ils étaient même très bons !

Voici les 5 albums que j'avais donc choisis en cassettes :


 
Offres alléchantes et désillusions
 
Le club de vente par correspondance Dial (Diffusion Internationale d'Arts et Loisirs) a été créé en 1970. Les pubs apparaissaient dans tous les journaux télé et les magazines de musique. Je pense qu'on les a tous regardées un jour avec envie en se demandant quels albums on choisirait dans la sélection, même si on n'a pas tous sauté le pas pour devenir adhérents.

Ci-dessous la lettre qui accompagnait la planche de vignettes quand on recevait le courrier à la maison, le club proposait un cadeau-surprise pour tout nouvel abonnement :




Ci-contre à droite une pub magazine de 1973.
3 francs les 3 albums, ça laisse rêveur !
 
Le système de vente de musique à distance fonctionnait très bien à une époque où il n'y avait pas forcément de disquaire partout en France et où il n'y avait pas non plus de gros rayons musique en grande surface comme aujourd'hui.
 
Les années 70 et 80 ont connu les grandes heures du club Dial avant que tout ne s'écroule à la fin des 90's et au début des années 2000 avec l'arrivée d'internet dans les foyers.

Je crois que par la suite Dial a lancé le site "music and film.fr" puis il a été placé en liquidation judiciaire. Plus aucune activité depuis 2010 en tout cas.
 
Le principe était simple, on souscrivait à une offre de bienvenue très intéressante et, en contrepartie et en tant que nouvel adhérent, on s'engageait à acheter 3 enregistrements au prix catalogue sur 2 ans. En 1983, ils coûtaient entre 56 et 83 francs environ.
 
Cet engagement semblait parfaitement réalisable sauf que dans les faits c'était beaucoup plus complexe et tordu. En effet on recevait 15 fois par an le petit catalogue du club (le dialoscope ci-dessous) ainsi que l'album sélection du mois.
 
 
Si on désirait garder ce disque ou cette cassette, on n'avait rien à faire, juste à le payer. Dans le cas contraire, il fallait le renvoyer avec la carte réponse incluse dans le catalogue. Bref c'était de la vente forcée !

Ci-dessous une offre magazine parue dans un Télé 7 jours de décembre 1977 :

 
 
Ici une pub recto-verso encartée dans un magazine télé de janvier 1986 :
 
 
 
Au début je me souviens qu'on avait gardé quelques albums mais on ne pouvait pas garder tous les envois car ils étaient rapprochés dans le temps et ça revenait cher. Et si on ne voulait pas garder ces enregistrements, il fallait aller à la Poste pour les renvoyer et bien sûr payer les frais d'affranchissement. Ma maman en avait marre et je la comprends !

Ci-dessous deux disques souple que j'ai gardés de l'époque. Le rouge est présenté par André Torrent.

 
Il faut dire qu'en plus les disques et cassettes proposés dans le catalogue n'étaient pas forcément les plus intéressants. J'ai appris bien des années plus tard que le club Dial avait pour objectif d'écouler les disques invendus des majors et que par conséquent ils ne proposait pas beaucoup de nouveautés.
 
A signaler que Dial a aussi vendu des cassettes VHS dans les années 80 puis des CD et des DVD dans les années 90.
Apparemment certains des derniers clients du club ont payé leurs enregistrements mais n'ont jamais rien reçu !
 
Pour clore ce sujet, voici en écoute ce qu'il y avait sur un disque souple envoyé par le club Dial en 1983. On y entend les voix de Jean-Loup Lafont (animateur sur Europe 1 et présentateur de l'émission musicale "Blue Jeans" en 1978 sur Antenne 2) et Françoise Rivière (animatrice également sur Europe 1). Ils présentent le club Dial en en énumérant les nombreux avantages, le tout entrecoupé d'extraits musicaux :
 

Merci au site http://www.renaudsechan.be/ pour le visuel de la lettre.

Repost 0

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 1 million de visites depuis sa création le 17 aout 2011


164 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 13 juin 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80
- Le biscuit Bamboula et son scandale


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance
- L'émission Maxi Tête
 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)