Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 12:02

Tubble gum a été créé par Lamy Lutti en 1982. Ce petit tube contenait un chewing-gum plus liquide que les autres. Une fois le bouchon dévissé, il suffisait d'appuyer sur le tube en plastique et une pâte rose au goût tutti-frutti sortait comme du dentifrice. C’était  vraiment révolutionnaire car à l'époque on ne connaissait pratiquement que les chewing-gums en tablettes.
 
En créant ce premier chewing-gum en tube, Lutti a marqué les esprits de toute une génération. 

 

Sur le tube on pouvait voir Léo, le petit personnage à casquette, emblème des produits enfants pour la marque. Il a été créé en 1975.

Le système de chewing-gum en tube était fait pour pouvoir doser soi-même la quantité de pâte qu’on désirait. Ca partait d'un bon principe mais le tube ne faisait pas long feu !

Qui n’a pas essayé de tout mettre dans sa bouche en une seule fois pour voir ce que ça faisait ou pour faire un concours avec un copain ? 

Je pense qu’on a tous aussi éventré le tube à coup de ciseaux ou de cutter une fois terminé pour tenter de récupérer tout ce qui restait collé aux parois !

L'inconvénient de ce chewing-gum était son côté assez liquide (surtout lorsqu'il faisait chaud). On avait parfois du mal à en faire une boule dans la bouche.

Et pour les bulles, ça n'était pas forcément l'idéal non plus.

 



Le tube était vendu 3 francs.

Voici un emballage de 3 Tubble Gum datant de 1985 :



On pouvait obtenir une magnifique trousse en forme de Tubble gum contre 7 timbres à 2,20 francs, comme on peut le voir sur cette pub magazine de 1985.





La trousse ainsi que d'autres objets collectors pouvaient être également commandés contre des points : une soucoupe et une hélice volantes ainsi qu'un bandeau de tennis.



Ci-dessous une pub trouvée dans un magazine Pif de 1986 pour le nouveau goût de Tubble-Gum au goût Cola.


 

Spot télé
 

J'aimais bien la pub télé, on y voyait Léo en présentateur de JT annonçant d'un ton grave : "la situation est grave, les gens ne savent pas buller".

La voix de Léo est celle de 
Michel Elias, un vrai transformiste vocal qui est aussi la voix de Pumba dans le "Roi lion" ou celle des verts, de Crodogang et de Minor dans  l'émission "Teletactica".

 
Un tube dans un disque
 

Il y a même eu un 45 tours en 1984 avec la chanson du spot TV, distribué par le label Carrère. On pouvait l'obtenir en envoyant 10 francs en timbres à Lamy Lutti.
A noter que sur la pochette du disque, il y a écrit « Bubble gum » et non "Tubble gum" comme sur le tube.

Le refrain faisait :

"Bubble Gum ! Mets la gomme !
T'as la bulle , t'es crack, waouh.
Et que ça claque !".



 

La chanson sympathique mais un poil répétitive est à écouter ICI.

 

Tubble Flash


Sur le même modèle que Tubble-Gum, un chewing-gum en tube était offert dans le journal de Pif en janvier 1984. 

L'opération fut renouvelée en février 1989 puis en juillet 1990, dans un packaging légèrement différent et avec un tube de "Tubble Flash".

 

Ci-dessous le Pif n° 772 de 1984 et le n° 1037 de 1989.




Au revoir Léo !

Tubble-Gum existe toujours aujourd'hui, on en trouve dans certains magasins de bonbons en version tutti-frutti, pomme verte, fruits exotiques, cerise ou framboise (qui colore la langue en bleu), mais depuis 1999 le visuel du petit Léo a disparu sur les tubes. 
C'est dommage, je trouvais ce personnage très sympathique.
 



Pour aller découvrir l'article que j'ai consacré aux chewing-gums des années 70-80's, cliquez sur l'image :

Repost 0
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 16:31

Bonbons, friandises et confiseries, voilà des mots qui mettent tout le monde d'accord dès qu'on les prononce. Les yeux pétillent, les papilles frétillent et de bons vieux souvenirs sucrés resurgissent au galop !

Avec 5 francs en poche, les mômes que nous étions pouvaient faire une razzia chez le boulanger du quartier en sortant de l'école. On choisissait nos bonbecs méthodiquement un par un en se hissant sur la pointe des pieds pour pouvoir apercevoir comme il faut tous les petites compartiments où ils étaient rangés.
On les achetait à la pièce, entre 5 centimes pour les plus petits et 1 franc pour les plus chers.
Je me revois encore sortant de chez le boulanger avec mon petit sachet en papier blanc rempli de merveilles sucrées, toutes plus appétissantes les unes que les autres.


Certains de ces bonbons ont beau avoir disparus aujourd'hui, leur souvenir est encore bien ancré dans ma mémoire de gourmande.

Voici donc un grand voyage aux pays des bonbons et des douceurs régressives de l'enfance.
 
On commence par les gélifiés : bouteilles de coca, Schtroumpfs, tétines, crocos, Ours d'or, oeufs au plat et cerises.
Difficile de dater leur arrivée en France. Je sais seulement que les crocos Hari sont apparus en 1984.
 

Vous saviez qu'il avait existé un bonbon gélifié Goldorak ? Un petit chanceux possède une boîte intacte :
 
 
Les gélifiés recouverts de sucre : frites, fraises, bananes, bouteilles de coca, langues acides et fils acides.

 
 
On passe aux bonbons fruités : framboises, quartiers d'oranges-citrons et mûres-framboises tendres.
 


Les bonbons dragéïfiés : Dragibus, Floppy, petits-pois/lardons et fraisettes, à la liqueur de fraise.
 
 

Les boules meringues coco, grosses fraises et meringues, dentiers.
 
 
 
Collier et bonbons poudres "Lollie" (dits rafraichissants) et petit Jésus en meringue.

 
 
Grande guimauve torsadée et Chamallow. Ces derniers étaient au départ de marque Zan, rachetée ensuite par Haribo.
Je n'aimais pas du tout ceux en sachet orange et vert et j'ignorais qu'il avait existé des Chamallow au chocolat !



 
 
Les bonbons avec de la poudre acidulée : soucoupes en ostie, cornets et bouteilles-fruits.
 
 
 
Les pailles de poudre acide.
Je me souviens qu'on avait toujours du mal à les terminer car la salive faisait agglomérer la poudre. 
 
 
 
La poudre acide en petites bouteilles ou petites boites transparentes. Le couvercle servait de pied quand on le clipsait dessous. Image issue du livre "Les bonbecs".

 
Les sachets Fresquito de chez Fiesta, "Le doigt qui pétille", une sucette à la fraise en forme de pouce qu'il fallait tremper dans une poudre acidulée (apparues en 1984).
 


 
Les petits sachets Pop Rock, des granulés qui une fois dans la bouche crépitaient et chatouillaient la langue avec des petits bruits rigolos. Sur le même principe que les Frizzy Pazzy dont j'ai parlés dans l'article sur les chewing-gums ICI.



Il y avait aussi Peta Zetas sur le même principe.




Les bonbons de fête foraine : petits biberons et jouets avec mini bonbons (qui n'étaient pas bons du tout !) et berlingots.




Il y avait aussi les Pipas, des graines de tournesol salées.




Voici la grande famille des réglisses : les "têtes de nègres" et les autres visages caricaturaux ainsi que les souris.




Les Rotella et rouleaux avec un bonbon au centre.




Les cocobats, réglisses fourrés et les Haribats.




Les plaques de lanières de réglisse (ça n'existe plus malheureusement, je l'ai recréée avec Photoshop), les Bonner Gold et les vrais bâtons de réglisse.




Les Car-en-Sac.
Quand j'étais petite, les mini-sachets se vendaient en chapelets, comme les Dragibus. Ces chapelets n'existent plus (j'en ai recréé un avec Photoshop).





Les réglisses anglais, je ne les aimais pas du tout, à part ces sortes de gros Car-en-sac à droite.



Les Stoptou et les bâteaux Calabrais, j'en ai énormément mangé !

 
Et enfin les Cachous Lajaunie ("Han ! Han !"), Les Zanoïds et les plaques de Zan.



Les bonbons PEZ avec leurs distributeurs rigolos.
Pour ceux qui veulent en connaitre l'histoire, je leur ai consacré un article entier 
ICI.




Les Tic Tac.
J'aimais bien la petite boîte double citron/orange. Et j'avais oublié le parfum anis que j'aimais beaucoup.




Les cigarettes au chocolat et en chewing-gum.
 



Les Fruitella, des gros bonbons tendres.




Les Mentos et les Morositas (quel drôle de nom !).




Les Polos, les Kiss Cool, les Fresh, les Kayak, les Safari.




Les Double-Agents et les Zigobar, de la pâte à mâcher qui ressemble au Maoam.




Les gros sachets de bonbons (chez moi on dit "poches de bonbons" !).
Il y avait deux marques pricipalement : La Pie qui chante et Krema.

Les Galejades, les Yogola, les Petits Pimousses, les Croq'Andises, les Régal'ad, les Batna.





 
 
Des pubs pour les bonbons Leo et Krema avec des cadeaux à gagner.




Chez Krema, ils vendaient même des sachets surprises avec des bonbons et des petits jouets. Je n'en ai jamais eus mais je me souviens bien des pubs dans Pif ou Mickey.




Chez la marque Jell'o, il y avait des bonbons gélifiés Bisounours, Mowgli, Disney Babies, Choconours, Omer et Garfield.



Les Chnapis, d'autres bons gélifiés. Aucun souvenir de ces bonbons.
Voici une pub de 1985 :





Les bonbons à sucer : tétines, coquillages et Push Pops.



Rouges à lèvres et cerises.

Pour découvrir un article complet sur les sucettes des années 70-80, cliquez sur l'image ci-dessous :

 

J'ai aussi écrit un article sur les chewings-gums de notre enfance, vous pouvez le consulter en cliquant sur l'image :

Repost 0
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 15:58


Qu'est-ce que je les aimais ces gros cubes souples qui permettaient de faire de grosses bulles ! 

Les "Chewing-gums qui schwing" ont été produits par Hollywood Chewing-gum à partir de 1979 et jusqu'en 1990. Ils étaient très tendres à mâcher et existaient en parfum fraise, tutti-frutti, chlorophylle et menthol. Ils étaient emballés individuellement et il y en avait 5 dans un paquet.
 
Ci-contre à droite, une planche d'autocollant que je possède.
 
Spring-Gum a bénéficié d’un budget communication très important sur la durée, il y a eu notamment beaucoup d’encarts dans la presse enfantine de l'époque et de nombreuses  pubs télé. Tout ça ayant pour but de concurrencer le sacro-saint Malabar qui était le maître sur le marché des faiseurs de grosses bulles !

Voici une pub magazine de 1979 :



La pub télé :
 
1982

Une pub magazine avec un jeu concours et des voyages à gagner :

Spring gum 1982
 
Il y a eu des collections de BD à gagner également :



Un album promotionnel avec Gaston Lagaffe : "Pour tout savoir sur Spring Gum" (à la place du titre original "La saga des gaffes") :

 


 
1984

 
3 personnages rigolos ont été conçus par le  maquilleur d'effets spéciaux Benoît Lestang pour des pubs télé d'après un design de Gotlib : un robot, un mort-vivant et un monstre glouton. On les voit exploser à la fin des spots après avoir tâté du chewing gum.



Voici une valisette en métal que j'ai achetée sur un vide-grenier il y a 5-6 ans :



La pub télé avec le zombie :
 
1986-87

Nouveau look pour le packaging et nouvelle campagne de pub déjantée.



Pub magazine de 1987 : 



La pub télé de 1987 : "Spring-Gum, j'arrête quand je veux !"
Une pub magazine avec un flipper à gagner :

 
 
1989

Un nouveau packaging apparait ainsi que deux nouveaux parfums pour rajeunir la marque : citron-menthe et fraise-menthe.



La campagne de pub magazine :




Les pubs télé avec un jeune habillé typiquement en mode New-Beat avec des smileys : "ça picote, ça picote" ! 

Pour retrouver également les Malabar, Tubblegum, Bazooka, Frizzy Pazzy, Veinards et tous les autres chewng-gums des années 70-80, allez découvrir mon article ICI.

 

Repost 1
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 17:38



Vous l'avez compris si vous êtes déjà passés sur mon blog, je suis une incorrigible gourmande. Il suffit de regarder la rubrique "Petites douceurs régressives" pour constater que les articles y sont très nombreux !

J'avais déjà parlé des barres aux chocolat il y a quelques mois, je parle aujourd'hui de tous les biscuits et les petits gâteaux qui ont disparu des rayonnages ou dont les packagings ont beaucoup changé au cours des années.
 
Allez c'est parti pour un petit tour d'horizon gourmand ...attention, vos papilles vont en frémir de plaisir nostalgique !

N.B : on peut voir les pubs télé correspondantes en cliquant sur la plupart des images.
 
 
 
L'ALSACIENNE 
 
La marque l'Alsacienne a été créée en 1904. Rachetée par BSN en 1987, elle a fusionné avec Belin puis LU. Elle disparaît totalement en 1994, remplacée sur les packagings par la marque LU.
 
Sur le logo apparaissait une jeune-fille qui portait une coiffe traditionnelle alsacienne : la petite Sophie.

Vous vous souvenez du fameux slogan "Si l’Alsacienne a de grandes oreilles, c’est pour mieux écouter les gourmands" ?
 
On doit à la marque les Chamonix à l'orange (créés dans l'entre-deux-guerres), les Langues de chat, les Palmito, les Petit-Exquis (les concurrents des Petit-beurre LU).


 
Les Granola sont apparus en 1972, version chocolat noir et chocolat au lait.

 
Les Schoks ont débarqué en 1974. Ils existaient en version chocolat, vanille et plus insolite, chocolat-menthe !
 
 
Ci-dessous une jolie pub magazine de 1984 où apparaissent aussi les biscuits Papou, j'en parle plus loin pour la marque Brun qui fabriquait également ces biscuits au chocolat.
 
 
Les gaufrettes s'appelaient Résille d'or, il y avait plusieurs parfums : chocolat, vanille, noisette, chocolat-café et aussi... Cola, quelle drôle d'idée ! Je n'en ai aucun souvenir et je n'aurais pas aimé goûter.

 
Il y avait aussi les Choco prince que l'on voit ci-dessous dans une pub de 1985 
(j'ai parlé des barres Western et Euréka dans l'article consacré aux barres chocolatées ICI).

 
Je pense qu'on est nombreux à se souvenir des Crok’images, de jolis biscuits décorés de dessins au caramel, ils sont apparus en 1982. On pouvait découper des petits personnages imprimés sur la boite en carton.



Sur la pub à droite on peut reconnaitre Rachid Ferrache, le petit garçon qui a joué aux côté de Jean-Paul Belmondo dans "L'as des as". Il a également chanté "Le p'tit Beur" en 1987 à l'âge de 15 ans.


 
En 1985 sont apparus les Crok'images fourrés au chocolat.
Il y a même eu une version Mario début 90's !


 
En 1985 sont également apparus les cookies Boogy. Ci-dessous les deux packagings différents :

 
En 1986, il y a eu les Kango, des biscuits fourrés au chocolat, à la fraise, à l’abricot. 
Vous vous souvenez que dans la pub, les Kango nous "abricotisaient" et nous "fraisifiaient" ? 

 

Toujours en 1986, on pouvait acheter des Kaïla, un remake de la barre Euréka (voir plus haut sur la pub de 1985).

 
En 1978, l'Alsacienne offrait des autocollants Goldorak (20 différents) dans les paquets de langues de chat et Petits-Exquis.
 
 
 
VANDAMME
 
Les produits de la marque, créée en 1929, ont été intégrés à la gamme LU en 1997.
Aujourd'hui, le nom Vandamme n'a pas totalement disparu, il apparaît toujours pour certains cakes avec un "m" en moins (Vandame), mais il n'est plus que le nom d'une gamme de produits LU.
 
Le Napolitain (ci-contre à droite) que nous connaissons aujourd'hui chez Lu était au départ un gâteau Vandamme.

On se souvient tous des pains d'épice Prosper, de son ours attachant, le roi du pain d'épice, et de ses petites oursonnes qui vocalisent dans les pubs du début des années 80. Prosper était doublé par Henry Djanik qui prêtait aussi sa voix grave à Mister T, Kojak ou Barnabé ("Albert et Barnabé" dans l'île aux enfants) entre autre.

"Prosper youplaboum c'est le roi du pain d'épice".



 
Le personnage a beaucoup évolué au cours des années... et pas en mieux !

 
Comme toutes les  stars, Prosper a eu ses produits dérivés : sac, trousse, classeur, cahiers etc...



Chez Vandamme, il y a eu également Captain choc et son délicieux gâteau aux pépites de chocolat (à partir de 1982). Il existait en version familiale ou individuelle. Qu'est-ce que j'en ai mangé, j'adorais ça !
La pub était géniale et je suis certaine que vous l'avez tous en mémoire  : le pirate chantant sur un air de Carmen avec le perroquet qui crie "Aux pépiiiites de chocolat" ! (cliquez sur l'image pour la voir).
 


Une version à la pulpe de fraise et d'abricot est apparue en 1986 : Captain Fruy.
La pub était magnifique et exotique. Inoubliable elle aussi :

 

 
 
BRUN
 
En 1885, Pierre-Jean-Félix Brun, négociant en grain, créé la biscuiterie Brun à Grenoble. En 1968, elle fusionne avec cinq autres sociétés pour donner naissance au groupe "LU, Brun et associés". 
Le 31 décembre 1989, l'entreprise grenobloise ferme définitivement ses portes. Il reste malgré tout le biscuit "Petit Brun Extra", dernier vestige de la marque encore commercialisé sous ce nom.
 
Le biscuit "Thé Brun" à la saveur légèrement vanillée était un produit emblématique de la marque. Il était utilisé dans la recette du "gâteau de Famille", un classique de la pâtisserie familiale.
Il existe toujours sous le nom "Thé" de la marque LU.
 


 

Chez Brun il y a eu également Papou, un biscuit au chocolat, à la noix de coco et aux noisettes, avec un personnage caricatural dans la même veine que le Bamboula de St Michel (voir plus loin).
 
 

En 1983 on pouvait trouver des autocollants Sport Billy dans les paquets de Petit Brun Extra :


 

DE BEUKELAER
 
La marque est créée en 1870 à Anvers par le belge Edward De Beukelaer. Il développa le fameux biscuit Prince Fourré en l'honneur du futur roi Léopold II qui, avant d’être roi de Belgique, fut Prince pendant 30 ans. 
 
Les biscuits Prince ont été commercialisés en France à partir de 1948. Cette année-là est apparu le personnage sur les célèbres emballages en rouleau.
En 1980, De Beukelaer passe sous la marque LU.

Ci-dessous, dans les pubs magazines, le Prince version année 70 à gauche et année 80 à droite.



 
En 1979, on pouvait obtenir de jolis double-puzzles avec les Prince chocolat et vanille.
 

 
BN
 
La marque, née à Nantes en 1897, est totalement indissociable du choco BN, le goûter des enfants depuis 60 ans ! Je ne vais pas m'étaler sur le sujet car j'ai écrit un article complet sur les choco BN ICI.
La marque a été englobée par le groupe anglais United Biscuits en 1998.


 
Chez BN, il y a eu également les tartelettes Diego, lancées sur le marché en 1975.
Qu'est ce que je les aimais ces mini tartelettes fondantes !
Je me souviens que je mangeais d'abord tout le tour avant de déguster la partie confiture !


J'ai été particulièrement marquée par la jolie pub avec une petite-fille qui joue à la dinette avec ses jouets (cliquez sur l'image). 

 
 
 
DELACRE 
 
C'est en 1870 que Charles Delacre, un pharmacien bruxellois, décida de vendre du chocolat. A cette époque, le chocolat était surtout prescrit comme fortifiant ou médicament. Il ouvrit une boutique à côté de sa pharmacie puis déposa la marque Delacre en 1873. Il se lança ensuite dans la fabrication de biscuits afin de diversifier ses activités. Le premier biscuit Delacre fut commercialisé en 1891.
La marque est passée sous le contrôle de Campbell Soup Company puis United Biscuits en 1998.
 
Le biscuit Delichoc a été créé en 1957. Au départ il s'appelait Delice Choc, il est devenu Delichoc en 1989.

 
 
A part ce biscuit au chocolat ciblé pour les enfants, les produits Delacre visent plutôt les adultes avec notamment des boîtes d'assortiments de biscuits pâtissiers recouverts de chocolat belge.
On a tous connus ces boites chez nos grands-parents. Il n'y avait que ceux au chocolat qui m’intéressaient !
 
Chez Delacre, il y a également les Cigarettes Russes et les Sprits.
Quand je pense aux cigarettes russes, j'ai tout de suite en tête la pub avec son slogan au piano : "les petites fêtes de tous les jours". 


 
 
VERKADE
 
La marque a été fondée en 1886 à Zaandam aux Pays-Bas. Comme BN et Delacre, elle a été rachetée par le groupe anglais United Biscuits.
 
Chez Verkade, on connait surtout les gaufrettes fourrées (chocolat, vanille, café, noisettes) et son inoubliable  pub de 1982  : "Ca croustille sous la dent et dans la bouche c'est fondant ... ah les gaufrettes Verkade, c'est croustifondant"
 

 
Chez Verkade, il y a également eu les biscuits au chocolat Pingouin, apparus en 1980.



Et les Chocotoons (1991) avec Asterix et les Looney Toons.

 
 
CADBURY
 
En 1824, John Cadbury commença à vendre du thé, du café et, plus tard, du chocolat à Birmingham (Angleterre).
L'entreprise a été renommée Cadbury-Schweppes en 1969, à la suite de sa fusion avec la marque de soda. Elle a retrouvé le nom de Cadbury en 2008, après s'être séparée de toutes ses activités de boissons.
La marque appartient désormais à Mondelēz International (anciennement Kraft Foods).
 
On connait surtout les Fingers de Cadbury, tellement bons qu'ils sont trop courts ! "Ils sont bons tes Fingers monsieur Cadbury, vous pouvez pas les faire un p'tit peu plus long ?".
 
 
Il y a eu aussi les Z'animo et les Z'additions. Je n'ai trouvé aucun visuel pour les Z'aditions, je possède juste le pin's ci-dessous.
 
 
Cadbury offrait des jolies petites figurines en forme d'animaux dans ses paquets de biscuits Z'animo.

 
BELIN
 
En 1902, Gustave Belin alors âgé de 25 ans, lance la "Manufacture des biscuits Belin" à Bagnolet.
En 1997, tous les biscuits Belin passent sous la marque LU. La société Belin n'existe plus en tant que telle, Belin devient une gamme de biscuits salés de la société LU.

Le biscuit Edition spéciale date de 1978.



 
Lancé en 1961, le petit gâteau rond Pépito connaît un succès fulgurant dès son apparition.
Pour le rendre encore plus attractif, Belin décide en 1963 d'en créer une mascotte, un petit garçon mexicain.
Il fait ses débuts à la télévision en 1973 dans d'amusants spots publicitaires, sous forme de marionnettes et de dessins animés.
"Aye Pepito !"



Ci-dessous on peut apercevoir le gâteau Mi-Temps également, sorte de BN de chez Belin :



En 1986, un joli jeu de société "Pépitorama" était à gagner sur concours :


 

Chez Belin il y avait aussi les Petits Coeurs, apparus en 1980 : des petits biscuits feuilletés.

Il y a eu toute une série de pub avec des acteurs célèbres (cliquez sur les liens pour voir les pubs) : Aldo Maccione (1982), Jacques 
Villeret (1984), Richard Anconina (1990) et Michel Boujenah (1991)
 
Vous vous souvenez de Guêt-apens ? C'était un biscuit rond fourré au chocolat. Je me souviens surtout de la pub avec une jeune-femme qui tombait justement dans un guêt-apens en atterissant sur des coussins en forme de biscuits !

 
Pour les enfants il y a eu les biscuits Ribambelle sur le modèle des Z'animo mais sans chocolat.


 
Et des petits biscuits Chapi Chapo en 1976. La marque offrait un joli autocollant dans les boites.
 

 
 
3 CHATONS 
 
C'est à Charleville-Mézières que sont nés les barquettes 3 chatons en 1963.
 
Dans les années 80, les biscuits existaient en 4 parfums : fraise, framboise, abricot et orange.
En 1982 la marque est remplacée par LU.
 
En 2005, toujours fabriquée à Charleville-Mézières, le biscuit redevient La Barquette 3 chatons (mais toujours sous la marque LU).
En 2013, elle change encore de nom pour devenir La Barquette de Lulu (voir plus bas quand je parle de la marque LU).


 
De nombreux jeux étaient organisés par 3 Châtons, ils permettaient de gagner des jouets et tout un tas d'autres lots.






Chez 3 Châtons, il y avait également les coquelines. A gauche la version 3 Châtons, à droite la version LU.

 
3 Châtons offrait des autocollants Tom & Jerry dans ses paquets de barquettes :
 
 
 
LU
 
Tout commence avec la pâtisserie familiale créée par Jean-Romain Lefèvre et son épouse Isabelle Utile, en 1846 à Nantes.
Le fameux Petit-Beurre, avec ses 4 oreilles et ses 52 dents, a été inventé en 1886 par leur fils, Louis Lefèvre-Utile, qui fonde la société LU l'année d'aprés, en 1887 donc.
Le logo aux deux lettres blanches sur fond rouge est créée en 1956.

Les biscuits Paille d'or date de 1905. Louis Lefèvre-Utile s'était inspiré d'une botte de paille.
 

Les Figolu datent de 1961. Ils étaient vendus en chapelet quand j'étais petite.



 
C’est en 1982 que Mikado est lancé. Glico a cédé les droits à LU pour pouvoir fabriquer et distribuer ce biscuit en France.

 
 
Les Pim's (inventés en 1927 en Angleterre) sont apparus également en 1982 chez LU.
Ma pub préférée est celle de 1990 avec un anglais qui explique qu'en retournant le paquet on peut lire "swid".
 
 
Les cookies "Hello !" datent de 1986. Tout le monde se souvient de la pub avec la jolie américaine qui prononce mal : "Hello de Lou".
A noter que Hello a été commercialisé également sous forme de biscuit fourré avec le nom Kango sur son emballage.

 
Les Petit écolier est apparu en 1985. Le célèbre dessin du petit écolier a été créé par Firmin Bouisset, illustrateur et affichiste, en 1897 pour une affiche sur le Véritable Petit Beurre.
J'aimais bien la pub où un monsieur très bien volait le paquet de biscuits à des ados dans le métro. "C'est pour qui cette délicieuse tablette de chocolat sur ce croustillant petit-beurre ?... c'est pour moi !".
 

 
A partir des années 60, Lu fusionne avec de nombreuses entreprises. En 1969 avec Brun, Trois Chatons, Rem et Saint-Sauveur.
En 1975, Lu absorbe L'Alsacienne, De Beukelear et Parein.
En 1987. BSN (Danone) acquiert la marque LU.
En 1997. LU endosse les produits de la gamme Vandamme et Belin (à l'exception de Crackers).
Aprés avoir été revendu à Kraft Foods, la marque LU est devenu la propriété de la multinationale américaine Mondelēz International en 2012.
 
La recette du biscuit REM, originaire de Reims, a été rachetée par la société LU.
On dirait qu’ils n’ont pas changé depuis 30 ans !
 
Voici les biscuits passés sous le coupe de LU :
 

 

ST MICHEL
 
C'est le pâtissier Joseph Grellier qui créa les galettes St Michel à Saint-Michel-Chef-Chef (je n'ai pas fait d'erreur de frappe !) en Loire-Atlantique. Elles furent produites industriellement à partir de 1919.
Une poule, symbole de la France rurale et des bons produits, symbolise la marque. 
 
Le sablé de Retz est apparu en 1920 et les Roudor en 1979.
Il y a eu également les Rondor (voir ci-dessous).
En 1994, l'entreprise est acquise par le groupe allemand Bahlsen qui la revend à la Biscuiterie de la Baie du Mont Saint-Michel en 2006.


 
En 1987, Saint Michel commercialise les biscuits au chocolat "Bamboula" à grands renforts de pubs et en diffusant de nombreux produits dérivés : figurines, petits livres, pin's... 


 
Il y a même eu un 45 tours !  (à écouter ICI).


 
En 1994, le succès est tel que le fabricant de biscuits décide de lancer un parc à thème en tranformant le parc zoologique de Port-Saint-Père (près de Nantes) en "village de Bamboula".
On pouvait y voir une vingtaine de figurants africains (torse nu quand la température le permettait !) au milieu de cases et d'animaux de la savane. Cette ouverture créa une grosse polémique, à tel point que St Michel décida, la même année, de fermer le "village de Bamboula" et même de stopper net la commercialisation des biscuits Bamboula. Ils ne figurent d'ailleurs pas dans la rubrique historique sur le site internet de la marque.
Ca parait dingue aujourd'hui la création de ce parc !

Ci-dessous à gauche, l'entrée du parc. A droite, la page minitel du biscuit.
 
 
 
BAHLSEN
 
La marque a été créée en 1889 par Hermann Bahlsen à Hanovre, en Allemagne.
Chez Bahlsen, on trouvait des Kipferl, des Cortez, des Chokini.

En 1978 apparait Monsieur Plus, le personnage emblématique de la marque. Je lui ai consacré un article entier ICI.

 
En 1985 sont produits les grafitti, des biscuits miniatures au chocolat : "Un amour de bébé biscuit" comme on l'entend dans la pub !

 
 
 
 
GRINGOIRE
 
La légende dit qu'en 992 Saint Grégoire est arrivé d'Arménie avec la recette d'un gâteau à base de miel et d'épices. De cette légende sont nés en 1817 des produits commercialisés sous les marques Gringoire et Grégoire. Par la suite, il n'est resté que Gringoire.
 
En 1962 Gringoire est cédé à la Pillsbury Company, une entreprise agroalimentaire américaine. En 1976, Gringoire fusionne avec Brossard. La marque disparait en 1994.
 
Vous vous souvenez du célèbre lapin soufflant dans sa trompette ?
Les gaufrettes s'appelaient Grindoline.



 
J'aimais beaucoup les galettes Gringoire qui étaient vendues en chapelets à l'époque, voici un packaging plus récent de ces fameuses petites galettes :

 
Je me souviens avoir eu cette jolie petite valisette en carton autour de 1985-86.



 
 
BROSSARD
 
Georges Brossard fonda la société Brossard en 1931 à Saint-Jean-d'Angély (Charente-Martime).
 
En 1968, le groupe américain Pillsbury, qui possédait déjà Gringoire, prend le contrôle de Brossard. Comme je l'ai dit plus haut les deux entreprises fusionnent en 1976 pour former le groupe Gringoire-Brossard puis Brossard tout court en 1994.
En 2001, Saveurs de France achète Brossard qui redevient française. En 2011, reprise de Brossard par le groupe Limagrain et naissance de Jacquet Brossard.

Chez mes grands-parents, on achetait souvent des boudoirs de Brossard. On avait d'ailleurs
 une tradition familiale pour les fêtes : on faisait sauter nos biscuits dans nos verres (de champagne pour les grands) en leur faisant faire un petit saut périlleux ! 

 
Brossard a lancé Savane en 1962. Georges Brossard, était un passionné d’Afrique, d’où les couleurs du marbré et la double vague qui rappelle les rayures du zèbre.
Savane est le premier gâteau longue conservation, une révolution pour l’époque.
La première pub télé date de 1966.

Papy Brossard, le personnage à l'image du fondateur Georges Brossard, a été créé en 1980 et a disparu en 1993.
 
 
 
INCLASSABLES
 
Patapon (autour de 1985), je n'en ai aucun souvenir. Et vous ?

 
Quadro, les gaufrettes au praliné et aux éclats de noisettes de l'entreprise Cémoi (à qui l'on doit les célèbres Nounours en guimauve et chocolat), sont apparues en 1986.

 
Je me souviens des délcieux menelik, des gaufrettes en forme de triangle, fourrées au chocolat blanc, aux éclats de nougat et enrobées de chocolat noir.
On en distribuait au collège pour le goûter des demi-pensionnaires. Moi j'étais externe mais je m'arrangeais toujours pour en récupèrer un !
 

 
Ma grand-mère prenait souvent des biscuits du Moulin Blanc, ils étaient très bons (en bas à gauche). Par contre aucun souvenir de ces gateaux Kic-Nic et Kat'Coeur.
 


Sur le modèle des biscuits Pingouin, il y a eu des biscuits Mickey, je me souviens des pubs dans le journal de Mickey à l'époque.
 


Et je terminerai avec les biscuits à messages qu'on a, je pense, tous connus dans notre enfance.
 
 
 
 
 
Repost 0
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 14:09

C'est en 1970 qu'est né (comme moi !) le fameux slogan emblématique de la marque dont tout le monde se souvient encore aujourd'hui.

La marque, elle, a été créée en 1963 par Evian. Elle proposait un produit innovant pour l'époque, une boisson légèrement pétillante aux fruits, à la frontière du soda et du jus de fruit (12% de fruits dans la composition de la boisson).

Fruité est préparée à base d’eau minérale de Saint-Galmier, la source Badoit. La marque s'était en effet associé avec Évian en 1960.
Le nom Evian figure sur l'étiquette (ci-contre à droite) mais disparait à partir de 1965, on peut juste y lire en plus petit "SA des eaux minérales d’Evian".
Les 3 premiers parfums sont orange, framboise et le fameux pomme-cassis qui a marqué beaucoup d'enfants comme moi j'en suis sûre, quel régal !


En 1966 Fruité se lance dans la pub avec un slogan un peu passe-partout et pas très rock'n roll : "quand on fait le marché, on achète du Fruité". On peut voir sur les visuels des enfants, des ménagères et leurs maris avec des bouteilles de Fruité dans les bras.



De nouveaux parfums sont créés : pamplemousse et framboise-raisin.
La boisson est désormais vendue en pack de 6 petites bouteilles et le nom "Evian" n’apparaît plus sur les packagings.




Ici deux pubs de 1967.
Détail insolite sur celle de gauche, on peut lire dans le texte "un moment de fraîcheur qu'on partage entre amis, nature ou avec deux doigts de gin sur des glaçons". Étonnant de parler d'alcool pour une boisson familiale !

 


2 jolies pubs de 1969 et 1971 



A partir de 1970, la marque communique sur l’énergie et la performance avec des pubs mettant en scène des enfants qui n'ont pas "des têtes à boire du raplapla" ! 
C'est à ce moment aussi qu’apparaît le fameux "Fruité c'est plus musclé !".



En 1977 est lancée une opération spéciale autour de la coupe du Monde de football en Argentine (1978). Contre quelques points on pouvait obtenir un fanion à accrocher sur lequel on pouvait coller des écussons autocollants représentant les pays participants. Des voyages en Argentine étaient également à gagner.



 



Platini et Hinault


De 1978 à 1980, Fruité veut se positionner encore plus fortement dans l’univers du sport et s’associe à deux grands noms, le footballeur Michel Platini et le cycliste Bernard Hinault, par l'intermédiaire de l'agence de pub Havas. Les deux athlètes prêtent leur image lors de la campagne télé.

Dans ce spot de 1980, 6 épreuves sportives sont disputées par les deux sportifs pour un jeu concours.

Le directeur délégué de l'agence de pub Havas, Alain de Pouzilhac, était fan de sport et de football en particulier. C'est lui qui a convaincu Michel Platini de participer au projet. Le joueur était alors à l'AS Nancy Lorraine.
D'ailleurs Fruité devient le sponsor-maillot du club lorrain.




Le spot ci-dessous, où on voit Platini à l'entrainement, a été tourné par Jacques Monnet (réalisateur de "Clara et les chics types" entre autres).
Le tournage a nécessité plusieurs prises, non pas que Platini ratait ses coup-francs, mais l’ambiance était à la rigolade sur le terrain. Alain de Pouzilhac estime que c’est ce coté spontané qui a fait la réussite de la pub.



C'est l'auteur-compositeur-interprète Adriano Cenlentano qui a écrit la musique originale autour du slogan culte "Fruité c'est plus musclé". Le titre s'appelle "Prisencólinensináinciúsol", il ne veut rien dire comme le reste des paroles de la chanson, comme l'explique l'auteur.

Platini et Hinault prêtent également leur image pour l’illustration d’un album collector avec des images autocollantes à décoller sur les étiquettes et packagings. Ce petit album a été distribué à 40 000 exemplaires.



Les traits dessinés de Hinault et Platini apparaissent sur les 16 images autocollantes.



L'étiquette de la bouteille d'un litre avec un des points à collectionner.


 

1983, la boisson est vendue en bouteille plastique et boite cartonnée. Un version sans bulle est créée ainsi qu'un nouveau parfum : orange-fruit de la passion.



1987, c'est le retour de "on n'a pas le tempérament à boire du raplapla" et de "Fruité c'est plus musclé" en version rock et rajeunie.

En 1992, la marque, qui avait été rachetée par groupe BSN (futur Danone), s’éteint.
Elle est acquise en 1994 par Philippe Meunier, le président des Vergers de Savoie, qui relance Fruité en 1995 avec des jus de fruits aux conditionnements originaux :
gourdes et briquettes avec des pailles intégrées.

C'est bête mais je pensais que le Fruité que j'avais connu n'existait plus, je n'avais même pas fait attention que cette marque qu'on voit en magasin était la même que celle que j'ai connue !

En 2000, la société Les vergers de Savoie devient Fruité.
En 2001, Fruité était le premier fabricant de jus de fruits français indépendant avant d'être racheté, ainsi que la marque Teisseire, par le groupe Britannique Britvic en 2010.

Dès ses débuts, Fruité a marqué les esprits avec des objets promotionnels : porte-clés, verres etc...
A gauche un verre Fruité que j'ai acheté lors de mes balades en vide-grenier il y a quelques années.


Repost 0
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 15:57
Si on évoque un chocolat aussi bon à manger que beau à regarder et qui offre en plus une grande image en cadeau, on pense immédiatement à Merveilles du Monde, le délicieux chocolat au lait avec des noisettes et des amandes pilées illustré de dessins d'animaux en relief. Qu'est-ce que c'était bon !
 
Quand on ouvrait le paquet il fallait choisir son animal préféré sur les 6 gros carrés avant de déguster : lion, singe, girafe, hippopotame, kangourou... La plaque était vite avalée !
 
J'étais persuadée que Merveilles du Monde avait disparu au début des années 90 mais j'ai découvert à mon grand étonnement que ce chocolat a cessé d'être fabriqué fin 2009 seulement. La raison invoquée par Nestlé pour justifier cet arrêt de production étant la trop faible demande pour le produit. J'ai du mal à croire que les enfants ne soient plus attirés par ce si bon et amusant chocolat !

Ci-dessous les deux packagings différents, celui des années 70-80 avec le lion et celui des années 90-2000 avec le tigre.

 
Je me souviens particulièrement bien de la pub télé qui commençait par des images d'animaux et leurs petits sur fond de rires d'enfants, on voyait ensuite une famille dans son salon avec une fillette à couettes et un petit garçon à lunettes déguisé en cow-boy qui imitait un lion et un singe en grimaçant. Sur l'image finale apparaissait un lion qui se lèchait les babines comme s'il avait lui-même goûté le chocolat.
 
Ce premier spot date de 1979 (avec plusieurs déclinaisons pour les images d'animaux).
S'il a beaucoup marqué les esprits c'est qu'il est resté sur nos écrans durant 6 ans, ce qui est extrêmement long en terme de diffusion pour une pub télé.
J'aime beaucoup la petite musique qui va avec.

Voici une parution issue d'un Picsou magazine de 1978.
Ce serait marrant de savoir si ce fameux Frederik Spada se souvient de ses 50 kilos de Merveilles du Monde gagnés ! Combien a-t'il mis de temps à les engloutir ?



 

1987, Nestlé uniformise sa communication avec le slogan "Nestlé c'est fort en chocolat". Ce sont les animaux qui s'expriment pour vanter les qualités de Merveilles du Monde, un peu à la manière de Patrick Bouchitey quelques années plus tard dans sa "Vie privée des animaux" (déclinée ensuite en pub pour Esso).
 
On peut voir sur l'image finale que les carrés de chocolat étaient également vendus en version individuelle sous forme de mini-sachets. Je ne m'en souvenais pas du tout.
1991, nouveau spot avec des animaux sauvages qui envahissent la chambre d'un petit garçon. Il me fait penser au film "Jumanji" qui est sorti au cinéma 4 ans plus tard.
Les images
 
Comme Poulain, Nestlé offrait des images avec son chocolat depuis de très nombreuses années. On trouve des traces des images et des albums "Merveilles du Monde" par Nestlé et Kohler dès les années 30.

 
Les grandes images cartonnées que nous connaissons bien ont été éditées pour la première fois en 1975.
Il y a eu officiellement 724 cartes différentes, mais en réalité on en dénombre plus de 1000, certaines images ayant été rééditées avec une photo ou un texte différents, certaines autres avec un texte ne correspondant pas à la photo au verso.

 
Derrière chaque carte se trouve un petit topo sur l'animal représenté, son mode de vie, son habitat, ses habitudes alimentaires etc... 

 
Voici une liste récapitulative des différentes séries issue du site non officiel Merveilles du Monde qui est particulièrement bien fait et qui m'a bien aidée pour cet article. Je tiens à féliciter Alex pour son excellent travail.
 
 
Les images 572 à 601 comportent 3 photos sur la même carte que l'on peut diviser.


 
Les 6 images sans numéro (en théorie ça devrait être les n° 695 à 700) ont la particularité de s'ouvrir en deux (la lucane, le dauphin, la tortue d'Hermann, l'ours brun, le saumon et le lynx).

Ci-dessous les 4 faces de la carte de la 
tortue d'Hermann :

 
 
Nestlé proposait de très jolies valisettes pour ranger les cartes. Il y en a eu 4 différentes à ma connaissance.
 
Deux en métal :

 
Deux en plastique :

 
 
Il y a eu également des classeurs dans lesquelles on pouvait classer les images :
 
 
Nestlé offrait parfois en cadeau à l'intérieur de ses plaques de chocolat des animaux en carton à monter soi-même, des posters (8 différents de 49 x 58 cm) et des posters-jeux. Il y  avait aussi des jeux pour gagner des peluches avec WWF.



A noter qu'il existe un pin's Merveilles du Monde, je ne l'ai pas malheureusement.
 
 
 
Merci au blog http://beauthimdm.canalblog.com/ pour les infos sur les images et les photos et au site non officiel Merveilles du Monde.
 
Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 01:18

Pour moi la Roche aux Fées rime avec souvenirs doux et sucrés. Quand j'étais petite, j'imaginais que c'étaient des fées qui créaient de délicieux desserts pour les enfants. Je croyais aussi dur comme fer que les crèmes et les mousses au chocolat étaient fabriquées comme dans les publicités à la télévision : en donnant du chocolat aux vaches ! On est naïf quand on est petit et on croit tout ce qu'on nous raconte, des clients parfaits pour les publicitaires.



La marque

Elle a été créée en 1935 par Pierre et Marie Saulais. Son nom vient d'un site mégalithique du même nom (un dolmen en forme de couloir) situé en Ille-et-Vilaine
près de Rennes dans la commune d'Essé.

La Roche aux Fées était la première marque sur le secteur des produits laitiers en France dans les années 60, elle avait une très forte renommée.

Ci-contre 2 pots de yaourt des annees 70 en carton paraffiné (dont l'un était distribué par Vitho).

Elle fut cédée en 1965 par ses fondateurs à Unilever, la multinationale anglo-néerlandaise. Elle a fusionné avec Chambourcy ("oh oui !") en 1988 et a disparu des rayons frais des supermarchés en 1989. Chambourcy a elle-même été avalée par le groupe Nestlé en 1996.

Lors de ce rachat, La Roche aux Fées et Chambourcy ne disparurent pas complètement. Elles restèrent inutilisées jusqu'en 1999, date à laquelle une société bordelaise (CBSA) racheta ces deux marques à Nestlé. Elles réapparurent dans les étalages (avec les Marron'suis notamment). Cependant, Nestlé ayant imposé à CBSA des clauses de non-concurrence très strictes sur les deux marques, l'entreprise fit faillite en 2002.

J'ai appris dernièrement que la société Agrial voulait relancer La Roche aux fées en 2015, je ne sais pas si ça se fera, pas facile de s'imposer face à Danone et Yoplait, même si la marque jouit d'une grande renommée auprès des plus de 40 ans.


Les produits

J'aimais beaucoup les desserts de La Roche aux Fées. Déjà je trouvais que la marque avait un très joli nom et aussi un mignon logo bleu avec les deux petites fées. Et
surtout j'adorais les spots à la télé, ils mêlaient magie et gourmandise. J'aimais particulièrement la façon dont ils commençaient, comme dans un conte : "Au pays de la Roche aux fées..."

En préparant cet article j'ai découvert une jolie publicité sous forme de dessin animé noir et blanc datant de 1970, je ne l'avais jamais vue.
On y apprend que les deux petites fées s'appellent Sérieuse et Gourmande et qu'elles vont chaque matin au torrent de lait de la Roche aux Fées. A l'aide de leur baguette magique, elles transforment ce bon lait en trésors de dessert :

Voici ce que la Roche aux Fées produisait comme produits laitiers : crème fraîche, yaourts natures, yaourts aux fruits, yaourts aromatisés aux fruits pour enfants (Yoco), yaourts allégés (Fée ligne), fromages blancs (P'tit blanc et Velours), fromages blancs sur lit de fruits (Fée délice), crèmes desserts, flan vanille et chocolat (Créola), mousses au chocolat (Fée mousse), coupes de crème à glacer (Fée glacée), crèmes caramel (Orly), crèmes liégeoises (Fée liégeoise) et gâteaux de riz. J'en oublie sans doute.



Pour info, lorsque la marque fusionna avec Chambourcy en 1988, les Yoco et les Créola furent conservés, on a donc pu trouver dans les rayons des Yoco et Créola de marque Chambourcy.
En haut les produits de la Roche aux Fées, en bas ceux de Chambourcy. 




Voici un grand assortiment de desserts sous forme de pubs. Régalez-vous !

Fées glacées

Les Fées glacées étaient des des coupes de crème à glacer parfumées au chocolat, à la fraise ou au café. On trouvait le même principe chez Danino de Danone à la même époque (j'ai consacré un sujet entier à Danino, c'est à voir ICI).
Voici une pub de 1971 pour les Fées glacées avec une petite comptine des enfants :

Fée ligne

Dès 1973 est apparu Fée ligne, un yaourt sans matière grasse. Je ne pensais pas que les produits allégés étaient déjà présents dans les rayonnages à cette époque.

Ceci dit ça parait logique, les Fées aussi veulent pouvoir continuer à rentrer dans leur robe !

Fée délice

Les yaourts sur lit de fruit, pub télé de 1971 à voir ICI.
Une très jolie pub magazine du début 70's également :



 

J'adore le joli conte sur la naissance du dessert, ça me rappelle avec émotion les belles histoires que me racontait ma grand-mère quand je faisais quatre-heures en revenant de l'école ! 




Fées liégeoises

Ce sont des crèmes liégeoises au café, chocolat et marrons. Appelées Fées mousse en 1974, elles se sont appelées Fée liégoise par la suite. Voici une pub de 1980 :

Une pub magazine :


Les yaourts (Yoghourt) natures et aux fruits

Voici 2 jolies pubs de 1976 où on voit que ce sont bien les fées qui fabriquent les délicieux desserts. Dans la 1ère, elles sont 3 comme dans "La Belle au bois dormant" :

Une pub beaucoup plus 80's pour les yaourts aux fruits :

Les fromages blancs (P'tits Blancs et Velours)


P'tits Blancs, le fromage qu'on ne partage pas, avec un clin d'oeil à la Cage aux Folles dans cette pub de 1983 :

Plus tard les fromages blancs nature ou aux fruits se sont appelés Velours.
Voici la pub de 1986 avec une esthétique typiquement du milieu des années 80, images graphiques, chic et glamour, sons de synthé plus modernes :

Yoco

Yoco, les yaourts aromatisés aux fruits, ils sont apparus en 1983. Auparavant ces yaourts pour enfants ne portaient pas de nom :


 

Un spot de 1983 avec le fameux "mangeons les doucement, ça dure plus longtemps" et avec le slogan "une idée fraîche, la Roche aux Fées" :

Crème dessert et mousse au chocolat

Au pays de la Roche aux Fées, quand on a envie de crème au chocolat, on va voir son amie la vache, on lui donne du chocolat et après un long moment... on obtient de la crème dessert au chocolat ! La pub de 1979 :

Et pour obtenir de la mousse au chocolat, il faut lui mettre quelques carrés de chocolat devant elle et elle fabrique de la mousse en soufflant dessus, magique et vachement bon !

Ces 2 dernières pubs m'ont énormément marquées quand j'étais petite. J'avais 9 ans en 1979, sans doute le même âge que la petite-fille qu'on voit dans le spot ci-dessous et en plus j'ai toujours adoré le chocolat !

Petite parenthèse sur les vaches de La Roche aux Fées : elles sont vraiment très performantes, elles battent elles-mêmes leur lait en secouant leurs pis pour faire du bon fromage blanc battu !
La pub télé de 1978 :

Pour en revenir à la crème dessert au chocolat, elle s'est appelée apparemment Félicie à partir de 1986, je n'en ai aucun souvenir, voici la pub télé :

Créola

Crèmes gélifiées au lait entier au chocolat et à la vanille. Elles sont apparues dès 1972, une pub ICI. Une autre pub de 1976 ICI.

Une pub magazine avec de nouveau un joli conte sur la Reine Créola et son pays lointain et si gourmand, "une histoire à manger à la petite cuillère" :




La pub télé de 1978 :

Et la plus connue, celle de 1985 avec sa chansonnette qui reste bien en tête où Colette, Babeth, Rosette demande de l'aide à Roger pour retrouver le coeur en fête :

Les cadeaux de la Roche aux Fées


Il y avait aussi une raison particulière pour laquelle j'aimais particulièrement cette marque : elle offrait souvent de jolis petits cadeaux.

Il y a eu notamment de nombreuses petites figurines en plastique. Elles sont apparus dans les années 70 : la ferme, le cirque, les clowns, les cowboys, les animaux de la prairie, Blanche-Neige, Bambi et Lucky Luke (les figurines étaient identiques à ceux de Bonux, Omo et Stenval).




Il y a également eu en 1972 des sujets en carton à découper dans les emballages, par exemple ici on peut voir les pubs magazines pour une série de 35 sujets sur le thème des chevaliers. On pouvait glisser le pot de yaourt dans la figurine découpée. Et on avait une paille sous la maison, on pouvait donner une lance à son chevalier !



Je n'ai pas connu ces sujets cartonnés, j'étais trop petite, je pense qu'elles datent du tout début des années 70. Moi j'ai surtout été marquée par les célèbres images "Magic" qui sont apparues sur les paquets à partir de 1975. Je leur ai consacré un dossier complet ICI.

Une Citroën Méhari avait participé à la caravane publicitaire du Tour de France avec un pot de yaourt géant à l'arrière, c'était en 1979. Norev en a fabriqué une réplique miniature au 1/43ème. Je l'achèterai un jour, on peut la trouver sans trop de difficulté.




Merci au livre "50 Marques Françaises, histoire et objets publicitaires" de Francis Elzingre.

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 16:11


Après les chewing-gums, les glaces et les barres au chocolat, j'ai envie aujourd'hui de parler des sucettes et autres bonbons à suçoter qu'on appréciait énormément quand on était mômes. Certains ont malheureusement disparu mais beaucoup d'autres existent encore, on peut les trouver dans certains magasins de bonbons et surtout sur le net.

Si jusqu'aux années 70 il n'y avait pas beaucoup d'originalité dans les formes (rondes ou pointues, le choix se limitait à ça), avec les années 80 sont arrivées de nombreuses formes originales et rigolotes.
Voici de quoi rappeler de savoureux souvenirs  à tous les gourmands nostalgiques !
 
Quand on évoque les sucettes, on se doit de parler tout d'abord des plus anciennes : les éternelles Pierrot Gourmand. Elles ont été créées par Evrard et Herbert, deux confiseurs parisiens. Ce sont les inventeurs de la première vraie sucette, ils en ont déposé le brevet en 1924. Il s'agissait de sucre d’orge parfumé et coloré en forme de fer de lance planté sur un bâtonnet de bois (pour l'anecdote, à l'origine le petit bâton était en rotin de Madagascar). Ce système permettant de savourer la confiserie sans se salir les doigts.

La sucette a pris ensuite le nom de Pégé (P.G.), d’après les initiales de la marque. La vraie Pégé est au caramel, mais elle existe aussi parfumée aux fruits. 
L'entreprise est célèbre pour son présentoir, une tête de Pierrot qui est encore utilisée de nos jours. Elle a été aussi l'une des premières à envelopper ses bonbons dans du papier imprimé. Pierrot gourmand vend cent quarante millions de sucettes chaque année.

Ci-dessous à droite une photo de moi bébé dans mon landeau avec une sucette Pierrot Gourmand au caramel dans la bouche.

 
La pie qui chante fabriquait aussi des sucettes de la même forme, elles s'appelaient les Pirouettes.


 

Il y a aussi bien sûr Chupa Chups, l'incontournable reine des sucettes qui a été inventée en Espagne en 1958 et qui est arrivée en France en 1964. Son logo si caractéristique a été créé par Salvador Dali en 1969. J'ai consacré un article entier aux célèbres sucettes ICI.
 


 
La pub télé de 1981 :
Mes sucettes préférées (et qui ont marqué nombre d'entre nous j'en suis sûre) étaient les sucettes-sifflets. Il y en avait de deux sortes : celles à sifflet fixe qui s'appelaient Music Pops (Whistling Pops en anglais) qui sont arrivées au tout début des années 80 et celles avec un sifflet à coulisse, les Melody Pops, qui sont apparues en 1985. Ces dernières étaient très rigolotes car elles permettaient de moduler le son grâce au mini piston. Cet effet de son s'appelle le glissando, il est souvent utilisé dans les dessins animés quand on voit un personnage se casser la figure. 


 
Je me souviens que j'hésitais toujours à croquer le haut de la sucette (qui était plus fin) parce que j'étais gourmande mais que ça détruisait ensuite tout espoir de sortir un son du sifflet !
Je me souviens bien de cette image :


 
Une pub télé de 1981 pour les Music Pops :
Et une de 1985 pour les Melody Pops :
J'aimais beaucoup également les sucettes Apollo de chez Lutti, je m'en rappelle très bien. Elles étaient en forme de roue avec un trou au milieu dans lequel il était très marrant de glisser la langue. Il y avait régulièrement la pub ci-dessous dans Pif Gadget et Mickey Magazine, je faisais également comme le petit garçon, je regardais à travers le trou !



Il y avait aussi les sucettes avec un coeur de chewing-gum, les Gum Chups. Je me souviens que c'était une vraie révolution cette friandise deux-en-un à l'époque ! 
Chupa Chups en a fabriqué également, elles s'appelait "Fantasy Ball", je n'en ai aucun souvenir pour ma part.
 
 

Du côté des sucettes au chocolat, il y en a deux qui m'ont particulièrement marquée. Il y avait celle en forme de parapluie avec un papier métallisé de différentes couleurs (confiserie Abtey), on la trouve encore de nos jours au moment de Noël car on peut l'accrocher dans le sapin.
 


Et je me souviens d'une autre sucette qui s'appelait Chupetta, elle était en forme de trapèze allongé et elle comportait des petites rainures verticales. Dans mon souvenir le papier métallisé était à rayures.
En faisant des recherches pour préparer ce sujet, je suis tombée sur une image de Karine/Casa qui a lancé une recherche sur son blog pour les retrouver et en a proposé un dessin, ci-dessous à droite. A gauche une photo d'une Chupeta issue du livre "Les bonbecs".
Dans mon souvenir, les sucettes au chocolat étaient assez écœurantes, se rapprochant un peu du goût des chocolats "Les Pyrénéens" de Lindt.
 


 
Les sucettes poudre "Lollie" (dites rafraichissantes) aux couleurs pastelles, étaient de la même composition que les colliers bonbons à croquer. Elles se dégustaient rapidement contrairement aux autres sucettes en sucre cuit. Elles se laissaient croquer facilement et la poudre fondaient ensuite dans la bouche. Je me souviens surtout combien le bâtonnet devenait mou dans la bouche à la fin ! 


 
Et puis il y avait Fresquito de chez Fiesta, "Le doigt qui pétille", une sucette à la fraise en forme de pouce qu'il fallait tremper dans une poudre acidulée. C'était bon, original et très rigolo. Ces sucettes sont apparus en 1984.



Les sucettes cerises allaient toujours par deux dans leur sachet, elles étaient jolies et avaient bon goût. On les léchait une par une ou les deux en même temps à tour de rôle.


Les filles adoraient faire semblant de se maquiller avec le bonbon rouge à lèvre. J'adorais son goût très particulier. Pour les garçons, il y avait la version sifflet, que les filles appréciaient aussi bien sûr. C'était la seule sucette qu'on pouvait refermer pour la déguster plus tard, c'était vraiment pratique. 


 
Le sucre coloré des célèbres Roudoudou (que Renaud évoque dans "Mistral gagnant") était coulé dans une petite coquille en plastique en forme de coquillage (auparavant dans de véritables coquillages de praires). C'était joli comme bonbon mais il faut reconnaitre que c'était assez difficile à déguster, on finissait toujours avec les doigts bien collants !


 

Je n'ai jamais vraiment aimé les sucettes rondes et plates avec des dessins de fruits ou de fleurs au centre. Elles étaient belles mais je n'appréciais pas leur texture. Par contre j'étais intriguée par leur dessin central qui était apparemment teinté dans la masse et non imprimé à la surface. Je me suis souvent demandée comment elles étaient fabriquées, avant de comprendre bien plus tard qu'elles étaient faites à partir d'un long boudin de couleur blanche enrobant plusieurs petits boudins colorés, on en coupait ensuite des petits tronçons. Le motif était donc toujours identique sur toute la longueur.
Un exemple avec de la pâte Fimo à droite.


 
Il y avait aussi en vrac les totoches, les sucettes coeur, les cônes glacé avec poudre acidulée à l'intérieur, les sucettes de fête foraine qu'on n'arrivait jamais à finir mais qui faisait toujours diablement envie à croquer (tortillons et spirales) ! Et aussi les sucres d'orge, dont ceux de noël à rayures en forme de canne.

 
Pif a eu une sucette à son effigie. Elle était fabriquée par l'entreprise "Brabo Confiserie" (merci au site pif-collection).
 
Finissons avec quelques images de sucettes avec des célèbrités.
La plus connue bien entendu c'est Kojak (alias Telly Savalas) qui a quand même réussi le fabuleux exploit de rendre la sucette virile ! 
La marque Fiesta fabrique d'ailleurs une sucette chewing-gum Kojak avec un sachet en forme de cible.



 
Les Spice Girls ont eu leurs propres sucettes en 1994 (Chupa Chups)

 

La sucette jouent les vedettes !



Enfin pour terminer, difficile de parler sucette et musique sans évoquer France Gall et ses sucettes à l'anis. "Les sucettes" a été écrite en 1966 par Serge Gainsbourg, elle a la particularité d'avoir deux niveaux de lecture. France Gall ignorait totalement le double sens à l'époque.



Le réalisateur Jean-Christophe Averty, lui, avait bien capté ce double-sens, et dans l'émission "Au risque de vous plaire" en 1966, il ne montre que des (grosses) sucettes de forme allongée sur le plateau autour de France Gall et on peut y voir des femmes sucer les confiseries avec des regards aguicheurs !
Repost 0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 23:01
Quand j'étais petite on appelait les biscuits BN des Chocos et ils étaient vendus en chapelets. Il y avait pas mal d'autres produits vendus sous cette forme dans les années 70-80, je repense notamment aux  jolis chapelets de bonbons acidulés qui étaient suspendus sur des tourniquets en boulangerie, ou les chapelets multicolores de berlingots de shampooing Dop.
 
J'aimais beaucoup ces ribambelles de Chocos, c'était vraiment pratique comme emballage même si ce n'était pas vraiment facile à ranger (ça se cassait un peu la figure dans les placards) et même si c'était parfois compliqué de les séparer. Il arrivait qu'on déchire de travers et qu'on ouvre malencontreusement deux paquets à la fois au lieu d'un seul, ce qui fait qu'on était obligé d'en manger deux... rhalala, vraiment pas d'bol ! ^^
Je me souviens de l'application qu'il fallait pour déchirer bien droit entre deux biscuits emballés (en sortant le bout de la langue, ça aide !). Avec le recul, je me dis qu'on aurait très bien pu découper proprement avec des ciseaux. Mais c'est comme avec les berlingots de lait sucré Nestlé, c'était plus rapide de faire avec les mains et les dents !

 

Un peu d'histoire

La Biscuiterie nantaise (fondée en 1896 à Nantes) lance en 1922 le fameux Casse-Croûte BN, un biscuit simple et économique qui devient l’emblème de la marque.
Le Choco-BN quant à lui est né en 1933 sur une idée toute simple : tartiner un Casse-Croûte d’une couche de chocolat puis poser un autre biscuit dessus comme un sandwich. Il fut appelé Choco Cas’Croûte.

Resté en suspend pendant la guerre (où on préférait des biscuits plus économiques et plus nutritifs), il connut son heure de gloire à partir de 1952 en étant rebaptisé Choco BN : "le goûter complet, le goûter tout prêt".






A partir de 1964, les goûters se diversifient avec de nouveaux parfums. Le BN fourré à la confiture de fraise est le premier à faire son apparition, suivi de l’abricot en 1966, de la cerise et du cassis en 1968 puis de la framboise en 1969. Quant au fourrage vanille, on en trouve la trace en 1972.

C'est aussi dans les années 60 que la marque innove en terme de packaging. Les chapelets de 6 biscuits en portion unique apparaissent en 1963. D'abord dans les épiceries sur des présentoirs spéciaux (comme on peut le voir à droite) puis en grande surface dans les années 70.

Ci-dessous un extrait de dépliant publicitaire où on voit le chapelet et son présentoir en forme d'antenne.

 



Sur la belle publicité colorée de 1972 ci-dessous, les chapelets sont appelés "accordéons".
 



C'est en 1965 qu'est apparu le paquet vertical familial de 16 chocos dont on a tous connu le packaging. Je me souviens parfaitement bien des portraits des enfants, on a le temps de bien les observer en dégustant ses biscuits ! Qu'ont-ils pu devenir ? 



Les "16 Choco BN" sont devenus "16 Goûters BN" en 1977, "16 BN" en 1978, "BN 16 Goûters fourrés" en 1986 (aujourd'hui c'est juste "BN" avec toujours 16 biscuits dans le paquet).

Le cultissime slogan et sa ritournelle "il est 4h, à la bonne heure, sortez des placards les quatre-heures… ", écrit par Richard Gotainer, débarque en 1978 dans la pub télé "L’horloge" (pour info BN était présent à la télé depuis 1972).
A chaque fois que je vois cette pub, je m'interroge sur le fameux "nous avons faim comme des baleines". La rime avec BN est tout de même très hasardeuse, est-ce que les baleines aiment autant les biscuits au chocolat que ça ?... ceci dit est-ce que ça aurait mieux avec "hyènes" ? Pas sûr ! ^^

Mes deux pubs préférées datent de 1980, on y voit des enfants manger un BN et en donner un à leur sac (de classe et de sport) qui prend vie et mange le biscuit. Vraiment mignons et inoubliables ces spots, j'adore !

Les ventes de biscuits doublent entre 1968 et 1980, les Goûters Fourrés BN occupent plus de 50% du marché national.

En 1984, la biscuiterie offrait des albums pour y coller des images Lucky Luke qu'on trouvait sur les paquets de BN et de casse-croûte :

 

 
Cette même année le paquet évolue, on ne voit plus de photos d'enfants dégustant les biscuits mais un dessin. 

En 1986, de nouveaux goûts apparaissent encore : chocolat au lait, chocolat-noix de coco et chocolat-noisette.




Ici deux pubs de 1984 issues du blog "Rétroblogpub" :



En 1988, Etienne Chatiliez réalise une pub très drôle où on voit des mamans retourner à l’école pour vivre une journée de leur enfant : "Maintenant que je sais la vie que tu mènes, je te promets, j’oublierai plus tes BN".
La petite BN Box en plastique rigide, permettant d'emmener deux biscuits partout sans les écraser dans sa poche ou dans son sac, est apparue en 1986, elle était offerte avec les paquets de biscuits. Il y avait une pince à l'arrière qui permettait de l'accrocher à la ceinture.
Cliquer sur la photo ci-contre pour voir une petite vidéo démo de mon ami Eko du blog Paperjouets.


En 1992, suite à son déclin face à la concurrence, la marque réussit à donner une seconde jeunesse à son biscuit emblématique en lui créant deux yeux et un sourire. Le biscuit abandonne également sa forme carrée pour avoir des sortes d'oreilles aux 4 coins.
Les mini BN quant à eux apparaissent en 1993 pour répondre à la mode du
snacking et cibler les jeunes adultes, mais finalement ce sont les jeunes enfants qui en sont les plus gros consommateurs.
 
Malgré toutes ces nouveautés, BN n'est plus le premier sur le marché, la marque se trouve confrontée à la concurrence des Prince de LU et aux marques des distributeurs.
 
Il parait qu'avec ce nouveau look de smiley, les enfants ne séparent plus les deux biscuits pour manger le chocolat mais qu'ils croquent les coins/oreilles en premier. 

Au fait, il parait que cette technique qui consiste à séparer les deux biscuits pour lècher le chocolat, 
comme on l'a tous fait quand on était petits, s'appelle le "twist", on en apprend tous les jours !



Merci au site officiel BN, à Prodimarques et 
à Delcampe.
Repost 0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:25
Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Oui je l'avoue sans aucune honte, j'ai un énorme faible pour le chocolat. Et si en plus on y ajoute des noisettes, du caramel, de la gaufrette ou toutes autres petites douceurs dans le même style, alors là je fonds complètement !

On a eu la chance d'avoir un grand choix de barres chocolatées dans les années 70 et 80 mais beaucoup ont malheureusement disparu depuis. Voici celles dont je me souviens ou qui m'ont marquées, que j'ai pu goûter ou dont j'ai vu les publicités à l'époque.

Tout d'abord YES, la délicieuse barre fondante et moëlleuse au chocolat de chez Nestlé, commercialisée en 1983 et disparue des rayonnages à la fin des années 90. On peut encore l'acheter sur certains sites internet.
J'ai écrit un sujet complet sur YES, à lire ICI.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Les Raider, du groupe Mars, à base de biscuits recouverts de caramel et enrobés de chocolat au lait. Ils ont changé de nom en 1991 et sont devenus les Twix.
Cliquer ICI pour en connaitre l'histoire et savoir pourquoi ils ont changé de nom dans l'article que je lui ai consacré.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

La barre 3 Mousquetaires en forme de tresse était au caramel fondant enrobé de chocolat. Elle a été créée en 1970 au Royaume-Uni. On peut encore la trouver de nos jours sous le nom Curly Wurly en magasin spécialisé.
Cliquer
ICI pour lire le sujet complet que je lui ai consacrée.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Il y avait aussi la barre Banjo, du groupe Mars, (apparue en 1979). Elle était au chocolat, avec de la gaufrette et des cacahuètes.
Une variété aux noisettes est apparue par la suite, c'est la plus connue.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

2 publicités télé de 1982 :

La barre Topset, de Suchard, est apparue en 1971. Elle était composée de riz soufflé et de caramel et était enrobée de chocolat. "La barre des costauds" comme le disaient les pubs.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile
Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Ici une pub télé de 1981 avec Patrick Bruel, il avait 22 ans :


La barre Kriffy, de Côte d'or, (créé en 1970). Une barre de chocolat au lait fourrée riz et caramel.

Je n'en ai jamais goûté mais je me souviens particulièrement des pubs magazines avec l'éléphant.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Chez Côte d'or, il y a eu aussi les Nougatti et les Zouki, je n'ai aucun souvenir de ce dernier.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Chez l'Alsacienne, il y a eu les Western, des barres de gaufrettes fourrées chocolat-caramel et recouvertes de chocolat, dans le style des barres Raider.

Sur la pub de 1983 ci-dessous on voit également la barre Euréka et le gâteau Choco-prince.

Les barres au chocolat disparues des années 70-80 par Nath-Didile

Il y avait ausi la barre Cha-Cha, de Parein (Tuc), qui était une gaufrette nappée de caramel enrobée de chocolat.
On peut encore la trouver chez certains buralistes apparemment, tout comme les Nougatti mais pas en grande surface.

Chez Cadbury, il y avait PicNic, une barre au chocolat avec de la gaufrette, du caramel, des cacahuètes et des raisins secs.

Quant à Nussini (chocolat, gaufrette, éclats de noisettes) et Lila Pause (chocolat, praliné, riz soufflé), toutes les deux de chez Milka, elles ont certes disparu des rayonnages mais on peut encore en trouver sur certains sites internet.
 



Les deux pubs télé de 1987 pour Nussini avec Antoine de Caunes sont bien rigolotes :

Début 1992 chez Nestlé, il y avait la barre Inca qui se déclinait en plusieurs saveurs (chocolat noir, au lait, blanc). Elle a semble-til disparu à la fin des années 90.

On nage en plein dans l'univers des "Mystérieuses Cités d'or" avec cette publicité de 1994 :

Chez Menier, il y avait Les petits Craks, des barres de chocolat au lait, je me souviens bien du visuel de la boîte. Il y avait des paquets de 24 ou 48 barres. 
 

 

Les pubs magazines étaient constituées de petite BD sur une page dans nos magazines préférés :




La pub télé de 1983 :

Repost 0

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 990 000 visites depuis sa création le 17 aout 2011


163 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 25 mars 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance

 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)