Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 21:51
Je suis retournée dans le village de mes grands-parents il y a quelques mois pour une occasion bien triste, l'enterrement de ma grand-mère, la dernière de mes quatre grand-parents. C'était une grande page qui se tournait...

En faisant le tour de leur ancienne maison qui a été vendue il y a quelques années déjà, j'ai essayé de voir si mon sapin Pif existait toujours dans le jardin, si on ne l'avait pas coupé. A mon grand soulagement, j'ai pu constater qu'il était toujours bien là, même s'il avait perdu quelques branches à cause de la tempête de décembre 1999 qui a été très violente dans ce coin de la Charente.
 
J'avais 12 ans quand j'ai eu la petite branche de sapin dans le numéro 714 de Pif-Gadget, c'était en décembre 1982, un joli cadeau de noël avant l'heure.
Ci-contre on peut voir la couverture du Pif dans lequel j'ai eu la pousse (enfin plutôt la seconde couverture car à cette époque-là le magazine avait une couverture différente au recto et au verso).

J'avais la chance d'avoir Pif toutes les semaines depuis mes 6-7 ans et j'attendais toujours le gadget avec beaucoup d'impatience, d'autant plus qu'il était annoncé la semaine précédente sur la dernière page du magazine, ce qui fait que la plupart du temps j'étais vraiment fébrile le mardi en ouvrant le blister pour trouver le gadget prévu !
 
On avait planté la brindille avec mon grand-père maternel dans un pot en terre cuite afin qu'elle puisse pousser, mais je l'avoue je n'y croyais pas vraiment. Et pourtant ! Quand le mini-sapin est devenu trop grand pour tenir dans le pot, on a décidé de le replanter en pleine terre mais cette fois chez mes grands-parents paternels à la campagne à 25 kilomètres de là car ils avaient plus de place chez eux. Il y avait en effet déjà sur leur propriété de nombreux sapins car mon grand-père était menuisier et il avait planté ces arbres afin de produire du bois pour en faire des meubles et des charpentes. On n'avait pas voulu mettre mon sapin Pif à coté des autres dans la sapinière où il aurait été insignifiant, non ! Lui avait l'honneur de trôner au milieu du jardin potager ce qui fait que je pouvais le voir facilement à chaque fois que je m'y rendais.
 
Je l'ai regardé grandir à chaque vacances passées chez eux, devenir de plus en plus grand et vigoureux et finir par me dépasser allègrement pour ne plus s'arrêter ! Incroyable que cette brindille de rien du tout, à peine 9 ou 10 cm, soit devenu un géant !
Donc c'est avec un grand bonheur que j'ai pu constater qu'il était toujours au même endroit en retournant dans le village de mes grands-parents. J'ai même eu du mal à le reconnaitre, je ne l'avais pas vu depuis longtemps, il atteint plus de 10 mètres de haut aujourd'hui ! 
C'est pour moi un symbole du temps passé, un symbole de mon enfance qui me rappelle de bons souvenirs chez mes grands-parents. J'espère qu'il restera encore longtemps debout et qu'il aura une longue vie. 32 ans c'est encore très jeune pour un sapin !
Ci-dessus à droite une petite branche prise sur mon sapin Pif que j'ai ramenée chez moi en souvenir. La brindille n'était pas plus grande que ça dans le magazine.

Voici donc une image de mon arbre, il est un peu "déplumé" avec ses branches en moins sur le tronc mais il est toujours là !


 
 
La saga des sapins Pif
 
Ce n'était pas la première fois que Pif offrait un sapin dans son magazine. En effet, dans le Pif-Gadget n°347 du 18 octobre 1975, l'hebdomadaire innovait en offrant pour la première fois de son histoire un plant de sapin "Picea Abies" et en titrant sur la couverture "Attention, dans deux ans, ce sapin sera plus grand que toi !". On y voyait l'arbre en dessin transpercer le toit d'une maison.



C'était un gros défi que s'était lancé Pif d'offrir un végétal vivant dans son magazine. Cette opération a demandé un énorme travail en amont pour trouver les plants afin de les offrir à ses petits lecteurs. 615 000 pousses ont ainsi été commandées auprès de la société "Sergaflor", basée en Hollande. Les petites boutures ont ensuite été conditionnées en France dans un sachet plastique où on voit Pif avec le pouce levé.
360 000 exemplaires ont été vendus.

L'opération sapin a été renouvelée en décembre 1982, c'est celui que j'ai eu, puis en décembre
 1987 avec le n°974 et début 1992 avec le n°1181. Il est apparu une dernière fois dans le numéro 2 de "Pif Découverte" de novembre 1993.
 
Il y a donc des milliers de sapins Pif de différentes générations plantés un peu partout sur notre territoire, c'est vraiment marrant d'y penser !

Ces numéros ont connu un énorme succès à chaque parution. Presque autant que ceux avec les pifises, qui étaient des artémias (sortes de mini crustacés) et les pois sauteurs du Mexique qui étaient des larves qui s'agitaient dans des graines.

Ci-dessous les Pif de 1987, 1992 et 1993 :



 
Voici les explications qui étaient données dans le mode d'emploi du gadget-sapin (issu du Pif n°347) avec de très belles illustrations par Luguy (l'auteur de "Sylvio" que j'aimais beaucoup) :

1) Après l'avoir sorti de son sac, fais un trou dans la terre... Puis, poses-y les racines avec leur terre !
2) Plante ton sapin dans un pot rempli de terreau ou dans ton jardin.
3) Après, c'est très important, recouvre les racines jusqu'aux premières branches.
4) Soutiens ton sapin à l'aide d'un tuteur. Arrose-le tous les jours et tu pourras le garder pendant trois ans sur ta fenêtre.
5) Ensuite, tu pourras le planter en pleine terre et le voir grandir de 80 cm tous les ans pour atteindre une hauteur de 30 à 40 m (10 étages).




 
Le petit garçon blond qu'on voit en photo dans cette double-page s'appelle Eric, c'était un petit voisin de la journaliste-pigiste qui a écrit le sujet, Annette Schreiber qui habite dans l’Essonne.



Le sapin a été planté chez elle et il y est toujours. Voici une photo d'Eric devenu grand, 36 ans plus tard, avec le sapin qu'il avait planté chez la journaliste, c'est le premier de tous les sapins Pif ! 




La communauté du sapin Pif

Joël Fauré, ancien lecteur de Pif et fonctionnaire au tribunal de grande instance de Toulouse, a créé un blog pour retrouver tous les sapins plantés par les
enfants dans les années 70 et 80.
En 2011, 36 ans après la mise en terre de son propre petit sapin, il avait lancé un avis de recherche dans la presse, un "appel de la forêt" comme il l'a appelé, lui permettant de retrouver plus de 180 arbres à travers la France, mais aussi à l'étranger et de recueillir des témoignages très touchants.
Il dit vouloir "établir une sorte de "sapineraie" du coeur, du souvenir et de la mémoire". C'est une magnifique démarche qui ne peut que me plaire.

Je lui enverrai un lien vers mon article, ça lui fera sans doute plaisir.

Voici le lien vers son "appel de la forêt" de 2011 sur son blog :

http://pifgadget.blogs.liberation.fr/blog/2011/09/index.html



 
Merci au site Pif Collection pour les divers renseignements :
http://www.pif-collection.com/
 
_______________________________________________________________________________________

EDITION DE L'ARTICLE (décembre 2015)
 

2 décembre 2015, le 2ème numéro du nouveau Pif est paru avec une belle double page sur les sapins Pif : les Sapifs.

Il y a de ça deux mois, Frédéric Gargaud, le concepteur éditorial du nouveau Pif, m'a contactée par l'intermédiaire du blog en m'écrivant un très gentil message : "Pour le 2ème numéro du magazine Pif, proximité de Noël aidant, nous souhaitons faire une double page sur ce que sont devenus les anciens sapins Pif, et bien sûr les histoires qui ont germé avec. En furetant sur Internet, je suis tombé sur votre blog et j'ai lu avec beaucoup d'émotion votre article sur votre propre sapin Pif. J’aurais du coup beaucoup aimé partager cette histoire avec nos jeunes lecteurs."

C'est ainsi que j'ai pu discuter avec lui au téléphone dès le lendemain en évoquant mes souvenirs de cette fameuse brindille trouvée dans mon magazine préféré en décembre 1982, il y a 33 ans ! Je lui ai envoyé la photo de mon sapin et il a composé un petit texte pour l'accompagner.

Je suis extrèmement fière et touchée d'avoir pu participer à ce nouveau Pif, quelle belle surprise ! 

Des graines sont offertes dans ce numéro, peut-être retrouvera-t'on donc de grands sapins comme le mien dans 20 ou 30 ans !

 

Voici ce que donne la double page dans ce Pif de décembre 2015 :
 


Et un gros plan sur mon sapin :

 

Repost 0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 01:07

Noël 70-80'sA l'approche des fêtes de fin d'année, j'avais envie de partager avec vous mes souvenirs de décorations de Noël de la fin de années 70 et du début des années 80. Ces images aux couleurs chatoyantes me replongent avec délice dans la magie de mes Noëls d'enfance.


Quand j'étais petite, nous fêtions Noël tous les ans avec ma maman chez mes grands-parents. Mon grand-père allait lui-même couper un sapin dans les bois que ma famille possèdait à la campagne. Quand il y allait, je ne tenais plus en place en l'attendant, le temps me paraissait infiniment long ! Je me revois encore faisant les cent pas puis le nez collé à la fenêtre de la maison, guêtant fébrilement l'arrivée de la Renault 16 blanche qui transportait le grand arbre sur son toit.

Dès que le sapin était en place, nous allions chercher le grand carton rempli de décorations à la cave. C'était tout un cérémonial d'ouvrir la boîte et de re-découvrir les guirlandes, les boules et les petits personnages de toutes les couleurs. 

Nath-noel-avec-Simon.jpgAvec ma maman, nous achetions en général une nouvelle petite décoration tous les ans au magasin Nouvelles Galeries d'Angoulême, la ville où j 'ai grandi.

Je me souviens encore avec émotion des rayons avec les guirlandes scintillantes, les boules colorées et les petites figurines diverses et variées, et aussi de l'odeur mélangée du plastique et du chocolat qui allait avec (ah les fameux sabots en chocolat au lait avec un petit Jésus rose en sucre dessus !). Avec mes yeux d'enfant, je trouvais tout ça vraiment merveilleux et féérique.

Ci-contre à droite une photo où on me voit à 9 ans devant mon grand sapin avec un des cadeaux que j'ai eu ce Noël-là : un jeu életronique Simon.


Les boules de noël étaient parfois à rayures ou avec des dessins blancs sur fond de couleur. Je me souviens bien de celles qui étaient creuses, elles donnaient un joli effet dans le sapin. Il y en avait qui étaient recouvertes de fils soyeux ou en forme de pommes de pin ou de cloches.

 

déco noël 70-80 (7)

Boule noël 70-80 (2)

Boule noël 70-80 (4)

Boule noël 70-80



Les petits personnages étaient en feutrine ou en carton recouverts de tissus avec parfois des cure-pipes pour les bras et les jambes.
Certains étaient également en plastique floqué, une technique qui était beaucoup utilisée pour les jouets dans les années 70.

Il y avait des Pères Noël, des petites fées, des rennes, des lutins...
Je me souviens d'avoir eu deux jolies petites fées à tête enfantine, une rose et une blanche et aussi une mini-botte rouge et un Père Noël sur une balançoire.

 

déco noël 70-80 (5)  

déco noël 70-80 (4)

Père-noël 70-80  

déco noël 70-80 (9)


Voici les pages de décorations de Noël d'un catalogue "La Redoute" automne-hiver 79-80 :
 

La Redoute


Et ici une double page d'un catalogue des magasins Printemps de 1983 :

Printemp 83
Dans ma toute petite enfance nous n'avions pas de guirlande électrique, nous accrochions des petites pinces aux branches sur lesquelles on posait des petites bougies comme celles des gâteaux d'anniversaire. Mon grand-père les allumait une à une avant que je ne me lève le matin de noël, cela donnait une ambiance magique à ces instants de découverte des cadeaux.

Les premières guirlandes électriques étaient multicolores avec une petite partie en plastique transparent qui recouvrait l'ampoule. D'ailleurs on en perdait toujours une ou deux d'un noël sur l'autre !
On ne pouvait pas choisir la forme, la couleur ou la fréquence de clignotement comme on peut le faire avec celles que l'on trouve dans le commerce aujourd'hui.

Ci-dessous les pinces-bougeoirs et une fameuse gurlande électrique verte avec ampoules multicolores :

Eclairage-pice-bougie.jpg

Pour finir, voici en petit cadeau bonus des photos d'un Noël très 70's avec Sheila et Ringo !

Sheila et Ringo noël 70's

 

 
 
Repost 0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 18:32
cache-rouleau de papier toilette années 70



Qui n'a pas connu ces fameux petits chapeaux tricotés au crochet qui permettaient de couvrir des rouleaux de papier de toilette pour les rendre plus discrets ?

La plupart du temps on les trouvaient sur la plage arrière des voitures de nos grands-parents à côté du chien qui dodeline de la tête ou dans les toilettes.

C'est vraiment très kitsch et cela me rappelle des souvenirs d'enfance donc j'adore évidemment !

ChapeauCi-dessus et ci-contre on peut voir les deux qui se trouvent encore dans les résidences de vacances d'une grand-mère et d'une grand-tante à moi.

Ce qui me surprend, c'est que ces petits chapeaux sont redevenus à la mode et on ne compte plus les blogs de tricoteuses qui présentent les leurs. Il y a de tout, du plus sobre au plus chargé ! Toutes les fantaisies sont permises : avec des noeuds, des boucles, des rubans, des pompons, des perles etc...

En voici quelques spécimen trouvés au hasard du net :

Chapeaux cache-papier toilette PQ

 On en trouve même avec des formes beaucoup plus originales : champignon, bonbon ou cochon ! 

Chapeaux cache-papier toilette PQ2
Mention très spéciale pour cette jolie maisonnette et la boite aux lettres anglaise :

Chapeaux cache-papier toilette PQ3


Certaines se sont même amusées à en faire des petites poupées !



Pour celles qui voudraient se lancer, voici une explication pour faire un chapeau au crochet :

Prenez un rouleau de papier WC pour en prendre les 
Monter une chaînette de 6 mailles au crochet, les fermer en rond. Augmenter le double au deuxième tour (donc 12 mailles) puis continuer les augmentations pour couvrir tout le diamètre du rouleau. Ensuite faire les mailles tout droit pour la hauteur. Terminer en faisant des augmentations pour le rebord du chapeau.

Passer une cordelette ou un ruban autour pour décorer.



La maisonnette et les autres ouvrages originaux ont été pris sur le blog d'Isabelle Kessedjian : http://isabellekessedjian.blogspot.fr/

 

 
Repost 0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 21:46

Disque Pif 01Quand j'étais petite, j'ai eu la chance d'avoir le magazine Pif Gadget toutes les semaines entre mes 6 ans et mes 13 ans.

Grâce à ce magazine mythique, on a eu de fabuleux gadgets, et nombreux sont ceux qui m'ont marquée, mais le seul que j'ai gardé est le vrai 45 tours offert dans le numéro 566 de janvier 1980.

Sur la face A, Françoise Moreau et François Imbert chantaient "Mange ta soupe".
J'écoutais très souvent ce morceau, je connais encore les paroles par coeur. Il raconte les rapports entre parents et enfants avec beaucoup d'humour.


Ce duo (en couple à la ville) a fait une longue carrière, en grande partie dans la chanson pour enfant. A partir de 1976, François et Françoise ont participé à de nombreuses émissions pour enfants : Récré A2, Discopuce, Croque-Vacances ou Les visiteurs du mercredi. Depuis 1995 ils prolongent leur carrière avec leurs propres enfants Corentin et Jérémie sous le nom des "Z’imbert et Moreau". En 2000, ils ont rempli l’Olympia pendant deux jours. Au total, leur discographie compte 12 albums 33 tours, 16 disques 45 tours et 14 CD.

Imbert Moreau


Sur la Face B du vinyle, Steve Waring chantait "La baleine bleue", un morceau sur un thème écologique : la pollution dont sont victimes les animaux.
Cet auteur-compositeur-interprète, américain d'origine, est également un artiste incontournable de la musique pour enfants, il a à son actif 20 albums et plus de 2 millions d'exemplaires vendus.
 
Waring

La pochette du disque était à découper sur la première et la dernière page du Pif et à assembler avec du scotch sur trois côtés. On peut voir le recto de la pochette du vinyle ici sur la couverure intacte :

Pif 566

Sur le mien, il reste le magazine sans sa première et sa dernière page forcément, et on tombe directement sur la présentation des trois artistes :

Pif Gadget disque 1


Voici les deux côtés de la pochette :

Disque Pif 02
 
Ici une double page intérieure avec les paroles des deux chansons :

Pif Gadget disque 4

Et voici donc "Mange ta soupe", la qualité n'est pas bonne mais c'est voulu, j'ai passé le disque sur un vieil électrophone qu'un ami m'a offert dernièrement et qui ressemble beaucoup à celui que j'avais quand j'étais enfant. J'écoutais mes vinyles sur cet appareil donc cela donne une bonne idée du son de l'époque. Et puis il est assorti à la couleur du disque !
Pif Gadget n'en était pas à son premier coup d'essai en terme de disque offert dans son magazine.

Il y a eu d'abord un mini-disque souple dès le numéro 100 en 1970, il faisait partie d'un gadget qui s'appelait le gramophone. Ce dernier était en carton, on mettait le disque en plastique souple dessus, on y posait la pointe et il fallait le faire tourner avec le doigt. L'aiguille lisait le sillon qui transmettait le son par le résonateur (cornet) formé par le replis en carton. Dans ce premier disque, on entendait les voix des personnages de la bande-dessinée "La jungle en folie", on pouvait lire en même temps l'histoire dans le magazine.

Gramophone 13

Richard + Gramophone - rushe film

Dans le numéro 346 en 1975, on pouvait trouver un disque souple 33 tours (mais d'un petit format) enregistré par Jean Richard où il racontait "Les loups". Dans les numéros 356 et 360, il racontait d'autres histoires, de renards et de sangliers, qui étaient également présentes dans les pages de l'hebdomadaire.

Jean Richard
 
Dans le numéro 401 en  1976, un disque souple avec la "chanson de Pif" interprétée par Gaston (des Compagnons de la Chanson) était offert. On y entendait le son d'un ocarina qui était le gadget de la semaine suivante, c'était bien étudié !

Ocarina-3.jpg
     
A la suite de cela, un livre-disque était sorti dans le commerce qui expliquait comment jouer de l'ocarina en compagnie de Gaston, Pif et Hercule.

Ocarina 2

Moi j'ai connu le "cosmophone", un gadget offert en octobre 1978 (n° 498), c'était une variante du "gramophone" de 1970.  Il fallait reconnaître les cinq voix des personnalités de la télé, du cinéma ou de la chanson qui s’étaient prêtées au jeu afin de gagner des cadeaux. Ce n'était pas facile étant donné qu'il fallait trouver la bonne vitesse de rotation du disque avec le doigt.
Les plus malins écoutaient le disque avec leur électrophone, c'était beaucoup plus simple pour reconnaitre les voix.

Pif 498 Cosmophone
 
Avec le PIF Gadget numéro 813 paru en 1984, on pouvait trouver le "décodeur spatial" de Big Jim, en fait il s'agissait d'une version futuriste du cosmophone. Il était destiné à écouter un disque souple avec un message secret qui permettait de gagner là encore des cadeaux.

Pif-813-double-page
 
Un autre disque souple Big Jim était offert par Mattel dans le Pif n° 865. L'histoire complète, "Big Jim contre l'astre fou", était en bande dessinée dans le magazine. Beau coup de pub pour le géant américain du jouet avec ces deux disques !
 
Pour clore ce sujet sur les disques de Pif, voici un 45 tours que j'ai acheté en vide-grenier il y a quelques années, il date de 1975. C'est le premier disque vinyle officiel. On y entend les voix des acteurs Grosso et Modo ainsi que celle d'Arnal, le papa de Pif :

Disque premier

Et enfin voici une pub de 1976 pour ce disque trouvée dans le magazine :

Disque Pif 1976
 
Merci beaucoup à Mandrake le Magicien pour les infos et les images.    
Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 19:46

Images Poulain présentationJe ne sais pas pour vous, mais quand j'étais petite, c'était pour moi tout un évènement quand on achetait une plaque de chocolat Poulain ou un paquet de chocolat en poudre de la marque, je n'avais qu'une envie, me jeter dessus pour découvrir la nouvelle image cachée sous le papier alu entourant la plaque ou collée le long du sachet de poudre !

 

Petit retour historique sur ces fameuses images Poulain.

C'est Victor Auguste Poulain, fondateur de la chocolaterie, qui eut l'idée de glisser dès 1866 des petites vignettes instructives dans ses plaques de chocolat (de la taille d'un timbre poste). Mais à cette époque, elles ne mentionnaient pas encore le nom de la marque. Albert Poulain, fils du fondateur, améliora le principe en prenant exemple sur d'autres entreprises qui pratiquaient la chromo-réclame (notamment le Bon Marché, grand magasin parisien), grâce au nouveau procédé technique de chromolithographie qui Poulain-pub.jpgs'est développé après l'exposition universelle de 1878. 

Destinées au départ aux adultes pour annoncer des soldes ou des nouveautés, ces images colorées ont vite attiré les enfants. A partir de 1882, dans tous les chocolats Poulain, on trouvait des vignettes qui faisaient partie d'un ensemble racontant une histoire, les enfants étaient ainsi incités à acheter d'autres chocolats pour connaître la suite de l'histoire.

Bien qu'Albert ne soit pas l'inventeur du concept, il est celui qui l'a propagé. Plus de 20 000 histoires différentes ont été créées entre 1881 et 1912. En comparaison, le Bon Marché n'en a diffusé que 178.

En 1900,  350 000 chromos étaient éditées par jour, 127 millions par an ! Ce qui est étonnant, c'est qu'à cette époque, Poulain était la seule chocolaterie à posséder une imprimerie directement intégrée à la fabrique de chocolat, elle employait 70 personnes à elle seule.      

Certaines images étaient gaufrées, dentelées, avec des découpes, de la dorure ou même avec des petits morceaux de tissus.

carte-publicitaire Poulain
 
Dans les années 60, les images illustraient des chansons populaires françaises ("Meunier tu dors", "j'ai du bon tabac" etc...). De jolis albums en couleurs pour les collecter étaient envoyés contre un bon et quatre timbres-poste. Chaque album rempli donnait même droit à deux vrais disques.

Poulain disque

Etant née en 1970, je ne les ai pas connus. Moi j'ai collectionné les images en gros à partir de 1976, j'avais 6 ans. Ce n'était plus des dessins mais plutôt des photos sur différents thèmes qui allaient des oiseaux aux voitures en passant par les champignons et les monuments.

Il y a eu 46 séries d'images, donc 46 albums, 24 images pour chaque série.
Plus tard il y également eu des albums m
ini-reporter et Fondation Ushuaia..

Images Poulain vrac2
         
Points Poulain imageSur chaque emballage de chocolat, il y avait un point à découper, les "coupons-dossiers". En les cumulant, on pouvait se faire envoyer par la Poste les albums thématiques (par deux) où on collait les images. Elles n'étaient pas autocollantes comme les images panini, il fallait utiliser de la colle.


Voici une très belle publicité magazine de 1985 :

 
 
J'ai eu beaucoup d'albums à l'époque, ma gentille petite maman m'en commandait régulièrement dès que j'avais assez d'images dans une série.
On pouvait faire des échanges avec ses doubles si besoin pour récupérer des images manquantes (on en envoyait deux pour en obtenir une si je me souviens bien).
 
Voici des plaques de chocolat et un paquet de poudre instantanée que j'ai connus à la fin des années 70. On pouvait découper les points sur leurs emballages :

Plaques Poulain et poudre

Les albums que j'ai eus s'appelaient "connaissances de...". Je me souviens encore des petits portraits des auteurs que l'on voyait sur la couverture de chaque album.
Ces dossiers étaient constitués de deux simples fiches cartonnées A3 pliées en deux, elles n'étaient pas agrafées. Les premiers étaient seulement en noir et blanc, mais cela faisait mon bonheur !
Je ne les ai malheureusement pas gardés, je n'ai que quelques images, retrouvées depuis.

Dossiers


 Ci-dessous l'album sur les papillons de jours :

Papillons Poulain

Au dos de chaque image, il y avait son numéro, le numéro de la série à laquelle elle appartenait et une petite liste d'autres séries proposées à cette période-là.

Dos des images

Certains albums étaient présentés et écrits par des personnailtés, comme par exemple "Connaissance des engins interplanétaires" par Michel Chevalet ou "Connaissance du Tennis" par Yannick Noah.
 
Chevalet-Noah

En 1984, il y avait un million d'enfants collectionneurs (1 sur 8), on n'en comptait plus que 25 000 en 1994. La diffusion des images Poulain a été stoppée en 1995.
 
Elles ont fait leur retour en 2011 en proposant de partir à la découverte des grandes régions de France autour de plusieurs thèmes : animaux, histoire et découvertes, sport et loisirs, nature et environnement, incroyable et Insolite, chocolat.

Pour terminer, voici une petite parenthèse liée au chocolat Poulain. J'ai eu aussi la chance d'avoir un très beau plateau télé avec les points Poulain à cette même époque. Il était très pratique avec ces petites cases et permettait également de s'amuser avec un jeu de puce si on voulait.
Je l'ai trouvé tout dernièrement sur eBay, je suis très heureuse de le possèder de nouveau :
        Plateau Poulain-copie-1
Repost 0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 15:52

Bali 1974Bali était une boisson aux oranges non gazeuse des années 70, elle n'avait rien de trés exceptionnel, elle ressemblait à n'importe quelle autre boisson de ce type comme Oasis par exemple.

La bouteille était en verre filtrant (fumé) afin de protèger la vitamine C de la lumière, c'est ce que l'on apprend dans la pub magazine de 1974.


Ce qui rend pour moi cette boisson inoubliable, ce sont ces deux photos qui datent je pense de 1977 (j'avais 7 ans) où on me voit attablée avec des copains pour fêter un anniversaire.

J'avoue ne plus me souvenir qui fêtait son anniveraire ce jour-là et je ne me souviens même pas du nom de la grande fille à couettes. Je suis devant à droite avec des couettes sur la première image. J'ai perdu de vue les autres copains malheureusement.


On aperçoit bien la fameuse bouteille de Bali sur la table, on trinque avec des verres Tupper-ware de plusieurs couleurs bien typiques des années 70.

J'aime beaucoup ces photos qui respirent la joie de vivre et l'insouciance de l'enfance. On dirait presque des pubs pour Tang, la série de spots avec des images filmées en Super-8.
Bref c'est un trés joli souvenir !

Anniversaire avec Nath 02net
Anniversaire avec Nath 01net

Ci-dessous une pub télé de 1974 en noir et blanc :

Et ici une pub radio chantée par Dalida en 1976 :

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 19:37
Voilà un objet que bon nombre de personnes ont dû connaitre un jour chez eux ou chez leurs grands-parents, le fameux baril de lessive décoré ! Dans les années 60-70, la lessive machine ne s'achetait que conditionnée dans de grands barils cylindriques ou rectangulaires (en forme de parallélépipède pour être plus exacte).

Une fois vidés de leur lessive et la lanière retirée, ils étaient décorés et servaient de boite de rangement, de porte-parapluie ou de poubelle. Rien ne se perd, le recyclage ne date pas d'hier.

 
Ce qui est marrant et étonnant, c'est que certaines publicités de l'époque ne communiquaient pas particulièrement sur la qualité de la lessive, son pouvoir lavant, blanchissant ou anti-tâche, mais sur l'utilisation du baril une fois vide !



Certains barils étaient vendus déjà décorés, ce qui en faisait un bon argument de vente, comme ce tonnelet de lessive Matic en 1967. Une fois l'étiquette avec le nom de la marque enlevée, on obtenait un joli baril mappemonde. Il en était de même avec le baril Persil que l'on voit également ci-dessous dans une publicité de 1978.

 
Matic-Persil.jpg



Certains petits chanceux ont eu en 1973 un joli baril Astérix avec des bulles à lire tout autour (marque Lever).

    Baril Astérix


En 1972 Ajax proposait un baril Tintin avec un poster en cadeau : "Tintin et le lac aux requins" :



Chez Bonux, il y a eu de magnifiques barils avec "Bonne nuit les petits" :



J'aime beaucoup celui-ci qui était vendu par Dash. A l'intérieur du baril il y avait la tête du père-noël cartonnée, il n'y avait qu'à retirer l'étiquette, coller la tête en haut de la boite avec le ruban adhésif fourni et on obtenait une très belle hotte de noël !

 


Toujours chez Dash, ils offraient directement un rouleau de papier Vénilia dans chaque baril pour le décorer avec des exemples à la clé afin d'obtenir, je cite, "de superbes corbeilles de valeur" !



Persil vendaient également des barils décorés en métal comme les trois que l'on voit à gauche. Ils ont souvent mal vieilli à cause de la rouille mais ils étaient beaucoup plus solides que la version carton.



Dash avait poussé le luxe jusqu'à fabriquer des barils plastique en forme de tabouret Tam Tam comme cela se faisait beaucoup dans les années 70, je trouve ça vraiment épatant !
Encore plus étonnant, Dash, toujours lui, a sorti une année des barils en plastique rouges en forme de bottes de Père-Noël. Elles pouvaient s'ouvrir pour y ranger des jouets et servir de tabouret également. Je la trouve très jolie !
Il y a eu également des gros dès à jouer chez Lever.




Et des petits tonneaux en plastique chez Henkel :



Chez Coral, ils avaient misé sur Disney et ses personnages attachants pour attirer les enfants avec ces barils en métal :




D'ailleurs il y a eu plusieurs autres barils avec des personnages de Disney :



Mais ce qu'on trouvait le plus souvent dans les maisons, ce sont des barils décorés artisanalement avec du papier autocollant type Vénilia.
J'en ai toujours vu chez mes grands-parents, il y en avait un recouvert de papier à fleurs orange, jaune et marron, un peu comme celui de l'image ci-contre, et un autre avec du papier imitation bois du plus bel effet ! 

Quand j'ai fabriqué ma petite vitrine miniature hommage aux 70-80's (ICI), j'ai bien sûr pensé à mettre une poubelle customisée à côté du bureau. Je l'ai décorée avec une image de l'Ile aux enfants.

 
Dans cette publicité Skip de 1978, on peut voir comment transformer le baril une fois vide en mini-bar, range-disque ou litière pour chat !
      Baril-Skip-deco-02.jpg

Ici il y a même dans la publicité un making-of pour fabriquer le dévidoir à papier alu/absorbant que l'on voit dans la pub précédente.
 
Baril-Skip-deco-01.jpg
Et enfin voici un bricolage trouvé dans un magazine "Mode & Travaux" de 1979 qui explique comment transformer un baril en corbeille à papier avec le dessin d'une chouette trés 70's... ou comment allier recyclage et loisirs créatif !

Corbeille-baril-chouette.jpg

 
Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 11:50



Le mot décalcomanie est dérivé du mot français décalquer, le "-manie" a été ajouté à la fin du 19ème siècle. Au départ, c'était une technique décorative qui permettait de transférer des gravures sur des poteries et d'autres matériaux, elle a été inventée en Angleterre vers 1750 et importée aux Etats-Unis vers 1865. La découverte est attribué à Simon François Ravenet, un graveur français qui s'était installé en Angleterre et avait perfectionné le processus. Au cours du temps, les progrès dans la lithographie (et bien sûr la chromolithographie) ainsi que dans la fabrication du papier et des films plastiques ont considérablement amélioré et simplifié cette technique qui s'est ainsi démocratisée.

 
kalikitosPlusieurs procédés

- avec le premier, le plus ancien, le dessin est imprimé à l'envers, on laisse le décalcomanie tremper dans de l'eau, puis on l'applique sur le support et on retire doucement le papier, laissant l'image apparaitre.

- Deuxième procédé : l'image est imprimée à l'endroit, on laisse tremper dans de l'eau, la colle se ramollit ce qui permet de faire glisser avec le doigt la pellicule avec l'image vers l’objet à décorer (c'est ce dont on se sert en modélisme pour décorer des maquettes notamment).


- Et le procédé que je connais le mieux, à sec : l'image apparaît sous un support transparent plastique (Calcasec) et se colle au support par frottage avec un crayon ou une pièce de monnaie.

 

Apparition en France

 
Les premiers décalcomanies avec décors cartonnés pour les enfants datent du milieu des années 60 aux Etats-Unis.
Kalkitos pub 1978En France c'est surtout à la fin des années 70 et dans les années 80 qu'il y a eu un vrai engouement pour les transferts qui utilisaient cette dernière technique. J'en ai eu pas mal et j'adorais ça !

Ma maman m'achetait régulièrement des grands panoramas qui se dépliaient en 3 ou 4 parties et ça m'occupait des heures. Ca n'était pas trés cher, de 2 à 5 francs à peine.

Les grands décors étaient constitués d'un fond de paysage : ville, forêt, mer, ferme, château etc... Ils étaient déserts et c'était à nous de les animer à notre guise avec des éléments de décor et des personnages.

D'abord on enlevait le papier trés fin sous la feuille plastique qui protégeait les décalcos et on griffonait avec le crayon à papier pour déposer les différentes éléments sur le fond coloré. Je me souviens que je finissais toujours par avoir le dessous de la main toute grise avec le crayon à papier ! J'avais essayé avec un stylo à bille mais je trouvais que la mine était trop fine et trop dure, on voyait les coups de crayon sur l'image transférée.



 

Ca n'était pas aussi facile que ça et il fallait être adroit pour ne coller que le personnage ou l'objet qui nous interessait car si on ne prenait pas garde, on se retrouvait avec des moitiés de bonhommes ou des petits bout d'objets indésirables flottant en l'air. Et c'était pratiquement impossible ensuite à réparer, même en grattant avec une lame, j'ai essayé plus d'une fois !




Le résultat final n'était pas forcément à la hauteur de ce qu'on espérait car les images étaient parfois de diverses tailles ce qui permettait de faire des effets de profondeurs mais quand on est enfant, on ne connait pas la perspective ni les problèmes d'échelle. 

Toy soldiers

C'est comme ça qu'on se retrouvait avec des personnages de hauteurs différentes alors qu'ils étaient sur le même plan ou alors avec d'autres trop grands à l'arrière.
Un exemple ci-contre avec des soldats au fond beaucoup trop grands.

Il y avait aussi souvent plus de motifs sur la feuille de transfert que ne pouvait en contenir le décor et comme on voulait tout mettre bien entendu, ça donnait parfois des scènes bien chargées. Moi j'avais pris l'habitude de me servir du surplus pour décorer mes cahiers.

Malgré toutes ces petites difficultés, j'aimais vraiment beaucoup les décalcomanies. C'était passionnant de placer où on voulait les personnages, de laisser aller son imagination pour inventer toute une histoire. Cela correspondait bien à mon côté créatif et méticuleux.


Les marques de décalcomanies

Les premières séries de transferts ont été commercialisés par Letraset, société qui ne fabriquait au départ que des lettres et des chiffres. Les premiers décalcos étaient monochromes, noirs ou blancs. Les sujets étaient plutôt centrés autour de la nature, des animaux puis il y a eu des aventures de cowboys, châteaux fort, vaisseaux spaciaux, sports... Chez Touret, ils mettaient en scène les contes (Barbe bleue, les voyages de Gulliver ou autres). Evidemment il y a eu aussi tout ce qui était Comics ,Marvel, Disney, dessins animés, séries télé etc...
 

Voici les principales marques de décalcomanies qu'on pouvait trouver en magasin : Super Doodles, Action transfert et Panorama, tous les trois de chez Letraset, Trans'Rama de chez Jesco, Decorama de chez Touret, calco, Hemma, Lionrama et Kalkitos, liste non exhaustive bien sûr.

 

Transrama avait sorti une série avec Casimir, j'aurais adoré avoir ça à l'époque, je les trouve magnifiques.
 




Les albums Kalkitos :
 




Si on avait de la chance, on pouvait trouver des mini-planches de décalcos dans les paquets de Vache qui rit avec Goldorak, c'était en 1978.

vache1


Et en 1980 si on achetait des biscottes Braisor, on pouvait trouver des décalcos Albator.


Je me souviens avoir eu surtout des Decorama pour ma part. L'an dernier, j'en ai acheté un sur  "La savane" grâce à  internet, ça m'a fait tout drôle de revoir ça. Je Savanene l'ouvrirai pas bien sûr mais ce n'est pas l'envie qui m'en manque pour avoir juste le plaisir de sentir de nouveau cette odeur particulière de  plastique, de choisir l'emplacement du motif, de le frotter bien consciencieusement avec la 205193 1014267728013 1564677608 30037026 6161 npointe du crayon pour le placer sur le paysage, puis de décoller avec moultes précautions le film plastique en surveillant bien que l'image soit entière et enfin contempler son "oeuvre" !

Ci-contre une photo de moi à 9 ans dans ma chambre. Au mur au dessus de mon lit j'avais punaisé un de ces fameux panoramas en décalco, celui-là était sur les animaux de la jungle.


Richard Gotainer a écrit une chanson que nous connaissons tous sur les décalcomanies mais il y décrit les transferts que l'on fait glisser avec le doigt aprés les avoir trempés dans l'eau, ce n'est pas ceux que j'ai connus. Je pense que c'est dû au fait que Gotainer fait partie de la génération d'avant où les décalcos se faisaient encore de cette manière.

Allez, juste pour le plaisir on se refait un petit coup du "mambo du décalco", j'adore !

 
Et voici un spot de pub de 1979 pour les decalcomanies Kalkitos, on reconnait la voix du grand Roger Carel au passage :
 
 
Repost 0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 17:42



Voici une vitrine miniature réalisée à l'occasion d'un concours de bricolage spécial noël sur un forum. J'avais choisi de réaliser ma chambre d'enfant en 1980, lorsque j'avais pile 10 ans. La vitrine fait 30 x 20 cm (sans le cadre) et 12 cm de profondeur, le boitage est en carton-plume.
Je me suis prise en photo avec elle devant ma collection pour  montrer l'échelle.


Pour la petite histoire, le papier peint de la chambre miniature est exactement le même que celui que j'avais dans ma chambre dans le HLM où j'habitais avec ma maman. D'ailleurs c'est à partir de cette photo où on me voit ci-dessous à 9-10 ans dans ma chambre que j'ai reconstitué la tapisserie miniature grâce à Photoshop, en copiant petit bout par petit bout afin d'obtenir une grande surface, puis je l'ai imprimée à la bonne échelle et collée sur le carton-plume.

Les meubles étaient exactement comme ça, c'était de l'aggloméré recouvert de plastique orange et blanc comme ça se faisait beaucoup dans les années 70, style Formica.
Sur la photo, je suis donc assise sur le lit q
u'on voit dans la vitrine.

Et dire que plus de 30 ans séparent ces 2 images... le temps file !

Tous les meubles ainsi que le plancher sont fabriqués en balsa, j'utilise un cutter de maquettiste pour tailler les petits pièces et une mini-boite à onglet avec une mini-scie pour couper les différents éléments des meubles. Je ponce avec une lime à ongle et je colle avec de la néoprène. Je peins ensuite avec de la peinture acrylique.

Les objets en plastique sont fabriqués en pâte Fimo, une pâte à modeler qui cuit au four. Ca se modèle assez bien et ça tient bien dans le temps contrairement à la pâte à sel.


Sur le lit on aperçoit un Télécran, c'est un jouet avec lequel je me suis beaucoup amusée. Je n'ai pas eu de mange-disque quand j'étais petite, j'avais un electrophone-valisette comme ça se faisait beaucoup en ce temps-là, mais j'en ai dégoté un depuis en vide-grenier, c'est vraiment marrant comme principe.

Les visuels des livres et des disques sont réduits avec Photoshop puis imprimés et collés sur une plaquette trés fine de balsa pour que ça fasse une tranche et une épaisseur.

Sur la table de nuit, on aperçoit le jeu électronique Simon que j'adorais mais que je n'ai eu qu'en version mini comme on peut le voir sur l'image ci-contre. On aperçoit aussi une tablette de chocolat Merveilles du monde et des chewing-gums Spring-gum. De délicieux souvenirs gustatifs !

Le Casimir et le Simon sont fabriqués en pâte Fimo.

Voilà un meuble typiquement 70-80's : le secrétaire, avec sa planche de bureau rabattable, on pouvait mettre tout son bazar dedans, une fois fermé la chambre paraissait rangée !



Nath-chambre-02.jpgJe l'ai gardé assez longtemps, jusqu'à mes 17 ans je crois. On me voit ici assise devant ce meuble dans ma chambre d'ado. Je n'ai pas l'air ravie, mais j'imagine que je n'avais pas trés envie que ma maman me prenne en photo ce jour-là !

J'adorais cet album Panini de l'île aux Enfants qu'on voit sur le bureau, je l'ai toujours d'ailleurs, j'y tiens beaucoup. j'ai la chance de l'avoir complet maintenant, des amis m'ayant offert les images qui me manquaient à l'époque.

On peut voir aussi un Rubik's cube, le symbole 80's par excellence et un View-Master, objet que je chéris particulièrement.

J'ai aussi placé une pochette de Treets et une de Bonitos ainsi que des décalcomanies, j'adorais ça ! J'aimais aussi beaucoup mon Spirograph, je passais des heures à faire de jolis dessins avec. J'en ai retrouvé un vitrin15en vide-grenier l'année dernière, le même que celui que j'avais à l'époque, quelle joie pour moi !

Le Goldorak a été compliqué à faire, surtout la tête, ça n'est vraiment pas facile de fabriquer un jouet solide avec une matière molle au départ (pâte Fimo).

Pour le siège, j'ai fabriqué un petit tabouret à vis en bois (balsa), ça se faisait aussi beaucoup dans les chambres d'enfant et d'ado à cette époque, et j'en avais un comme celui-là, en pin non verni.

Là on peut voir quelques-uns de mes jeux favoris, Badaboum, Canon Noir et un jeu avec des clous de couleurs qui permettaient de faire des dessins en les plantant sur un support ajouré, ça faisait une sorte de mosaïque, ça s'appelait Fantacolor.

vitrin17-copie-1.jpg

Sur le dessus du secrétaire, il y a aussi le jeu Piège que j'aimais beaucoup. Et en guise de poubelle, un baril de lessive rond, comme ça se faisait dans les années 70. On le décorait avec du papier Venilia, souvenez-vous.

J'ai eu tout ce qu'il y a dans cette pièce à part le porte-manteau en peluche (à mon grand regret d'ailleurs) et le jeu "Perds pas la boule", mais je me suis rattrapée depuis en l'achetant en vide-grenier.

J'ai mis plus d'une trentaine d'heures je pense sur cette vitrine, c'est beaucoup de boulot mais aussi un vrai plaisir à bricoler.
 

J'espère que cette petite visite dans ma chambre d'enfant vous aura plu et rappelé à vous aussi des tas de jolis souvenirs !

Nathetlavitrineminiature80s
Repost 0

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 1 million de visites depuis sa création le 17 aout 2011


164 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 17 juillet 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80
- Le biscuit Bamboula et son scandale


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance
- L'émission Maxi Tête
 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)