Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les petits dossiers des Copains d'abord

Les petits dossiers des Copains d'abord

Souvenirs des années 70-80's : pubs, ciné, émissions télé, séries, dessins animés, jeux, jouets, produits disparus, bonbons, petites douceurs régressives, Casimir et l'île aux enfants

Publié le par Les Copains d'abord
Publié dans : #Pub
La pub pour le parfum Egoïste par Nath-Didile
Je pense que nombreux ont été comme moi marqués par cette splendide publicité pour le parfum "Egoïste" de Chanel, par son côté à la fois esthétique, mélodramatique et lyrique. La musique, qui en est indissociable, est totalement inoubliable. D'ailleurs j'ai une belle anecdote à son sujet que je raconterai à la fin de l'article.
 

Super production ciné

La pub démarre en noir et blanc. Aux fenêtres d'un palace luxueux, des femmes en robes haute-couture crient leur rancœur envers un homme qu'on ne voit pas avec des airs de tragédiennes, elles le supplient de se montrer. Le film passe ensuite en couleurs, on aperçoit le bras nu de l'homme qui pose le flacon de parfum sur la balustrade de son balcon. Elles se mettent alors à scander "Égoïste" en ouvrant et fermant les volets au rythme de la musique.

Théâtral et diablement efficace. A l'époque tout le monde s'est souvenu du nom du parfum après la première diffusion à la télé. Toutes les pubs ne peuvent pas en dire autant !
 
Le réalisateur Jean-Paul Goude raconte :

"Si le film est réussi, c'est probablement parce qu'il s'inspire d'un projet personnel, en l'occurrence un film musical de 52 minutes destiné à une chaîne
de télévision. Inspiré par Farida, ma compagne à l'époque, qui avait écrit un poème extraordinaire intitulé "La Femme au nez coupé", le projet chroniquait un fait divers particulièrement dramatique dont elle avait été le témoin lorsqu'elle habitait encore aux Minguettes à Lyon : un macho ivre de jalousie avait coupé le nez de sa femme bien-aimée pour la punir de son infidélité. Penchées aux fenêtres de leur HLM, des ménagères d'origine maghrébines, témoins de la tragédie, insultaient le criminel tout en claquant les volets sur le rythme de la musique ambiante.
Le projet TV Farida étant malheureusement mort aussi vite que je l'avais présenté, je l'ai ressuscité pour Egoïste en substituant nos Maghrébines à une cohorte de top-modèles en colère penchés aux balcons d'un palace de La Riviera pour dénoncer l'égoïsme masculin. Le film fut tourné à 10 kilomètres de Rio, en rase campagne, dans un décor de cinéma entièrement reconstitué à l'image du Carlton de Cannes. Pas question à l'époque de trucages sur ordinateur, donc très peu de postproduction. A ce titre, Egoïste reste sans doute le dernier film publicitaire d'une époque et mon bref-métrage préféré".




Making of

Digne d'une super-production cinématographique, la pub a nécessité la construction d'une reproduction de l'hotel Carlton à Cannes en plein désert brésilien. Pour cela, Jean-Paul Goude a fait appel à Michel Rose (en collaboration avec Yves Bernard), un décorateur-scénographe qui a beaucoup travaillé avec lui, notamment pour les pub Dim, EDF, Club Med etc...
Trois cents ouvriers se sont attelés à la construction du palace en stuc pendant près de quatre semaines.

Ci-dessous à gauche le vrai Carlton, à droite la reproduction de la pub, bluffant !




Ici le dessin préparatoire pour le bâtiment et le story-board :



Ci-dessous en haut à gauche la maquette préparatoire puis au fond la construction de la structure grandeur nature.

 
Bien sûr la structure n'est qu'un mur, Michel Rose n'a pas reproduit tout le bâtiment.



Pendant le tournage :


La musique sophistiquée et rythmée est un extrait de "Romeo et Juliette", ballet pour orchestre symphonique du compositeur russe Sergei Prokofiev (1935). Le morceau s'appelle "La Danse des chevaliers" (Acte 1, scène 13), il va crescendo et souligne bien l'intensité dramatique du film.

Quant au texte, qui monte également en puissance, il parodie "Le Cid" de Corneille.

"Égoïste.
Où es-tu ?
Montre-toi misérable !
Prends garde à mon courroux, je serai implacable.
Ô rage !
Ô désespoir !
Ô mon amour trahi !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Montre-toi, égoïste !"



Voici la vraie tirade de don Diègue dans "Le Cid" (Acte 1, Scène 4)

"O rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?"

Tout y est pour montrer le côté mélodramatique : des femmes hystériques qui semblent souffrir à cause du même homme, des cris, des pleurs, du désespoir, le tout souligné par le noir et blanc.
Comme le dit Jean-Paul Goude dans le dossier de presse : "un style lyrique sur un mode dramatique qui se réfère aux films d'Eisenstein. Au rythme saccadé d'une symphonie musicale grandiose, elles déclament des alexandrins qui révèlent haut et fort leur souffrance. Celle que les hommes – un homme en particulier – leur font subir"

Les types de plan utilisés par le réalisateur sont très variés et suivent la logique du récit : on passe du très gros plan (l'œil qui pleure) au gros plan, puis au plan rapproché pour arriver à un plan d’ensemble pour l'image finale (le bâtiment entier avec des voitures qui passent devant).

Voici donc le spot de 30 secondes (j'ai pris la version anglaise dont l'image et le son sont de bien meilleure qualité) :

 

Et voici  le making of : 


Jean-Paul Goude obtint un Lion d'or à Cannes lors du festival international de la publicité en 1990 pour cette campagne avant de récidiver pour Chanel l'année d'après pour le parfum Coco avec Vanessa Paradis.
 
En 2001, Michael Youn avait fait une parodie de la pub que je trouve très drôle  dans son émission "Morning live" :  
Mon anecdote autour de la pub comme promis :

On est donc en 1990 et sur le plateau de l'émission "Nulle Part Ailleurs" présentée par Philippe Gildas, il y a un chroniqueur que j'adore : Jérôme Bonaldi. Je regardais déjà ses interventions dans l'émission "Direct" toujours présentée par Gildas sur Canal + (85-87). J'aimais l'entendre parler de trucs et de bidules, d'inventions et surtout de publicité.
Ce soir là, il parle d'un tout nouveau spot pour le parfum Egoïste réalisé par Jean-Paul Goude. Devant mon petit écran, je suis vraiment époustouflée par la beauté de la pub et surtout je tombe instantanément amoureuse de la musique. Malheureusement Bonaldi n'en parle pas et je me demande bien comment je vais pouvoir retrouver le morceau. A l'époque pas d'internet bien entendu.
 
Comme j'habite Paris à ce moment-là, je me rends à la Fnac de la Bastille dès le lendemain avec l'espoir de retrouver la fameuse musique mais je sais que les chances sont très minces. Il faut en effet tomber sur quelqu'un qui, premièrement a vu l'émission de la veille et deuxièmement connait le morceau en question.
 
Je vais au rayon classique et je demande au vendeur : il n'a malheureusement pas regardé l'émission, ni ses collègues. En désespoir de cause, je me balade dans le rayon classique et j'aperçois un papy affairé devant un bac de CD. Qui ne tente rien n'a rien, on ne sait jamais, je me dirige donc vers lui et lui demande si par le plus grand des hasards il n'aurait pas regardé "Nulle part ailleurs" la veille. Il me répond "oui" ! Je lui demande alors s'il se souvient de la pub présentée par Jérôme Bonaldi. Là encore il me dit "oui"... la chance ! Donc je me lance en croisant les doigts derrière mon dos : "Connaissez-vous le morceau classique qui était en fond ?"... roulements de tambour... il me répond : "oui bien sûr, c'est "Roméo et Juliette" de Prokoviev". Bingo !!!
Je me dirige donc vers le bac Prokofiev pour trouver le CD mais problème, il y a de nombreuses versions par différents orchestres... Je retourne donc voir le papy et en m'excusant de l’importuner de nouveau, je lui demande si par hasard il ne saurait pas quelle version est la meilleure. Par chance là aussi il sait très bien quel enregistrement est le meilleur, il cherche le CD, le trouve parmi tous les autres et me le tend avec un sourire. Je n'en reviens toujours pas du hasard chanceux que j'ai eu ce jour-là !
25 ans plus tard, j'ai toujours ce disque, je l'ai écouté un nombre incalculable de fois depuis.

 
Pour couronner le tout et "boucler la boucle", j'ai pu aller voir en décembre 2011 le ballet "Romeo et Juliette" avec la divine musique de Prokofiev au Grand-Théâtre de Bordeaux. J'avoue que lorsque j'ai entendu les premières notes de la "Danse des chevaliers", le thème utilisé dans la pub, j'ai eu les larmes aux yeux et j'ai senti une très grande exaltation.
 
 
Un grand merci au scénographe Michel Rose qui a bien voulu que j'utilise ses photos de la création du décor. Son site internet : http://www.michelrose.fr/
Commenter cet article
D
Etonnant que le réalisateur n' ai pas cherché à faire le film en France ?
Ce n'est pourtant pas les palaces qui manquent , mais oui il suffit de la revoir une fois pour se souvenir de l'énorme impact que cette pub a eu à l'époque ...
Répondre
N
Bonjour Dom. Je ne sais pas pourquoi, les coûts sans doute.
R
est-ce que il y des pubs aussi percutantes de nos jours ? parce que celle là c est un "must"
Répondre
N
Oui elle "claque" carrément !
G
Moi elle me fait pleurer impossible donc de la regarder cette pub. Merci.
Répondre
Y
Merci beaucoup pour ce super article, depuis quelque temps j'écoute beaucoup de musique classique et finalement on se rend vite compte qu'on connaît beaucoup de morceaux sans forcément en connaître les compositeurs. Cette musique, la Danse des Chevaliers, est une de mes préférées et la mise en scène de la publicité lui rend vraiment justice !! J'ai beaucoup aimé aussi ton anecdote et la parodie rigolote du Morning Live :)
Répondre
N
Bonjour Yasmine, ravie que mon article t'ait plu, merci beaucoup pour tes gentils compliments :-) !
A
cette pub me terrorisait a l'époque, étant gosse cela s'explique Faut dire aussi que les femmes, ça fait peur lol Demandez moi d'aller combattre en Irak, ok d'ac mais de passer plusieurs minutes tout seul avec une femme brrrr, relol
Répondre
N
MDR Andy !
H
J'adorais c'te pub , et j'ai appris pas mal de truc avec ce making off qrace à toi :)
Répondre
M
Inoubliable cette pub,bravo pour ton article Didile.
Répondre
N
Merci pour ton passage et ton comm' Fred ! Oui elle nous aura tous beaucoup marqués ! ;-)
J
super c'taarticle
Répondre
D
Waaouw il est magnifique ton article ! J'ai adoré le lire, excellent le décor construit, et la petite histoire de JP Goude.... et aussi ton anecdote à la FNAC !
Merci, j'ai bien rigolé sur la parodie de Mickaël Youn PTDR ;)
C'est vrai que c'est une très belle pub bien réussie. Bisous Didilette <3
Répondre
N
Ravie que ça t'ait plus Domdom, merci infiniment pour tes compliments qui me font bien plaisir. Gros bisous <3
T
Juste une chose à dire Nath : un immense merci pour cet article!!!!!! Je connais la pub ( qui ne la connait pas hein) ^^ mais les anectodes sont vraiment surprenante, surtout pour le tournage :) et ton anecdote personnel est rigolote avec le papy :).
Répondre
N
Merci beaucoup cher Thark' !

Ce blog a reçu plus de 2,3 millions de visiteurs depuis sa création le 18 août 2011.

204 articles sont en ligne.

Dernière mise à jour : 3 décembre 2021

Bonjour à tous ! 
Soyez les bienvenus sur mon blog de souvenirs 70-80's.
Je m'appelle Nathalie, je suis née en 1970 et j'habite en banlieue bordelaise. Depuis toujours je suis passionnée par ce que j'appelle l'archéologie de l'enfance. J'aime entraîner avec moi d'autres nostalgiques dans un grand tourbillon des souvenirs afin de leur faire revivre ces deux magnifiques décennies.
N'hésitez pas à commenter et partager avec moi vos propres souvenirs sous chaque article, j'y répondrai avec plaisir. 
Merci et bonne visite ! 


Pour en savoir plus sur mon parcours nostalgique, cliquez sur la photo ci-dessous :

 

Liste des articles

Cliquez sur les titres des articles pour aller les consulter.

PUBS
 
 
 

DOUCEURS REGRESSIVES
PRODUITS DISPARUS
 
 
 
 
JEUX JOUETS
 


CATALOGUES DE JOUETS
 


TELE
 
 
 
 
MODE ET DECO
 
 
 
 
ECOLE
 
 
 
 
 
 
 
MUSIQUE
 
CINE
 
 
 
 

L'ILE AUX ENFANTS
 
 
 

 

 

Hébergé par Overblog