Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les petits dossiers des Copains d'abord

Les petits dossiers des Copains d'abord

Souvenirs des années 70-80's : pubs, ciné, émissions télé, séries, dessins animés, jeux, jouets, produits disparus, bonbons, petites douceurs régressives, Casimir et l'île aux enfants

Publié le par Les Copains d'abord
Publié dans : #Souvenirs d'enfance


Si vous avez passé votre enfance à la campagne ou si, comme moi, vous alliez en vacances dans un petit village, vous avez forcément connu ces marchands qui klaxonnaient depuis leurs camions pour signaler leur arrivée et vendre du pain, de la viande, du poisson ou tout autres denrées. Il y en avait même qui vendaient des vêtements et du linge de maison.


Les magasins mobiles, c'était l'idéal pour ceux qui étaient éloignés de tout. Moi j'habitais en ville mais pendant toutes les vacances scolaires, j'allais chez mes grands-parents, à 25 kms de la ville.
Dans le petit village, il y avait une épicerie et une boulangerie mais rien d'autre. Alors le boucher qui passait deux fois par semaine avec son camion était le bienvenu, il apportait des provisions et aussi un peu d'animation dans les rues. Au fil du temps, il était devenu un familier de la maison, il y rentrait parfois pour apporter la marchandise et il avait même fini par tutoyer ma grand-mère.

Je me souviens très bien de son double coup de klaxon si particulier en fin de matinée. On était content de le revoir, ça rythmait nos journées. On discutait quelques minutes avec lui et on achetait son excellente viande. Je le revois encore avec son immense tablier blanc qui lui couvrait les jambes et une seule épaule, et son petit crayon derrière l'oreille. 


Tous ces petits commerçants ont contribué (et contribuent encore aujourd'hui) à la vie de nos villages. C'était particulièrement le cas dans les années 60-70, à une période où la désertification rurale s'accentuait de plus en plus.
Pour information, entre 1966 et 1998, 140 000 commerces alimentaires ont disparu en France. Au profit des supérettes et des grandes surfaces bien entendu.


Pour les commerçants, se lancer sur les routes et faire des tournées en s'arrêtant dans tous les petits hameaux, c'était une manière de partir à la conquête de nouveaux clients et de permettre à leurs commerces de survivre car la plupart de ces commerçants avait des magasins basés dans une petite ville des alentours. C'était souvent leurs conjoints qui les tenaient.
Dans le petit village de mes grands-parents, l'épicier faisait des tournées pendant que sa femme restait à la boutique. J'avais 8-9 ans, j'étais copine avec leur fille et j'assistais régulièrement au remplissage du camion avant le départ. J'aurais aussi aimé partir en tournée et jouer à la marchande !
                  "Et avec ça ma p'tite dame, qu'est-ce que je vous sers ?".

 
 
 

Camions et fourgonnettes


Chez Renault, il y a eu les camions 1000 kg et 1400 kg qui étaient surnommés "Voltigeur" et "Goélette" (produits de 1947 à 1965). Il y a eu également  l'Estafette (de 1959 à 1980).

Ci-dessous des Renault 1000 kg itinérants dans les années 50-60.


La 4L et la 4L fourgonnette de Renault servaient surtout aux boulangers.


Certains boulangers utilisaient également des camionnettes 2CV ou Acadiane de chez Citroën.

Chez Peugeot, il y avait le J7 (1965-1980). Le grand panneau latéral pouvait s'ouvrir et faisait office d'abri pour les acheteurs. Le hayon arrière pouvaient également s'ouvrir en trois parties, formant un auvent. Les clients pouvaient être servis sur le côté ou à l'arrière. 
 
A l'intérieur, il y avait souvent un étal, une vitrine réfrigérée, une table de découpe, une balance et des rayonnages.

Mais le plus connu de ces camions marchands et le plus utilisé a été le camion Citroën type H. Parfois appelé le "tub" (acronyme de "Traction Utilitaire type B"), il a été présenté pour la première fois au Salon de l’auto de 1947 et a été produit jusqu’en 1981.
Ce robuste camion à la carrosserie ondulée caractéristique et au "nez de cochon" si reconnaissable était relativement léger, fiable et facile à réparer. De plus son plancher était bas et plat et il y avait une hauteur intérieure de 1,85 m. 


Ci-dessous, un camion-bazar à Limoges.


De la bétaillère à l'ambulance en passant par les pompiers et le "panier à salade" (une allusion à sa capacité à secouer ses occupants), ce camion Citroën a connu un énorme succès durant plus de 30 ans, notamment le "HY", le plus connu et le plus vendu (473.289 véhicules).
Comme sur le Peugeot J7, les clients pouvaient être abrités et servis à l'arrière et sur le côté grâce au grand panneau latéral.

 

 
 

Vêtements et linge de maison

Je me souviens que de temps en temps, un vendeur de vêtements et linges en tout genre passait dans le village. Ma grand-mère lui achetait des tabliers, des combinaisons ou draps.

Dans le nord de la  France il y avait la marque Barbe-Bleue qui vendait du prêt-à-porter homme, femme et enfant,

 

 

Camions de glaces

On a tous connu je pense ces camions des glaciers qui venaient nous régaler à domicile. Ils avertissaient de leur passage avec leur klaxon ou une petite sonnerie. L'heure du goûter glacé était sonné !
Un grand dossier sur les glaces 70-80's
ICI.

Ci-dessous  une 4L, une Estafette, des méhari et un fourgon Citroën H.

 


Les camions services

Il y avait aussi les camions qui rendaient service en desservant les petites villes et les villages. Il y avait notamment les bureaux de Poste mobile. Des Citroën types "H" encore.


La Caisse primaire d'Assurances Maladie.



La Caisse d'Epargne.



Et les bibliobus, bibliothèques mobiles qui permettaient aux enfants (et aux adultes) d'avoir accès aux livres, même hors des grandes villes.

 

Miniatures

Je termine en montrant quelques camions ambulants miniatures d'époque. Il est très difficile d’en dénicher vu la rareté, et à des prix corrects, d’où le succès des reproductions dès les années 90.

Ci-dessous des petites estafettes en tôle et plastique d’un fabricant jurassien Sésame (vendues 1Fr sur les marchés à l’époque). Le rarissime Renault 1000 kgs Primistères (de marque CIJ - Compagnie Industrielle du Jouet) et le type H Glaces Gervais (Dinky toys).


Il en existe d’autres - estafettes boucherie, boulangerie, épicerie etc... 

 

Commenter cet article
W
Moi je vis dans une ville, j'ai connu les commerçants ambulants dans les années 90-2000. Il y avait 3 types de commerçants (crémier-épicier, boulanger et marchand de glaces)<br /> <br /> Dans les années 90, j'étais enfant, il y avait un crémier épicier qui passait du lundi au vendredi sauf le mercredi car il faisait le marché en tant que crémier. Il a pris sa retraite en 1992/1993 (je ne me souviens plus de l'année) car il était mon voisin avant qu'il déménage.<br /> <br /> Ensuite jusqu'à 2010, il y avait le boulanger qui faisait le tour du quartier pour vendre du pain et pâtisserie. Il abandonnait la tournée car il y avait très peu de clients (il y avait un hypermarché à 2 minutes de chez moi, pas rentable pour lui). Puis sa boulangerie reste ouvert, son fils a repris la boulangerie. Il fait des livraisons vers des villages où il n'y a pas de boulangerie.<br /> <br /> Il y a les marchands de glaces qui venait dans le quartier tous les êtes avec la musique comme "il y a du soleil et des nanas..." (remix des années 90 et une variante d'une chanson de la Compagnie créole "Ba moins en ti bo" en mettant à la place "1 pipo 2 pipo...". Ça s'est arrêté en 2010.<br /> <br /> Il y a un marchand de glaces, il y a quelques années, pas très logique, il venait en hiver au lieu de l'été.
Répondre
N
Merci pour ton commentaire et le partage de tous ces souvenirs, dommage et triste que tout ça se soit arrêté... <br /> Bizarre le marchand de glace qui passait l'été !
A
C'était vraiment le bon temps, j'étais gamins et les comerçants ambulants passé, le boulanger, le boucher et l'alimentation, c'était supe les gens discutaient , maintenant quand vous arrivé à 80 ans et que vous ete à moblilité réduit c'est pas facile, c'est là que vous, vous dites les petits commerçants ont tous presque disparus, les grandes surfaces les remplaces, les personnes agés doivent se débrouillé voila le progrè, merci pour votre bloc il est super. Je vous souhaite une bonne journée
Répondre
N
Merci Alexandre c'est sympa. Oui ces commerçants faisaient bien plus que de vendre, ils apportaient vie et animations dans les villages.
J
J'adorais quand le marchand de glace arrivait !!!
Répondre
N
De jolis souvenirs de mômes.
A
Nous habitions en périphérie de ville, pas grande, mais plus de 20000 habitants, tout de même, et un camion passait pour la boucherie et un autre pour les produits d’usage. Je me souviens que nous pouvions acheter des tickets et, quand nous eussions réuni une certaine somme, il était possible d’acheter des objets. Mes parents achetèrent une bibliothèque, comme cela. Ça leur prit plusieurs mois, mais quel plaisir quand ils la reçurent. C’était le crédit à l’envers, tu économises, puis tu achètes, ce qui devrait être la norme, et non l’inverse, on achète et l’on paye ensuite. Je n’ai jamais adhéré à cela, que ce fût pour l’achat de voitures ou de la maison.
Répondre
N
Bonjour Aldo. C'était un bon système ça en effet avec ces tickets. Pour les achats immobiliers, je ne suis pas d'accord avec toi. Acheter et payer à crédit une maison ou un appartement permet de payer moins cher en mensualité qu'en loyer. Parfois 400 ou 500€ de moins par mois. Le calcul est vite fait !
S
J'ai grandi dans une banlieue à Orléans sud et le seul véhicule qui venait était le marchand de glace, mais en vacances dans les villages du Roussillon ma mère allait sur la place faire ses achats quand ce n'était pas le jour du marché et dans un des villages on avait l'information par le haut-parleur de la commune "Le poissonnier est installé sur la place du village" c'était génial. Ces petits détails qui font les souvenirs de vacances. Quand on pense à la mentalité d'aujourd'hui ou un touriste, ou une personne de la ville s'installe à la campagne et qui porte plainte à cause du clocher, des poules et j'en passe et que des juges acceptent d'aller au tribunal pour çà. C'est quoi ce monde ??? Il a fallut que les députés vote un texte de lois pour que cela ne se reproduise plus, mais où va t'on ???
Répondre
N
Oui c'est lamentable je suis d'accord avec toi. Sympas tes souvenirs de mômes dans le Roussillon :-)
R
Petit point de détail, le surnom de « Tube » donné au Citroën HY serait plutôt « Tub », acronyme de « Traction Utilitaire type B », code donné à un véhicule produit de 1939 à 1941, et donc quasiment inconnu puisque moins de 1800 exemplaires ont été construits dans cette période difficile. Aucun rapport technique avec le modèle produit après guerre, donc, mais le nom est resté pour désigner le modèle suivant.<br /> Les commerces ambulants existent toujours, mais ça devient rare, c'est dommage, ça animait les petits villages…<br /> https://fr.wikipedia.org/wiki/Citroën_TUB
Répondre
N
Bonjour Romain, merci pour la précision, j'ai corrigé dans l'article en mentionnant l'acronyme.
M
Me revoila. Precision par rapport au dernier message: bien sur je parlais de la sortie après les cours. Au fait, les bibliobus, ça existe encore aujourd' hui ?
Répondre
N
oui ça existe toujours, il y en a un qui stationne tous les jeudis ou vendredis pas loin de l'endroit où je bosse d'ailleurs.
M
Ah, les camions à glace, je me souviens qu' en fin d' année scolaire, il y en avait un qui passait très prêt de l' école: évidemment, beaucoup en achetaient . Une anecdote: comme il vendait surtout des cones de glace qu 'il faisait lui même, dans ma tête, ça s' appelait des "cornettos", je me comprennait quand je disais ça, je voulais dire "cornet de glace". Plusieurs fois ma soeur était avec nous, je disais que je voulait avoir un "cornetto", et elle me rpondait qu 'il n' y en avait pas. A chaque fois , je me disait "elle y ai allé voir pour savoir qu' il n' y en a plus !" et "comment se fait t-il que c' est oujours quand elle est là qu 'il n' y en a pas ?". Après j' ai compris, elle pinaillait, elle ne comprenais pas que moi je voulais dire "cone de glace". Avec ma soeur, il faut toujours appeler les choses par leur nom, mais par contre, quand elle parle, ce n' est pas toujours le cas.
Répondre
N
ah ce quiproquo avec la frangine LOL !
J
Jai oublié, un grand camion qui venait vendre des outils.<br /> On recevait avant, un catalogue dans la boite aux lettres.
Répondre
N
ça existe encore ça je crois, non ?
J
Moi c'était le marchand de glace qui passait dans ma rue étant jeune.<br /> Le bon temps....
Répondre
N
oui de jolis souvenirs de mômes !
V
Coucou Nath-didile; avant d'habiter à Rennes en 1981, j'ai vécu 9 ans à Millau(12) et comme notre maison était excentrée, le camion d'un boulanger passait le dimanche matin, il me semble car c'était le matin et j'étais donc présent au domicile(pas d'école). Il klaxonnait pour signaler sa présence, c'était très bon enfant et rendait bien service car cela évitait d'aller jusqu'au centre-ville juste pour du pain ce jour-là...
Répondre
N
Coucou Val ! oui ils rendaient bien service ces petits commerçants et leur camion. Merci pour tes souvenirs :-)
C
En 1976 nous avons déménagé dans un petit village de Dordogne où il y avait deux petites épiceries. Enfin quand je dis épiceries j'extrapole. C'était plutôt des petites pièces où étaient entreposés deux trois produits de base et des cagettes contenant la production locale.<br /> Venant de Paris, je connaissais les grandes surfaces et leur multiple choix de produits. Donc pour moi l'arrivée du camion n'était pas un événement. Mais pour les enfants natifs du village, si. La grande surface la plus proche à l'époque étant à 50 km, ils n'avaient guère l'occasion, hormis à la télé, de voir plusieurs produits différents et sans traces de limace.<br /> Je me souviens encore de la tête de mes grands-parents des parisiens purs et durs qui n'avaient quasiment jamais quitté leur ville natale, (enfin si mon grand-père l'a fait mais contraint et forcé par les allemands pendant la seconde guerre mondiale) qui étaient habitués à faire leurs courses trois fois par jour lorsqu'ils ont vu que le camion ne contenait que quelques produits et qu'il ne passait que deux fois par semaine.<br /> Perso j'adorais la bibliobus. Voir les livres de différentes couleurs, de différents formats me faisaient rêver quant à leur contenu*. (*J'ai souvent été déçu et c'est pour cela que je me suis rabattu sur Playboy quelques années plus tard. :D)
Répondre
N
ah ah ah ! Chouettes anecdotes Yann, merci pour le partage de tes souvenirs de mômes !
R
on avait un fermier qui venait tous les jours il klaxonnait et les femmes ( désolé mais c était la clientèle principale à cette époque il n y avait que le mari qui travaillait dans une large majorité des cas) descendaient avec leurs bouteilles en verre le fermier avait une louche qu il mettait dans le baquet à lait pour remplir les bouteilles il vendait aussi du beurre du vrai une en grosse motte du fromage c était marrant d écouter ces dames parler
Répondre
N
Une autre époque, bien plus simple et conviviale !
S
Bravo et Merci Nath pour cette magnifique page qui me renvoie bien 40 ans en arrière ou chez mes grands parents en Ardèche, nous avions la visite de l'épicier qui nous offrait toujours une friandise.<br /> Aujourd'hui encore nous avons un boucher charcutier qui passe dans le village mais plus de poissonnier et ni de boulanger.<br /> Encore Bravo pour tes pages magiques qui nous rappellent à nos souvenirs et dans l'attente de tes nouvelles recherches
Répondre
N
Bonjour Stéphane, merci beaucoup pour tes compliments, c'est sympa. Ca me fait plaisir de t'avoir permis de te rappeler de ces bons souvenirs d'enfance.
K
Bonsoir Nathalie<br /> <br /> LE sujet qui me rend nostlagique. Tout comme toi, je passais mes vacances dans un bourg du Jura au début/milieu des années 80 . L 'épicier, le boucher et la boulangère qui faisaient leurs tournées et annoncaient leur venue en klaxonnant. On pouvait monter à l'arrière du fourgon de l'épicier, il avait toujours un cigarillo au bec,sa calculatrice avait une sorte de manivelle et il tapait sur chaque touche de façon nonchanlante.<br /> <br /> La boulangère apportait également des casiers de pinard au propriétaire qui louait la maison à mes parents pour les vacances .Toi qui est de la région de Bordeaux, je t'assure cétait du gros rouge acide ;)<br /> <br /> Comme plus bas, la boulangère avait aussi une camionnette blanche flambant neuve , toujours le proprietaire était en train de déglinguer la serrure de la porte arrière, en voulant refermer la porte apres avoir retirer son casier de vin. la boulangère à l'autre bout du camion en train de vendre ses miches de pain et en poussant des cris" non , non et des instructiions," lever,,tirer et pousser", ,il comprenait rien , si bien qu'elle est est venue refermer elle-même la porte, moi jétais écroulé de rire, C'est dingue,je m'en souviens encore comme si cétait hier.
Répondre
N
Coucou Korf ! Ca fait plaisir de te "revoir" par ici. Désolée pour le retard, je suis très prise en ce moment. On a encore des beaux souvenirs en commun à ce que je vois. Merci pour le partage de ces chouettes anecdotes. Ta mémoire foisonne de détails marrants ! Au plaisir... à bientôt :-)
M
merci! pour le rappel à ces bons souvenirs ! notamment le marchand de glaces on entendait le klaxon et si nous avions été sage ,nous courions à la placette où le camion été installé!<br /> merci encore!
Répondre
N
Bonjour Marlène, merci pour le partage de tes souvenirs d'enfance, c'est sympa ;-)
P
Trop top les miniatures d'époque ! ;)
Répondre
N
Merci beaucoup pour ta participation Pat' !
A
Chez ma grand-mère, en rase campagne, j'adorais l'arrivée de ces camions. C'était la seule animation. Le boulanger vendait des pains au chocolat glacés au sucre-glace, j'adorais ça, je n'en avais pas dans la ville où j'habitais. Ma grand-mère achetait du pain et des viennoiseries pour une semaine, si bien qu'à la fin, juste avant que le camion ne repasse, elles étaient rassises. Si bien que maintenant, plus de 40 ans plus tard, lorsque j'achète des pains au chocolat pour moi, je les fais rassir avant de les manger, je préfère. J'attends un ou deux jours avant de les déguster, et mon bonheur est fait. Je repense à ce camion et à ma grand-mère :) Merci pour ce très bel article :)
Répondre
N
Bonjour Ariane, j'ai trouvé mignon et émouvant ton souvenir avec ces pains au chocolat rassis ! C'est fou ce qu'on peut être marqué par notre enfance. Et c'est étonnant la puissance des souvenirs. Merci pour le partage et merci pour tes compliments. Je suis très heureuse de t'avoir rappelé ces jolis moments du passé avec ta mamie.
P
Super article sur un sujet "automobilia" que m'est cher !<br /> En effet, le type H était le seul où le commerçant pouvait tenir debout sans se vouter. Certaines estafettes devaient avoir le toit surélevé pour ça. Chez ma grand mère, à la campagne, c'était le Familistère qui passait avec son Type H vert à toit blanc. Il rentrait jusque dans la cour tellement c'était paumé...
Répondre
N
Pat', j'ai rajouté plusieurs images et une autre rubrique à la fin tu verras si jamais tu reviens faire un tour.
N
Coucou Pat' ! Ah oui pour une fois c'est un sujet qui te touche de près. J'ai trouvé des images de ce fameux Familistère, je n'ai pas connu pour ma part. Merci pour ton coucou, à bientôt :-)
M
Bonjour,<br /> Encore un article qui fait mouche et rappelle des tas de choses !<br /> J'ai grandi dans un minuscule village du Limousin (300 habitants à l'époque, sans doute la moitié aujourd'hui) et ces camions faisaient réellement partie du paysage.<br /> Bouchers, poissoniers, boulangers, mais aussi un véritable camion épicerie dans lequel on pouvait monter (ca devait être minuscule, mais a 6 ou 7 ans c'était le rêve!), le bibliobus pour l'école, et la Caisse d'épargne un samedi par mois. Je me souviens même d'un mini zoo passé une fois.<br /> Aujourd'hui il reste les boulangers et des camions de surgelés, et tous ces souvenirs bien sur.<br /> Encore merci pour tes articles, je reste un grand fan, porte-toi bien et...rendez-vous au prochain!<br /> Michel
Répondre
N
eh oui, j'ai trouvé des images, je me suis dit que ça te ferait plaisir de voir et çà ceux qui ont connu aussi. Ah d'accord pour le Limousin. Je n'y vais que rarement. Dommage que ces beaux coins se vident.
M
Re bonjour<br /> Je vois que tu as même trouvé les camions bibliobus et caisse d'épargne: quel talent ! ????<br /> Je viens de pas mal plus haut que St-Junien, à la frontière de la Vienne, et c'est vrai que c'est une région magnifique, même si elle se vide malheureusement depuis quasiment un siècle. D'ailleurs je l'ai moi aussi quittée puisque je suis francilien depuis bientot 15 ans.<br /> A bientot<br /> Michel
N
Bonjour Michel, merci beaucoup pour ton message, ces gentils compliments et le partage de tes souvenirs. Merci d'être fan, ça me touche ! Je connais un peu le Limousin, j'ai de la famille à St Junien. C'est joli comme coin. A bientôt :-)
D
Coucou ma NatNat, très chouette article qui rappelle de bons souvenirs, bravo ! <br /> Ouiii, il y avait la boulangère qui passait dans la rue de mes parents en Estafette blanche, puis elle s'est modernisée évidemment et avait un camion plus moderne toujours blanc. Elle est passée jusque le début des années 2000 puis a pris sa retraite. On criait toujours "le pain arrive !" quand elle klaxonnait. :) <br /> Y avait aussi le marchand de glaces avec sa musique dès les beaux jours ! <br /> Ensuite, dans un autre style, le camion à charbon qui venait livrer, et y avait dans mon coin le camion à pommes de terres. La dame très corpulente criait "pooooooooommes de teeeeeeere !" Elle me faisait un peu peur. ^_^<br /> Ici, dans le quartier, une fermière passe encore en camionnette mais elle a "juste" des patates, des oeufs des légumes et des fruits. <br /> Bonne soirée, prends bien soin de toi, je te fais de gros bisous ❤❤❤
Répondre
N
(^o^) (^o^) (^o^) je t'entends d'ici, ah ah ah !!!
D
Je t'en prie, le plaisir est partagé ! <br /> Ha ha ha ! Je n'arrête pas de dire "pooooooooooommes de teeeeerre" à haute voix depuis avoir lu ton article ! LOL :) Oui, tout à fait, le marchand de glaces est un souvenir indélébile !<br /> Groooos bisooooous encore ma NatNat ❤❤❤
N
Coucou ma chère Domdom ! T'es au taquet pour commenter et je t'en remercie infiniment ! ❤ C'est toujours un plaisir de lire tous tes souvenirs d'enfance ! J'entendais presque la voix de la dame avec ses patates LOL ! Pas connu ça, ni le charbon par ici. Le camion de glaces, c'est ce qui a le plus marqué les enfants, évidemment. Je t'embrasse trrrrès fort ma Domdominette ! ❣ ♥ ❤ ♥ ❣

Ce blog a reçu plus de 2,5 millions de visiteurs depuis sa création le 18 août 2011.

211 articles sont en ligne.

Dernière mise à jour : 1er décembre 2022

Bonjour à tous ! 
Soyez les bienvenus sur mon blog de souvenirs 70-80's.
Je m'appelle Nathalie, je suis née en 1970 et j'habite en banlieue bordelaise. Depuis toujours je suis passionnée par ce que j'appelle l'archéologie de l'enfance. J'aime entraîner avec moi d'autres nostalgiques dans un grand tourbillon des souvenirs afin de leur faire revivre ces deux magnifiques décennies.
N'hésitez pas à commenter et partager avec moi vos propres souvenirs sous chaque article, j'y répondrai avec plaisir. 
Merci et bonne visite ! 


Pour en savoir plus sur mon parcours nostalgique, cliquez sur la photo ci-dessous :

 

Liste des articles

Cliquez sur les titres des articles pour aller les consulter.

PUBS
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Hébergé par Overblog