Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les petits dossiers des Copains d'abord

Les petits dossiers des Copains d'abord

Souvenirs des années 70-80's : pubs, ciné, émissions télé, séries, dessins animés, jeux, jouets, produits disparus, bonbons, petites douceurs régressives, Casimir et l'île aux enfants

Publié le par Les Copains d'abord
Publié dans : #Pub

31 août 1981, dans les rues de Paris et de 6 villes de province (de plus de 500 000 habitants), 900 grandes affiches 4 par 3 montrent une magnifique jeune-fille à la peau dorée en bikini vert sur fond de mer turquoise avec pour seule légende : "Le 2 septembre, j'enlève le haut". Aucune autre indication.

Encore plus fort : le 2 septembre en question, la belle Myriam (c'est son prénom) est effectivement de retour; cette fois elle a quitté son haut de maillot de bain et montre fièrement ses seins. La phrase n'est certes pas plus explicite que la première fois mais par contre beaucoup plus "culottée" : "Le 4 septembre, j'enlève le bas".

Les passants sont surpris, intrigués, séduits ou même choqués mais une chose est sûre : l'affiche ne laisse personne indifférent.


Les médias à leur tour relaient l'événement en masse, on en parle partout et nombreux sont ceux qui attendent fébrilement le surlendemain.


Le fameux 4 septembre aux aurores, Myriam est effectivement au rendez-vous, elle est bien nue mais la photo est prise de dos et on ne voit que son joli postérieur. Cette fois un slogan et une signature apparaissent sur l'affiche : "Avenir, l'afficheur qui tient ses promesses".


Avenir venait de frapper un gros coup : relancer le marché de l'affichage publicitaire en France en démontrant qu'il était capable de changer toutes les affiches de la capitale et de 6 grandes villes françaises en une seule nuit.

La campagne remporta le Grand Prix de l'Affichage en 1982 et est devenue culte. Tout le monde s'en souvient aujourd'hui. Lequel d'entre nous n'a pas dit un jour "demain j'enlève le haut (ou le bas)" ? L'expression est passée dans le langage courant.

 

Teasing

C'est ainsi que s'appelle cette technique consistant à attirer le spectateur (ou le téléspectateur, lecteur, auditeur) par un message publicitaire en plusieurs étapes.

Dans la première phase, un message attire l'attention et suscite la curiosité du consommateur, il n'y a aucune signature, juste une énigme,

une question, un visuel. Le message suivant complète le premier, en donne l'explication et incite à la consommation.

Teasing en anglais signifie littéralement "taquinerie" mais il est plus correct de le traduire par "aguichage". D'ailleurs le mot "aguichage" est officiel depuis 1983, validé par la commission générale de terminologie et de néologie de l'Académie Française. Moi je trouve le mot désuet et je m'en tiens toujours au bon vieux teasing !

Cette technique est assez couramment utilisée mais présente quelques inconvénients, principalement de surcoûts de production, il faut prévoir en effet 2 affiches (voire plus) ou 2 spots télé et acheter ensuite tout l’espace média nécessaire à cette diffusion (le double de pages, le double de temps d'antenne etc...). L'énorme avantage étant de pouvoir attirer la curiosité et se démarquer de ses concurrents. Et quand on connait la guerre que se livrent les publicitaires, une seconde d’attention du consommateur n’a pas de prix !

Sur le même principe, Jacques Chirac a utilisé le teasing pour sa campagne RPR en 1986. Une première affiche montrait des enfants sur fond bleu regardant vers le ciel avec juste ces mots "Vivement demain…". Dans la seconde publicité, on voyait Jacques Chirac serrant contre lui les enfants avec le slogan "Vivement la France ! ...avec le RPR !". Mais bizarrement, elle a beaucoup moins marqué les esprits, allez savoir pourquoi !

 

CLM/BBDO

C'est le nom de l'agence de pub à qui on doit ce coup de maître. Notamment Philippe Michel, le président-fondateur de l'agence, un grand nom dans le milieu (il est décédé en 1993) et le binôme Joël le Berre, directeur artistique, et Pierre Berville, rédacteur (il y a toujours 2 créatifs à l'origine d'une campagne, le directeur artistique qui s'occupe du visuel et le rédacteur qui s'occupe du texte, du slogan).

L'idée choc proposée n'a pas convaincu complètement l'annonceur au départ, celui-ci trouvait en effet particulièrement risqué et très audacieux de mettre une fille nue sur tous les murs de la capitale et avait peur des retombées négatives. 

Mais une petite série de hasards bienheureux (des espaces libérés à la dernière minute) et le fait que le président d'Avenir parte à la retraite à peine 6 mois après (et que donc il ne se préoccupait pas vraiment des conséquences) eurent raison des dernières réticences et ont fait que le projet s'est finalement concrétisé.

Ci-contre à droite la couverture du livre de Pierre Berville paru en 2018 "J’enlève le haut : Les dessous de la Pub à l’âge d’or".


 

Shoking ! 

Le coup de pub a suscité de très vives réactions et une belle polémique à l'époque. Des associations montèrent au créneau. A Lille, l'association "Du côté des femmes" déposa plainte pour "outrage aux bonnes mœurs, atteinte à la dignité des femmes et incitation au voyeurisme". Le 5 septembre, le tribunal de Lille condamna l'afficheur à recouvrir partiellement ou totalement les affiches, à l'instigation de Pierre Mauroy, alors maire de la ville. Les passants arrachaient, parait-il, les grands carrés bleus qui avaient été collés sur les affiches par Avenir.

A Paris, l'association "Choisir la cause des femmes", dirigée par Gisèle Halimi, une avocate militante féministe, tenta de convaincre l'Assemblée Nationale de la nécessité de voter une loi antisexiste. Yvette Roudy, alors ministre socialiste des Droits de la femme, s'insurgea dans les médias contre ce qu'elle considérait être "une instrumentalisation du corps de la femme et une atteinte à sa dignité". Et Pierre Berville de réagir : "...Myriam était un pur produit de 1968, elle a une relation parfaitement saine avec son corps, la nature, un rapport totalement déculpabilisé à la nudité... Son côté sportif, mince et musclé désamorce tout le côté douteux, voire "glauque", qui pourrait être reproché à l'affiche". 
 

 

Myriam Szabo

Cette mannequin professionnelle n'était autre que la petite amie du photographe de la campagne, Jean-François Jonvelle (photographe de mode et de charme), elle avait remplacé au pied levé la mannequin initialement prévue à quelques jours du shooting aux Bahamas. Pour les petits coquins curieux (et je sais qu'il y en a plein parmi vous, ne niez pas !), voici ses mensurations : hauteur 1,73m, poitrine 88cm, taille 62cm, hanches 90cm , confection 38, chaussures 40 (comment ça vous n’en avez rien à faire de sa pointure ?!).

Danseuse soliste dès son plus jeune âge, Myriam a étudié de nombreuses disciplines du corps (arts martiaux, yoga, qi gong). Depuis 1981, elle a été actrice et soliste en danse en France, en Espagne et au Portugal et a participé régulièrement à des retraites d’étude et de méditation. Elle est également productrice de festivals de danse.

A l'époque, elle a atteint une bonne côte de popularité. Elle a été interviewée dans de nombreux magazines, notamment VSD ,et a posé nue (et de face cette fois !) dans le magazine "Photo" de novembre 81. A ceux qui lui demandaient s'il elle n'avait pas honte d'avoir posé nue, elle répondait avec cette jolie phrase : "L'obscénité n'est pas dans l'image mais dans l'œil de celui qui regarde". Et toc !
Ci-dessus une photo de Myriam en 2012, elle a 50 ans et est toujours aussi belle. Ci-dessous d'autres photos un peu plus récentes.





Ce qui est marrant c'est que son prénom n'était mentionné nulle part sur la campagne et pourtant tout le monde s'en souvient !

Montage-VSD-Photo.jpg


Magazine "ZOOM" n°84 d'octobre 1981.


 

Avenir

Si tout le monde se rappelle du prénom du mannequin, rares sont ceux qui citent spontanément le nom de l'annonceur, et c'est bien normal car ce n'était pas le grand public qui était visé lors de cette campagne mais uniquement les professionnels (les 4 500 publicitaires français et leurs annonceurs). Le quidam lui n'a retenu que l'effeuillage de la belle brunette !

Et pourtant, la campagne a largement atteint sa cible, les résultats ont même dépassé de très loin les objectifs prévus au départ et les retombées pour Avenir furent énormes.
En septembre 1981, la campagne avait déjà rapporté 2 millions de francs de publicité rédactionnelle. Tout ça pour des affiches qui ne sont restées sur les murs que 10 jours au total, quelle performance !


Tout le battage médiatique et populaire a contribué à la rendre inoubliable.

A titre personnel, j'ai toujours aimé ces publicités qui ménagent un suspens ludique, je me souviens notamment avoir découpé et gardé des pubs magazines de ce genre-là, je les appréciais particulièrement pour leur simplicité et leur ingéniosité.
Je ne me souviens malheureusement pas d'avoir vu de mes propres yeux la campagne Avenir car les affiches ne sont pas arrivées jusqu'à Angoulême où je vivais à l'époque mais j'en ai beaucoup entendu parler quand j'ai commencé à m'intéresser à la pub et que j'ai fait des formations dans ce milieu.

Affichage-novembre-2010.jpgJ'admire vraiment l'imagination et l'audace des créatifs de CLM/BBDO, ils ont tenu un pari incroyable pour relever ce défi. Et puis des fesses qui sont devenues un événement cul-turel et cul-te, franchement je trouve ça génial !

Le hasard est parfois déconcertant : au moment où je finissais d'écrire cet article, fin octobre-début novembre 2010, je suis tombée nez à nez avec cette pub affichée au coin de ma rue, à 100 mètres à peine de chez moi. C'est une campagne pour Clear Channel, un groupe de média américain spécialisé entre autre dans le mobilier urbain. Elle fait un clin d'oeil trés malin à la bonne vieille campagne Avenir, 30 ans auparavant, en montrant une jeune et belle demoiselle en maillot de bain avec ce slogan "Plus besoin d'enlever le haut pour se faire remarquer". Je n'en suis pas revenue, j'ai vite pris mon appareil photo pour l'inclure à mon article. J'ai bien fait car elle n'est restée en place qu'une semaine.

Ils sont sacrément gonflés chez Clear Channel de reprendre le même slogan et le même genre de visuel vu que ce sont les concurrents directs de JC Decaux (donc de Avenir), ça s'appelle de la chambre où je ne m'y connais pas !

Pour finir, voici quelques images vidéo d'époque que j'ai accompagné d'une chanson qui date elle aussi de 1981 et que vous reconnaitrez sûrement :

 

 

 

Campagne Chirac 1986
Pour info, la société Avenir a été rachetée par le groupe JCDecaux, le n°1 mondial du mobilier urbain, en 1999.
Commenter cet article
R
merci pour les mensurations je les cherchais depuis 1981 lol
Répondre
N
ah ah ah, à ton service David ! ^^
F
Très intéressant, ce dossier! Oui, tous les gens de notre génération se souviennent bien de cette campagne de pub aussi gonflée que géniale… Et le fin mot de la campagne s’accompagne d’un petit commentaire sur le monde de la pub, si on n’y réfléchit bien… Oui, on nous avait promis « le bas » et l’annonceur a tenu sa promesse, mais on s’attendait à « plus », en fait… Et c’est cela, l’art de la pub : on ne ment pas franchement (puisque la publicité mensongère tombe sous le coup de la loi), mais on présente les choses de manière avantageuse, voire trompeuse…
Rigolo, au fait, la campagne de Chirac… Je n’en avais aucun souvenir, effectivement…
Aujourd’hui, on ne pourrait plus montrer un mannequin seins nus pour vendre quelque chose… Je sais qu’il y a tout un débat autour de ça, mais je regrette l’époque où la nudité avait cessé d’être transgressive… Une époque bénie, qui s’est arrêtée à peu près à l’époque de cette pub, d’ailleurs… Mais je constate, dans les films et séries, par exemple, que le corps se dénude beaucoup plus à nouveau… Je déteste la pudibonderie…
Pour le choix de la chanson de Patrick Coutin (un très bon choix !), il a raconté l’histoire de cette chanson dans l’émission « la vie secrète des chansons » (une émission passionnante, je trouve)… Il écrivait des articles dans Rock & Folk et avait ses entrées dans le monde de la musique… Il se trouve qu’il connaissait l’ingénieur du son du studio d’enregistrement le plus prestigieux de France, au château d’Hérouville… Et avec son groupe, il a pu y passer un mois gratuitement, à enregistrer un album ! Les autres membres du groupe ont fini par trouver le temps long, et ils sont allés rejoindre leurs copines sur la côte (c’était l’été). Coutin n’avait qu’une envie, celle d’aller les retrouver, et aussi de retrouver la belle blonde de l’été précédent… Et donc, n’y tenant plus, il a écrit cette chanson… L’album a d’abord été un échec total, mais grâce aux radios libres qui venaient d’être légalisées, la chanson est passée en boucle et est devenue un tube… Voici l’histoire ici : https://www.youtube.com/watch?v=j-FXIUzdHUM
Répondre
N
Oh la la François, je suis navrée de ne répondre que maintenant.... J'étais persuadée de l'avoir déjà fait... Sur FB peut-être alors ?..... En tout cas, toutes mes excuses. « La vie secrète des chansons » est une super émission, j'aime beaucoup aussi. Très chouette l'anecdote sur Coutin, merci. Oui on a beaucoup perdu dans la liberté de ton et l'impertinence. Dommage....
V
Article très intéressant et très complet. Bravo
Répondre
N
Merci Vincent c'est gentil, ravie que mon article sur cette pub culte t'ait intéressé.
C
Je me souviens de la polemique que cette campagne avait fait soulever. Avenir avait tapé dans le mille lol
Répondre
N
Bonjour Cymico,
oui ils avaient vraiment fait très fort !
D
Très bon article toujours aussi agréable à lire ! Ouiii je me souviens de cette campagne publicitaire ! Je n'ai pas vu de panneaux (j'étais un peu jeune pour percuter, je pense) mais vu tout le tintouin que ça a fichu, j'ai dû en entendre parler à la télé ou à la maison !
Effectivement, c'est une excellente tactique de pub. Me souviens des panneaux de Chirac !
Ha ha, très bon choix que la chanson de Patrick Coutin pour accompagner la vidéo ! "Sea, sex and sun" de Gainsbourg aurait été pas mal aussi. En revanche, "tout nu tout bronzé" de Carlos faisait moins sexy PTDR. Bon dimanche et gros bisous ma Didilette, merci pour cet article "culotté" pour reprendre ton jeu de mots, j'ai adoré.
Répondre
N
LOL merci ma Domdom, c'est toujours un grand plaisir de te lire, merci pour tes compliments et tes souvenirs ! Bon dimanche également et gros bisous ! ♥
E
Cette campagne a surtout réussi à enlever aux femmes ce qui leur restait de possibilité d'être subversives et à proclamer leur asservissement volontaire à un système où elles sont mises de gré ou
de force au service des hommes.
Si Myriam n'avait pas été en galère et eu besoin de fric comme la plupart des femmes qui vendent leur nudité ou carrément leur charme, il est fort à parier qu'elle n'aurait pas posé pour une telle
truanderie.
Mais dans un système où les pauvres sont à 80% des femmes, cellesci n'ont le droit de bouffer qu'à la condition de se mettre au service de leur propre asservisssement.
Répondre

Ce blog a reçu plus de 2,3 millions de visiteurs depuis sa création le 18 août 2011.

204 articles sont en ligne.

Dernière mise à jour : 3 décembre 2021

Bonjour à tous ! 
Soyez les bienvenus sur mon blog de souvenirs 70-80's.
Je m'appelle Nathalie, je suis née en 1970 et j'habite en banlieue bordelaise. Depuis toujours je suis passionnée par ce que j'appelle l'archéologie de l'enfance. J'aime entraîner avec moi d'autres nostalgiques dans un grand tourbillon des souvenirs afin de leur faire revivre ces deux magnifiques décennies.
N'hésitez pas à commenter et partager avec moi vos propres souvenirs sous chaque article, j'y répondrai avec plaisir. 
Merci et bonne visite ! 


Pour en savoir plus sur mon parcours nostalgique, cliquez sur la photo ci-dessous :

 

Liste des articles

Cliquez sur les titres des articles pour aller les consulter.

PUBS
 
 
 

DOUCEURS REGRESSIVES
PRODUITS DISPARUS
 
 
 
 
JEUX JOUETS
 


CATALOGUES DE JOUETS
 


TELE
 
 
 
 
MODE ET DECO
 
 
 
 
ECOLE
 
 
 
 
 
 
 
MUSIQUE
 
CINE
 
 
 
 

L'ILE AUX ENFANTS
 
 
 

 

 

Hébergé par Overblog