Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 19:03



Voilà une pépite comme je les adore, une pub institutionnelle pour la société générale en 1972 sous forme de comédie musicale de 2mn20. On en a pour son argent avec ce long format, c'est le cas de le dire pour une banque.

Les protagonistes sont présentés au début du spot et apparaissent en dansant et chantant : le directeur, le conseiller, le caissier, les secrétaires et les gardiens qui enchaînent de magnifiques chorégraphies dans un décor typiquement années 70 orangé-marron.

Les mini-jupes et les moustaches sont de sorties !

J'aime particulièrement les paroles de la chanson, notamment lorsque les 3 secrétaires s'exclament :
"Nous sommes les ballerines des machines, les amazones du téléphone".
Ou que les 3 gardiens annoncent fièrement :
"Discrétion, protection, attention, nous sommes les gardiens, nous veillons sur vos biens, soirs et matins".
 
Bref je suis fan de cette vidéo !
 
Cette fantaisie et cette bonne humeur ambiante des pubs de l'époque manquent cruellement aujourd'hui je trouve. 

La musique a été composée par François de Roubaix (auteur des musiques de Chapi Chapo, des films "Le vieux fusil", "La scoumoune" etc...).
Le morceau s'appelle "Ma banque par choeurs". 

La mini comédie musicale réalisée par
André Szöts était produite par Claude de La Vasselais et les films Jean Mineur.
Le
 disque hors commerce était apparemment offert gracieusement par la banque.

On peut apprendre au verso du disque que parmi les acteurs, il y avait notamment
 Agathe Natanson qui jouait la fille de De Funès dans le film "Oscar", c'est la cliente qui rentre dans la banque au tout début.



Je vous laisse déguster cette petite merveille :
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 15:12
"Pousse-Mousse, on pousse et ça mousse, c'est bien plus malin pour se laver les mains" !

Vous vous êtes déjà lavé les mains avec Pousse-Mousse ? Vous avez déjà fredonné la chansonnette qui va avec ? Alors vous avez forcément plus de 30 ans !
 

Ça parait anecdotique aujourd'hui mais jusqu'au début des années 80, on se lavait les mains avec du bête savon solide, le truc qui glisse entre les doigts quand on essaye de l'attraper, qui mousse assez péniblement et qui fond sur le bord du lavabo en laissant des trainées peu ragoûtantes. L'arrivée du savon liquide en flacon à pompe a donc été une véritable petite révolution.

Ci-dessous, une pub magazine de 1981 (les suivantes également) :




Quand on était môme, il fallait bien avouer que c'était la corvée de se laver les mains après être aller galoper dehors. La plupart du temps on râlait et on avait droit à l'éternelle question de nos mamans "fais voir tes mains, elles sont propres ?" et quand on répondait "oui", il fallait les montrer pour prouver que ... ouais bon d'accord elles n'étaient pas aussi propres qu'on le pensait !
 

Grâce à Pousse-Mousse, le lavage des mains était devenu enfin facile, ludique et même magique. On appuyait sur le piston avec le doigt (ou avec le coude) et en se frottant les mains avec de l'eau, on obtenait une mousse toute douce qui sentait merveilleusement bon. De quoi motiver les plus récalcitrants des garnements !

Pousse-Mousse (qui s'est appelé Pouss' Mousse par la suite) a été créé en 1981, il faisait parti du groupe S. C. Johnson qui l'a revendu à Palmolive en 1993 (en même temps que Tahiti douche).

Le produit a disparu des rayonnages à ce moment-là. Ca parait étrange d'autant que Palmolive a ensuite continué à distribuer des savons liquides en flacon doseur.


Chez moi on a acheté Pousse-Mousse dès sa sortie dans les grandes surfaces, j'ai la chance d'avoir une maman qui adore les nouveautés elle aussi !
On prenait surtout le bleu car c'était notre couleur préférée et puis notre salle de bain était bleue.J'aimais bien ces jolis flacons tout en rondeur acidulée.

Un flacon permettait 300 lavages (300ml). Enfin ça c'est si on appuyait une seule fois, mais je suis sûre que tout le monde appuyait 2 ou 3 fois au moins !
On pouvait acheter seulement la recharge si on voulait (c'était moins cher sans le petit système à pompe). En général, elles étaient vendues par 2.


 
Ce qui a fait le succès du célèbre savon liquide, ce sont aussi ses pubs rigolotes
 
En 1981, il n'y avait pas encore la fameuse petite ritournelle mais le slogan était déjà là : "C'est bien plus malin pour se laver les mains" :
Voici le spot de 1983 qui a marqué tous les esprits et dont on se souvient encore aujourd'hui. La chanteuse est Liliane Davis, également la voix des disques des Coco girls et du générique Edgar detective cambrioleur, entre autre.
La comptine est modernisée en 1986 :

Voici une pub en affichage de 1989. Pousse-Mousse est devenu Pouss' Mousse au passage.
 

Nouveau spot en 1990 avec un petit chenapan qui prend plaisir à se salir pour mieux se laver avec Pouss' Mousse !

Il y avait alors 5 parfums différents pour le savon liquide : senteur lavande, senteur fraîche, senteur florale, citron et peaux délicates.

En 1992 sont apparus des gels douche (4 parfums). Je ne savais pas qu'il y en avait eu, le nom ne veut plus dire grand chose du coup, plus besoin de pousser quoi que ce soit pour faire mousser ! A voir ICI.

En 1993, Pousse-Mousse proposait des cadeaux Asterix sur des petits prospectus attachés aux flacons de savon. Il s'agissait de kits scolaires (sacs à dos, trousses, taille-crayons, classeurs, étiquettes...) qu'on pouvait obtenir contre des preuves d'achat et un complèment en francs (offre valable jusqu'au 30 juin 1994).

 



Il y a eu des pin's Pousse-Pousse au début des années 90 également.

 


En 2014, Palmolive a sorti une nouvelle version de Pousse-Mousse, le Magic Pouss’ Mousse.
Cette fois le flacon-doseur délivre directement une mousse volumineuse aux parfums fruités : Citron/menthe, jasmin, mandarine et framboise. Je n'en ai pas vu en magasin personnellement.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 16:25
 
Que peuvent bien avoir en commun un boucher, un garagiste et une jeune-fille vêtue de blanc ?... C'est facile : la lessive Gama !
 
J'ai une tendresse particulière pour cette pub qui fleure bon la petite ville de campagne typiquement française avec sa boucherie, son garagiste et son épicier. Dans cette rue idéalisée, on a un concentré de la simplicité, de la gaité et du charme des années 70-80. 
 
On doit l'idée de la Rue Gama à
Philippe Gaumont, alors président de l'agence FCB (de 1983 à 2005, il est décédé en 2006).
Le groupe Colgate-Palmolive avait lancé Gama en 1974 et misé en 1978 sur une campagne de pub sur le thème de "lessive poids lourd" (à voir ICI)
. On se souvient tous que Coluche s'était d'ailleurs moqué de cette pub dans un de ces sketchs : "Gama, la lessive poids lourd... pour laver les camions !".

La lessive faisait certes le poids contre la saleté mais les français n'avaient pas adhéré au concept, la part de marché de Gama était passée de 6 à 3 %.
Alors qu'on était en
pleine période d'allégement des idées et de l'alimentation, Gama avait besoin d'une campagne moins écrasante et plus légère.

C'est ainsi qu'est née cette idée de petit village, apportant simplicité, fraîcheur et gaieté à la marque, et surtout une vraie identité. Les ventes ont grimpé jusqu'à 6,5 % grâce à cette campagne.

Pour apporter une touche musicale à ce tableau idyllique et saupoudrer le décor d'une note encore plus franchouillarde, quoi de mieux qu'un petit air d'accordéon ?
La chanson du spot est inspirée du célèbre "A Paris" de Francis Lemarque en 1949 mais dont on connait plutôt la version par Yves Montand en 1953 (à voir ICI en répétition en 1965).

 
Les paroles de la pub sont inoubliables, malheureusement on ne connait en général que la toute première phrase ! Je vous aide pour la suite :
 
Rue Gama. 
Y'a le boucher tout taché,
il lui faut du costaud pour être à nouveau beau pour partir au boulot.
Rue Gamma.
Y a aussi le garagiste qui se tâche, c'est pas triste.
Faut queq'chose qui fait l' poids pour enlever ces tâches-là.
Rue Gama.
Y a la fille, qu'est toute blanche, jolie comme un dimanche,
propre comme un sous neuf, comme un printemps tout neuf.
Rue Gama
Oui Gama, fait mieux l' poids contre toute la saleté
et les tâches se détachent avec facilité.
Rue Gama, Rue Gama, Rue Gama.
 
Ci-dessous, le garagiste tâché mais heureux grâce à sa petite femme qui lave avec Gama, la jeune-fille en fleur, l'épicier joyeux et le boucher fier de son beau tablier immaculé. Merci madame la bouchère et merci Gama !
 
 
Maintenant que vous connaissez les paroles, je compte sur vous pour chanter en regardant le spot :
L'année d'après, en 1981, c'est l'arrivée des biodétachants suractifs dans la lessive, ce qui donne lieu à un duel rue Gama entre poudre traditionnelle et nouveau Gama.
"Le nouveau Gama, c'est quand même aut' chose, hein ?" s'exclame le boucher.
Cliquer sur les images ci-dessous pour voir le spot :


 
1984, dans le nouveau spot pour Gama le moustachu tout tâché est rejoint par un écolier avec ses tâches d'encre et par un pâtissier trop pressé qui décore son tablier de crème au beurre.
Cliquer sur les images ci-dessous pour voir le spot :


 
La transition a lieu en 1986 avec l'arrivée rue Gama d'un fast-food ("qui se prend pour Hollywood") et de nouvelles tâches à combattre : marqueurs, hamburgers, glaces aux fruits.

La rue ne ressemble plus à celle de 1980, on se retrouve dans une grande ville qui n'a plus rien à voir avec la petite bourgade de campagne.
L'accordéon est d'ailleurs remplacé par un rythme rock. Malgré la tentative pour la moderniser, la rue Gama ne fait plus rêver, elle est même devenue ringarde et vieillotte. Les consommateurs ne suivent plus et la part de marché chute à 3%.
Après ce flop, la marque ne fait sa réapparition à la télévision qu'en 1990 avec un tout autre concept : le tout nouveau Gama compact et sa bio-technologie utilise désormais l'image des Triplés de Nicole Lambert avec de la musique classique en fond sonore, complètement à l'opposé de l'ancienne campagne.
 
En 2004 un clin d'oeil à la rue Gama  a été fait dans un spot simpliste avec l'ancienne signature musicale: "Elle s'est fait un nom dans la rue"  (à voir ICI).
 
Un remake fut prévu par Procter & Gamble en 2011 mais il n'a jamais vu le jour.

Il faut s'y faire, la Rue Gama fait définitivement partie du passé, mais il fait toujours bon y flâner de temps en temps au hasard d'un clic de souris !
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 16:48

Un petit coup de coude à droite, un petit coup de coude à gauche, "Monsieur Plus" ne ménageait jamais ses efforts pour augmenter les doses d'ingrédients dans les biscuits Bahlsen. Il avait la main lourde pour le plus grand bonheur des gourmands !

C'est en 1978 que "Monsieur plus" est apparu dans les spots de la marque allemande pour communiquer sur les quantités généreuses de produits apportés à ses préparations. Un mouvement convulsif de son bras (voire de son fessier !) et la quantité de sucre, de noisettes ou de chocolat versée par les pâtissiers dans les ateliers Bahlsen était multipliée par deux.
Le personnage a été créé par Daniel Robert, un grand publicitaire à qui l'on doit également le personnage de Bison Futé.
Il est l'auteur de slogans célèbres comme "Un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts !", "Tu t'es vu, quand t'as bu ?" ou "SNCF, c'est possible !".

L'acteur qui incarne Monsieur Plus s'appelle Gérard Cuvier. Il est malheureusement décédé le 21 juillet 1992 en se noyant dans la Seine lors d'une promenade en barque à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Acteur de café-théâtre, Gérard Cuvier avait joué aussi dans quelques films, notamment "La boum 2" en 1982, "Papy fait de la résistance" en 1983 et "Une époque formidable" en 1990 où il incarnait un clochard.

Voici la pub télé de 1979 pour les biscuits aux noisettes Kipferl :
Et les pubs magazines issues du spot :



Toujours en 1979, il se fait aider de "Coco", le perroquet, pour multiplier les ingrédients, normal puisque c'est pour Cortez, un biscuit à la noix de... coco !
 
Voici le spot télé :
Et les pubs papiers. La seconde avec la bulle me fait penser à la pub télé pour la boisson Tropico ("Tropico Coco ?")


Dans ce 3ème spot de 1979, "Monsieur Plus" joue les James Bond pâtissier avec pour mission de rajouter des pépites de chocolat dans la préparation des Chokinis :
Dans une pub télé de 1992 pour les produits apéritifs, une jeune femme demande à "Monsieur Plus" : "Vous êtes chez Bahlsen ?". Le moustachu au tique sympathique répond : "J'étais chez Bahlsen. Aujourd'hui ils n'ont plus besoin de moi".
La marque a en effet changé son fusil d'épaule et préfère communiquer sur la qualité plutôt que sur la quantité. Mais curieusement Bahlsen a encore besoin des services de "Monsieur Plus" pour dire qu'il n'en a plus besoin, ce qui est comique il faut bien l'avouer si on y réfléchit !
Dans cette publicité-ci, réalisée par Patrice Leconte et toujours en 1992, on le voit pêcher avec un petit garçon. "Qu'est-ce que tu veux que je fasse de plus ?" explique-t'il à l'enfant avec humour en parlant des biscuits qui semblent si parfaits :
Et dans celle-ci, il avoue à des voisins fêtards qu'il n'est pour rien dans le croustillant et petit goût de Paprika des Stackers.
Au passage, on peut reconnaitre l'actrice Elodie bouchez au centre :

"Monsieur Plus" apparait dans un dernier spot en septembre 1992 pour les biscuits Graffiti. Elle est sortie à titre posthume, il est décédé seulement 2 mois auparavant.

En 1993, un nouveau "Monsieur Plus" apparait dans une pub télé mais ça ne fonctionne plus, le moustachu au noeud papillon qu'on a tous connu est irremplaçable.
Ce n'est pourtant pas ce qu'affirme Michel Maître, directeur général adjoint de Lintas (l'agence de pub) tout en déplorant  les circonstances tragiques de la disparition de l'acteur : "Monsieur Plus existe en soi, le personnage doit continuer".
N'empêche, pour moi il n'y a qu'un seul "Monsieur Plus" et c'est Gérard Cuvier.

Celui-là a vraiment l'air déguisé avec une moustache postiche !
Ci-contre un pin's de Monsieur Plus que j'ai trouvé au hasard d'un vide-grenier.

J'ouvre une parenthèse au sujet des biscuits Graffiti de Bahsen que j'aimais beaucoup car ils étaient enrobés de chocolat et on n'en faisait qu'une bouchée !

Voici deux spots télé, je me souviens particulièrement bien du premier (de 1986) mais pas du second avec Christophe Salengro (1989). Ce dernier avait fait la campagne "Et hop" de la pub Gerflor 3 ans auparavant.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 21:55

 

Voilà encore un petit bijoux de la chanson publicitaire comme je les aime ! Une perle découverte par hasard en cherchant des infos sur la Renault Fuego, voiture emblématique du tout début des années 80.

Richard Lord qui interprète ce morceau en 1980 en est aussi l'auteur-compositeur, un beau moustachu à col roulé ! Il était apparemment spécialiste des chansons publicitaires pour les voitures puisqu'il a aussi "commis" : "La chanson du Rallye Monte-Carlo" (1972), "Renault Sport Disco/Le Mans 78" (1978), "Macadam star" pour la Renault 9 (1982) et "The Winning Lion" pour la 205 turbo de Peugeot, championne du monde des rallyes en 1985.

Richard Lord a interprété trois chansons différentes pour la Fuego en 1980, rien que ça ! Il y a eu "Fuego reggae", "I feel Fine (with my Renault Fuego)" et donc "Mon nom est fuego" dont voici le visuel flamboyant sur la pochette du 45 tours.

Il faut avouer que c'est tout de même assez étrange comme concept d'écrire un titre entier sur une voiture pour une publicité !

Il faut s'imaginer écouter les paroles en conduisant une superbe Fuego avec le volant en moumoute, le pare-soleil arc-en-ciel, le chien qui remue la tête et le chapeau cache rouleau de papier toilette sur la plage arrière !

Les voici, c'est du lourd :


"On peut te chanter sans faire du disco.
Un nom qui claque comme un flamenco.
Nouveau produit des usines Renault.
C'est merveilleux. On roule en stereo !
Fuego, tu es magnifique,
Ta ligne sobre, sportive est magique ...Olé !"


Je vous laisse écouter cette merveille :

La Fuego a été lancée par Renault en mars 1980, c'était un coupé semi-sportif au confort de berline qui remplaçait les coupés Renault 15 et Renault 17, disparus en 1979. Elle utilisait de nombreuses pièces mécaniques de la Renault 18.
Son nom évocateur (feu en espagnol) comme sa ligne originale et audacieuse, signée par Robert Opron (auteur des designs des Citroën DS, GS ou CX), ont marqué les esprits.

C'était la première Renault depuis 1961 qui avait un vrai nom  alors que les autres voitures de la marque avaient à cette époque une appellation chiffrée (R5, R14, R16 etc...).

Elle a été produite de 1979 à 1985 mais les stocks ont été écoulés en Europe jusqu'en 1992. La production totale a été de 265 367 exemplaires (dans les 19 pays où elle fut distribuée). Elle ne trouva jamais vraiment son public. Peut-être était-elle trop originale ? Le prix assez élevé a sans nul doute également découragé les acheteurs.
En 1983, la Fuego est la première voiture au monde à être équipée de l'ouverture centralisée à télécommande infrarouge.
Le prix clé en main était de 43 000 francs pour le modèle TL millésime 1981.

"Mon nom est Fuego" n'est pas qu'une chanson, c'est aussi le slogan utilisé lors de la grande campagne de pub dans la presse et en affichage en 1980.






Ci-dessous une pub magazine de 1987 avec la Fuego à toit ouvrant électrique :




Aussi étonnant que cela puisse paraitre la Fuego a eu du succès aux États-Unis quand elle y a débarqué au printemps 1982.
Ils ne se sont pas trop creusé la tête pour le sloagn en traduisant mot à mot : "My name is Fuego" ! 




On peut la voir ici dans un épisode de K2000, c'est assez marrant et insolite je trouve !

Kad et Olivier lui ont rendu hommage dans leur film "Mais qui a retué  Pamela Rose ?" dont l'action se déroule aux Etats-Unis. On y voit une version jaune de la Fuego avec la mention "The French car of the year 1982" , puis en noire avec une voix comme K.I.T.T. dans K2000 !
Il parait que la voiture a une vraie popularité aux Etats-Unis. Comme le raconte Kad Merad : "On n’a même pas eu besoin d’importer la voiture de France parce que là-bas, il existe des clubs de Fuego ! Dans les années 80, 20 000 Fuego ont été fabriquées aux États-Unis et des gens sont même venus nous voir sur le tournage avec leur Fuego. Je ne plaisante pas ! Ça m’a tué ! Les mecs sont aussi fans que ceux qui vouent un culte aux Mustang dans notre pays".

A titre personnel, je me souviens de l'arrivée d'une Fuego rouge flambant neuve conduite par l'oncle d'une amie autour de 1980-81 (j'avais 10 ans) dans le petit village où nous étions en vacances. Il travaillait chez Renault donc il était bien placé pour avoir les derniers modèles. Dans mes souvenirs, j'avais été impressionnée, je l'avais trouvée vraiment d'enfer avec son look de voiture de sport, ça changeait de tout ce qu'on voyait habituellement !



Je finis avec une pub argentine de 1983.
Elle se voulait sans doute futuriste mais ça donne un spot de science fiction ringard et
 too much, et du coup... génial !

Merci au site "http://blog.auto-selection.com/" pour les infos sur le film de Kad et Olivier.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:31
La pub pour le parfum Egoïste par Nath-Didile
Je pense que nombreux ont été comme moi marqués par cette splendide publicité pour le parfum "Egoïste" de Chanel, par son côté à la fois esthétique, mélodramatique et lyrique. La musique, qui en est indissociable, est totalement inoubliable. D'ailleurs j'ai une belle anecdote à son sujet que je raconterai à la fin de l'article.

La pub démarre en noir et blanc. Aux fenêtres d'un palace luxueux, des femmes en robes haute-couture crient leur rancœur envers un homme qu'on ne voit pas avec des airs de tragédiennes, elles le supplient de se montrer. Le film passe ensuite en couleurs, on aperçoit le bras nu de l'homme qui pose le flacon de parfum sur la balustrade de son balcon. Elles se mettent alors à scander "Égoïste" en ouvrant et fermant les volets au rythme de la musique.
 


Théâtral et diablement efficace. A l'époque tout le monde s'est souvenu du nom du parfum après la première diffusion à la télé. Toutes les pubs ne peuvent pas en dire autant !
 
Le réalisateur Jean-Paul Goude raconte :
"Si le film est réussi, c'est probablement parce qu'il s'inspire d'un projet personnel, en l'occurrence un film musical de 52 minutes destiné à une chaîne
de télévision. Inspiré par Farida, ma compagne à l'époque, qui avait écrit un poème extraordinaire intitulé "La Femme au nez coupé", le projet chroniquait un fait divers particulièrement dramatique dont elle avait été le témoin lorsqu'elle habitait encore aux Minguettes à Lyon : un macho ivre de jalousie avait coupé le nez de sa femme bien-aimée pour la punir de son infidélité. Penchées aux fenêtres de leur HLM, des ménagères d'origine maghrébines, témoins de la tragédie, insultaient le criminel tout en claquant les volets sur le rythme de la musique ambiante.
Le projet TV Farida étant malheureusement mort aussi vite que je l'avais présenté, je l'ai ressuscité pour Egoïste en substituant nos Maghrébines à une cohorte de top-modèles en colère penchés aux balcons d'un palace de La Riviera pour dénoncer l'égoïsme masculin. Le film fut tourné à 10 kilomètres de Rio, en rase campagne, dans un décor de cinéma entièrement reconstitué à l'image du Carlton de Cannes. Pas question à l'époque de trucages sur ordinateur, donc très peu de postproduction. A ce titre, Egoïste reste sans doute le dernier film publicitaire d'une époque et mon bref-métrage préféré".


Digne d'une super-production cinématographique, la pub a en effet nécessité la construction d'une reproduction de l'hotel Carlton à Cannes en plein désert brésilien. Pour cela, Jean-Paul Goude a fait appel à Michel Rose
(en collaboration avec Yves Bernard), un décorateur-scénographe qui a beaucoup travaillé avec lui, notamment pour les pub Dim, EDF, Club Med etc...

Ci-dessous à gauche le vrai Carlton, à droite la reproduction de la pub, bluffant !




Ici le dessin préparatoire pour le bâtiment et le story-board :



Trois cents ouvriers se sont attelés à la construction du palace en stuc pendant près de quatre semaines.

Ci-dessous en haut à gauche la maquette préparatoire puis au fond la construction de la structure grandeur nature.



 
Bien sûr la structure n'est qu'un mur, Michel Rose n'a pas reproduit tout le bâtiment.




Pendant le tournage :



La musique sophistiquée et rythmée est un extrait de "Romeo et Juliette", ballet pour orchestre symphonique du compositeur russe Sergei Prokofiev (1935). Le morceau s'appelle "La Danse des chevaliers" (Acte 1, scène 13), il va crescendo et souligne bien l'intensité dramatique du film.

Quant au texte, qui monte également en puissance, il parodie "Le Cid" de Corneille.

"Égoïste.
Où es-tu ?
Montre-toi misérable !
Prends garde à mon courroux, je serai implacable.
Ô rage !
Ô désespoir !
Ô mon amour trahi !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Montre-toi, égoïste !"




Voici la vraie tirade de don Diègue dans "Le Cid" (Acte 1, Scène 4)

"O rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?"

Tout y est pour montrer le côté mélodramatique : des femmes hystériques qui semblent souffrir à cause du même homme, des cris, des pleurs, du désespoir, le tout souligné par le noir et blanc.
Comme le dit Jean-Paul Goude dans le dossier de presse : "un style lyrique sur un mode dramatique qui se réfère aux films d'Eisenstein. Au rythme saccadé d'une symphonie musicale grandiose, elles déclament des alexandrins qui révèlent haut et fort leur souffrance. Celle que les hommes – un homme en particulier – leur font subir"

Les types de plan utilisés par le réalisateur sont très variés et suivent la logique du récit : on passe du très gros plan (l'œil qui pleure) au gros plan, puis au plan rapproché pour arriver à un plan d’ensemble pour l'image finale (le bâtiment entier avec des voitures qui passent devant).

Voici donc le spot de 30 secondes (j'ai pris la version anglaise dont l'image et le son sont de bien meilleure qualité) :
Jean-Paul Goude obtint un Lion d'or à Cannes lors du festival international de la publicité en 1990 pour cette campagne avant de récidiver pour Chanel l'année d'après pour le parfum Coco avec Vanessa Paradis.
 
En 2001, Michael Youn avait fait une parodie de la pub que je trouve très drôle  dans son émission "Morning live" :  
Mon anecdote autour de la pub comme promis :

On est donc en 1990 et sur le plateau de l'émission "Nulle Part Ailleurs" présentée par Philippe Gildas, il y a un chroniqueur que j'adore : Jérôme Bonaldi. Je regardais déjà ses interventions dans l'émission "Direct" toujours présentée par Gildas sur Canal + (85-87). J'aimais l'entendre parler de trucs et de bidules, d'inventions et surtout de publicité.
Ce soir là, il parle d'un tout nouveau spot pour le parfum Egoïste réalisé par Jean-Paul Goude. Devant mon petit écran, je suis vraiment époustouflée par la beauté de la pub et surtout je tombe instantanément amoureuse de la musique. Malheureusement Bonaldi n'en parle pas et je me demande bien comment je vais pouvoir retrouver le morceau. A l'époque pas d'internet bien entendu.
 
Comme j'habite Paris à ce moment-là, je me rends à la Fnac de la Bastille dès le lendemain avec l'espoir de retrouver la fameuse musique mais je sais que les chances sont très minces. Il faut en effet tomber sur quelqu'un qui, premièrement a vu l'émission de la veille et deuxièmement connait le morceau en question.
 
Je vais au rayon classique et je demande au vendeur : il n'a malheureusement pas regardé l'émission, ni ses collègues. En désespoir de cause, je me balade dans le rayon classique et j'aperçois un papy affairé devant un bac de CD. Qui ne tente rien n'a rien, on ne sait jamais, je me dirige donc vers lui et lui demande si par le plus grand des hasards il n'aurait pas regardé "Nulle part ailleurs" la veille. Il me répond "oui" ! Je lui demande alors s'il se souvient de la pub présentée par Jérôme Bonaldi. Là encore il me dit "oui"... la chance ! Donc je me lance en croisant les doigts derrière mon dos : "Connaissez-vous le morceau classique qui était en fond ?"... roulements de tambour... il me répond : "oui bien sûr, c'est "Roméo et Juliette" de Prokoviev". Bingo !!!
Je me dirige donc vers le bac Prokofiev pour trouver le CD mais problème, il y a de nombreuses versions par différents orchestres... Je retourne donc voir le papy et en m'excusant de l’importuner de nouveau, je lui demande si par hasard il ne saurait pas quelle version est la meilleure. Par chance là aussi il sait très bien quel enregistrement est le meilleur, il cherche le CD, le trouve parmi tous les autres et me le tend avec un sourire. Je n'en reviens toujours pas du hasard chanceux que j'ai eu ce jour-là !
25 ans plus tard, j'ai toujours ce disque, je l'ai écouté un nombre incalculable de fois depuis.

 
Pour couronner le tout et "boucler la boucle", j'ai pu aller voir en décembre 2011 le ballet "Romeo et Juliette" avec la divine musique de Prokofiev au Grand-Théâtre de Bordeaux. J'avoue que lorsque j'ai entendu les premières notes de la "Danse des chevaliers", le thème utilisé dans la pub, j'ai eu les larmes aux yeux et j'ai senti une très grande exaltation.
 
 
Un grand merci au scénographe Michel Rose qui a bien voulu que j'utilise ses photos de la création du décor. Son site internet : http://www.michelrose.fr/
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 15:47
 RATP Ticket chic ticket choc 45 tours 1981... ou comment un petit rectangle de carton jaune à bande marron est devenu culte et a marqué tous les esprits grâce à une campagne de pub fun et percutante en 1981.
 
A l'époque j'avais 11 ans et je ne connaissais pas grand chose de Paris, je n'y avais jamais mis les pieds et je n'avais même jamais vu un ticket de métro. La première fois que j'y suis allée 3 ans plus tard, et à cause de cette fameuse pub, j'ai gardé un de mes tickets qui est ensuite resté dans mon porte-feuille durant plusieurs années. L'objet usuel était devenu un symbole à mes yeux, j'étais déjà une grande fan de pub !
 
Le plus étonnant c'est que tout le monde se souvient de ces publicités alors qu'elles ne s'adressaient pourtant qu'à un public relativement restreint : les 18.8% de la population française vivant en région parisienne.
 
1981
 
Ticket-RATP-en-1981.jpgLa RATP cherche à faire oublier l'image caricaturale "métro-boulot-dodo" et veut partir à la reconquête du public, notamment les automobilistes.
Dans l'esprit des consommateurs le métro et le bus sont reservés à ceux qui n'ont pas le choix et qui n'ont pas les moyens d'avoir un véhicule.
Depuis 1978, la RATP se présentait déjà comme "La deuxième voiture" mais la communication devait aller encore plus loin.

 
C'est l'agence Ecom/Univas qui a été chargée de la campagne en ayant pour mission de faire évoluer les mentalités, changer le regard des voyageurs sur les transports en commun et donner une image de marque moderne à la RATP. Et pour ça le héros de la campagne était tout trouvé : le ticket jaune citron à piste magnétique, un signe reconnaissable qui colle parfaitement à la marque et qui a un grand capital sympathie auprès du public.
 
Ainsi dans le premier spot télé de 1981, le petit rectangle cartonné est présent partout et sous toutes les formes dans une avalanche d'images colorées et dynamiques. On le retrouve coincé dans un chapeau, dans un décolleté, dans un ourlet de pantalon, sur la poche d'un jean. Il habille aussi de ses couleurs une vache, un kiosque percuté par un vélo et un banc public où s'embrassent des jeunes mariés.

Vache Ticket chic

Les publicitaires (Isabelle Dumont, rédactrice et les directeurs artistiques Serge Larue et Benoit Chavane)
 se sont inspirés des courants artistiques de l'époque, notamment des visuels de pochettes de disque, des titres détournés du journal Libération et des graphismes du magazine Actuel, un mensuel branché et agitateur d'idées des années 80 (disparu en 1994). Choc des images, jeux sur les mots, les publicitaires avaient trouvé la recette miracle pour faire de la RATP une marque jeune et branchée.

Voici donc le spot de 30 secondes de 1981 :

Le tournage a eu lieu en septembre 1981 pendant une dizaine de jours aux studios de Boulogne-Billancourt pour un budget de 560 000 francs (85 000€ environ). Il a été réalisé par Lester Bookbinder à qui l'on doit également la pub pour Nestlé dessert avec la poire recouverte de chocolat fondu.  
RATP Ticket chic ticket choc 45 tours et portrait Roddy Jul
Le 45 tours avec la version longue du morceau est sorti en 1982, il fait partie de ma collection de vinyles de pub. La chanson a été écrite par Isabelle Dumont créatrice du fameux slogan "Ticket chic, ticket choc", la musique était composé par Germinal Tenas.

L'interprète s'appelle Roddy Julienne, il a participé à de nombreuses comédies musicales connues et composé les génériques et chansons de l'émission "Les Minikeums" (1993) et "Micro kid's" (1996).

Ci-contre à droite le visuel du 45 tours avec le portrait de Roddy Julienne que j'ai placé en vignette.

C'est
Benoit Chavane, le directeur artistique de la campagne de pub, qui posa lui même en aviateur pour la photo.
Pour l'anecdote, le mot "ticket" est cité pas moins de 113 fois dans le morceau !
 
On retrouve les couleurs du ticket aussi en affichage avec des images originales très graphiques et des accroches qui jouent sur les mots "chic" et "choc".

Montage RATP Ticket chic ticket choc campagne 1981
Montage hauteur RATP Ticket chic ticket choc campagne 1981Montage visuel 45 tours RATP Ticket chic ticket choc campag
RATP Ticket chic ticket choc campagne 1981
Affichage RATP Ticket chic ticket choc campagne 1981

1983
 
C'est Etienne chatillez qui fut en charge du deuxième spot télé. Le célèbre réalisateur a tourné de nombreuses pubs cultes, notamment celles pour Eram, Super Timor ou les fêlés de Lustucru.
 
Dans cette nouvelle pub, il y a toujours un jeu sur les codes couleurs du ticket mais on est moins éloigné de la réalité que dans le premier film puisqu'il y a un fil conducteur : départ depuis une station de bus vers des destinations de rêve : pyramides, jungle, vélo sur le pont de Brooklyn, engins spatiaux et arrivée sur la lune, avec au passage un petit clin d'oeil à "Star Wars".

RATP 1983
4 jours de tournage en studio ont été nécessaires avec de multiples trucages et effets spéciaux. 

Le thème musical est conservé mais l'interprétation en a été modifiée, il est plus lyrique avec la participation des Choeurs de l'Opéra de Paris, rien que ça !

RATP Ticket chic ticket choc pyramide 1983
RATP Ticket chic ticket choc jungle 1983

Voici le spot de 30 secondes de 1983 :

Le titre de transport s'invite aussi sur les affiches de différents autres annonceurs. Les publicités Ricard, Loïs, Kindy ou Printemps sont ainsi détournées, colorées, taggées autour des slogans  "Un ticket, sinon rien" ou "Sur sa peau était marqué ticket".


RATP-Ticket-chic-ticket-choc-Ricard.jpg 
RATP-Ticket-chic-ticket-choc-Kindy--Lois--Printemps.jpg

 
Toujours en 1984, Thierry Le Luron offrait un extrait de son spectacle dans le métro :

 

RATP Ticket chic ticket choc Gainsbourg 19851985
 
Un dernier spot sur le thème "Ticket chic, ticket choc" est apparu sur nos écrans fin 1985.
On voit le petit ticket sur le divan d'un psy auquel il se confie sur sa notoriété un peu trop envahissante.
On peut y apercevoir Gainsbourg mettre le feu à un ticket de métro en disant "Tu as le ticket chic, moi j'ai le briquet choc", un clin d'oeil au billet de 500 Francs brûlé en direct à la télévision l'année précédente.
 

Voici le spot de 45 secondes de 1985 :

 

La saga "Ticket chic, ticket choc" a pris fin au début des années 90, avec l'arrivée de Christian Blanc à la tête de la RATP. La marque changea totalement d'identité visuelle à ce moment-là avec l'arrivée notamment du ticket de couleur verte.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 22:42
Main 03C'est le commentaire d'une personne sur la fameuse pub sur Youtube qui m'a donné envie d'écrire ce sujet. 
 
A la suite de sa rediffusion à la télévision pour les fêtes de fin d'année, cette personne a écrit ceci : 
"Si elle a été censurée en 1976, ce n'est pas pour rien et je trouve cela inadmissible que pour des bons vœux, ils la ressortent en pleine journée à la vue des enfants".
Ce à quoi je me suis empressée de répondre :
"Je ne vois pas les choses comme ça. Ce message s'adresse certes aux adultes mais ne perturbe pas pour autant l'innocence enfantine. Ce n'est que notre regard d'adulte qui perçoit le côté scabreux de l'image"

Depuis 1976, cette publicité a fait couler beaucoup d'encre. Et le plus étonnant dans l'histoire, c'est qu'à l'époque elle n'a pourtant été diffusée qu'une demi douzaine de fois au cinéma avant d’être censurée. C'est d'ailleurs ce qui l'a rendue culte depuis.
 
Petit retour en arrière :
C'est l'écrivain Jean Davray qui a créé en 1970 le fameux slogan "Perrier, c'est fou" qui marqua un temps fort dans l'histoire de la marque (slogan abandonné en 1990 puis repris en 1995).

Pour souligner le côté décalé, Perrier fit appel à l'agence Langelaan & Cerf pour réaliser une publicité télé suggestive et provocante avec la fameuse main ("la main la plus sexy du monde" comme certains l'ont appelée).
On la voit caresser une petite bouteille de Perrier posée sur une table basse dans un décor très cosy, chaleureux et tamisé, très 70's. La main frôle la bouteille, l’effleure puis la caresse dans un mouvement de va-et-vient, la bouteille grandit sous l'effet de ces gestes répétés avant de laisser échapper un énorme jet... d'eau gazeuse ! Une métaphore érotique astucieuse et raffinée.

Montage Mains


C'est Bernard Lemoine qui réalisa ce spot. Pour info et contrairement à tout ce qu'on peut lire sur le net, ce n'est pas Serge Gainsbourg qui en est l'auteur.

Voici donc le spot d'une durée de 60 secondes :
L'agence de pub Ogilvy & Mather, en charge de Perrier depuis le début des années 90, a choisi de ressortir la fameuse publicité en version remastérisée en décembre 2009, "pour son côté festif et provocant, en y ajoutant un amusant volet digital, une première pour Perrier" (dixit Muriel Verger, directrice de la communication externe chez Ogilvy & Mather). La marque en a profité en effet pour lancer une campagne de communication sur le web avec un site consacrée à "La main la plus sexy du monde by Perrier" qui ne manque pas d'humour et de second degré. On y trouve des photos, des fausses pubs, un calendrier etc... 

calendrier Perrier 2010


Voici le spot de 2009, remastérisé et sublimé par le morceau "Casta diva" extrait de l'opéra "Norma" de Vincenzo Bellini :
Et voici le spot du casting que je trouve très drôle et très bien fait avec le clin d'oeil à la pub du casting de la Vache qui rit en 1984 :
 

Ici 2 vidéos faisant partie d'une série de reportage consacrée à la carrière de la célèbre main.
Personnellement, j'aime beaucoup cette publicité suggestive et coquine, pleine de créativité et d'humour. Et je ne vois pas en quoi un enfant pourrait être choqué. Il n'y verra qu'une main caressant une bouteille et l'eau qui gicle. Et après ? C'est justement ce que je trouve génial dans ce spot, il est très subtil et intelligent, osé certes mais pas du tout vulgaire ni choquant et chacun y voit ce qu'il veut bien y voir.

Depuis les années 70, Perrier a su se renouveler et cultiver son image décalée avec de nombreux spots devenus cultes eux aussi : la femme rugissant face au lion (1990, Jean-Paul Goude), John Mc Enroe (1991), les planètes qui dansent sur "sex machine" de James Brown (1991, Ridley Scott),  les petits soldats de plomb (1993, encore Jean-Paul Goude) ou plus récemment Dita von Teese (2010).

Montage Perrier pub
Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 15:57

113123198J'adore ce genre de petite découverte au hasard du net : en cherchant la video du générique de la vieille série télé "Les aventures de Vidocq", j'ai lu que c'était Jacques Loussier qui en avait composé la musique.

Comme je suis quelqu'un de très curieux, j'ai cherché des renseignements sur ce monsieur, ce qui m'a permis d'apprendre plein de petites choses interessantes !

 

Il s'agit d'un pianiste-compositeur né en 1934. Il est célèbre surtout pour avoir arrangé "à la sauce" jazz des morceaux classiques, principalement du Bach. Il a d'ailleurs créé le trio "Play Bach" en 1959 (avec un contre-bassiste et un batteur) avec lequel il a fait de nombreux concerts à travers le monde : 6 millions de disques vendus, 15 ans de tournées ! Auparavant il avait également accompagné des artistes comme Léo Ferré, Charles Aznavour ou Frank Alamo.jacques-loussier-foto

Parallèlement à ses succès dans le monde du jazz, et la célébrité aidant, on lui a demandé de composer pour le cinéma (notamment pour Jean Pierre Melville et Michel Audiard) et pour la télévision. C'est à lui que l'on doit les génériques de
"Thierry La Fronde" en 1963, "Vidocq" en 1967 et "Les nouvelles aventures de Vidocq" en 1971.

Il a également composé en 1972 le générique de la troisième chaîne de télévision de l'ORTF dont Catherine Chaillet avait assuré l'animation visuelle. A écouter et voir ICI.

En 1979 est sorti l'album "Pulsion" dont un des morceaux a servi pour la campagne EDF de cette même année. Le titre a été adapté, son tempo a en effet été ralenti.
!B90TVWwCGk~$(KGrHqUOKp!Ey+jC1UHjBM65Dd4vOw~~0 35
Dans ces publicités, que l'on doit à l'agence RSCG et intitulées “Des Hommes au service des Hommes”, on voit un technicien EDF qui tient une ampoule allumée à la main grâce à laquelle il amène la lumière dans les foyers depuis un barrage (ou depuis une centrale thermique pour la seconde pub).
Les spots ont coûté à l'époque pratiquement le prix d'un long métrage de cinéma mais ils ont occupé les écrans plus de trois ans, ce qui est une belle longévité sur ce support.

!B90TVWwCGk~$(KGrHqUOKp!Ey+jC1UHjBM65Dd4vOw~~0 35

Voici le morceau original, beaucoup plus rapide :
 

En entendant cette version rapide que je ne connaissais pas auparavant, j'ai tout de suite pensé au titre "Kill you" d'Eminem (et oui, j'adore le rap !), et pour cause : en effet en avril 2002, Jacques Loussier a assigné le rappeur, l'accusant d'avoir plagié "Pulsion" avec sa chanson. En fait le procès n'a jamais eu lieu et en 2006 un accord à l'amiable a mis fin à ce litige.

Voici donc "Kill you", on reconnait très bien le sample de "Pulsion".

 

A partir de 1978, Jacques Loussier s'est retiré en Provence où il a acheté dès 1976 (avec Patrice Quef), une grande bastide entourée de vignobles qui est devenue le Studio Miraval. C'est dans ce studio que furent notamment enregistrés une grande partie de "The wall" des Pink Floyd (1979), "Kiss me kiss me Kiss me" des Cure (1987) ou encore "Blow Up Your Video" (1988) des AC/DC. Indochine, Sting, les Cranberries, Chris Rea, Judas Priest, Sade, Téléphone ou encore Muse y ont également enregistré leur album.

Pour l'anecdote, depuis l'été 2008, la demeure de Miraval est la propriété privée du couple d'acteurs américains Brad Pitt et Angelina Jolie.

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 23:56
Serial CleanerSi je vous parle d'un grand baraqué au crâne rasé et aux sourcils épais qui porte un t-shirt blanc et une boucle d'oreille, vous aurez tous reconnu Mr Propre, le champion incontesté du récurage ! L'icône ménager est connu de plus de 95 % des Français, mais ce que l'on connait moins c'est l'histoire de ce personnage familier qui rend "tout si propre que l'on peut même se voir dedans" !

L'idée d'en parler m'est venue en faisant les courses dernièrement, je suis en effet tombée sur une bouteille "collection vintage" avec comme visuel un Monsieur Propre d'autrefois. En voyant le personnage et en comparant avec le Monsieur Propre moderne sur les bouteilles à côté, je me suis dit qu'il avait sacrément évolué sans que m10l'on ne s'en rende vraiment compte.
 
Origines
 
Monsieur Propre n'est pas français, il est américain, son vrai nom c'est Mr Clean, d'où le petit "r" après le "M" dans Mr Propre.
Procter & Gamble, la multinationale américaine spécialisée dans l'hygiène et les produits de beauté, a créé le personnage en 1958 avec l'aide de l'agence Tatham-Laird-Kudner, basée à Chicago, non loin du siège de la multinationale à Cincinnati (Ohio ) alors que le produit n'était même pas encore tout à fait au point.

Dans les années 60, les surfaces carrelées et les salles de bain sont de plus en plus présentes dans les maisons, les ménagères veulent donc un produit efficace qui leur fasse gagner du temps.
Le fait que ce soit un homme qui fasse le ménage a créé une petite révolution à l'époque et c'est justement pour cette raison que Mr Clean a connu un grand succés dès son apparition, il prenait à contre-pied toutes les idées reçues. Grâce à l'arrivée de ce personnage haut en couleurs, le détergent de Procter & Gamble est devenu en six mois leader sur le marché américain.

 
Mr Propre USA

Pour son look,  Procter & Gamble s'est apparemment inspiré d'un soldat de la marine américaine de la ville de Pensacola, en Floride. Mais on peut penser qu'il ressemble plutôt à un bon génie comme celui d'"Aladdin" avec sa boucle d'oreille, ses bras croisés et son pouvoir nettoyant magique.
A ses débuts, il portait un complet et tenait une brosse à récurer à la main puis il a adopté ce t-shirt blanc qu'on lui connait encore aujourd'hui. Rien n'a été laissé au hasard : ses muscles symbolisaient l'efficacité, sa calvitie la netteté, son tee-shirt immaculé la propreté et son sourire la facilité d'utilisation.
Quant à son nom, qui résume à lui seul la finalité du produit, il s'inspire d'une expression très à la mode aux États-Unis dans les années 50, le préfixe Mr. étant employé pour les personnalités sportives : Mr Muscle, Mr Base-ball...

Dès le départ Procter & Gamble a compris que pour mieux rentrer dans les foyers, Mr Clean devait s'illustrer dans des publicités à la télévision, il est intéressant de constater que la musique est toujours restée la même depuis cette époque, même chez nous. C'est Thomas Scott Cadden qui l'a composée :
 

L'arrivée en France

Chez nous la marque est apparue en 1966 et a pris le nom de Monsieur Propre. Elle est également apparue à la même époque dans de nombreux autres pays, voici ses différentes appellations :
- Don Limpio, en Espagne (à l'origine Mister Proper)
- Maestro Limpio, au Mexique
- Mastro Lindo, en Italie
- Monsieur Net, au Canada
- M. Proper, en Allemagne (à l'origine Meister Proper)
- Mister Proper, en Bulgarie , Hongrie , République tchèque , Slovaquie , Lettonie , Lituanie , Roumanie , Russie , Serbie , Ukraine et Moyen-Orient
- Monsieur Net à Québec
- Au Royaume-Uni et en Irlande, le nom Mr Clean existait déjà, le produit s'est appelé Flash.

Pays.jpg

Chez nous il fut confronté à un ennemi de taille, Ajax et sa tornade blanche (groupe Colgate-Palmolive) qui était leader sur le marché en 1966. Il a fallu attendre 1980 pour que Monsieur Propre le devance avec 34 % de part de marché. Il cédera de nouveau sa place à Ajax en 1998.
Ci-dessous trois publicités magazine des années 60.

 
Monsieur Propre 60's
A l'origine il était de couleur verte et avait une formule exclusive à l’ammoniaque. En 1972, un Monsieur Propre Fraîcheur Citron fit son apparition, le citron dissimulant un peu la forte odeur d’ammoniaque. C'est la première marque de nettoyant ménager liquide à introduire un parfum dans son produit, le lancement mondial a eu lieu en France !

La marque communique sur la facilité d'utilisation. C'est le début d'une longue série de spots TV avec le fameux slogan "Monsieur Propre rend tout si propre que l’on peut se voir dedans" dont la musique est calqué sur le refrain américain. 

 
Mr Propre 70-80

 
Mr Propre s'affiche !

En 2000 et pour la première fois, Procter and Gamble lance une importante campagne d'affichage pour Mr Propre avec toute une série de clins d'oeil au ton décalé sur la vie quotidienne des consommateurs.
Le tout premier coup d'éclat a lieu lors de la Coupe du monde de football en 1998 avec ces deux slogans “Sur le terrain, les meilleurs joueurs étaient chauves” et "Qui est le plus brillant technicien des surfaces ?".

stadedefrance

Il récidive ensuite en 2000 en rebondissant sur l'actualité : la St Valentin, la journée de la femme, la chandeleur, le festival de Cannes, Roland Garros, les J.O etc... Au total plus d'une vingtaine d'interventions humoristiques tout au long de l'année qui donne un bon coup de jeune à la marque et transforme le personnage en icône tendance ! Cette campagne est dû à Grey Advertising qui est l'agence historique de la marque depuis 1966.
Procter & Gamble a reçu le grand prix 2000 "Top Com Consumer" pour cette campagne.
Voici une compilation de ces différentes affiches, cela m'avait marquée à l'époque, j'avais trouvé ces pubs géniales et trés drôles ! 
    
Campgane-2000.jpg


Relooking 
 
COVER1 Mr PROPRE newEn 2001, Monsieur Propre est relooké, les ménagères le trouvant un peu trop macho et désuet, il est modernisé (en 3D) et affiné, il devient fun et branché, avec finalement un look assez "gay". Il a repris ensuite progressivement son apparence à partir de 2002, mais durant ces différents relookings, il a toujours gardé son T-shirt blanc et son anneau à l'oreille.
 
En 2009, Pierre Rosenthal, directeur de création des campagnes publicitaires de Monsieur Propre pour toute l’Europe et les pays de l’Est de 1994 à 2008, a écrit un livre sur le personnage "Le propre de Mr. Propre" (180° éditions). Il y raconte l’existence surprenante de cette icône publicitaire et y fait découvrir l’univers impitoyable de la publicité. 

En janvier 2001, le magazine "Culture Pub", issu de l'émission du meme nom, faisait sa "Une" avec un portrait de Mr Propre en titrant "L'homo lave plus blanc", un clin d'oeil à la lessive et au coté gay-tendance du personnage :

Culture Pub Mag 2

Produits dérivés

Comme tout icône publicitaire, Mr Propre a eu droit à quelques objets à son effigie et ce dès 1966 où un porte-clef était offert à l'achat d'une bouteille du produit.

Porte clef
Il y a eu aussi des pin's dans les années 90 et des t-shirts dans les années 2000.
J'ai trouvé le porte-clé et un des pin's en vide-grenier il y a quelques années.

Produits-derives.jpg
 

Voici une pub télé de 1974, ma préférée parmi toute celle qui ont été diffusées. C'est celle qui me rappelle le plus de souvenirs, j'adore l'échange entre les deux filles et Mister Biscottos qui regarde son reflet !

MrPropre2
Et ici une petite curiosité avec ce spot de 1984 puisqu'on peut y voir Sabine Paturel avant qu'elle n'entame sa carrière de chanteuse, ses fameuses "bêtises" datent en effet de 1985.

Pour finir, un spot américain de 2013 très bien fait et plein d'humour sur les origines de Mr Propre :

 

 

Repost 0
Les Copains d'abord - dans Pub
commenter cet article

  • : Les petits dossiers des Copains d'abord
  • Les petits dossiers des Copains d'abord
  • : Souvenirs des années 70 et 80 : musique, ciné, émissions télé, dessins animés, séries, pub, jeux, jouets, petites douceurs régressives, produits et marques disparus etc ...
  • Contact

Si mes calculs sont bons ...

Le blog a reçu plus de 990 000 visites depuis sa création le 17 aout 2011


163 articles sont en ligne
 

Dernière mise à jour  : 25 mars 2017
 

Compteur Global gratuit sans inscription

Liste des articles du blog

MUSIQUE :

- David Lee Roth - Just A Gigolo
- 1978 Rika Zaraï chante "Super Skate"
- Ma petite collec Depeche Mode
- La chanson "Les Copains d'abord"
- "Le Bordeaux rosé" de Claude Francois
- Karel Fialka "Hey Matthew"
- Le clip le plus kitsch que j'ai trouvé !
- Killing joke "love like blood"
- "Mais où qu'elle est ma p'tite culotte ?"
- Damien "E.T. petit copain de la nuit"
- "Under the ice", le tube de TOPO & Roby
- Disques vinyle de couleur/picture-discs
- Topaloff superstar
- "Pas besoin d'éducation sexuelle" Julie Bataille
- "Le petit pull marine" d'Isabelle Adjani
- Jarre-Lenorman "la Belle et la Bête"

-  The Butterfly Ball  Love is all"
- "Aujourd'hui plus qu'hier..." Sophie Favier
- Le 2ème clip le plus kitsch que j'ai trouvé
 

PUB :

- La pub coquine pour les tronçonneuses
- L'ampoule du plafonnier ne marche pas
- 1981, le strip-teasing culte de Myriam

L'Histoire du Père Noël
- Les Martiens de Lustucru
- La pub Délifrance "C'est moi qui l'ai fait"
- La chanson "La publicité" (1984)
- Loeki le petit lion de la pub de TF1
- La saga Panzani avec Don Patillo
- Marie-Pierre Casey/Pliz
- La pub pour le Sucre, les dominos
- La pub pour Gerflor "Et hop" 
- Le sourire Ultra Brite
- La pub pour Tapitouf
- La pub Baygon avec Michel Leeb
- Une femme, une pipe, un pull
- L'ami Ricoré
- Il fait beau dans l'métro
- Monsieur Propre, serial cleaner
- 1979, la pub pour EDF
- La main baladeuse de Perrier
- Ticket chic, ticket choc
- La pub pour le parfum Egoïste

- Mon nom est Fuego
- Monsieur Plus

- Rue Gama
- Pousse-Mousse
La comédie musicale pour la Societe Generale


JEUX ET JOUETS :

Le jeu Badaboum
- Le jeu Dix de chute
- La poupée Barbie
- Le jeu Canon noir
- Le View-Master
- Merlin, l'enchanteur de 1978
-
  Le jeu Mad
- La bonne-aventure, le jeu de la voyance
- Simon, l'OVNI électronique de 1978
- Elastic man
- Playmobil color, les Playmobil à colorier
- Le Casper parlant de mon enfance
- Le shaker magique
- La pâte à modeler Play-Doh

- Le Télécran

Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1975
- Les tentes et maisons en toile des 70-80's
Les jouets du catalogue La Redoute 1979-80
- Catalogue de jouets Nouvelles Galeries 1982
- Les masques de carnaval de nos héros préférés
- Super Wand, la baguette magique qui danse
Jouets de plage et boutiques de bord de mer
- Les jouets du catalogue La Redoute 1978-79


CINE :

Roger Rabbit nous fait le coup du lapin
- Blade runner
- E.T, toujours culte 30 ans aprés !
- Sans peur et sans reproche

- Le père-noël est une ordure, images des coulisses et secrets de tournage

- La boum, formidable documentaire de 1980
- 21 octobre 2015, le jour où Doc et Marty débarquent de 1985


PETITES DOUCEURS REGRESSIVES :

- Les sucettes Chupa Chups
- Les bonbons Pez
- Les Picorettes
- Les chewing-gums des 70-80's
- Les Treets et les Bonitos
- Danino de Danone
- Le jour où Raider est devenu Twix
- Tang, la boisson de l'espace
- La barre chocolat-caramel 3 Mousquetaires
- YES de Nestlé
- Les boules de glaces qui se démoulent
- Les mini berlingots de lait concentré Nestlé
- Les glaces des  70-80's

- Drinky, la poudre à diluer
- Les barres chocolat disparues des 70-80's
- Les chapelets de choco-BN des 70's
- Les sucettes des 70-80's

- Les délices de la Roche aux Fées
- Le chocolat Merveilles du Monde
- Fruité c'est plus musclé !
- Biscuits et gâteaux 70-80's
Spring-Gum
- Les bonbons des 70-80's
- Tubble-gum, le tube des années 80


TELE :

Les speakerines des 70-80's
- La Pierre blanche
- Papivole"
- Waldo Kitty
- Declic (Vision on)
- Matt et Jenny
- Les années collège
- Les Robinson suisses
- Les Schtroumpfs
- Ma visite de l'expo "De Nounours à Casimir"
- Les Visiteurs de Noël
- Les petits papiers de Noël
- Brok et Chnok
- Télétactica
- Toumaï - Elephant boy
- Les dessins animés Hanna Barbera
- Papa poule
- Les secrets de fabrication d'Hanna Barbera

- Les brigades du tigre
- Les légendes indiennes du Canada

- Plume d’Élan et Bison Futé
- Mon ami Ben
- L'esprit de famille
- Au temps de la guerre des étoiles

- Téléchat

- Les voyageurs de l'histoire
- La série télé Heidi
- Les émissions Disney des 60-90's
Les Visiteurs de notre enfance

 

SOUVENIRS D'ENFANCE :

- Ma vitrine miniature hommage aux 70-80's
- Les décalcomanies
-
Les barils de lessive décorés des 70's
- Bali, boisson aux oranges
- Les images Poulain
- Un vrai disque 45 tours dans Pif Gadget

- Les chapeaux cache-rouleaux de papier toilette
- Les décorations de Noël des années 70-80

- Mon sapin Pif Gadget

- Le Formica, c'est formidable !
- Le club Dial
- Les puzzles Six de Savoie
Les fournitures scolaires des années 70-80
- Le magazine Top 50 et ses posters
- Arcopal, la vaisselle des années 70-80
- Souvenirs d'école (1er partie)
- Souvenirs d'école (2ème partie)
- Souvenirs d'école (3ème partie)
- Les jeux de la récré


L'ILE AUX ENFANTS/ CASIMIR :

- Ma rencontre avec Casimir
- Albert et Barnabé
- L'ile aux enfants en Afrique du sud
- Lactel et l'île aux enfants

- La télé musicale MOB de l'île aux Enfants
- Les surprises Casimir de May

- Mon île aux enfants miniature
- Making-of de mon île aux enfants miniature
- Ma belle rencontre avec Christophe Izard
- Nos années Casimir
-
 L'origine de ma passion pour Casimir

- Les images Magic de la Roche aux Fées
Fanta et l'île aux enfants
- La véritable histoire du Gloubi Boulga

- "L'origine de ma passion pour Casimir"

Mon vide-grenier virtuel

 Qui suis-je ?

Je m'appelle Nathalie mais mon pseudo est Nath-Didile. Je suis née en 1970, j'ai deux enfants et j'habite Bordeaux. Pour en connaitre plus sur ma passion pour les années 70-80, cliquez sur l'image.

Sites et blogs amis

Mon forum d'amis autour
de la culture 70-80's

Forum-des-Copains-d-abord.jpg

Mon blog de recettes

C-est-moi-qui-l-ai-fait.jpg    

Le site officiel de mes amis Osibo

Osibo News long 

Le grenier de la télé de mon ami dGé

Grenier-de-la-tele.jpg

Autres blogs amis

Malle de Casimir 

bannièrerecresouvenirs

Jeux de 20h
 



 

 Liens commerciaux


 

 

Les petits Dossiers des Copains d'abord vous recommandent ...

"Nos Années Récré A2, 1978-1988", un livre fantastique et indispensable de Sébastien Carletti (Flammarion).
 

66942 119491734892480 1910590478 n

A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte L’île aux enfants sont réunis dans un superbe album illustré de plus de 1000 images, une vraie référence pour les fans de l'émission ! (Hors Collection)


 

"Les séries de notre enfance", de Nordine Zemrak et Maroin Eluasti, dédié à l'histoire du studio DIC (Mystérieuses cités d'or, Ulysse 31, Inspecteur Gadget etc...), pour découvrir les secrets de fabrication des séries cultes qui ont rythmé notre enfance. (Pollux)